Archives par mot-clé : Schoeller

L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.

(La société Les films du Losange a autorisé la mise en ligne des images proposées dans le billet)

En choisissant dans son film Versailles, de porter son regard sur les destins d’une jeune femme sans-abri et de son enfant, Pierre Schoeller entend aborder la question de l’exclusion et dénoncer une société qui, en dépit d’un arsenal juridique édifiant, n’est plus en mesure de protéger la maternité et l’enfance.

Le film commence en effet par un lent traveling vertical, le long de la façade d’un immeuble parisien, qui s’attarde sur la plaque « Rue de l’impasse » avant de « tomber » littéralement sur une jeune femme accompagnée d’un enfant qui cherchent là,  derrière les grilles d’un chantier, un espace retiré pour y passer la nuit. Le comportement mécanique de l’enfant, qui sans aucun questionnement s’installe sur un carton et s’endort montre qu’il n’en est pas à sa première nuit dehors. Telle une pieta, la jeune femme aux traits tirés veille sur son sommeil. L’image est accablante tandis que l’économie des dialogues dégage l’essentiel, à savoir le lien qui unit la mère à l’enfant. Ainsi la première séquence du film résume-t-elle le propos. Il sera question d’exclusion mais aussi de filiation dans un film à la lisière de l’intime et du social.

Continuer la lecture de L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.

Voir le droit au cinéma

(La société de production Diaphana Distribution, distributeur du film « L’exercice de l’État » de Pierre Schoeller nous a aimablement autorisé à utiliser le photogramme placé en « image à la une »)

L’importance de la représentation pour le juriste conduit à proposer une nouvelle piste de recherche, l’analyse juridique de l’image, dont il convient de dresser les contours et poser les fondements, ici plus particulièrement adaptés à l’image cinématographique. L’hypothèse consiste à considérer l’image cinématographique comme un matériau juridique encore non identifié, en partant du constat que la présence avérée du droit à l’écran n’a pas encore donné lieu à une étude systématique, mises à part les représentations judiciaires classiques, du crime, du juge et du procès.

 On se permettra d’ores et déjà une réserve préalable : l’analyse juridique de l’image ne cherche évidemment pas à expliquer le cinéma car il n’est pas nécessaire de comprendre le cinéma. Le 7e art vise avant tout à divertir, à donner du plaisir et susciter des émotions. Néanmoins, porteur d’un certain regard sur le droit, il fournit un matériau susceptible d’être exploité par le juriste. C’est ce que nous voulons montrer.

Continuer la lecture de Voir le droit au cinéma