Archives par mot-clé : cinéma

Dame Justice au cinéma (2e partie)

Si l’allégorie a pu aisément prendre place dans l’univers fantastique d’Ettore Scola (voir la première partie de cette étude consacrée aux allégories de justice au cinéma ), on la retrouve aussi dans l’espace onirique que dessine Abderrahmane Sissako dans son film Bamako (2007). Mais à la puissance de l’imaginaire qui permet tous les excès, Abderrahmane Sissako préfère la suggestion discrète, qui libère l’interprétation des symboles tout en en conservant l’entier mystère.

MELE : L’ALLEGORIE D’UNE JUSTICE AFRICAINE.

 Dans ce film, Abderrahmane Sissako met en scène le procès de la Banque mondiale. Il s’agit d’un procès qui n’a jamais eu lieu, un procès inventé de toute pièce. Et c’est précisément parce que l’univers onirique de Sissako est sans limite qu’il choisit d’en confier le jeu à des professionnels de la justice. C’est à ma connaissance le premier réalisateur qui décide de faire jouer des juges et avocats professionnels. Ainsi, dans cette cour où se tient ce très improbable procès, fiction et réalité s’entremêlent dans une alchimie dont ce réalisateur a le secret. Pour le réalisateur, le procès n’est qu’un artifice de mise en scène et ne constitue pas contrairement à ce que le public en retiendra, le cœur du film. Le film est en effet construit autour de trois fictions qui s’entremêlent et se répondent, et qui chacune entend présenter une facette du discours : le procès, le western, le drame conjugal. Ces trois histoires parallèles ont pour cadre la cour d’une habitation collective dans un village malien. Initialement le film aurait du s’appeler « La Cour ». Il y avait dans ce terme, moins vendeur certes que l’exotisme de la capitale malienne, un double sens, puisque non seulement Abderrahmane Sissako filmait un procès, mais le tribunal se tenait dans la cour de sa maison d’enfance. C’est dans cette cour qu’habitent Melé et son mari, que les difficultés de leur existence finissent par séparer. Lui est chômeur tandis que Melé gagne l’argent du ménage en chantant le soir dans une boîte de nuit. Avant même le générique, dans les deux premières minutes du film, alors qu’on ne sait pas encore de quoi il sera question, ni quel personnage elle incarne, Melé apparaît à l’écran.

Invité sans doute à cette interprétation par l’image fugitive d’un tribunal à ciel ouvert, on ne peut s’empêcher de voir dans cette apparition « la déesse familière et énigmatique …» qui siège au coeur du temple de la justice, telle que l’évoque Robert Jacob dans ses travaux sur l’image de la justice : « Au cœur du temple figure l’image dernière, celle qui rassemble, syncrétise et transcende toutes les autres. L’image de la Justice par excellence. La déesse familière et énigmatique … ». Le port altier, le regard profond, déesse aux pieds nus dans un temple de terre battue, elle ordonne avec aisance et se fait servir, indifférente, à cette assistance composite qui semble attendre. Sans glaive ni balance, c’est par sa présence énigmatique que l’on reconnaît ici en Melé une évocation de la justice. Continuer la lecture de Dame Justice au cinéma (2e partie)

“Faire du cinéma”: exercice de sémantique à l’usage du raisonnement sociologique

« L’esprit (l’âme) ne pense jamais sans images ». Aristote

Qu’entendre et qu’instruire en raisonnement sociologique lorsque l’on dit de quelqu’un « qu’il fait du cinéma » ?
Lorsque, à la vie comme à la scène, la réalité se mue en simulacre, il est rare que l’expression ne soit pas convoquée ; elle crée un contentieux sur l’argument d’authenticité et signale une réprobation qui vise à rétablir la vérité. L’avant-centre qui s’écroule dans la surface de réparation, le lutteur masqué qui mime la souffrance endurée par un coup, le boxeur corrompu qui accepte de se coucher, la vedette du grand écran qui fait son numéro d’acteur, le héros d’une super production qui sauve le monde de ses prédateurs, ne sont pas seulement des simulateurs ; la mise en scène à laquelle ils procèdent, relève aussi d’un spectacle de l’illusion dont l’écran du cinéma constitue sans doute la représentation la plus achevée.
Si on la prend au pied de la lettre, l’expression « faire du cinéma » parait de prime abord tautologique ; elle renvoie au travail de fabrication des films ou encore (mais il en fait partie) à celui d’interprétation des acteurs. En somme le sens propre de la locution indique la configuration d’un métier à exercer (Becker) dans l’inventaire de ses composantes logistiques et le découpage de ses divisions professionnelles (scénario, tournage, jeu des comédiens, montage, postproduction, diffusion, promotion, exploitation…).
Mais le verbe faire accolé à son transitif cinéma, porte bien entendu, une autre signification que le simple acte de fabriquer des films; il en dévoile l’intention c’est-à-dire l’idée de faire semblant qui renvoie elle-même à celle d’illusion de réalité opérée dès son invention, par le dispositif cinématographique (la célèbre entrée en gare de La Ciotat du train des frères Lumière). On pourrait résumer ce travail de simulation/reconstitution en convoquant le paradoxe du comédien dont parlait Diderot : l’acteur joue à être un autre (son personnage) mais d’une certaine façon il doit être cet autre (la personne) pour que son jeu soit crédible, conforme au pacte de réception qui le lie à celui qui regarde et qui accepte d’entrer dans son jeu. Continuer la lecture de “Faire du cinéma”: exercice de sémantique à l’usage du raisonnement sociologique