Archives par mot-clé : analyse

Voir le droit au cinéma

(La société de production Diaphana Distribution, distributeur du film « L’exercice de l’État » de Pierre Schoeller nous a aimablement autorisé à utiliser le photogramme placé en « image à la une »)

L’importance de la représentation pour le juriste conduit à proposer une nouvelle piste de recherche, l’analyse juridique de l’image, dont il convient de dresser les contours et poser les fondements, ici plus particulièrement adaptés à l’image cinématographique. L’hypothèse consiste à considérer l’image cinématographique comme un matériau juridique encore non identifié, en partant du constat que la présence avérée du droit à l’écran n’a pas encore donné lieu à une étude systématique, mises à part les représentations judiciaires classiques, du crime, du juge et du procès.

 On se permettra d’ores et déjà une réserve préalable : l’analyse juridique de l’image ne cherche évidemment pas à expliquer le cinéma car il n’est pas nécessaire de comprendre le cinéma. Le 7e art vise avant tout à divertir, à donner du plaisir et susciter des émotions. Néanmoins, porteur d’un certain regard sur le droit, il fournit un matériau susceptible d’être exploité par le juriste. C’est ce que nous voulons montrer.

Continuer la lecture de Voir le droit au cinéma

Pour une approche esthétique du droit, Le juriste et les représentations

 

 Le 21 mai 2014, lors du colloque organisé par le GRIMAJ : « Autour de la représentation de la frontière : migrations et conquête de nouveaux territoires », Nathalie Goedert présentait les axes de recherches pour l’analyse juridique de l’image. Dans un premier billet, elle évoque la dimension esthétique du droit

Tandis que l’étude des représentations[1] est à la mode dans l’univers des sciences humaines qui trouvent dans le contenu manifeste ou latent des œuvres, un précieux matériau de nature historique, sociologique ou idéologique, le droit, tenant l’art pour suspect s’il est question de science, semble garder frileusement ses distances. Le juriste occidental et moderne, il est vrai, n’est pas familier des images. Et pourtant, nous croyons comme Pierre Legendre que « les premiers abords du phénomène institutionnel sont esthétiques » [2] et qu’il convient, d’autant plus dans la société du visible qui est la notre aujourd’hui, d’explorer cette voie de l’approche visuelle, esthétique du droit, trop longtemps négligée.

Si l’image a toujours été un langage[3], elle tend aujourd’hui à devenir un moyen de communication de masse qui se suffit à lui même[4]. Au cours de ces dernières années, l’image en effet s’est démocratisée, tant dans ses procédés de production que dans ses modes de diffusion[5]. Chacun aujourd’hui réalise des images qui peuvent être vues instantanément par des milliers d’individus, dans le monde entier. Cette prolifération récente des moyens de transmission et de diffusion est assurément la marque d’une société fascinée par le visible qui, prolongement inattendu des anciennes croyances, prête aux images un pouvoir et des vertus occultes. De sorte que la vidéo surveillance pourrait éradiquer le crime, que l’imagerie médicale permettrait de triompher de la maladie tandis que les écrans des téléphones portables transformés en appareils photo créeraient ce lien de convivialité et de partage qui fait si cruellement défaut dans notre monde moderne. On ne peut négliger les effets psycho-sociaux de cette évolution qui modifie les pratiques sociales tant dans le rapport à l’autre que dans la perception de la réalité. Dans une société du visible, il devient nécessaire de se familiariser avec les images, mais surtout d’observer, de comprendre et d’accompagner ce nouveau rapport au réel.

Continuer la lecture de Pour une approche esthétique du droit, Le juriste et les représentations