L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.

(La société Les films du Losange a autorisé la mise en ligne des images proposées dans le billet)

En choisissant dans son film Versailles, de porter son regard sur les destins d’une jeune femme sans-abri et de son enfant, Pierre Schoeller entend aborder la question de l’exclusion et dénoncer une société qui, en dépit d’un arsenal juridique édifiant, n’est plus en mesure de protéger la maternité et l’enfance.

Le film commence en effet par un lent traveling vertical, le long de la façade d’un immeuble parisien, qui s’attarde sur la plaque « Rue de l’impasse » avant de « tomber » littéralement sur une jeune femme accompagnée d’un enfant qui cherchent là,  derrière les grilles d’un chantier, un espace retiré pour y passer la nuit. Le comportement mécanique de l’enfant, qui sans aucun questionnement s’installe sur un carton et s’endort montre qu’il n’en est pas à sa première nuit dehors. Telle une pieta, la jeune femme aux traits tirés veille sur son sommeil. L’image est accablante tandis que l’économie des dialogues dégage l’essentiel, à savoir le lien qui unit la mère à l’enfant. Ainsi la première séquence du film résume-t-elle le propos. Il sera question d’exclusion mais aussi de filiation dans un film à la lisière de l’intime et du social.

Continuer la lecture de L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.

Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

A propos de “L’arbitro” (court-métrage de Paolo Zuca, 2008)

Le Centre international de langues de l’Université de Nantes a mis en place chaque année le festival Univerciné présentant une sélection de films allemands, britanniques russes et italiens. En  2013, L’arbitro, le film de Paolo Zucca a remporté le prix du jury. Une  Master Class en présence du réalisateur était organisée le  vendredi 7 novembre 2014, à l’initiative de Gloria Paganini  professeur de civilisation italienne et membre du Crini. Intitulée « Football et identités nationales dans le cinéma européen : compétition ou affrontement ? Enjeux sportifs ou financiers ? Terrain de jeu ou de corruption ? », cette journée d’études a donné l’occasion de revenir sur le court métrage sorti en 2008 dont le film de Paolo Zucca (pas encore sorti en France) est le prolongement. Christophe Lamoureux, sociologue du sport et du  cinéma, revient sur ce format court pour mettre en évidence les enjeux de société  que la représentation du foot à l’écran permet de révéler.

affiche(crédits : la société Blaq Out qui distribue le DVD du film nous a aimablement autorisé à mettre quelques images en ligne)

Continuer la lecture de Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

Les frontières du Havre

J’avoue avoir éprouvé une certaine perplexité visionnant ce film et devant traiter du thème de la frontière. Il m’est, en effet, apparu que Le Havre est essentiellement une fable, sans prétention documentaire, qui ne se mêle d’aucun discours juridique. On n’y trouvera nulle réflexion explicite sur le statut des migrants. D’un côté, nous est présenté le discours politique de l’État-nation et, de l’autre, le discours moral des habitants du Havre.

Nous pouvons cependant tenter de dépasser cette opposition entre la froideur des uns et la solidarité des autres, pour y déceler des éléments propres à nourrir une réflexion juridique sur la frontière.

Continuer la lecture de Les frontières du Havre

Voir le droit au cinéma

(La société de production Diaphana Distribution, distributeur du film “L’exercice de l’État” de Pierre Schoeller nous a aimablement autorisé à utiliser le photogramme placé en “image à la une”)

L’importance de la représentation pour le juriste conduit à proposer une nouvelle piste de recherche, l’analyse juridique de l’image, dont il convient de dresser les contours et poser les fondements, ici plus particulièrement adaptés à l’image cinématographique. L’hypothèse consiste à considérer l’image cinématographique comme un matériau juridique encore non identifié, en partant du constat que la présence avérée du droit à l’écran n’a pas encore donné lieu à une étude systématique, mises à part les représentations judiciaires classiques, du crime, du juge et du procès.

 On se permettra d’ores et déjà une réserve préalable : l’analyse juridique de l’image ne cherche évidemment pas à expliquer le cinéma car il n’est pas nécessaire de comprendre le cinéma. Le 7e art vise avant tout à divertir, à donner du plaisir et susciter des émotions. Néanmoins, porteur d’un certain regard sur le droit, il fournit un matériau susceptible d’être exploité par le juriste. C’est ce que nous voulons montrer.

Continuer la lecture de Voir le droit au cinéma

Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

C’est, paraît-il, après avoir vu le documentaire 10e chambre – Instants d’audience de Raymond Depardon qu’Albert Dupontel aurait eu l’idée de préparer le scénario de 9 mois ferme. La présence de Michèle Bernard-Requin, immortalisée en 2006 dans sa fonction de présidente de ladite 10e chambre du Tribunal Correctionnel de Paris, atteste certainement de cette filiation. Pour autant, il n’y a pas, a priori, grand-chose de commun entre ce que l’on pourrait présenter comme la farce de Dupontel et le documentaire de Depardon si ce n’est que les deux cinéastes sont experts chacun en leur domaine. C’est ici la figure du juge, incarnée par Sandrine Kiberlain, qui retiendra notre attention, même si l’analyse du personnage en question ne prend sens que dans une confrontation avec les autres. Car le sujet de Dupontel est en réalité la Justice (principe philosophique, idéale donc parfaite), envisagée par le biais de la justice (institution, humaine donc faillible)… la première étant, à première vue, bien mal servie par la seconde.

Continuer la lecture de Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

Enoncer le droit, représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

Journées d’histoire du droit – juin 2015

« Énoncer le droit, représenter le droit »

Colloque organisé par l’Observatoire des mutations institutionnelles et juridiques (OMIJ) de la faculté de droit de l’Université de Limoges et le Groupe de recherches en analyse juridique de l’image (Grimaj)

Le juriste occidental, produit de la civilisation du livre, tend à s’intéresser en priorité au langage écrit du droit et cherche moins souvent à décrypter l’expression d’un autre discours, plus symbolique, qui passe par les figures du droit. Or, le texte juridique s’inscrit dans un univers normatif plus vaste dont les images et les autres représentations figurées rendent compte. Il s’agit de deux types de langages intrinsèquement liés et fondamentalement complémentaires. L’étude des représentations du droit est d’autant plus importante que celles-ci jouent un rôle essentiel dans la transmission du savoir juridique puisqu’elles s’adressent aux sens pour marquer les esprits.

Représenter le droit, c’est en effet rendre sensible à la vue un concept juridique ou une institution. Il s’agit de rendre présent à l’esprit, à la conscience, un objet ou un concept qui ne serait pas perçu directement. Rendre l’absent, présent et l’invisible, visible. Au-delà, la représentation (objet) rend compte ou contribue à former l’idée que l’on se fait du droit (représentation mentale). Il y a donc une représentation concrète formelle qui peut être distinguée de la représentation sociale du droit, en tant que perception collective ou individuelle, d’un concept ou d’une institution juridique.

Paroles et formules, gestes et rituels, images et textes portent un discours de normativité dont il convient d’explorer les ressorts et la richesse d’où l’idée d’un colloque qui convoque, sans les confondre ni les opposer ni les hiérarchiser, les différentes formes du discours normatif.

Le Grimaj (Groupe de Recherches en Analyse Juridique de l’Image) s’est constitué en octobre 2013 par la réunion de chercheurs en sciences sociales d’horizons disciplinaires différents. Juristes et historiens du droit, historiens de l’art, sociologues, sémiologues osent la relativité du regard et explorent ensemble l’image comme illustration du droit, comme révélateur d’une culture juridique commune, comme support d’un discours normatif. La réflexion porte sur toutes formes de représentations : images fixes, images animées, installations d’art contemporain, performances…

Contact : nathalie.goedert@u-psud.fr ou ninon.maillard@univ-nantes.fr

crédits : Oliver Bieh-Zimmert, “Network of the german civil code”, CC-NC-SA 2.0. (A hand-made vizualisation was done to connect 2385 paragraphs of the German Civil Code by 1896. Every paragraph contains a number of references to other paragraphs. In the physical visualization each reference was visualized through red threads.)

Le western, film de guerre? Une hypothèse philosophique

 

Le western, film de guerre ?  Une hypothèse philosophique.

Le western, genre contraint, présente des lignes : deux chemins parallèles qui, contre toute logique, se rencontrent. Fuite ou poursuite, éléments naturels devenant personnages adjuvants ou hostiles, ruse, pièges, cache-cache, ronde des charriots sous l’attaque soudaine, tuniques bleues traversant des rivières ou retranchées dans un fort aussi solide qu’isolé, Indiens menaçant fondus dans le paysage ou figure d’émancipation, duel… Alternance de mouvements larges et de statisme, univers clos et univers infini, diversions amoureuses, les lignes finissent par se rencontrer et laisser la place, forcément, à un affrontement et des morts. À travers une question posée au western, celle de la présence cachée de la guerre sous le premier degré de l’histoire anecdotique racontée, on cherchera à savoir, moins ce que dit le western du cinéma que ce qu’il dit à la philosophie. En ce sens, le western engage à une théorie programmatique et constitue, aussi, un laboratoire pour la pensée politique. Continuer la lecture de Le western, film de guerre? Une hypothèse philosophique

Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Toujours dans le cadre de l’exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014, qui demandait à chaque spécialiste de choisir et d’analyser une séquence du même film, à savoir Le Havre de Aki Kaurismaki, j’ai choisi un second extrait qui fait intervenir trois personnages : une patronne de bar et ses deux clients, à savoir Marcel Marx, français quelque peu marginal ayant accueilli un jeune immigré clandestin chez lui, et un dénommé Chang, immigré vietnamien, détenteur de faux papier français. Les trois personnages, ainsi que les spectateurs, regardent le journal télévisé, via le poste de télévision filmé lui-même en gros plan par Kaurismaki. Tous partagent donc une image : les personnages devant le petit écran, les spectateurs devant le Grand Ecran assistent au démantèlement d’un camp de réfugiés par les forces de police.

Continuer la lecture de Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Dans le cadre d’un exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014 (« Regards croisés autour du film Le Havre de Aki Kaurismaki »), chaque spécialiste a dû isoler une séquence du film et en proposer l’analyse. L’exercice poursuit plusieurs objectifs qui n’ont pas tous été immédiatement atteints : tant le choix de la séquence que l’analyse qui s’en suit vont permettre d’identifier la différence des points de vue, la différence des outils conceptuels convoqués et ainsi permettre de mieux déterminer la complémentarité des disciplines : sociologie, histoire du droit, droit positif, sémiologie et/ou sémiotique. Il faudra expliquer comment s’est opérée la sélection, comprendre ce qui l’a guidée et en quoi ce choix peut être à la fois pertinent pour l’étude par discipline mais contraignant pour le chercheur et déterminant dans la portée des conclusions proposées. Par ailleurs, cet exercice a-t-il du sens ? Si certains chercheurs ont développé des concepts intéressants en limitant leur cadre de réflexion au microscopique, l’analyse séquentielle est-elle pertinente dans le cadre de notre démarche en analyse juridique de l’image ? Nous aurons l’occasion de revenir sur ces questionnements d’une part en confrontant et critiquant nos résultats individuels respectifs, d’autre part en initiant une réflexion commune sur nos méthodes et nos travaux. La première étape est donc de proposer une séquence et son analyse.

Continuer la lecture de Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Pour une approche esthétique du droit, Le juriste et les représentations

 

 Le 21 mai 2014, lors du colloque organisé par le GRIMAJ : « Autour de la représentation de la frontière : migrations et conquête de nouveaux territoires », Nathalie Goedert présentait les axes de recherches pour l’analyse juridique de l’image. Dans un premier billet, elle évoque la dimension esthétique du droit

Tandis que l’étude des représentations[1] est à la mode dans l’univers des sciences humaines qui trouvent dans le contenu manifeste ou latent des œuvres, un précieux matériau de nature historique, sociologique ou idéologique, le droit, tenant l’art pour suspect s’il est question de science, semble garder frileusement ses distances. Le juriste occidental et moderne, il est vrai, n’est pas familier des images. Et pourtant, nous croyons comme Pierre Legendre que « les premiers abords du phénomène institutionnel sont esthétiques » [2] et qu’il convient, d’autant plus dans la société du visible qui est la notre aujourd’hui, d’explorer cette voie de l’approche visuelle, esthétique du droit, trop longtemps négligée.

Si l’image a toujours été un langage[3], elle tend aujourd’hui à devenir un moyen de communication de masse qui se suffit à lui même[4]. Au cours de ces dernières années, l’image en effet s’est démocratisée, tant dans ses procédés de production que dans ses modes de diffusion[5]. Chacun aujourd’hui réalise des images qui peuvent être vues instantanément par des milliers d’individus, dans le monde entier. Cette prolifération récente des moyens de transmission et de diffusion est assurément la marque d’une société fascinée par le visible qui, prolongement inattendu des anciennes croyances, prête aux images un pouvoir et des vertus occultes. De sorte que la vidéo surveillance pourrait éradiquer le crime, que l’imagerie médicale permettrait de triompher de la maladie tandis que les écrans des téléphones portables transformés en appareils photo créeraient ce lien de convivialité et de partage qui fait si cruellement défaut dans notre monde moderne. On ne peut négliger les effets psycho-sociaux de cette évolution qui modifie les pratiques sociales tant dans le rapport à l’autre que dans la perception de la réalité. Dans une société du visible, il devient nécessaire de se familiariser avec les images, mais surtout d’observer, de comprendre et d’accompagner ce nouveau rapport au réel.

Continuer la lecture de Pour une approche esthétique du droit, Le juriste et les représentations

Travailler sur l’image : quelques mots sur Grimaj et Imaj

Introduction au colloque « Autour de la représentation de la frontière : migrations et conquête de nouveaux territoires », organisé à Limoges le 21 mai 2014 dans le cadre du PRES LCP « Frontière(s) au cinéma ».

Ce colloque constitue la seconde rencontre du Grimaj et s’inscrit comme une étape dans un processus initié en octobre 2013 lors d’une première rencontre autour du thème des frontières. Lors de cette première journée, un groupe s’est formé : le groupe de recherches en analyse juridique de l’image. Fonder un groupe suppose de souder une équipe autour d’un projet commun. Ici, c’est davantage un objet qu’un projet qui nous a réuni : l’image et un désir d’ouverture aujourd’hui appelé souci d’interdisciplinarité, de pluridisciplinarité ou de transdisciplinarité…

Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

L’exercice pratique proposé au Grimaj le mercredi 21 mai lors d’un colloque consacré aux migrations dans le cadre du PRES LCP “frontière(s) au cinéma” relevait (rétrospectivement) de la gageure : chaque membre de l’équipe devait sélectionner une ou plusieurs séquences du film Le Havre de Aki Kaurismaki (en lien avec le thème de la frontière) et en proposer l’analyse avec les outils propres à sa discipline. Par la suite, il était prévu de confronter lesdites analyses, de remarquer la spécificité de chacune avant d’examiner la complémentarité des unes et des autres.

Le résultat est à la fois excitant et frustrant. Excitant, parce que l’exercice a été performant : les analyses se sont révélées très diverses et de ce simple fait complémentaires. Alors même que la discipline juridique était représentée par trois intervenants, on n’a relevé aucun propos redondant : les deux historiens du droit (Stéphane Boiron et Ninon Maillard) et le juriste positiviste (Christophe Bonnotte) n’ont pas toujours choisi les mêmes séquences et même lorsque cela a été le cas (séquence du centre de rétention administrative sélectionnée par Ninon Maillard et Christophe Bonnotte) les analyses se sont révélées très différentes, sans que cela ne se limite à une différence de points de vue.

imagesHAHNJY3Y

Excitant, parce que l’exercice a généré des questions de méthode intéressantes autour du choix des séquences, de la pertinence d’une analyse de séquence, de la pertinence même du choix d’un film dans une œuvre. Frustrant, parce qu’inachevé : une fois de plus, le temps de débat prévu à l’issue des analyses individuelles s’est trouvé écourté et au final, la réflexion commune n’a pas eu lieu. Elle n’est que reportée mais il est certain que les conclusions auraient gagné à être tirées à la suite de l’exercice. On parviendra sans aucun doute à reprendre l’essentiel lors de la prochaine rencontre mais le détail ? la spontanéité ?

Continuer la lecture de Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

La relativité de la frontière image fixe/image animée : de Phidias à Eisenstein

Mot d’accueil de Xavier Perrot, historien du droit, co-directeur de l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques) pour l’ouverture de la journée d’étude du 25 octobre 2013 « Analyse de l’image : jalons pour une méthodologie », dans le cadre du programme de recherche PRES LCP « Frontière(s) au cinéma ».

“Mes plus vifs remerciements vont aux organisateurs de cette journée (Nathalie Goedert, Ninon Maillard, Christophe Bonnotte, Stéphane Boiron) qui offrent l’occasion à l’équipe des historiens du droit de l’IAJ (Institut d’Anthropologie Juridique) au sein de l’OMIJ, de matérialiser un rêve déjà vieux, celui de développer à Limoges des recherches en iconologie juridique. Cela ne devait pas initialement passer par le cinéma, donc l’image animée, mais plutôt par l’image fixe ; l’effort épistémologique et méthodologique mené par le récent GRIMAJ (Groupe de recherche en analyse juridique de l’image) devrait montrer que la césure n’est pas antithétique et que cette « frontière » fixe/animée est à relativiser.

Je vais m’arrêter quelques instants sur ce problème, qui n’est peut être pas hors sujet, car il me donne l’occasion de saluer la mémoire de celui qui est à l’origine de ce rêve iconologique – avec Pascal Texier – visant à inscrire l’iconologie juridique dans les thématiques de recherche de l’IAJ : il s’agit de Jacques Phytilis, juriste de grand talent, passionné d’art (de peinture notamment), et dont l’immense culture (les Lettres, la musique, l’Histoire), lui avait fourni l’outillage intellectuel pour traiter des questions juridiques par l’image, à l’exemple d’un Panofsky dont il admirait les travaux. Cette passion donna de beaux textes qu’il qualifiait lui-même « d’iconographie historique de l’État » : citons en priorité, « De l’objet esthétique comme dérivé de l’exécution : la damnatio memoriae » ; « Portraits de Princes : quelques détails hors normes » ; ou encore « Couple, Images et Droit : regards iconoclastes ». Jacques Phytilis me fit travailler en son temps sur le problème de la nature juridique des objets d’art en exil ; il était en effet mentalement et physiquement travaillé pourrait-on dire par le démantèlement et le déplacement des frises du Parthénon et leur présentation au British Museum de Londres. Ses origines paternelles grecques certainement ! Je voudrais donc utiliser cet objet d’amour esthétique comme source d’inspiration pour dire quelques mots fragiles sur le thème du jour : « Analyse de l’image : jalons pour une méthodologie » dans le cadre du programme de recherche « Frontière(s) au cinéma ».

La frontière dont il sera question est celle, évoquée plus haut, du possible verrou méthodologique entre image fixe et image animée. Autant il peut sembler envisageable et pourquoi pas naturel pour le juriste d’interpréter l’image immobile – c’est le cas par exemple des miniatures médiévales et de la peinture classique – autant le champ d’interprétation juridique de l’image animée est, lui, largement boudé. Une courte rêverie sur l’objet « frise du Parthénon » me parait néanmoins offrir l’occasion de franchir cette frontière méthodologique.

Continuer la lecture de La relativité de la frontière image fixe/image animée : de Phidias à Eisenstein

Rencontre GRIMAJ

Le GRIMAJ se réunit le mercredi 21 mai 2014 pour un colloque autour du thème des migrations dans le cadre du PRES Limousin-Charente-Poitou “Frontière(s) au cinéma”. Une matinée méthodologique sera suivie d’une après-midi plus pratique dans la perspective interdisciplinaire qui  est au coeur de la démarche du groupe constitué depuis octobre. Juristes, historiens du droit, sémiologues et sociologues ont choisi et travaillé une séquence du film Le Havre de Aki Kaurismaki. Ils proposeront leur séquence et leurs analyses respectives avant d’engager une réflexion commune et un débat autour tant du choix des images que du sens et de la portée qu’ils leur attribuent. Dans la lignée des conclusions de la première rencontre du groupe, cet exercice est à la fois une mise en commun de nos réflexions et une confrontation de nos disciplines à partir de nos concepts et de nos raisonnements respectifs afin d’en évaluer la complémentarité. Il s’agit de définir, à l’issue de la journée, la spécificité de l’analyse juridique de l’image tout en considérant le nécessaire apport des méthodes et des outils sémiologiques et la complémentarité du point de vue d’autres disciplines, ici de la sociologie. Contrairement à la première Journée d’Etudes qui s’était tenue le 25 octobre et dont la synthèse est en ligne, le colloque sera ouvert au public.

Le regard sociologique de Cimino, part. III

Extrait numéro 3 : Le débarquement ferroviaire de James Avrill

(La Porte du Paradis, de Michael Cimino est proposé en DVD et/ou Blu-ray, en version longue et restaurée, chez Carlotta films depuis le 20 novembre 2013)

James Avrill, seul dans le wagon et à peine éveillé de son voyage, chaussant ses bottes égarées sous son siège (geste de reprise de conscience réitéré à plusieurs reprises dans les moments clé du film), débarque à la gare poussiéreuse  de cette ville embouteillée du Wyoming (Casper Station) ; et c’est dans la foule bigarrée des nouveaux migrants parlant les langues vernaculaires des ghettos de l’Europe centrale, qu’il tente de frayer son chemin. La ville a changé  et James le shérif du comté,  tente d’y retrouver sa place.

Continuer la lecture de Le regard sociologique de Cimino, part. III

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search