Archives de catégorie : Billets

la musicalité du droit

 

Des chercheurs, des artistes explorent le droit à partir des sons et des chants

Quel rôle jouent les mots et les sons dans la création et la transmission de la culture juridique ? Comment renouer sensoriellement avec l’oralité du droit ? Sans doute en explorant sa musicalité.

Cette troisième rencontre du projet « Sensible droit » (SENDRO) vise à favoriser le dialogue entre chercheurs et artistes, autour d’œuvres musicales qui s’inspirent du droit, parlent de droit ou questionnent le droit. Elle s’organise en deux temps.

Un premier temps d’échange autour de deux œuvres musicales présentées par les artistes et qui donneront lieu à une discussion. Découvrir une œuvre sonore et écouter … Expérimenter dans les corps la dimension sensible de la voix, de la musique. Mieux comprendre, par un éclairage philosophique autant que par la pratique artistique, la part de la musicalité dans le « phénomène juridique ». Constater ce que cette perception apporte à la connaissance du juriste.

Un deuxième temps d’échange sur la place du droit dans les chants traditionnels ou contemporains de l’île. Musicologues, auteurs compositeurs et juristes travailleront de concert autour d’œuvres du patrimoine chanté insulaire, permettant un premier recensement et des premières pistes d’analyse. Les travaux pourront ultérieurement déboucher sur une recherche-création. La rencontre sera intégralement enregistrée par E Voce

Retrouvez tous les renseignements sur la page web de l’EMRJ : ici.

Pour télécharger le programme, cliquez ici

WEBINAIRE HISTOIRE DU DROIT 2.0

Attention, la séance sur les procès filmés prévue initialement le 16 mai est reportée au jeudi 23 mai 2024

L’objet de ce webinaire est avant tout de rencontrer des chercheurs dont les recherches ne sont pas forcément très classiques ou qui ont innové en s’appuyant sur les outils numériques pour valoriser ou même construire leur recherche.

Il s’agit de mettre en commun ce savoir-faire et d’en faire profiter tous les historiens du droit, notamment les jeunes chercheurs, mais pas que. La mise à disposition de sources très variées peut, au-delà des recherches personnelles ou collectives, être utilisées en enseignement.

Tous ceux qui le souhaitent peuvent se connecter avec le lien suivant : https://meet.google.com/inc-nfrd-cjx, aux jours indiqués sur le programme. Le webinaire se tient de 17h à 19h. Des attestations de présence pourront être délivrées pour les doctorants qui en auraient besoin.

Les séances seront enregistrées et mises en ligne sur IMAJ et sur le site du CHAD.

Connectez-vous !

programme les objets et le droit

7 DÉCEMBRE

Musée de la Corse

Salle de convivialité

9h | Accueil par

Dominique Federici, président de l’Université de Corse

Graziella Luisi, directrice de la Fondation de l’Université de Corse

André Giudicelli, directeur de l’EMRJ,

Lisa Falconetti, responsable des collections du Musée de la Corse

9h20 | Introduction

Nathalie Goedert (EMRJ), historienne du droit, Université de Corse

9h30-10h00

Xavier Perrot, professeur d’histoire du droit, Université de Clermont-Ferrand

« Le droit des autres dans le patrimoine des autres. »

10h00-10h30

Nathalie Delbard, professeure en arts plastiques, Université de Lille

« Les objets de grève, du monde du travail au monde de l’art et inversement. »

10h30-11h00

Valérie Hayaert, historienne, École de droit de l’Université de Warwick

« Qu’est qu’une pierre d’infamie ? Hypothèses sur le cas de la petra d’infamia de

Corte. »

11h30-12h30 | Discussion

Marie-Eugénie Poli-Mordiconi, conservateur en chef honoraire, responsable

des collections au musée de la Corse

Vannina Bernard-Leoni, autrice

Toni Casalonga, artiste plasticien

14h30 | Assemblée des passeurs de savoirs

Modération : Liza Terrazzoni, socio-anthropologue

Avec Agnès Simonpietri, tisserande

Pantaleon Alessandri, ébéniste

Ghjacumina Aquaviva-Bosseur, anthropologue, enseignante de langue et

cultures corses

Discussion

Le projet « Sensible droit » (SENDRO) bénéficie d’un financement dans le

cadre de l’appel à projets « sciences participatives » 2023/2024 de l’Université

de Corse. Il s’inscrit dans les activités de la toute nouvelle chaire « Art et droit »

portée par l’EMRJ (Université de Corse) et la Fondation de l’Université de Corse.

Il est développé en partenariat avec le CEAC (Université de Lille).

Informations pratiques :

Contact : Jeanne Laleure-Lugrezi (EMRJ) – laleure_j@univ-corse.fr

Adresse : Musée de la Corse, La citadelle, 20 250 Corti

les objets et le droit

Des chercheurs, des artistes, des artisans explorent le droit à partir des objets

Rencontre atelier, le 7 décembre 2023 au musée de la Corse

Possibilité de suivre cette rencontre à distance

Certains objets de nos collections muséales rappellent un temps ou des lieux où l’objet pouvait être un agent juridique, au sens où il pouvait constituer le lien de droit, le créer, le renforcer ou encore a posteriori, rendre compte de l’existence du lien. En l’absence d’acte écrit, l’objet peut matérialiser l’engagement juridique. Notre mémoire a occulté cette portée juridique des objets, surtout quand ils sont conservés et montrés, au mieux pour leur caractère symbolique, mais plus souvent pour leur dimension esthétique. Une première rencontre-recherche doit nous permettre de porter un regard sur ces objets, de leur rendre leur signification juridique … de réfléchir aux catégories : objet d’art (?) objet de droit (?)

Dans une démarche exploratoire, la rencontre vise à organiser un dialogue entre juristes, responsables de collections muséales, anthropologues et utilisateurs d’objets afin d’une part d’identifier ces « objets de droit » dans nos collections, d’en préciser la définition, d’en dresser un inventaire. Elle se tiendra au Musée de la Corse, partenaire du projet.

 

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet « Sensible droit » (SENDRO) porté par l’ EMRJ de l’Université de Corse et le CEAC (Université de Lille).

Le projet est soutenu par la fondation de l’Université de Corse au titre de la claire « E-art et droit ». Il bénéficie en outre d’un financement dans le cadre de l’appel à projets « sciences participatives » 2023/2024 de l’Université de Corse.

 

Lien pour la visioconférence :

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91951454008?pwd=NWVWQWo2bmlIT0pwZVFZKzUreStjZz09

ID de réunion: 919 5145 4008

Code secret : 792904

« Leur Algérie », de Lina Soualem : Politique du couple

L’année 2022 a été marquée en Algérie par la célébration du 60ème anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale. En France, le cinéma s’est efforcé avec plus ou moins de bonheur, plus ou moins de révisionnisme, de participer de cet effort de mémoire. Parmi d’autres exemples, citons Citoyen d’honneur, de Mohamed Hamidi, qui retrace le voyage physique et introspectif d’un Algérien ayant vécu loin des siens ; également, Nos Frangins, de Rachid Bouchareb, qui revient sur les événements dramatiques de la mort de Malik Oussekine en 1986 en France, un film qu’il faut regarder en miroir de la mini-série Oussekine réalisé par Antoine Chevrollier ; De nos frères blessés, aussi, d’Hélier Cisterne, relatant une histoire d’amour en pleine guerre d’Algérie ; Les Harkis de Philippe Faucon, enfin, revenant sur les grandes trahisons de cette guerre.

Ce travail de mémoire, une jeune réalisatrice, Lina Soualem, l’a entrepris un an auparavant, dans un documentaire, Leur Algérie, comme une manière de précéder cet anniversaire de la libération en filmant, à partir d’images d’archives comme les siennes propres, ses grands-parents. Ce documentaire est essentiel à la compréhension de ce travail mémoriel en ce qu’il en synthétise différents aspects, pour le meilleur, comme pour le pire.

Continuer la lecture de « Leur Algérie », de Lina Soualem : Politique du couple

Donner la parole aux voix… retour sensible sur l’expérience des interprètes du tribunal pénal international pour l’ex-yougoslavie.

In the flow of words : Translating the trauma of war, un film d’Eliane Esther Bots, produit par near/by film, distribué par Square eyes – Wouter Jansen, 22 minutes, 2021, (pour visualiser le film : The New Yorker, 2022, episode 42.)

In the flow of words est un documentaire poétique, d’une rare sensibilité, qui entre pleinement dans le registre de nos recherches portant sur la manière dont l’art et le droit se rencontrent et se combinent pour une écriture plus riche et plus juste de l’histoire judiciaire. Le documentaire de la plasticienne et réalisatrice vient donner la parole à ceux que le public et les historiens qui s’intéressent aux enregistrements vidéo des audiences publiques du tribunal pénal international pour l’ex-yougoslavie entendent mais ne voient pas : les interprètes.

Rappelons tout de même que le rôle des interprètes s’avère fondamental bien avant lesdites audiences. Jean Hatzfeld, reporter de guerre, raconte ainsi la collaboration précieuse de tous les interprètes qui ont facilité, voire rendu tout simplement possible, la mission des journalistes et de manière plus large de tous les intervenants étrangers, militaires, médecins…. Il leur consacre un émouvant chapitre intitulé “Des traductrices allègres” dans L’Air de la guerre. On peut aussi se souvenir que le film de fiction  Quo Vadis, Aïda? de Jasmila Zbanic a comme personnage central une traductrice, institutrice de formation, travaillant au service des militaires néerlandais de la base de l’UN de Potocari. 

“Dès les préliminaires de la guerre, une petite corporation d’interprètes, spécialisées dans l’assistance aux journalistes de passage, émerge à Zagreb, Belgrade, Sarajevo, Pristina. Parmi elles, très rares sont les traductrices professionnelles, quoique certaines s’y lancent avec une certaine grâce. Le plus souvent, ce sont des journalistes locales, des militantes, des étudiantes ou des professeurs de langue au chômage technique.”
(Jean Hatzfeld, L’air de la guerre. Sur les routes de Croatie et de Bosnie-Herzégovine, Editions de l’Olivier, 1994, Points/ Récit, p. 59)

Si le rôle et l’abnégation des interprètes ont donc été soulignés par ailleurs, le portrait des trois interprètes du tribunal pénal international dressé par Eliane Esther Bots témoigne moins des événements de la guerre en Bosnie que de l’expérience intime de trois interprètes dans l’exercice de leur mission, que ce soit au cours des enquêtes ou au cours des procès, en audience : Nenad Pops Popovic, Alma Ilmamovic et Besmir Fidahic. 

C’est un retour sur une expérience particulière des procès internationaux concernant la Bosnie qui nous est donc ici proposée, celle des interprètes ayant travaillé au service du tribunal, angle de vue inédit venant compléter l’écriture de l’histoire des ces procès historiques.

Continuer la lecture de Donner la parole aux voix… retour sensible sur l’expérience des interprètes du tribunal pénal international pour l’ex-yougoslavie.

Un pays qui se tient sage

« Un pays qui se tient sage », de David Dufresne : Sage comme une image?

En mai 2020, aux États-Unis d’Amérique, une affaire de violence policière défraie la chronique. À Minneapolis (Minnesota), un homme noir, Georges Floyd, après son interpellation par les forces de l’ordre, meurt. Une violence policière qui emportera la condamnation « historique » pour meurtre de l’un des agents, Derek Chauvin, un an plus tard, le 20 avril 2021.

En 2020, tout autant, en France, un documentaire, celui de David Dufresne, Un pays qui se tient sage, entendait dresser un état des lieux du problème des violences policières, ne les envisageant pas simplement comme un effet conjoncturel mais structurel. Par quelque tour que l’on prenne le documentaire de David Dufresne, Un pays qui se tient sage, on est alors empêché par deux mouvements contraires, soit répondre de ses faiblesses, prendre sa défense, soit attaquer ce qui devait en faire la force, le mettre en accusation. S’en prendre à un homme à terre comme un agent des forces de l’ordre s’en prendrait à un(e) pauvre manifestant(e) ? Plutôt, soumettre au jugement les pièces du procès, puisqu’il s’agit bien de juger dans le documentaire, en vue du verdict. Mais, in dubio pro reo : dans ce cas de figure, le doute doit profiter à l’accusé. S’il faut intervenir dans les débats, ce sera d’abord en qualité de défenseur, pour tâcher de voir jusqu’où pourrait être poussé le plaidoyer. Mais c’est précisément cette volonté scrupuleuse d’apologie qui ne tardera pas à amener au jour des traits dont on ne pourra nier le caractère de témoignages à charge. Les tentatives de David Dufresne de montrer dans son documentaire Un pays qui se tient sage, images à l’appui, les violences policières en les exposant à différents intervenants, manière de penser ce qui fait/ferait (encore) démocratie (au sens libéral du terme), seraient toujours reprises par ce à quoi elles tenteraient d’échapper, à l’instant où elles voudraient y échapper, le film procédant également par exclusion, exerçant souverainement sa loi comme sa contrainte sur son sujet, le violentant. Il faut alors tirer toutes les conséquences d’un discours filmique qui est à lui-même sa propre objection.

ⓒ Le Bureau – Jour2fête – 2020

Les assassins de la République

D’emblée, le projet de David Dufresne est atypique comme une peau est atopique, une peau qui se tournerait contre elle : soit ne produisant plus, soit déclenchant en surnombre ce qui était censée la protéger, autant de défenses immunitaires devenues folles comme un gardien de la paix s’en prendrait aux enfants de la République.

Depuis son Hashtag Allô Place Beauvau, cocktail molotov implosant les genres, lancé afin de répertorier par l’image et possiblement nombre de violences policières, la constitution de cette mémoire filmique a tout d’abord servi à alimenter la fiction du roman de David Dufresne, Dernière sommation (Grasset), une première décharge.

Cette matière filmique dont il a disposé était le témoignage (pour l’essentiel des images) laissé par ses followers, soit comme victimes, soit comme spectateurs, desdites violences. Travail de veille/de vigie qui défie les lois de la taxinomie, donc, pour aller de la matière filmique au roman, puis des images collectionnées à la réalisation d’un documentaire à partir des images des autres. Sage, l’image ? Si une image, c’est 24 vérités par seconde, selon la formule de Godard, cet atopisme élève-t-il ce chiffre au carré dans le film de David Dufresne ? De ce point de vue, car il en faut bien un, nécessité faite par le genre, le documentaire de David Dufresne, le premier de son état, a la volonté algébrique d’une exponentielle, qui se propose rien moins que de présenter en accéléré des images de manifestations, notamment, mais pas uniquement, celle des Gilets jaunes, alternées de scènes d’entretiens (avocats, ethnographe, écrivain, historiens, journalistes, professeure de droit public, sociologues mais aussi paroles populaires versus celle d’un représentant de syndicat policier, le secrétaire général de Synergie Officiers, d’un secrétaire national CGT intérieur et un secrétaire national Alliance Police comme un général de gendarmerie, chacun jamais nommé dans le documentaire afin de défaire, selon le réalisateur, les hiérarchies, seulement mentionné au générique de fin). Un film aussi court qu’on est pris de vertiges, 1h29, mêlant donc le problématique (le temps de l’analyse) à l’épique (les scènes de violence qu’on n’osera pas nommer d’actions), le temps long de la réflexion au temps court de la monstration, crossover encore entre tout ce que le documentaire de David Dufresne montre et ne montre pas, précisément sur les effets de la monstration des images essentiellement.

Reprenons, à cet égard, le film, non pas par ses qualités comme ses défauts, mais par les critiques dont il a fait l’objet comme les manques qui seraient les siens.

Continuer la lecture de Un pays qui se tient sage

Sensible droit

Le 26 février 2022, nous étions invitées par l’association des Chercheurs de l’Université Panthéon-Assas pour parler des relations étroites entre l’art et le droit. Il ne s’agit pas de se limiter aux illustrations du droit dans l’art ou de s’intéresser au droit de l’art mais de travailler à partir des représentations du droit dans l’oeuvre artistique et de ce que cette représentation apporte. Quelle est la plus-value du regard artistique pour comprendre le droit, pour interroger la justice…  L’art peut-il constituer une source d’inspiration, voire d’invention du droit ? Peut-on aborder le droit par les sens ? Comment juristes et artistes peuvent dialoguer pour travailler ensemble non seulement à la compréhension du droit mais aussi à sa remise en question, voire à sa réforme…

L’art en “etat de necessite” : un compte-rendu hors-normes

Les 17 et 18 juin 2021, était organisé le premier atelier exploratoire de la Chaire Art et Droit de l'Université de Corse. Invités par l'équipe méditerranéenne de recherche juridique (EMRJ UR 7311) et la Fundazione universita di corsica Pasquale Paoli, accueillis à la Casa Musicale di Pigna par l'association E VOCE, des chercheurs et des artistes se sont rencontrés pour discuter de la nécessité de l'art en ces temps de pandémie. 
Cette rencontre n'a pas débouché sur une performance artistico-juridique comme prévu mais sur une émission de radio (conçue par Gaetan Kondzot avec Noël Casale, Clio Simon, Nathalie Goedert et moi-même : Ninon Maillard), une analyse juridique de film (ici et , écrite par Nathalie Goedert en dialogue avec Toni Casalonga), et le compte-rendu hors-normes que je propose et qui suit... 

Necessitas?

De la nécessité de l’art / De la liberté de la recherche / Du droit et des droits / Du langage juridique / De la citation / De l’écriture scientifique et de ses formes académiques / De la réhabilitation de la “note de bas de page” qui n’est plus en bas de page

De la distance / Du confinement des personnes et des savoirs / Des frontières disciplinaires / Du formalisme et ses clivages / De l’in-jonction

Compte-rendu des échanges1

“Dans “écriture scientifique”, il y a “écriture” avant “scientifique””2

“Par l’index, une lecture non plus linéaire mais tabulaire devient possible. le texte est transformé en une masse de données dans laquelle on pourra prélever une information précise sans avoir à repayer le prix du grand récit que l’auteur a mis en place. l’index, d’une certaine façon, défait la grande narration qu’il analyse en de petits éléments distincts, qu’il réorganise ensuite selon un ordre alphabétique »3

Le contexte…

« L’émergence d’un nouveau Coronavirus, responsable de la maladie à coronavirus 2019 ou Covid-19 et particulièrement contagieux, a été qualifié d’urgence de santé publique de portée internationale par l’Organisation Mondiale de la Santé le 20 janvier 2020 puis de pandémie le 11 mars 2020. La propagation du virus sur le territoire français a conduit le ministre chargé de la santé puis le premier ministre à prendre, à compter du 4 mars 2020, des mesures de plus en plus strictes destinées à réduire les risques de contagion. Pour faire face à l’aggravation de l’épidémie, la loi du 23 mars 2020 a créé un régime d’état d’urgence sanitaire… “4

« La pandémie de Coronavirus (COVID-19) est un cataclysme pour les droits culturels. En fait, elle menace fondamentalement tous les droits de l’homme. […] Outre les crises sanitaires et économiques, l’humanité risque une véritable « catastrophe culturelle » mondiale, qui aura des conséquences graves et durables pour les droits culturels – et d’autres droits de l’homme – …”5

Considérant…

« Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19…

Considérant que le respect des règles de distance dans les rapports interpersonnels est l’une des mesures efficaces pour limiter la propagation du virus… Il y a lieu de fermer les lieux accueillant du public non indispensables à la vie de la Nation… d’interdire tous les rassemblements dès lors qu’ils ne sont pas indispensables à la continuité de la vie de la Nation… Considérant que les rassemblements de plus de 100 personnes favorisent la transmission rapide du virus… qu’il y a lieu en conséquence d’interdire tous ces rassemblements dès lors qu’ils ne sont pas indispensables à la vie de la Nation ; qu’un recensement des catégories de rassemblements concernés est opéré par les différents ministères afin d’en établir une typologie indicative…”6

Reconnaissant…

« Reconnaissant que, dans leur acception la plus complète et la plus large, les arts font et doivent faire partie intégrante de la vie et qu’il est nécessaire et approprié que les gouvernements contribuent à instituer et à maintenir non seulement un climat propice à la liberté d’expression artistique, mais aussi les conditions matérielles facilitant l’expression de ce talent créateur. “7

Continuer la lecture de L’art en “etat de necessite” : un compte-rendu hors-normes

Colomba “Hors la loi” : la vengeance

 

Conversation artistico-juridique à propos du téléfilm d’Ange Casta Colomba (1967)

(Deuxième partie)

Toni Casalonga (artiste-plasticien)
et
Nathalie Goedert (historienne du droit)

Orales, répétées, immémoriales et territoriales, revêtues de l’opinio necessitatis, les règles relatives à la vengeance participent sans aucun doute du droit coutumier. Contrairement à Mérimée qui sous couvert de romanesque accuse et méprise des usages surannés, c’est en la replaçant dans le cadre du droit coutumier qu’Ange Casta interroge la légitimité de la vengeance, rappelant qu’elle fut, en son temps, un mode légitime de règlement des conflits.

Continuer la lecture de Colomba “Hors la loi” : la vengeance

“Colomba” : l’ode à la coutume d’Ange Casta


Conversation artistico-juridique

à propos du téléfilm d’Ange Casta Colomba (1967)

Toni Casalonga (artiste-plasticien)
et
Nathalie Goedert (historienne du droit)

 

Le 17 juin 2021 se tenait à Pigna, accueilli par l’association E Voce, un atelier exploratoire organisé à l’initiative de l’Equipe méditerranéenne de recherche juridique (EMRJ- Université de Corse) et soutenu par la Fondation de cette même université. Il réunissait artistes, chercheurs de plusieurs disciplines (droit, littérature, sociologie) et juristes praticiens. L’objet de cette rencontre était non seulement d’explorer ensemble un thème d’actualité qui semblait pouvoir réunir les préoccupations des artistes et celles des juristes : la Nécessité,  mais surtout d’expérimenter de nouvelles méthodologies de recherche par l’hybridation des savoirs. Parmi les objectifs de l’atelier s’exprimaient la « nécessité » de trouver un langage commun, le désir de diversifier ses matériaux de travail, le défi de modifier ses pratiques professionnelles. L’entreprise était risquée tant droit et art semblent antinomiques ; et pourtant artistes et juristes sont à leur manière des décodeurs et des inventeurs du monde. Les uns construisent l’armature juridique de la société à partir de la représentation que cette dernière se fait d’elle même ; les autres donnent à voir des mondes réels et/ou imaginaires. Il y a dans le droit une vision du monde que les artistes peuvent révéler. Instaurer un dialogue fécond entre artistes et juristes pour produire de nouvelles connaissances et de nouvelles manières de les transmettre, intégrer le sensible et le perceptible dans le juridique, tel était l’enjeu de ce premier atelier.

Continuer la lecture de “Colomba” : l’ode à la coutume d’Ange Casta

La fabrique du procès historique avec franck leibovici et julien seroussi (1er juillet 2021)

 

Le jeudi 1er juillet 2021, l’équipe de La fabrique du procès historique a reçu Franck Leibovici et Julien Seroussi pour discuter de leur ouvrage Bogoro et de l’installation Muzungu

Un petit détour par les archives du tribunal pénal international pour le Rwanda afin d’explorer les possibilités artistiques d’usage  et de mise en valeur des archives judiciaires internationales.