Tous les articles par Ninon Maillard

Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Toujours dans le cadre de l’exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014, qui demandait à chaque spécialiste de choisir et d’analyser une séquence du même film, à savoir Le Havre de Aki Kaurismaki, j’ai choisi un second extrait qui fait intervenir trois personnages : une patronne de bar et ses deux clients, à savoir Marcel Marx, français quelque peu marginal ayant accueilli un jeune immigré clandestin chez lui, et un dénommé Chang, immigré vietnamien, détenteur de faux papier français. Les trois personnages, ainsi que les spectateurs, regardent le journal télévisé, via le poste de télévision filmé lui-même en gros plan par Kaurismaki. Tous partagent donc une image : les personnages devant le petit écran, les spectateurs devant le Grand Ecran assistent au démantèlement d’un camp de réfugiés par les forces de police.

Continuer la lecture de Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Dans le cadre d’un exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014 (« Regards croisés autour du film Le Havre de Aki Kaurismaki »), chaque spécialiste a dû isoler une séquence du film et en proposer l’analyse. L’exercice poursuit plusieurs objectifs qui n’ont pas tous été immédiatement atteints : tant le choix de la séquence que l’analyse qui s’en suit vont permettre d’identifier la différence des points de vue, la différence des outils conceptuels convoqués et ainsi permettre de mieux déterminer la complémentarité des disciplines : sociologie, histoire du droit, droit positif, sémiologie et/ou sémiotique. Il faudra expliquer comment s’est opérée la sélection, comprendre ce qui l’a guidée et en quoi ce choix peut être à la fois pertinent pour l’étude par discipline mais contraignant pour le chercheur et déterminant dans la portée des conclusions proposées. Par ailleurs, cet exercice a-t-il du sens ? Si certains chercheurs ont développé des concepts intéressants en limitant leur cadre de réflexion au microscopique, l’analyse séquentielle est-elle pertinente dans le cadre de notre démarche en analyse juridique de l’image ? Nous aurons l’occasion de revenir sur ces questionnements d’une part en confrontant et critiquant nos résultats individuels respectifs, d’autre part en initiant une réflexion commune sur nos méthodes et nos travaux. La première étape est donc de proposer une séquence et son analyse.

Continuer la lecture de Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Travailler sur l’image : quelques mots sur Grimaj et Imaj

Introduction au colloque « Autour de la représentation de la frontière : migrations et conquête de nouveaux territoires », organisé à Limoges le 21 mai 2014 dans le cadre du PRES LCP « Frontière(s) au cinéma ».

Ce colloque constitue la seconde rencontre du Grimaj et s’inscrit comme une étape dans un processus initié en octobre 2013 lors d’une première rencontre autour du thème des frontières. Lors de cette première journée, un groupe s’est formé : le groupe de recherches en analyse juridique de l’image. Fonder un groupe suppose de souder une équipe autour d’un projet commun. Ici, c’est davantage un objet qu’un projet qui nous a réuni : l’image et un désir d’ouverture aujourd’hui appelé souci d’interdisciplinarité, de pluridisciplinarité ou de transdisciplinarité…

Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

L’exercice pratique proposé au Grimaj le mercredi 21 mai lors d’un colloque consacré aux migrations dans le cadre du PRES LCP “frontière(s) au cinéma” relevait (rétrospectivement) de la gageure : chaque membre de l’équipe devait sélectionner une ou plusieurs séquences du film Le Havre de Aki Kaurismaki (en lien avec le thème de la frontière) et en proposer l’analyse avec les outils propres à sa discipline. Par la suite, il était prévu de confronter lesdites analyses, de remarquer la spécificité de chacune avant d’examiner la complémentarité des unes et des autres.

Le résultat est à la fois excitant et frustrant. Excitant, parce que l’exercice a été performant : les analyses se sont révélées très diverses et de ce simple fait complémentaires. Alors même que la discipline juridique était représentée par trois intervenants, on n’a relevé aucun propos redondant : les deux historiens du droit (Stéphane Boiron et Ninon Maillard) et le juriste positiviste (Christophe Bonnotte) n’ont pas toujours choisi les mêmes séquences et même lorsque cela a été le cas (séquence du centre de rétention administrative sélectionnée par Ninon Maillard et Christophe Bonnotte) les analyses se sont révélées très différentes, sans que cela ne se limite à une différence de points de vue.

imagesHAHNJY3Y

Excitant, parce que l’exercice a généré des questions de méthode intéressantes autour du choix des séquences, de la pertinence d’une analyse de séquence, de la pertinence même du choix d’un film dans une œuvre. Frustrant, parce qu’inachevé : une fois de plus, le temps de débat prévu à l’issue des analyses individuelles s’est trouvé écourté et au final, la réflexion commune n’a pas eu lieu. Elle n’est que reportée mais il est certain que les conclusions auraient gagné à être tirées à la suite de l’exercice. On parviendra sans aucun doute à reprendre l’essentiel lors de la prochaine rencontre mais le détail ? la spontanéité ?

Continuer la lecture de Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

Rencontre GRIMAJ

Le GRIMAJ se réunit le mercredi 21 mai 2014 pour un colloque autour du thème des migrations dans le cadre du PRES Limousin-Charente-Poitou “Frontière(s) au cinéma”. Une matinée méthodologique sera suivie d’une après-midi plus pratique dans la perspective interdisciplinaire qui  est au coeur de la démarche du groupe constitué depuis octobre. Juristes, historiens du droit, sémiologues et sociologues ont choisi et travaillé une séquence du film Le Havre de Aki Kaurismaki. Ils proposeront leur séquence et leurs analyses respectives avant d’engager une réflexion commune et un débat autour tant du choix des images que du sens et de la portée qu’ils leur attribuent. Dans la lignée des conclusions de la première rencontre du groupe, cet exercice est à la fois une mise en commun de nos réflexions et une confrontation de nos disciplines à partir de nos concepts et de nos raisonnements respectifs afin d’en évaluer la complémentarité. Il s’agit de définir, à l’issue de la journée, la spécificité de l’analyse juridique de l’image tout en considérant le nécessaire apport des méthodes et des outils sémiologiques et la complémentarité du point de vue d’autres disciplines, ici de la sociologie. Contrairement à la première Journée d’Etudes qui s’était tenue le 25 octobre et dont la synthèse est en ligne, le colloque sera ouvert au public.

Témoigner par l’image : soirée débat-projection avec Jean-Christophe Klotz

Reportage, documentaire puis fiction… Tel est le parcours de Jean-Christophe Klotz dans sa démarche visant à rapporter ce dont il a été témoin au Rwanda en 1994.

Jean-Christophe Klotz est journaliste lorsqu’il filme le Rwanda pour la première fois. Envoyé sur place, il récolte des preuves, en image, du génocide qui commence. Les images sont diffusées au journal télévisé : elles sont vues par des millions de personnes. Pourtant, le génocide continuera. L’image recueillie et diffusée n’aura pas les effets escomptés par le journaliste.

C’est ensuite par un documentaire qu’il tente de revenir sur les événements dont il a été témoin (Kigali, des images contre un massacre, 2006), avant d’en venir à la fiction avec Lignes de front sorti en 2010.

Force est de se demander comment l’image fictive est la seule qui ait permis à Jean-Christophe Klotz de rendre compte de son expérience. La discussion avec le réalisateur permet de mieux comprendre ce paradoxe. L’image de reportage ne montre que ce qui apparaît à l’écran. Elle ne dit rien de plus. Le documentaire et la fiction permettent en revanche d’utiliser le hors champ. La fiction permet par ailleurs de montrer ce que l’on n’a pas vu directement. Jean-Christophe Klotz raconte ainsi les assassinats à la machette, les viols, les exactions nocturnes des milices Hutus, les exécutions sommaires opérées par d’autoproclamés chefs de guerre.

Montrer ce que l’on n’a pas vu? Comment procéder? On remarque que, lorsque le film place le personnage du reporter face aux violences, ce dernier n’a pas sa caméra en main. Une façon pour le réalisateur de nous dire qu’il n’a ni vu, ni filmé de pareilles images quand il était reporter. Quelles images? Le spectateur ne voit pas ce que le personnage a devant les yeux. On est pourtant presque persuadé d’avoir vu. Or, on entend, on imagine mais on ne voit pas directement. Jean-Christophe Klotz a souligné, lors du débat, l’utilisation qu’il fait du hors champ pour “créer des images mentales”. L’image contextualise une violence que le spectateur n’a plus qu’à imaginer. L’image proposée à l’écran en suscite une autre, précisément celle qui constitue la réalité dont le réalisateur veut témoigner sans l’avoir vue, et donc, sans la montrer.

La fiction permet de montrer différemment : le réalisateur évoque ainsi les “métaphores”, les “images symboliques” auxquelles il a eu recours : le chef de guerre violent glisse la machette dans la main du journaliste français signifie ainsi que le spectateur est complice, que voir et laisser faire revient à faire.

lignesdefront06

Lorsque le chef de guerre est nourri dans le camp français de réfugiés après l’opération Turquoise et donc après le génocide, on comprend que la communauté internationale a accueilli, voire aidé, d’anciens bourreaux. L’image remplace ici le discours. Elle est construite par le réalisateur pour dire plus que pour montrer, pour dénoncer plus que pour témoigner. Elle constitue le message et non la preuve. Un message rendu nécessaire du fait même que l’image-preuve est restée sans efficacité.

Ninon Maillard

Pour citer cet article :

Ninon Maillard, “Témoigner par l’image : soirée débat-projection avec Jean-Christophe Klotz”, billet du 7 avril 2014, Imaj-carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage, sur Hypotheses.org.