Le droit ? Une partition !

 

Musicalité du droit (suite … )

Dans le cadre d’un programme « Sensible droit » (SENDRO), porté par Nathalie Delbard professeur en arts plastiques (CEAC de l’université de Lille) et Nathalie Goedert, historienne du droit (EMRJ de l’université de Corse) se tenait le 7 mai dernier, à l’auditorium de Pigna (Corse), une rencontre transdisciplinaire sur la musicalité du droit (Lien programme).La rencontre, soutenue par la Fondation de l’Université de Corse et le pôle « sciences participatives » de cette même université s’inscrivait également dans un partenariat avec le CNCM Voce de Pigna (Centre national de création musicale). C’est ainsi qu’au cœur d’un village dédié à la musique, dans un auditorium de terre crue, tout à la fois lieu de spectacle, de recherche et d’expérimentation, des juristes, des artistes, des philosophes choisissaient d’explorer le droit à partir des sons et des chants. Un compte rendu de ces échanges serait prématuré, tant le thème a ouvert des pistes diverses et encore inexplorées. Nous préférons ici, partager quelques propos échangés pour continuer, hors des murs, une conversation qui a rapidement pris la forme d’un chant à plusieurs voix et qui ouvre des voies mais pleine de promesses.

Antonia Taddei, dramaturge,  propose de jouer du droit comme on joue de la musique à plusieurs : écouter jusqu’au non verbal et donner du souffle afin de renouer avec un droit sensible et vivant.  

La musicalité du Droit ? Le thème est provoquant ; pourtant en observant le langage, il apparaît un vocabulaire commun, très fondamental entre le Droit et la Musique :

Juste

Faux

Harmonie

Mesure

Balance 

Ce vocabulaire commun amène à considérer que la musicalité du Droit ne concerne pas seulement la forme du Droit : la rime, le rythme, mais le fondement du Droit.

La musicalité du Droit évoque l’émotion qui fonde le droit, un désir clairement exprimé : l’harmonie.

L’harmonie est ici une chose concrète qui demande de l’écoute, de la technique, de la sensibilité, de la créativité.

De plus, l’harmonie se ressent physiquement : elle fait du bien.

L’harmonie demande l’accord de tous.

Une écoute plurielle.

Je propose de prendre l’idée de musicalité du Droit au pied de la lettre.

Je propose de prendre le Droit comme une partition.

Une partition n’a pas de musicalité.

Il faut la jouer pour l’entendre.

Ici si l’on prend le Droit comme une partition, ce que l’on écoute est un vacarme effroyable.

De manière synthétique, voici déjà deux éléments extrêmement graves qui générent une atroce discordance :

  • Les personnes en danger ne sont pas entendues, puisqu’elles ne sont pas protégées.
  • Et ce sont les victimes qui doivent porter plainte donc des personnes blessées, qui peuvent avoir perdu leur capacité d’expression.

Cette discordance fondamentale génère l’impossibilité absolue de créer de l’harmonie.

Cette discordance nous abîme, cela abîme notre âme, notre système nerveux, cela nous rend inapte à agir, pire cela peut faire perdre confiance dans la parole, perdre confiance dans l’humanité.

Comprendre le Droit comme une partition permet de comprendre que nous pouvons le changer, c’est même une obligation, si nous ne voulons pas devenir sourd.

Prendre la musicalité comme guide invite non pas à une réforme, mais à une refondation du Droit.

L’harmonie est un guide pertinent car elle demande une écoute plurielle, une écoute fine.

Plus encore, il est évident qu’il ne suffit pas de donner la parole, il faut que cette parole soit entendue et qu’une réponse satisfaisante soit donnée.

C’est cela jouer ensemble de la musique.

Il doit aussi y avoir une balance, un équilibre dans l’expression de tous.

L’harmonie demande d’écouter pour prévenir, pour empêcher les crimes et les inégalités excessives qui sont aussi des crimes.

D’écouter tous, et tout particulièrement celles et ceux qui ne sont pas entendus, sans quoi, le monde s’assourdit dans sa violence, dans sa discordance.

Comment les écouter ?

Ici il s’agit de faciliter l’expression, la permettre, la transmettre et lui offrir une réponse claire.

Le cœur de cette harmonie est donc l’écoute mutuelle et la médiation pour les cas où l’écoute réciproque ne fonctionne pas. 

La médiation doit jouer un rôle central.

La médiation m’amène à parler de Médée : Médée a la même racine que médiation.

Je mène une enquête autour de la figure de ce Médée, dont j’ai réalisé une étape ici le mois dernier.

L’histoire de Médée est l’histoire la plus ancienne de notre héritage grec. Or cette histoire a été absolument dénaturée.

Médée était surement à l’origine une divinité, la Terre mère.

Médée a la même racine que médiation et que médecine.

Médée était une femme savante, une sage-femme, une médiatrice

En grec, Mēdomai c’est « délibérer, estimer, trouver le moyen de, décider » 

Mēdein c’est « protéger, gouverner »

Med- est une racine proto-indo-européenne signifiant « prendre des mesures appropriées »

Le nom de Médée est une partition : 

le m de Médée est le m de maman

de « mmmmm » c’est bon

et « mmmmm » je suis d’accord

le m de musique

le m de moi

Le dé, d d c’est le toucher, d t  t  d c’est toi

Ecoute « Médée » : 

moi, toi

Médée est sage-femme

Elle représente le soin, la protection, la médiation, l’harmonie.

Ainsi Médée nous invite à revisiter le Droit comme une partition, à refonder de Droit comme la recherche de l’harmonie.

Entre toi et moi.

Entre nous

Entre les humains et la nature.

En posant le soin comme chose première : Primour[1] !

La musique requière une qualité d’écoute

Une qualité du silence

Le silence est l’espace de la liberté, en Droit.

La musique est l’art de sculpter le silence.

Le silence invite à écouter les voix non humaines. 

Comment les comprendre ?

Cela peut être directement, c’est l’objet de l’écologie sonore.

Mais cela peut être symboliquement : que pense la mer ? que pensent les rivières ?

Comment porter leurs voix ? 

La musicalité du Droit est aussi une invitation à l’oralité

à l’autochtonie

à la proximité

Pour s’écouter, pour s’entendre, il faut être proche.

Mieux il faut s’approcher.

Peut-on se mettre d’accord ?

U bè ùn face rimore[2]

Primourons-nous !

             

[1] Primour est un néologisme en français, inspiré de primura. Primura a été proposé par Vannina Bernard Leoni pour traduire le mot care. Je propose de créer primour en français pour traduire care, et même le renforcer, revigoré par la langue corse : primour c’est le soin comme chose première.

C’est le deuxième mot en français inspiré du corse, le premier étant le maquis !

[2] Le bien ne fait pas de bruit.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Antonia Taddei (21 juin 2024). Le droit ? Une partition ! IMAJ. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v8z


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.