Harmonie

 

La musicalité du droit (suite …)

Dans le cadre d’un programme « Sensible droit » (SENDRO), porté par Nathalie Delbard professeur en arts plastiques (CEAC de l’université de Lille) et Nathalie Goedert, historienne du droit (EMRJ de l’université de Corse) se tenait le 7 mai dernier, à l’auditorium de Pigna (Corse), une rencontre transdisciplinaire sur la musicalité du droit (Lien programme).La rencontre, soutenue par la Fondation de l’Université de Corse et le pôle « sciences participatives » de cette même université s’inscrivait également dans un partenariat avec le CNCM Voce de Pigna (Centre national de création musicale). C’est ainsi qu’au cœur d’un village dédié à la musique, dans un auditorium de terre crue, tout à la fois lieu de spectacle, de recherche et d’expérimentation, des juristes, des artistes, des philosophes choisissaient d’explorer le droit à partir des sons et des chants. Un compte rendu de ces échanges serait prématuré, tant le thème a ouvert des pistes diverses et encore inexplorées. Nous préférons ici, partager quelques propos échangés pour continuer, hors des murs, une conversation qui a rapidement pris la forme d’un chant à plusieurs voix et qui ouvre des voies mais pleine de promesses.

Nicole Casalonga, auteur compositeur et chercheuse, explore la puissance du geste vocal et nous offre un texte polyphonique qui, dans un ensemble stimulant, fait entrer en résonance non seulement les mots, les principes mais également les finalités de la musique et du droit pour penser un monde en harmonie.

La musicalité du droit ! Cette question, ô combien inattendue, me laissa interdite, je l’avoue. Mais l’idée infusant lentement, je me pris  au jeu et ce d’autant mieux que vous m’invitâtes à partager le temps de parole avec Christine Esclapez. J’en fus rassurée et honorée. Et je dois ma reconnaissance à Christine qui d’emblée me témoigna une bienveillante solidarité en préparant le terrain par son analyse de l’article « Sur la voie de la sociologie du droit. L’approche de droit et musique » de Maria Paola Mittica, que l’une comme l’autre à des kilomètres de distances, avions retenu.

Mon propos, nous en sommes convenues, s’articulera donc -je m’en tiendrai aux seuls ressentis- sur la base de deux des notions évoquées par Maria Paola Mittica et rappelées par Christine. L’une faisant écho à ce qu’il me reste de sensible de mes humanités en m’interpelant sur l’importance du son et sur la charge polysémique et symbolique du geste vocal. L’autre soulignant, pour la formation des stratèges dans la Grèce antique ou pour apaiser les esprits et dénouer les conflits, « la fonction pédagogique de la musique » que « Platon, la considérant comme un chapitre fondamental de la paideia»[1], mettra en oeuvre.

Pour saisir le concept de paideïa chez Platon, Didier Moreau rappelle, lui, « l’importance d’une éducation de la jeunesse dans la constitution de la Cité (qui ) du point de vue d’une construction philosophique doit permettre à chaque citoyen de distinguer le juste et l’injuste , non seulement par l’intellection, mais de surcroît de manière affective » . « Il s’agit d’apprendre à se régler et à s’orienter vers l’horizon commun d’un être-ensemble harmonieux » par, entre autres, « les pratiques de la danse selon une musique elle-même harmonieuse »[2].A l’époque où, en Corse, la conversation dans le cadre familial se faisait souvent par le biais de l’improvisation (en chjama e rispondi[3]) voici un exemple remarquable de pédagogie cathartique par le médium du chant pour « s’orienter précisément vers l’horizon d’un être-ensemble harmonieux ». Imaginons un instant le saisissement -et peut-être le ravissement- d’un enfant rebelle, têtu, et colérique, entendant se déployer le chant que sa maman lui adresse ! Non pas la soudaineté véhémente d’une punition mais un chant improvisé d’une strophe (ou plus) de trois vers de seize pieds rimés, se déployant dans le temps, suspendant l’espace, l’immergeant ainsi non seulement dans l’univers du son, de la forme chantée et de ses règles, mais aussi dans celles de la sociabilité. A ce sujet toujours, permettez-moi de vous inviter à consulter la thèse de doctorat récemment soutenue à l’Université de Corse par Claude Bellagamba[4] sur la fonction et l’articulation pédagogique de la paghjella[5] – notons ici la proximité sémantique entre paghjella, paideía, l’éducation, et paidiá le jeu- et de ses règles, ses lois devrais-je dire, qu’Ignazio Macchiarella par la fulgurance de la métaphore formule ainsi « Tre voci per pensare il mondo »[6] : trois voix pour penser le monde !

Et j’en viens à « l’importance du son dans la construction de la décision juridique ». Ainsi, l’exorde de la première des Catilinaires que Cicéron, devant le Sénat réuni, adresse à Catilina, conspirateur contre la République. Le tricolon « quo usque .. quamdiu, quem ad finem »[7], les occurences « nihilne , nihil » , une rhétorique déclamatoire, un son dont nous ne savons rien, ni de sa nature, ni de son intensité ont sans doute pesé dans la décision judiciaire. Il nous reste par bonheur l’articulation rhétorique, à mon sens, un exemple oratoire d’une grande musicalité ! Plus récent, le discours de Robert Badinter, une plaidoirie, un argumentaire adressé avec passion et véhémence emportant l’adhésion des députés de l’Assemblée Nationale, dont le ton, ses variations et ses registres, de la colère à la force persuasive, de l’exhortation et à la déploration, a certainement concouru à l’édit et à la promulgation de la loi pour l’abolition de la peine de mort. Mais permettez-moi de revenir à la première Catilinaire dans laquelle je retiendrai deux des termes du dernier colon : « Quem ad finem sese effrenata iactabit audacia ».

Effrenata, cette frénésie dont sans doute l’orateur, par « sympathie » ou par transfert, s’empare pour charger son argumentaire du ton nécessaire pour convaincre et peser sur la décision de justice. Cette frénésie qu’ici en Corse invoquera le poète pour l’inspirer et jouter finement dans le chjama e rispondi[8] et recueillir les vivats des auditeurs.

Iactabit, jeter, mais aussi retentir, que par la vertu d’une lecture récente du beau livre de Nicole Loraux « Les mères en deuil »[9], j’associerais volontiers, comme racine commune, au grec Iakkein : crier, pousser des cris.

Iakkè, c’est par cet incipit que les « mères en deuil » d’Athènes commencent leur lamentation sur le corps de leur fils mort. Les cris et les pleurs, la « voix endeuillée », « antipolitique » parce que accusatoire, subversive, la Cité menacée et ses lois la contiendront, la relègueront à l’espace domestique et au lieu de l’inhumation, le cimetière d’Athènes : le Céramique. Au thrène des mères sur leur fils mort, la maison et le cimetière ! A la Cité, l’agora et les oraisons funèbres à la gloire des héros et à la sienne par ressaut !

M’interrogeant encore sur le concept de « droit et musicalité » qui sourd comme une aporie, mais où, in fine, la voix et sa multitude palpitent sous toutes les formes, je veux, en conclusion, convoquer, lien impalpable, inouï, entre justicier et condamné, ce lamentu que la décision judiciaire aura provoqué. Dernier geste vocal dont on admirera la rhétorique, il fut composé, sur l’alternance raffinée d’heptasyllabes et d’hendécasyllabes à la fin du XIXème siècle par Antone Rossi d’Olmeto[10]. Pour avoir -selon la coutume ?-, vengé l’honneur bafoué de sa soeur, Antone Rossi, un instituteur cultivé et sans doute féru de littérature italienne comme l’étaient les enseignants du siècle précédent, fut condamné, emprisonné à Bastia puis envoyé au bagne de Cayenne où il y mourra. Se poserait-elle, ici, la question entre Loi et règle coutumière[11] ?

Dédiée à son épouse et aux siens, aux lieux à l’infini et aux beaux jours à jamais perdus, il confia sa poésie à un compagnon de cellule originaire de Zicavo qui la rapporta.

Et nous reste désormais, comme témoignage d’humanité douloureuse, rayonnant de beauté et d’empathie, le lamentu d’Antuninu.

Lamentu d’Antuninu l’Ulmisgianu[12]

O cunsorti adurata

Nelloscura prigioni di Bastia

Cun la mio penna amata

Scrivà ti vogliu in rima e puesia

Cun amaru curdogliu

Mia vita addulurata in questu fogliu

Io son incarceratu

Rinchjusu in un’antica sepultura

Tra i ferri e laceratu

Sò divinutu una morti in figura

Piengendu il poverinu

La cruda sorti, il barbaru destinu

……

Mi sveglio al fà del giorno

Al murmuru giocondo di l’ucelli

In terrazza ritorno

A cuntemplà li fiori e larbuscelli

Quel valle è colline

Quel ricchi e magnifichi cunfini.

Un giorno dal mio scornu

Vedu spianà sull’l’onda un negru legnu

Chi di muntura adorna

Chi tràffica da l’unu à l’altru regnu

E porta per insegna

Li graditi culori di Francia degna

….

Addiu Ulmetu amatu

Addiu locu induve eu so natu

Addiu amici cari e parinteddi

Addiu li affetti mei cari sureddi

Addiu per sempre andati

Li beddi giorni per mè son passati

[1] M.P. Mittica, Droit et Société, 2021/1 N° 107.

[2] D. Moreau, Platon et la Paideia : l’horizon démocratique, Revue internationale d’éducation de Sèvres, 79, Décembre 2018.

[3] N. Casalonga/A. Masssoni, in Etat des recherches sur le Chjama e Rispondi, E voce di u cumune, CNL, 1986, p. 99-127. Incontro, INterventi Condivisi Tansfrontalieri di Ricerca sull’Oralita, Centru Culturale Voce-Falce, Associu di u Chama e rispondi, 2011, p. 12-17.

[4] Claude Bellagamba, Polyphonie corse : la paghjella, essai de caractérisation au service d’une didactique, thèse de doctorat soutenue le 14 décembre 2023, Université de Corse. 

[5] paghjella: la forme la plus courante de la polyphonie traditionnelle composée de 3 vers de 16 pieds, chaque vers comprenant deux hémistiches octosyllabiques, ce petit poème d’une seule strophe en langue corse, concentre à lui seul toute la force jubilatoire du chant

[6] Ignazio Macchiarella, Tre voci per pensare il mondo, Nota, 2011.

[7] « Quo usque tandem abutere Catilina, patientia nostra ? Quamdiu etiam furor iste tuus nos éludet ? Quem ad finem sese effrenata iactabit audácia » (Jusque à quand, enfin, abuseras-tu, Catilina, de notre patience ? Combien de temps encore cette fureur, la tienne, nous provoquera-t-elle ? A quelle fin retentira ton audace frénétique ?)

[8] Le chjama e rispondi est une joute improvisée et chantée entre poètes improvisateurs. Cf. E voce di u cumune, Etat des recherches sur le Chjama e rispondi, op. cit.

[9] N. Loraux, Les mères en deuil, Seuil, 1990. Voir aussi, La voix endeuillée. Essai sur la tragédie grecques, Gallimard, 1999.

[10] N. Casalonga, l’endecassillabo cantato Dalla metrica alla voce, Il Campo, Nota, Udine, 2020, p. 256-259

[11] Antone Rossi fut jugé et condamné à l’emprisonnement à Bastia puis au bagne de Cayenne (en Guyane) pour avoir, en le tuant, vengé sa soeur trompée par son amoureux. Parce qu’éducateur cultivé, conscient de la Loi, Antone Rossi a accepté le verdict et la décision judiciaire, mais nonobstant son statut d’instituteur, cultivé et poète, à la règle coutumière, il n’y a pas dérogé. A la question entre Loi et règle coutumière je ne saurais vivement recommander l’article de Nathalie Goedert : « Colomba : l’ode à la coutume d’Ange Casta » https://imaj.hypotheses.org/2754

[12] Ghjermana de Zerbi, Cantu nustrale, Albiana, 2000, p. 258.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nathalie goedert (14 juin 2024). Harmonie. IMAJ. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tkj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.