Quand le droit résonne

 

Dans le cadre d’un programme « Sensible droit » (SENDRO), porté par Nathalie Delbard professeur en arts plastiques (CEAC de l’université de Lille) et Nathalie Goedert, historienne du droit (EMRJ de l’université de Corse) se tenait le 7 mai dernier, à l’auditorium de Pigna (Corse), une rencontre transdisciplinaire sur la musicalité du droit (Retrouvez tous les renseignements sur la page web de l’EMRJ : ici).

La rencontre, soutenue par la Fondation de l’Université de Corse et le pôle « sciences participatives » de cette même université s’inscrivait également dans un partenariat avec le CNCM Voce de Pigna (Centre national de création musicale). C’est ainsi qu’au cœur d’un village dédié à la musique, dans un auditorium de terre crue, tout à la fois lieu de spectacle, de recherche et d’expérimentation, des juristes, des artistes, des philosophes choisissaient d’explorer le droit à partir des sons et des chants. Un compte rendu de ces échanges serait prématuré, tant le thème a ouvert des pistes diverses et encore inexplorées. Nous préférons ici, partager quelques propos échangés pour continuer, hors des murs, une conversation qui a rapidement pris la forme d’un chant à plusieurs voix et qui ouvre des voies.

  • Quelques mots sur le programme « Sensible droit » :

Le titre est un clin d’œil à un ouvrage de référence qui, dans les années 1970, proposait -et c’était osé !- d’ouvrir le droit à la sociologie. Il fallait toute l’autorité scientifique du Doyen Jean Carbonnier pour soutenir cette idée de s’attacher non pas seulement à la lettre de la loi mais au « phénomène juridique » dans sa globalité. L’ouvrage « flexible droit [1]» est un classique … sans pour autant que la voie ouverte par son auteur ait été explorée.

50 ans après, Jacques Commailles, sociologue du droit, en évoquant dans la Revue[2] les nouvelles façons de penser le droit, rappelle que la connaissance du droit est désormais indissociable de la manière de penser le social, mais il déplore encore la frilosité des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. Et pourtant, il devient urgent de combiner la compréhension du droit avec la compréhension du monde réel, de concevoir le droit comme un révélateur exceptionnel des transformations et du fonctionnement général des sociétés, d’en finir avec « le droit comme système fermé basé sur l’autoréférentialité ».

Aldo Schiavone, historien italien, dans un ouvrage magistral consacré aux origines du droit en occident[3], évoque en effet l’épuisement, « l’effondrement » de notre système juridique occidental. Il ne fait que traduire en termes savants ce que chacun d’entre nous ressent de manière diffuse. Les rapports entre organisation politique, socialité mondiale et ordre normatif se posent aujourd’hui en des termes inédits constate-t-il. Et force est de constater que le droit, tel qu’il se définit aujourd’hui, est impuissant à les saisir et plus encore à les discipliner. Dans le même esprit, Massimo Vogliotti (2001, Revue interdisciplinaire d’études juridiques) dénonce aussi la position dominante détenue par « une aristocratie politiquement irresponsable et dépourvue de ressources informatives et technicho-institutionnelles pour aborder d’une façon adéquate les problèmes posés par la société d’aujourd’hui ». Il accuse la pensée juridique moniste qui « ne semble plus en mesure de maîtriser la complexité croissante et le pluralisme des valeurs à l’œuvre dans la société contemporaine ». Le pluralisme juridique impose au contraire de considérer la coexistence d’ordres juridiques, étatiques, professionnels, religieux, qui puisent leur force et s’articulent dans un enchevêtrement complexe de sensibilités.

Se plaçant dans le prolongement de la pensée de ces auteurs, le programme « sensible droit » entend apporter une contribution à cette réflexion, non seulement pour mieux comprendre ce phénomène de désaffection, mais peut être aussi pour proposer des réponses, en explorant la dimension sensible du droit. Il a pour ambition scientifique d’approcher le droit par des chemins de traverse … non par goût pour la fantaisie, mais par conviction scientifique.

Le temps est venu de nuancer le discours dominant, historique, qui présente le droit occidental avec un « D », comme s’inscrivant dans une continuité millénaire, marquée par l’avènement de la raison juridique. Dans une démarche évolutionniste à peine masquée, l’historiographie se plait à démontrer comment on a progressivement quitté l’irrationnel du droit archaïque pour le rationalisme juridique. Il existerait ainsi « Une » logique juridique immuable, en perpétuel progrès, qui légitimerait notre arsenal juridique, notre « système » pour reprendre le vocabulaire consacré qui, lui aussi, se veut rationnel, quasi géométrique.

Notre propos n’est pas de remettre fondamentalement en cause cette légitimité, mais plutôt de la questionner, de revisiter le discours établi en y incluant une part d’incertitude, de doute, en admettant les accidents de parcours, les fausses routes.  Renouer avec le « sensible », peut permettre de faire plein usage des capacités de l’esprit humain, à savoir la raison bien sûr, qu’il n’est pas question d’écarter, mais aussi la créativité, l’imagination, que l’on aimerait solliciter aussi, afin de redonner au droit ce qui le constitue aussi : chair, sang et idées.

Antonio Damasio[4], neurologue, a fort bien montré que l’intelligence humaine est indissociable des ressentis. Il affirme que l’intelligence émotionnelle est bien supérieure à l’intelligence purement rationnelle. Elle confère à l’organisme une capacité inégalité d’adaptation à son environnement.

D’où notre proposition de renouer avec le sensible, l’émotionnel qui, longtemps écartés de la logique juridique, jouent pourtant un rôle fondamental dans le phénomène juridique fait certes de règles, mais aussi de perception, de convictions, d’imagination, de créativité.

Bien sûr, le droit ne se réduit pas à sa dimension sensible, mais par les sens, il est possible d’accéder à la nuance, de s’arracher des catégories existantes. C’est précisément parce que le juriste est souvent démuni dans ce domaine, qu’il nous a paru nécessaire de jouer la carte de la pluridisciplinarité. Le programme est né d’une collaboration entre artiste et juristes, artistes de la faculté de Lille, juristes de la faculté de droit de Corte, il se prolonge par des partenariats diversifiés avec des institutions culturelles, médiatrices du savoir, aujourd’hui le CNCM Voce. 

  • La 3e rencontre : la musicalité du droit

Après les objets[5] qui nous ont ramené aux gestes (tactile et visuel), après un jeu collaboratif agissant comme laboratoire de création de droit[6], c’est à l’ouïe que nous nous intéressons aujourd’hui. Les sons du droit : ceux que le droit produit ou ceux qui accompagnent le droit, jouent-ils un rôle – et lequel- dans le phénomène juridique ?

On rappellera préalablement que le droit est parole. L’étymologie nous le rappelle. Le latin ius que l’on traduit par « formule » et le verbe iudicare qui en découle qui signifie explicitement « dire la formule », ancrent dans la parole l’origine du « juridique ».  Le droit, dans la pensée romaine dont nous sommes héritiers, est avant tout parole rituelle et exacte, scrupuleusement répétée. Dès lors des procédés de transmission orale et de mémorisation, sans lequel le droit ne pourrait exister, sont mis en œuvre. Cicéron pouvait écrire à propos de la loi des XII tables, ce monument législatif qu’on ne connaît que par des sources indirectes qu’à son époque encore, les jeunes gens l’apprenaient par cœur. Et Aldo Schiavone d’expliquer : « Stylistiquement, les prescriptions avaient le caractère d’une prose rythmée : elles étaient formulées selon une cadence qui, sans construire de véritables mètres, disposait les mots en séquences binaires ou ternaires, ce qui facilitait la récitation et la mémorisation, et même l’interprétation[7]. » Si le droit est parole, la musicalité lui est consubstantielle.

La parole scandée peut donc être facteur de connaissance et de transmission. Elle peut aussi, formulée dans un accord ritualisé de rythme et de sons faire droit. C’est la parole performative du droit. On pense ici, mais c’est loin d’être la seule piste, et nous ne nous en interdirons aucune, à la clameur de haro qui se pratique encore dans les iles anglo-normandes et qui vaut assignation verbale et immédiate. Plus largement aux crieurs publics : la criée vaut affichage et fixe ainsi le cas échéant le point de départ des délais légaux. Le droit est aussi silence. Comment interpréter les silences de la loi, l’absence de parole du droit : s’agit-il d’un vide, d’un manque, d’un déni ou d’un espace de respiration. Les silences du droit ne disent-il pas aussi le droit, en s’inscrivant dans un ensemble dont il faudrait tout savoir lire. Ici l’exemple de la musique est particulièrement utile. Quel musicien négligerait les silences ménagés, imposés, par la partition ?  La musique en serait dénaturée. Le juge comble les silence de la loi certes ; mais quel juriste lit les silences de la loi en même temps que la loi elle-même, quel juriste lie la parole à ses silences ?

La raison juridique n’a-t-elle pas eu pour effet de transformer ces pratiques en archaïsmes, de les refouler ? Peut-on, par les sens et avec l’aide des artistes en retrouver des traces, voire en analyser la puissance cachée ? C’est précisément l’ambition de cette rencontre : faire en sorte que les sens fassent sens dans l’approche du phénomène juridique. C’est le programme que nous nous proposons aujourd’hui, dans une réflexion commune. C’est là aussi un point essentiel de notre démarche : Chercher, hésiter, ensemble, à partir des ressources que chacun apporte. La méthodologie adoptée n’est pas particulièrement nouvelle, mais elle est moins familière … du moins à l’université, et plus particulièrement encore dans le cénacle des juristes. Elle consiste, non pas à entendre, dans un colloque de type classique, des communications de spécialistes, mais à travailler ensemble à partir de la matière apportée par chacun, ceux qui seront de ce côté-ci de l’assemblée et présenteront leur travail, mais aussi le public, de l’autre côté, invité par ses questions à participer à l’élaboration d’une réflexion commune. Le défi c’est aussi la diversité des sources qu’il va falloir faire dialoguer : film, enregistrement sonore, chants … et autres peut être. Mais c’est aussi un moyen de comprendre l’enchevêtrement symbolique autour de la parole. En diversifiant ainsi les approches, mais surtout en les mêlant intimement dans un travail commun, il nous sera sans doute possible de renouer avec le pluralisme juridique pour percevoir les contours d’une autre définition du droit. Notre culture a défendu depuis des siècles une approche « moniste », univoque (unité de l’objet … un seul point de fuite en perspective : le législateur). Nous allons plutôt chercher à retrouver un droit qui se définit non pas comme règle d’autorité, règle contraignante, mais comme agent de sociabilité. Comment fait-on société ? Les sons, les mots du droit peuvent sans doute nous éclairer.

Les résultats espérés : mais ce n’est pas là une injonction, nous prenons le risque que nos travaux communs nous conduisent ailleurs

  • Redonner place à l’oralité dans la formation du phénomène juridique global : à savoir création de la règle, diffusion de la règle, compréhension de la règle, réception de la règle
  • Mais aussi, par la pratique artistique, proprement « musicale » découvrir de nouvelles approches et pourquoi pas, de nouvelles règles.

Deux séquences donc dans cette journée, pour écouter le droit … et peut être, par les sons, retrouver une part oubliée de notre savoir juridique.

La première : des artistes prennent le droit comme matériau de leur créations sonores

La seconde, nous cherchons le droit dans le matériau sonore.

 

 

 

 

[1] Jean Carbonnier, Flexible droit, Textes pour une sociologie du droit sans rigueur, L. G. D. J., 1969.

[2] Jacques Commailles, « De la sociologie du droit aux sciences sociales sur le droit. Un changement de régime de savoir sur le droit », Revue de droit d’Assas, n° 26, octobre 2023.

[3] Aldo Schiavone, Ius l’invention du droit en Occident, Belin, 2008.

[4] Voir l’ensemble de ses travaux.

[5] Les objets et le droit, 7 décembre 2023, Musée de la Corse, Corte. https://imaj.hypotheses.org/4247

[6] Art et droit de l’espace extra atmosphérique, 5 février 2023, Le Fresnoy, Tourcoing . https://www.cnap.fr/art-et-droit-de-lespace-extra-atmospherique

[7] Aldo Schiavone, Ius l’invention du droit en Occident, Belin, 2008.



Citer ce billet
nathalie goedert (2024, 31 mai). Quand le droit résonne. IMAJ. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11r78

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.