L’art en “etat de necessite” : un compte-rendu hors-normes

Les 17 et 18 juin 2021, était organisé le premier atelier exploratoire de la Chaire Art et Droit de l'Université de Corse. Invités par l'équipe méditerranéenne de recherche juridique (EMRJ UR 7311) et la Fundazione universita di corsica Pasquale Paoli, accueillis à la Casa Musicale di Pigna par l'association E VOCE, des chercheurs et des artistes se sont rencontrés pour discuter de la nécessité de l'art en ces temps de pandémie. 
Cette rencontre n'a pas débouché sur une performance artistico-juridique comme prévu mais sur une émission de radio (conçue par Gaetan Kondzot avec Noël Casale, Clio Simon, Nathalie Goedert et moi-même : Ninon Maillard), une analyse juridique de film (ici et , écrite par Nathalie Goedert en dialogue avec Toni Casalonga), et le compte-rendu hors-normes que je propose et qui suit... 

Necessitas?

De la nécessité de l’art / De la liberté de la recherche / Du droit et des droits / Du langage juridique / De la citation / De l’écriture scientifique et de ses formes académiques / De la réhabilitation de la “note de bas de page” qui n’est plus en bas de page

De la distance / Du confinement des personnes et des savoirs / Des frontières disciplinaires / Du formalisme et ses clivages / De l’in-jonction

Compte-rendu des échanges1

“Dans “écriture scientifique”, il y a “écriture” avant “scientifique””2

“Par l’index, une lecture non plus linéaire mais tabulaire devient possible. le texte est transformé en une masse de données dans laquelle on pourra prélever une information précise sans avoir à repayer le prix du grand récit que l’auteur a mis en place. l’index, d’une certaine façon, défait la grande narration qu’il analyse en de petits éléments distincts, qu’il réorganise ensuite selon un ordre alphabétique »3

Le contexte…

« L’émergence d’un nouveau Coronavirus, responsable de la maladie à coronavirus 2019 ou Covid-19 et particulièrement contagieux, a été qualifié d’urgence de santé publique de portée internationale par l’Organisation Mondiale de la Santé le 20 janvier 2020 puis de pandémie le 11 mars 2020. La propagation du virus sur le territoire français a conduit le ministre chargé de la santé puis le premier ministre à prendre, à compter du 4 mars 2020, des mesures de plus en plus strictes destinées à réduire les risques de contagion. Pour faire face à l’aggravation de l’épidémie, la loi du 23 mars 2020 a créé un régime d’état d’urgence sanitaire… “4

« La pandémie de Coronavirus (COVID-19) est un cataclysme pour les droits culturels. En fait, elle menace fondamentalement tous les droits de l’homme. […] Outre les crises sanitaires et économiques, l’humanité risque une véritable « catastrophe culturelle » mondiale, qui aura des conséquences graves et durables pour les droits culturels – et d’autres droits de l’homme – …”5

Considérant…

« Considérant le caractère pathogène et contagieux du virus covid-19…

Considérant que le respect des règles de distance dans les rapports interpersonnels est l’une des mesures efficaces pour limiter la propagation du virus… Il y a lieu de fermer les lieux accueillant du public non indispensables à la vie de la Nation… d’interdire tous les rassemblements dès lors qu’ils ne sont pas indispensables à la continuité de la vie de la Nation… Considérant que les rassemblements de plus de 100 personnes favorisent la transmission rapide du virus… qu’il y a lieu en conséquence d’interdire tous ces rassemblements dès lors qu’ils ne sont pas indispensables à la vie de la Nation ; qu’un recensement des catégories de rassemblements concernés est opéré par les différents ministères afin d’en établir une typologie indicative…”6

Reconnaissant…

« Reconnaissant que, dans leur acception la plus complète et la plus large, les arts font et doivent faire partie intégrante de la vie et qu’il est nécessaire et approprié que les gouvernements contribuent à instituer et à maintenir non seulement un climat propice à la liberté d’expression artistique, mais aussi les conditions matérielles facilitant l’expression de ce talent créateur. “7

INDEX COLLABORATIF* DES MOTS-IDEES entendus, notés, choisis et agencés8

Action, Activités de première nécessité, Activité indispensable à la Nationa1, Analyse scientifique, Adagea2, Arme, Artisan, Artsa3, Artiste, Assassinsa4, Attestation

Beau, Bien essentielb1

Cadre, Catégories, Censure, Chercherc1, Commun, Communauté, Contrainte, Covid-19, Création, Critèresc2, Culturec3

Débat démocratique, Défendre ses libertés, Défaire les droits, Démocratie, Devoirs, Digression, Discours, Dispositif, Distanciation physique, Distanciation sociale… Distanciation sociale autre que physique ?d1, Document

eS’engager, Écriture(s), Essentiele1, Etat de nécessitée2, Etat d’urgence sanitaire, Expression artistique, Expression citoyenne

Faire, Fatalité, Fausses garanties, Fiction, Formes

Geste artistique

Hiérarchisation, Hors-champ, Hors-la-loih1

Imaginaire, Injonction, Improvisation, Instrument, Intégrité, Intuition, Inutilité, Inventer le monde

Juge, Justice

Langage, Liberté, Liberté d’expressionL1, Libertés fondamentales, libre arbitre, Limites

Matériau, Matière, Mise en danger, Mise en forme

Nécessitén1, Novlangue, Numériquen2

Objectivitéo1, Œuvres, Optimisme, Ordre public, Ordre social, Ordre symbolique, Outil

Panique, Parole, Pédagogie, Personnage, Peur, Plasticité, Points de vue, Politique, Polysémie, Préjudice, Principe de précaution, Procédures administratives, Procèsp1, Public

Question

Radical des mots, Raison, Rebond, Réception de l’œuvre artistique, Recherche(s)r1, Récit, Reconstitution, Réel, Règles, Rendre audibles les mots du droit, Rendre visibles les mots du droit, Réparation, Représentation du réel, Représentations, Restaurer le sens des mots, Responsabiliser, Risquer2, Risque zéro

Sauter hors du rang, Savoir, Sécurité sanitaire, silences1, Spectacles, Sociétés2, Statut de l’artiste, Subjectivité, Subventions

Théâtre subventionné, Transgression, Transmission de savoirs, Travailt1, Typologie

Urgenceu1, Utilitéu2

Valeurs, Vision du monde, Vrai

POUR CONCLURE…

« Je suppose, Rhédi, qu’on ne souffrit dans un royaume que les arts qui sont absolument nécessaires à la culture des terres, qui sont cependant en grand nombre, et qu’on en bannît ceux qui ne servent qu’à la volupté et à la fantaisie ; je le soutiens, cet Etat serait un des plus misérables qu’il y eut au monde. »9

« L’Art est le langage qui, dans sa seule forme particulière, parle à l’âme de choses qui constituent son pain quotidien et qu’elle ne peut recevoir que sous cette forme. L’Art se dérobe-t-il à cette tâche, rien ne saurait combler le vide de cette absence car il n’existe aucune puissance capable de le remplacer »10

Necessitas ?

Pour citer ce billet : Ninon Maillard, "L’art en “etat de necessite” : un compte-rendu hors-normes," publié sur IMAJ, le 10/02/2022. Lien : https://imaj.hypotheses.org/2836.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.