La fabrique du procès historique

Les archives filmées du Tribunal Pénal International de l’ex-Yougoslavie

Dans le cadre du programme de recherche Les procès filmés, une mémoire vive : de Nuremberg au procès du 13 novembre 2015, qui court de septembre 2020 à décembre 2023 (LABEX : Les passés dans le présent), il est question de penser le procès filmé comme un objet d’histoire et de mémoire à façonner, dans une dynamique pluridisciplinaire. Le projet part d’un événement à venir pourrait-on dire : il trouve sa raison d’être dans le procès des attentats du 13 novembre, reporté à l’automne 2021 en raison de la crise sanitaire liée au Coronavirus. Il s’inscrit dans l’idée d’une science humaine (donc forcément complexe et riche), mêlant histoire, droit, anthropologie, littérature et arts visuels et d’une science universitaire active dans le débat public contemporain et l’histoire du temps présent : une réflexion aujourd’hui, à l’aide de matériaux d’hier, pour penser et préparer un événement de demain.

En parallèle des réflexions qui seront menées sur le filmage du procès du 13 novembre 2015, nous allons créer une caisse de résonance historique par l’exhumation d’anciennes archives judiciaires filmées, en l’espèce celles du Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie : Comment ont-elles été élaborées, mises à disposition ? Par qui ont-elles été utilisées ? Que peut-on en faire aujourd’hui ? Au-delà d’en retracer l’histoire, peut-on les réactiver en quelque sorte et si oui, quel est leur potentiel ? Quelles séquences, de quels procès, mettre en valeur aujourd’hui ? Comment justifier ce choix ? Il s’agit donc non seulement de désenclaver la masse constituée par ces archives filmées, mais aussi de décloisonner notre approche afin de renforcer les passerelles disciplinaires qui peuvent s’établir à partir de leur usage, qu’il s’agisse d’en tirer de l’informatif, d’en faire le récit, d’en exploiter le potentiel mémoriel et que cet usage soit académique ou non.

Considérant que ces images ont eu, dès leur conception, vocation à être diffusées et que les archives filmées du TPIY ont effectivement été exploitées par des artistes, le webinaire de recherche doit maintenir cette ouverture. L’équipe est donc pluridisciplinaire et fait intervenir historiens, juristes, ethnologues, sociologues, spécialistes de littérature, artistes venus du théâtre ou des arts visuels. Sont alors convoqués non seulement les archives filmées de ces procès internationaux mais tous les éléments du procès accessibles par le sensible (le visuel ou le son), les éléments de l’évènement traumatique (les traces, les témoignages) pour nourrir la réflexion sur le rôle de ces images judiciaires dans la mémoire collective et la part qu’elles peuvent tenir dans Nos reconstructions pour reprendre le titre du volet théâtral du projet mené par Pauline Susini.

Dans un premier temps (printemps 2021), les rencontres s’orientent vers l’établissement d’un état des lieux de l’usage des archives filmées du TPIY. Les séances du séminaire (jeudi 17h-19h) seront ouvertes aux membres de l’équipe, enregistrées puis mises en ligne pour un partage vers un public plus large. Avant les rencontres, les membres du séminaire auront accès aux travaux de l’artiste ou du spécialiste invité. Les liens et éventuels mots de passe seront transmis une semaine avant la séance.

A plus long terme, une plateforme, conçue comme un webbook, rendra compte des travaux et mettra à disposition des chercheurs et du public, des séquences filmées du procès, des commentaires, des documents, des outils de compréhension, des séances du webinaire… L’objectif étant de proposer un outil d’histoire et de mémoire à partir de la justice internationale filmée.

MOTS-CLÉS : Archives / Captation / Conservation / Documentaire / Enregistrement / Fiction / Mémoire / Récit / Narration /Témoignage / Trace / Vérité / Procès / Reconstruction 

INVITÉS CONFIRMÉS : Sarah Vanagt, Jason File, Kirsten Campbell

INVITÉS PRESSENTIS : Julien Seroussi et Franck Leibovici, Florence Lazar, Susan Schuppli, Selja Kameric…

An historical trial : the making of…

The ICTY filmed archives

Within the framework of the research program The Filmed Trials, a vivid memory: From Nuremberg to the Trials of the Attacks of November 13, 2015, which runs from 2020 to 2023, as part of the Laboratory of Excellence “Pasts in Present”), the aim of this webinar is to think of the filmed trial as an object of history and memory to be shaped, in a multidisciplinary dynamics. The project is tied around the upcoming opening of the trial of the November 13 attacks. It takes root in a vision of the Humanities and social sciences, that brings together several fields, such  as history, law, anthropology, literature, and visual arts. It participates in the idea that the university research participates in current debates of a history of the present time, going back to the past to understand the future.

Beside the research that will be conducted on the filming of the november 13th attacks trials, we intend to create a sort of historical resonance chamber by digging up the ICTY’s filmed archives. How were they produced and broadcast? Who did actually make use of the film footage? What use can we make of them nowadays? Beyond retracing their history, could we sort of reenable them and if so, what would be their potential? Which footage, from which trial, should be brought out? How to justify this choice? Not only should the mass of filmed archives be opened up, but it’s also about opening up our method and strengthen the interdisciplinary links that can be forged from the use of this footage. Whether it is a question to reach informations from them, to write their narratives, or to tap their memorial potential, and whether the purpose is academic or not.

Considering that the trials were filmed in order to be broadcast from the outset, and that the ICTY’s video archives have actually inspired the work of artists, our webinar should uphold this openness. Our team is thus cross-disciplinary, involving historians, jurists, ethnologists, sociologists, literature scholars, visual art or theater artists. Therefore not only international trials’ filmed archives, but also all their sensitive-perceptible elements (visual and sound), the traumatic experience’s elements (traces, testimonies) will be taken into account to enrich the reflection on these judicial archives’ purpose in the collective memory and their contribution in Our recovery, to take up here Pauline Susini’s theatrical project’s title. 

At first (spring 2021), our gatherings intend to draw up the inventory of the ICTY’s filmed archives and their different uses. The webinar sessions (scheduled on Thursdays, 5-7pm) will be opened to the research teams’ members, and their recording will be posted afterwards, to be shared with a larger audience. Before the sessions, the webinar members will have access to the invited artists’ or specialist’s works. The links and eventually the passwords will be provided one week before.

In the longer term, a platform, conceived as a webbook, will report on the work and make available to researchers and to a larger public : filmed sequences of the trial, commentaries, documents, tools for understanding, webinar sessions, etc. The aim is to offer a tool for history and memory based on the international filmed justice.

KEYWORDS : archives / capture / conservation / documentary / recording / fiction / memory / narrative / storytelling / testimony / trace / truth / trial / recovery

Confirmed panellist : Sarah Vanagt, Jason File, Kirsten Campbell

Expected panellist : Julien Seroussi et Franck Leibovici, Florence Lazar, Susan Schuppli, Selja Kameric,…



Citer ce billet
Ninon Maillard (2021, 4 mai). La fabrique du procès historique. IMAJ. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3ts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.