Travailler sur l’image : quelques mots sur Grimaj et Imaj

Ce groupe est né, très spontanément, assez rapidement, de la rencontre de chercheurs. Il n’a pas été artificiellement créé dans un cadre prédéterminé, ni au sein d’une Université, ni au sein d’un laboratoire déterminé. Il se trouve néanmoins naturellement lié à l’OMIJ, laboratoire de la faculté de Limoges, pour plusieurs raisons. D’une part, parce que Nathalie Goedert, à l’origine du festival Ciné-droit, porteuse de la première heure du projet de recherche en analyse juridique de l’image, s’est rattachée à ce centre en 2012. D’autre part, parce que, comme Xavier Perrot l’a souligné en introduction de la première journée d’études, ce projet s’inscrit dans la droite lignée des travaux de Jacques Phytilis ou de Pascal Texier. Ce point d’ancrage à Limoges ne fait pas obstacle à une composition très ouverte sur d’autres facultés et d’autres laboratoires, de Limoges ou d’ailleurs (Nantes ou encore Paris-sud). Par ailleurs, le Grimaj garde de sa naissance spontanée une force : il est fondé sur du relationnel, sur une affinité scientifique. Ses membres ont été portés les uns vers les autres par une même approche. Une bonne entente a permis d’envisager la permanence du groupe qui rassemble des chercheurs d’horizons différents. De ce point de vue, la journée de travail sur les migrations est l’occasion d’éprouver une nouvelle fois notre capacité de travailler ensemble sur l’image et surtout de confirmer  la pertinence de ce travail commun avant d’aller plus loin. Car au-delà de cette seconde et dernière journée d’études liée au PRES LCP « Frontière(s) au cinéma », il faudra inventer la forme et les modalités de nos rencontres futures. Il faudra valoriser ce groupe et le travail fourni pour qu’il puisse être profitable tant pour nous, individuellement et collectivement, que pour la communauté scientifique ou étudiante, toutes disciplines confondues. Cette valorisation doit être envisagée d’une manière positive :  il s’agit de s’assurer que notre travail ne reste pas confidentiel. Par sa diffusion, par sa publication, il pourra non seulement s’inscrire dans la production scientifique mais aussi (plus prosaïquement) dans la liste de nos travaux respectifs puisqu’il est nécessaire, voire légitime, de rendre des comptes de ce genre.

Pour l’instant, le groupe rassemble juristes, historiens du droit, sociologue, sémiologue et sémioticien. La liste n’étant pas exhaustive, nous espérons pouvoir intégrer au fur et à mesure du succès de notre démarche d’autres chercheurs ou tout au moins pouvoir bénéficier du regard d’autres disciplines à l’occasion d’autres projets qui ne manqueront pas de se présenter. Le festival Ciné-droit nous a permis de nouer des relations avec une spécialiste de l’histoire des représentations (Bénédicte Chéron), et une philosophe (Ninon Grangé). Autour du groupe premier noyau dur de Grimaj, pourrait se développer un réseau avec des contributeurs plus occasionnels.

Si l’équipe est pluridisciplinaire, si l’objet d’étude « l’image » est commun à nos disciplines, j’aimerais tout de même préciser que le groupe s’est centré sur l’analyse juridique de l’image ce qui  signifie que même lorsque l’image n’est pas juridique en elle-même, la réflexion commune s’oriente sur un thème juridique. Ainsi le thème de la frontière a-t-il été entendu juridiquement. Pour autant, il ne s’agit pas de soumettre chaque spécialiste aux concepts et aux raisonnement juridiques, bien au contraire. L’écueil à éviter, ce qui est souligné d’ailleurs dans la synthèse de notre première rencontre, c’est le mélange des genres. Il ne s’agit pas tant de trouver des concepts communs que de savoir se nourrir du travail de l’autre. Traverser les frontières disciplinaires certes, mais non les remettre fondamentalement en cause. Il s’agit de défragmenter la recherche autour de l’image sans pour autant fondre les analyses. Élargir le spectre, diversifier les outils et les concepts, sans pour autant nier les spécificités du vocabulaire propre à chaque discipline, sans pour autant fondre les méthodes pour créer une sorte de monstre que nous serions les seuls à comprendre.

Dès lors, pourquoi la pluridisciplinarité pour l’analyse juridique ? Le regard d’autres disciplines est déterminant pour analyser le droit dans l’image. Il permet de considérer la complexité du sens de l’image ou de compléter l’interprétation qui peut en être donnée. Les outils conceptuels sémiologiques permettent ainsi de décrypter l’image et d’affiner l’analyse du fond par la compréhension de la forme qui a du sens. Le regard sociologique contextualise, attire l’attention du juriste sur une réalité sociale que ce dernier n’a pas forcément l’habitude de convoquer lorsqu’il étudie ses sources habituelles. Le film de fiction, par exemple, met en scène des personnages et des situations qui expriment ou révèlent une réalité juridique, une perception du droit ou encore une culture juridique mais interpréter les images dans la seule dimension juridique pourrait conduire à déformer, à surinterpréter, à focaliser l’analyse et ainsi à en réduire la pertinence et dès lors la portée. On comprendra donc que la pleine validité de l’analyse juridique d’une image est tributaire de la diversité des regards. C’est de cette certitude qu’est né le groupe Grimaj.

Nous avons voulu donner à ce groupe, et plus largement à cette réflexion une tribune d’avenir à travers un site internet baptisé, on ne s’en étonnera pas : Imaj pour Analyse Juridique de l’IMage. Ces carnets de recherches sont hébergés sur la plate-forme scientifique : hypotheses.org. Le site est en construction c’est-à-dire qu’il n’a encore ni l’apparence, ni le contenu voulu. L’objectif est d’utiliser ces carnets dans toute leur dimension à savoir mettre en avant l’actualité des membres du groupe, communiquer sur les travaux du groupe, publier rapidement une réflexion sur un film, une image, un livre, une exposition… et plus essentiellement : échanger. La mise en ligne d’articles ne prend sens que par rapport aux réactions qu’elle suscite. Le regard sociologique de Christophe Lamoureux autour du film de Michael Cimino Heaven’s Gate ne va s’intégrer dans la démarche du groupe qu’à partir du moment où il sera complété par un regard juridique ou une expertise sémiologique d’un membre du groupe ou d’un chercheur extérieur. L’exercice de cet après-midi prouvera ce que j’avance : nous verrons que les analyses croisées permettent de tirer de l’image davantage que l’analyse par discipline qui reste intéressante en soi mais qui apparaît comme incomplète, voire limitée et insuffisante, lorsqu’elle est confrontée à la croisée des regards.

Je suis convaincue que c’est de la vitalité de ce carnet que dépendent non seulement la visibilité de Grimaj mais aussi la pertinence de notre démarche. A moyen terme, la maîtrise de l’outil internet pour la valorisation de la recherche, individuelle ou en équipe, sera essentielle. Il faut surpasser les inhibitions et les réticences que peut susciter la mise en ligne de commentaires ou de billets pour véritablement exploiter Imaj et en faire une plate-forme d’échanges productifs. Si le billet peut sembler moins abouti que l’article écrit à fin de publication, il a d’autres atouts : modifiable, adaptable, actualisable… Les possibilités sont inouïes et enthousiasmantes. La mise en ligne d’un texte offre une maniabilité, une réactivité et un spectre de diffusion que la publication écrite ne permet pas.

Ces quelques minutes ont donc, vous l’avez compris, valeur d’information pour les personnes qui ne connaissent ni Grimaj ni Imaj, et valeur d’exhortation pour les membres du groupe.

Ninon Maillard



Citer ce billet
Ninon Maillard (2014, 9 juin). Travailler sur l’image : quelques mots sur Grimaj et Imaj. IMAJ. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3sc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.