Performing the law / LE BUREAU DES DEPOSITIONS

Comment qualifier le bureau des dépositions sans passer à côté des causes (déterminées) et des fins (encore inconnues) de ce collectif dont les performances ne sont ni des représentations ni des manifestations mais du « droit en train de se faire »… Nous retrouvons les lignes directrices du Labex performing the law mais dans une dimension encore plus aboutie. Il ne s’agit pas de dire que la performance en elle-même est plus travaillée mais de souligner ici que la fabrique du droit est encore plus essentielle, intrinsèque au projet.

Un projet qui correspond parfaitement à une publication sur un carnet de recherches car on avance ici de brouillon en brouillon, l’œuvre collective évoluant au fur et à mesure des rencontres visibles et publiques mais aussi des événements quotidiens qui affectent les différents intervenants. Car la frontière entre vie privée et scène publique se veut ici poreuse puisque nous sommes aux marges de toutes les catégories : privé et public, fiction et réalité, matériel et immatériel, théorie et pratique…

Brouillon général, 5 octobre 2018.

 

Brouillon général, 11 juin 2019 – requête pour atteinte à l’intégrité de l’œuvre. Exercice de justice spéculative.

 

Le « Bureau des dépositions » est en effet le nom que s’est attribué un groupe d’hommes et de femmes pour rendre compte et désigner l’œuvre immatérielle constituée par la co-présence des co-auteurs et des co-autrices à un moment donné et en un lieu déterminé. La performance n’est donc pas la représentation d’une œuvre qui préexiste mais bien la réalisation concrète à l’instant-t de l’œuvre dont il est question et dont on pourra par la suite défendre l’intégrité. Une œuvre qui tend à faire justice, alors même que les principes brandis par notre pays, clamés haut et fort au titre des gloires nationales, se révèlent insuffisants pour venir en aide concrètement aux migrants. Ici, les migrants sont avant tout des co-auteurs et des co-autrices dont la présence est essentielle à l’intégrité d’une œuvre immatérielle. Le droit d’auteur, le droit des obligations seront ici privilégiés, instruments d’action pour faire valoir non pas la reconnaissance de droits fondamentaux à des hommes pressentis nus parce que non élevés au rang de concitoyens mais les droits d’auteurs et d’autrices, inscrits dans des liens d’obligations…  Expulser cet auteur, c’est atteindre l’œuvre et entraver sa réalisation et les performances prévues, c’est impliquer les co-auteurs, les co-autrices mais aussi les diverses institutions qui s’impliquent en signant des contrats avec les « performeurs ».

Ainsi, le Bureau des dépositions n’est pas né d’une interrogation théorique mais d’une urgence pratique et il s’agit alors de ne jamais perdre de vue que la représentation n’est jamais à entendre dans le sens classique d’un spectacle ou d’une performance artistique mais dans le cadre d’une difficulté à résoudre.

La performance par la coprésence est une action, dans le sens juridique du terme, une action qui relève de la capacité à obtenir justice, de la volonté de faire reconnaître un droit et non d’un mouvement esthétique sans lendemain. Bien sûr, la démarche suppose, pour être visible, de se fondre dans une mise en scène mais il ne s’agit que d’un moyen et pas d’une fin. Pour ouvrir une scène publique qui a deux vocations : avancer en commun par le partage des problèmes et le recueil de solutions et constituer l’objet même de la démarche juridique : l’œuvre immatérielle.

Être ensemble sur une scène, s’exprimer à la radio… voilà autant de concrétisations qui constituent un cheminement dont nous allons rendre compte, et dans un certaine mesure qui est encore difficile à déterminer, accompagner voire nourrir. 

Pour citer ce billet : Ninon Maillard, "Performing the law / LE BUREAU DES DEPOSITIONS," publié sur IMAJ, le 16/02/2020. Lien : https://imaj.hypotheses.org/2420.

Le premier plateau-radio d’octobre 2019 :

 

La suite des événements…

OEUVRER LES LIMITES DU DROIT #2

BUREAU DES DEPOSITIONS // R22 tout-monde

  1. P L A T E A U R ADI O – S E M I N AI R E
Avec Julie Van Elslande, Julien Seroussi, des étudiant.e.s en Master 2 de la Faculté de droit
Grenoble-Alpes, la radio R22 tout monde et le Bureau des dépositions : Mamy Kaba,
Ousmane Kouyaté, Sarah Mekdjian, Mamadou Djoulde Balde, Aliou Diallo, Aguibou Diallo,
Diakité Laye, Marie Moreau, Ben Bangoura, Pathé Diallo, Saâ Raphaël Moudekeno.

17 février 2020 14h _ Magasin des horizons, Sur réservation au 06 98 62 91 95

Présentation des pratiques partagées de Julien Seroussi et franck leibovici par Julien Seroussi.
Julien Séroussi est agrégé de sciences sociales et docteur en sociologie. Il a commencé à s’intéresser à la justice
pénale internationale dans le cadre de sa thèse sur les batailles juridiques et politiques autour de la définition de la
compétence universelle des juges nationaux. Il collabore avec franck leibovici sous divers formats : enquêtes,
transcriptions, éditions de livre, suite d’expositions, qui « traitent » les matériaux – transcripts et éléments de preuve – du
premier procès de la Cour Pénale Internationale (2007-2014), portant sur des crimes commis en Ituri, dans l’est de la
République démocratique du Congo. Ils cherchent à articuler les outils de l’art et de la poésie à ceux des sciences
sociales et du droit pour rendre compte de l’invention actuelle de la justice internationale, dont la C.P.I. (créée en 1998)
est aujourd’hui le premier laboratoire.

http://questions-theoriques.blogspot.com/2017/01/blog-post_14.html

18 février 2020 10h-18h _ Université Grenoble Alpes, entrée libre. Maison de la création

10-13h_ Présentation par les étudiant.e.s du Master 2 « Histoire, théorie et pratique des droits de
l’Homme » et les co-autrices.auteurs du Bureau des dépositions, des recherches menées en matière
de contentieux en liberté de création artistique.
14h30-17h30_ Présentation du projet coopératif CAVEAT par Julie Van Elslande et des
différents types de contrats imaginés ou présentés lors de cet atelier.
Julie Van Elslande est juriste, elle a co-élaboré le programme de recherche CAVEAT. Elle oeuvre avec plusieurs
artistes à des recherches de contrats adaptés aux oeuvres. Les artistes qu’elle cotoient sont pour la plupart reliés au
champs de l’art conceptuel ou immatériel. https://jubilee-art.org/?rd_project=caveat-an-artistic-research-on-the-ecologyof-
artistic-practice-2018-2019&lang=en

19 février 2020 19h __ Magasin des horizons, entrée libre
Plateau radio « Oeuvrer les limites du droit » / Bureau des dépositions et R22 tout monde_ Exposition
et ré-agencement des éléments de recherches en cours avec les Etudiant.e.s en Master 2 « Histoire
théorie et pratique des droits de l’Homme », les co-autrices.auteurs du Bureau des dépositions et
Julie Van Elslande.

Archives des plateaux sur l’antenne r22 Tout-Monde : BUREAU DES DEPOSITIONS :
https://r22.fr/antennes/tout-monde/les-plateaux-du-toutmonde/plateau-du-tout-monde-n2-oeuvrer-les-limites-du-droit

Association Politiques d’hospitalité, Association ex.C.es,
Avec le soutien du Magasin des horizons – Centre National d’Art Contemporain, de la Mairie de Grenoble, de Grenoble Alpes Métropole,
du Département de l’Isère, de la DRAC Rhône-Alpes, de la Maison de la Création, de l’Université Grenoble Alpes et du Laboratoire PACTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.