Balade au nouveau tribunal de Paris…

En novembre 2017, en prélude à l’ouverture du colloque Bien juger. Du symbole aux actes (dont les actes seront bientôt publiés aux Cahiers de la Justice chez Dalloz) une visite était organisée du nouveau Palais de justice de Paris, à la porte de Clichy. L’occasion d’anticiper quelques-unes des questions qui allaient être soulevées pendant deux jours à l’Institut d’études avancées, et de se les poser en éprouvant quelque chose d’ordre physique, visuel, matériel.

Comment rendre justice dans un bâtiment symbolisant un acte essentiel, constitutif du lien social et du respect de la loi ? En France, la réponse a été souvent pensée dans un rapport de solennité privilégiant l’autorité surplombante des magistrats sur les justiciables. Au fil du temps, si l’enveloppe du bâtiment restait impressionnante dans son rapport vertical à la présence humaine, l’intérieur des salles d’audience et des lieux de travail a fini par se distinguer surtout par sa vétusté et son manque de fonctionnalité. Certes, le palais de justice était au centre de la ville ou des quartiers, mais clos, à l’abri de l’animation urbaine. D’où est venue progressivement l’idée de délaisser les vieux bâtiments au profit de la construction de nouveaux, et d’en profiter pour regrouper en un même lieu un large éventail de l’offre judiciaire, de la mise sous tutelle des majeurs dépendants aux procès d’assises, en passant par la médiation de conflits familiaux et l’information donnée aux citoyens sur leurs droits courants.

Le projet porté par l’équipe de Renzo Piano pour l’érection du nouveau palais de justice de Paris procède de cette intention. S’il n’est pas le premier à réfléchir sur l’insertion de ce type de bâtiment dans l’espace urbain et la répartition intérieure de différentes fonctions judiciaires, Piano a été choisi entre autres pour l’importance qu’il avait accordée dans la conception du Centre Pompidou, avec Richard Rogers, à la transparence, à la lumière et à l’ouverture sur une piazza, au cœur de la ville. Cependant, aujourd’hui, il s’agit la plupart du temps, à l’exemple de la Cité de la musique, côté Paris, à la porte de Pantin, ou du futur campus Condorcet, côté banlieue, à la porte d’Aubervilliers, de s’éloigner de l’hyper-centre, et de travailler à l’effacement de la frontière entre la capitale et sa première ceinture pour favoriser la porosité des circulations dans l’espace urbain de la métropole.

D’où provient une difficulté. Pour mesurer l’envergure d’un bâtiment haut de 160 mètres et de 38 étages, il aurait été nécessaire de pouvoir y arriver de face, une chose actuellement impossible. Il faut espérer que l’ouverture de la station « Porte de Clichy » de la ligne 14, permettra, si un passage piéton est dessiné à la perpendiculaire, d’être confronté visuellement au bâtiment dans son entier. Et de pouvoir pleinement apprécier une entrée qui se fait de plain-pied, à l’horizontal, sans escalier monumental.

Tribunal de Paris, crédits : Ninon Maillard

Une fois à l’intérieur, tout concourt en effet à rendre simple la déambulation des visiteurs, qui peuvent pénétrer, sans être soumis à un décorum imposant, dans un espace conçu pour accueillir près de 8000 personnes par jour

Pour Renzo Piano, « C’est important, car un palais de justice est un lieu où les gens se sentent fragiles… La justice représente une notion culturelle de la société. Ce bâtiment va permettre au citoyen d’appréhender la justice avec une certaine sérénité, ce sera le cas parce qu’il est clair, léger, transparent, lumineux et ouvert sur la ville. Par conséquent, il sera l’antithèse du palais intimidant, hermétique et sombre du passé. »

Hall d’accueil du Tribunal de Paris, crédits : Ninon Maillard

Certes, les étages réservés aux professionnels, tout comme les accès aux salles d’audiences de la justice sont séparés ou différenciés. Mais cette différence est presque imperceptible, car l’un des enjeux de ce nouveau palais – rapprocher les citoyens de l’instance judiciaire – se prolonge par la présence, dans les salles d’audience, d’un appareillage de caméras dont les images peuvent être diffusées sur de grands écrans, une modification majeure dans la co-présence des parties dans un procès.

Jusqu’à maintenant, si la nécessaire publicité des débats permettait la présence d’un public et de journalistes, les caméras, sauf exception, étaient tenues à l’écart. Or, en équipant les tribunaux d’écrans, la scénographie des procès s’en trouve modifiée. Dans la salle, les personnes présentes peuvent se voir directement ou préférer regarder les écrans, tandis que pour les assises, des parois de verre séparent les prévenus. L’interaction directe se perd au profit d’une présence davantage visuelle, indirecte, décalée. Comment le langage des corps va-t-il évoluer ? Comment la confrontation des parties va-t-elle profiter de cette nouvelle mise en situation ? Dans ce contexte, où l’image, systématiquement prise pendant l’audience, pourra éventuellement être diffusée dans des espaces désignés spécialement pour cette médiation, ou carrément hors les murs, l’évolution de la justice vers plus de transparence signale qu’il était de plus en plus difficile de contenir le débat judiciaire dans la clôture de son espace.

Salle d’audience du Tribunal de Paris, crédits : Ninon Maillard

Au risque de trop banaliser l’acte de justice ? De trop exposer à la vue la présence de personnes qui préfèrent laisser dans la discrétion du bureau du juge le conflit qui les oppose et dont ils sont venus chercher une conciliation ? Ce palais de justice, fait de murs blancs et de panneaux de hêtre, n’est-il finalement pas trop convivial ou apaisant pour incarner, sans ornement inutile, certes, et sans ostentation, le pouvoir qu’il exerce sur le destin d’individus qui ont enfreint la loi ?

Les contraintes d’un cahier des charges alliant le commanditaire (L’État) au premier propriétaire (Bouygues) semblent avoir créé un décalage frappant entre la générosité des espaces communs d’accueil et de circulation et la relative étroitesse des salles d’audience. Ainsi, en fonction de la plus ou moins grande exiguïté ou de la simple géométrie de la surface au sol, l’espace symbolique séparant la barre des témoins du bureau du président du tribunal varie au point, parfois, d’être réduit à sa plus simple expression. Sans en connaître la taille réglementaire, il est facile de voir qu’il est trop étroit, là où, précisément, il importe de respecter une certaine distance, celle qui permet au justiciable de se sentir relativement protégé d’un pouvoir qui reste, malgré tout, imposant.

L’expérience de la justice internationale montre que la transformation de la salle d’audience en un lieu presque équivalent à un environnement bureautique, équipé d’ordinateurs et d’écrans vidéo, s’il banalise le travail judiciaire sans le trivialiser, se déploie dans un espace dépourvu le plus souvent de public, propice à des longues durées de fonctionnement. Pourquoi, dans cette décontraction de la symbolique judiciaire, le magistrat continue-t-il à porter sa robe ?  Comme nous le rappelle Antoine Garapon, « juger est une fonction éminemment symbolique qui confine au sacré. Le juge traite du mal, de la violence. D’ailleurs, plus une société se laïcise, plus elle se judiciarise. [La robe] produit une impression sur celui qui la voit, mais aussi sur celui qui la porte : elle rappelle au juge sa condition de mortel qui usurpe une fonction qui n’appartient qu’à Dieu. » (Entretien donné à Libération, 19 juillet 2007).

Pour citer ce billet : Christian Delage, "Balade au nouveau tribunal de Paris…," publié sur IMAJ, le 15/09/2018. Lien : https://imaj.hypotheses.org/2238.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.