De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)

(La société de production du film ©MOVE MOVIE – MARS FILMS nous a aimablement autorisé à mettre en ligne les photogrammes du film insérés dans ce billet)

Quelques jours après le colloque sur Les représentations du juge à l’écran qui se tenait les 13 et 14 mars 2015 à l’Université libre de Bruxelles, je visionne Suzanne de Katell Quillévéré. Le film, réalisé en 2013, retrace l’itinéraire d’une jeune fille devenue mère trop tôt qui abandonne fils, père et sœur, qui renonce à un emploi régulier pour une vie de bohème qui la conduit à la délinquance. C’est donc une situation de rupture qui nous est proposée : rupture affective, sociale et familiale. Rupture dont le droit est amené à se saisir : placement de l’enfant, poursuites engagées du fait des délits de Suzanne. J’aborderai uniquement ici la scène du procès de Suzanne pour vol aggravé. On évoque souvent la justice aveugle… On trouve chez Katell Quillévéré un tribunal invisible.

Le contexte:
Suzanne a tout quitté pour disparaître dans la nature, abandonnant son enfant, laissant sans nouvelles son père et sa sœur pendant deux années. Arrêtée pour vol avec violence, elle est placée en détention provisoire et rencontre l’avocate chargée de sa défense. Suzanne apprend alors brutalement que son fils a été placé dans une famille d’accueil. Elle entend que son père refusera certainement de venir la voir, contrairement à sa sœur qui s’est montrée impatiente de la retrouver.

La scène suivante se passe au tribunal ou peut-être est-il plus exact de dire : la scène suivante se passe certainement au tribunal car en réalité, on ne voit rien des lieux. La caméra se concentre sur les trois personnages : d’un côté Suzanne, de l’autre le père et la sœur. Les acteurs sont ici particulièrement convaincants. Sara Forestier, qui interprète Suzanne, parvient à montrer un visage qui rend compte de l’angoisse, de la peur, de la honte.

(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)
(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)

François Damien, qui interprète le père, est l’incarnation du désespoir. L’image est cadrée sur les personnages, sur leur visage, sur leur corps, leur posture, leur attitude.

(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)

Les mots sont rares : « oui », répondra Suzanne au juge qui lui demande si elle reconnaît l’exactitude des faits qui lui sont reprochés;  « non » répondra-t-elle, après l’énoncé de la peine encourue, lorsqu’il s’agit de savoir si elle a « quelque chose à ajouter ».
Du tribunal, nous ne voyons rien mais cette épure rend comme encore plus patent l’essentiel. La séparation physique, concrète entre Suzanne et sa famille est orchestrée par le rituel judiciaire : arrivant escortée de policiers, Suzanne s’assoit à la place qui lui est assignée et elle se trouve alors tiraillée entre la parole du juge qui énonce l’acte d’accusation et le visage de ses proches qu’elle revoit pour la première fois depuis deux ans. Le père et la sœur, eux aussi, sont installés à des places déterminées. Hors d’affaire, présents au titre de leur lien de parenté avec l’accusée, ils interviennent dans le procès comme des éléments du public. Assis sur des bancs, face à la scène judiciaire, ils devraient constituer une partie de la société civile dont la présence est nécessaire au caractère public des audiences. Pour le coup, ils sont ici seuls. Ils assistent, impuissants, au procès de leur proche. Le spectateur, lui, assiste à un double procès : celui dont la parole du juge témoigne et celui que le regard et le départ du père constituent.

(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)
(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)
(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)
(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)

 La manière dont la réalisatrice rend compte de l’instant dépossède en effet l’institution du premier rôle. La robe, la chaire, le decorum, la mise en scène du procès, sont évincés du champ, évincé de l’histoire en quelque sorte. Il ne s’agit pas de dire que le procès relève de l’anecdote puisqu’il est, au contraire, un événement fondamental dans le parcours du personnage. L’enjeu est indéniablement déterminant. Il s’agit de faire apparaître un point de vue que peu de films parviennent finalement et comparativement à montrer. On vit ici le procès comme une épreuve émotionnelle déchirante qui se joue au plus serré des corps.

(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)
(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)

Alors qu’une image englobante de la scène judiciaire viendrait diluer l’expérience, filmée de cette manière, la scène place le spectateur à la croisée des regards des personnages et non au-dessus. Lorsque Suzanne se tourne vers son père, la caméra capte son regard en face pour le placer devant les yeux du spectateur.

(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)
(crédits : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS)

De même, ce dernier se trouve-t-il, par le même jeu de caméra, devant le regard du père, mélange d’accusation, de peine, de colère… Le ressenti est alors plus relationnel qu’intellectuel, davantage fondé sur un simulacre réussi d’interaction que sur une réflexion générale. Ce partage émotionnel pourrait se contenter d’être pathétique et l’empathie suscitée serait alors vaine du point de vue juridique. Or, cette dernière est contrebalancée par une réalité parallèle, saisie par un autre sens du spectateur.

Car le spectateur entend le juge en même temps qu’il voit le père : il est donc simultanément saisi de deux discours. Tandis que le juge lit l’acte d’accusation, le spectateur peut deviner celui que le père, dans un autre registre, dans un autre langage, adresse à sa fille. Le reproche n’a pas à être formulé : il est incarné. Fondé sur l’émotion, sur le subjectif, il s’exprime par le corps que le cinéma peut donner à voir. On peut considérer que le reproche du père, muet mais perceptible, concurrence ici l’accusation prononcée par le juge.

La traduction juridique rend compte du délit tel que le droit l’appréhende et ici, les mots suffisent. Quel que soit le juge, les mots seront les mêmes. Tiers au délit, tiers au conflit, impartial, le juge s’efface derrière sa parole. L’extériorité est montrée par l’invisibilité. La mise en perspective du langage juridique par le langage cinématographique est ici intéressante. Le cinéma met en effet souvent l’accent sur la scène judiciaire, sur la confrontation entre l’institution et l’accusé(e), entre les parties au procès… Très souvent, le tribunal est filmé dans sa dimension spectaculaire et de fait, le spectateur est impressionné et distrait. Ici, point de perturbation. Le spectateur est appelé à rester près de celle dont il suit l’existence : Suzanne. Il est contraint de vivre avec elle ce procès et empêché de se laisser aller à ses penchants de touriste.

Il doit subir, par caméra interposée, la souffrance du père qui voit sa fille disparue réapparaître menottée, apeurée, angoissée, et qui entend qu’elle est accusée d’un vol avec violence sur une personne âgée qui a été séquestrée au sous-sol de son pavillon… Un père qui ne voit plus alors que le profil de sa fille, raide, droite, tendue, celle-ci comprenant que les mots qu’elle entend sont aussi entendus par sa famille. Les mots qu’on entend… car le juge est une voix qui énonce les faits reprochés, la qualification juridique qui en est donnée, et la peine encourue.

Le spectateur apprend, en même temps que le père, la gravité des faits reprochés à Suzanne. La réalisation est ici très habile car le spectateur est d’autant plus attentif à l’énoncé du juge. L’énoncé raconte en même temps qu’il qualifie juridiquement. On ne sait rien de ce qui a conduit Suzanne à commettre ce crime. Le spectateur n’a donc pas d’éléments qui lui permettraient de la juger par lui-même, en marge du discours judiciaire, en marge de la réprobation paternelle : le spectateur ne dispose que des éléments objectifs qui sont ici énoncés et que l’on découvre, dans le langage froid et technique du droit : vol, séquestration, délit de fuite, outrage à agent…

Cette mise en scène n’aboutit pas à dénier au juge sa qualité essentielle qui réside précisément dans cet éloignement, gage d’impartialité. Quant aux mots du droit, ils permettent une appréhension des actes de Suzanne via leur qualification, alors même que ceux-ci ne peuvent être compris par le père. La scène répond à qui ?, quoi ?, comment ? mais jamais à pourquoi ? Or c’est peut-être ce que voudrait savoir le père. Au moment où la peine encourue est énoncée par le juge, le père sort. Finalement, le jugement paternel est rendu avant celui qui sera prononcé par le juge : Suzanne est coupable. La peine s’impose à tous, à elle comme à sa famille et ce, avant même que le juge ne la prononce. Finalement, c’est certainement le procès de Suzanne par son père que Katell Quillévéré donne à voir, dépouillant la justice institutionnelle du monopole de la sanction.

Pour citer ce billet : Ninon Maillard, "De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)," publié sur IMAJ, le 17/04/2015. Lien : http://imaj.hypotheses.org/864.

crédits photographiques : ©MOVE MOVIE – MARS FILMS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *