Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Dans le cadre d’un exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014 (« Regards croisés autour du film Le Havre de Aki Kaurismaki »), chaque spécialiste a dû isoler une séquence du film et en proposer l’analyse. L’exercice poursuit plusieurs objectifs qui n’ont pas tous été immédiatement atteints : tant le choix de la séquence que l’analyse qui s’en suit vont permettre d’identifier la différence des points de vue, la différence des outils conceptuels convoqués et ainsi permettre de mieux déterminer la complémentarité des disciplines : sociologie, histoire du droit, droit positif, sémiologie et/ou sémiotique. Il faudra expliquer comment s’est opérée la sélection, comprendre ce qui l’a guidée et en quoi ce choix peut être à la fois pertinent pour l’étude par discipline mais contraignant pour le chercheur et déterminant dans la portée des conclusions proposées. Par ailleurs, cet exercice a-t-il du sens ? Si certains chercheurs ont développé des concepts intéressants en limitant leur cadre de réflexion au microscopique, l’analyse séquentielle est-elle pertinente dans le cadre de notre démarche en analyse juridique de l’image ? Nous aurons l’occasion de revenir sur ces questionnements d’une part en confrontant et critiquant nos résultats individuels respectifs, d’autre part en initiant une réflexion commune sur nos méthodes et nos travaux. La première étape est donc de proposer une séquence et son analyse.

Mon choix s’est spontanément porté sur la mise en scène d’un improbable face à face entre un homme, citoyen français d’un point de vue administratif, un peu marginal d’un point de vue social, décidé à aider un jeune immigré clandestin à passer en Angleterre d’un point de vue circonstanciel, et le directeur du centre de rétention administrative (42’38 – 43’30).

Marcel Marx face au directeur du centre de rétention administrative
Marcel Marx face au directeur du centre de rétention administrative (crédits : Le distributeur Pyramide Films a autorisé la mise en ligne d’images du film sur notre site)

C’est une scène au cours de laquelle apparaît le code civil, objet familier du juriste, dans un cadre propice au questionnement juridique, un lieu de privation de liberté, servi par des dialogues riches en termes juridiques : « loi française », « discrimination », « avocat »… Déjà dans Les invités de mon père d’Anne Le Ny, que j’avais étudié pour les VIe Rencontres Droit et cinéma de La Rochelle en juin 2012, un code rouge avait attiré mon attention. Le rapprochement avec d’autres apparitions du code est, en soi, intéressant. La multiplicité des apparitions tendrait à prouver que l’objet est porteur de sens, qu’il constitue un indice chargé de sens. On peut en effet supposer que, même si la plupart des gens ne disposent pas d’un code à la maison, l’objet est néanmoins (re)connu. L’idée de constituer une sorte de base de données qui permettrait de relever, pour chaque film, les éléments relevant du droit se trouve confortée de même que l’intérêt de la méthode indiciaire des sémiologues. Si une telle base de données peut constituer un outil pédagogique utile à l’universitaire qui veut animer son cours magistral, elle aurait vocation à être exploitée par ailleurs. L’étude des apparitions du code pourrait ainsi nourrir quelques réflexions intéressantes sur la représentation de la loi et de la règle de droit. La représentation des lieux du droit (tribunal, lieux de pouvoir…), des acteurs du droit (juge, fonctionnaire, père, notaire, avocat…), des situations juridiques (mariage, testament, obligations…) dans les œuvres cinématographiques peut contribuer à dépasser l’étude au cas par cas afin de les intégrer dans une réflexion plus globale et plus convaincante sur la représentation du droit.

Je me contenterai ici d’un début autour des deux apparitions précitées. Dans le film d’Anne Le Ny, le code – il s’agit en l’espèce d’un code pénal – est exploité par un professionnel du droit. Tenu en main par un avocat, il est lu et exposé dans ses dispositions précises. Il apparaît comme un outil de travail entre les mains d’un professionnel… Dans Le Havre, la situation mise en scène est plus improbable mais rappelons ici que la fable d’Aki Kaurismaki n’a pas vocation au plausible. On peut ainsi signaler que c’est un code civil obsolète qui apparaît en gros plan : double improbabilité donc puisque le code civil n’a rien à faire dans le bureau d’un directeur de centre de rétention et que ce code est quelque peu daté… On pourrait ajouter que la loi évoquée par le personnage sur la discrimination ne relève pas du civil et que l’objet montré n’est pas forcément celui que l’exactitude aurait conduit à choisir. Nous verrons que ces remarques, si elles sont exactes, ne sont pas pertinentes dans la mesure où elles passent à côté de la question fondamentale de la représentation. Le caractère inexact ou improbable de ce qui est montré est ici peu éclairant. C’est Marcel Marx qui pointe un code du doigt, si ce n’est que le personnage a menti sur son état et s’est présenté comme étant homme de loi. Vrai avocat dans le film d’Anne Le Ny, faux avocat dans celui de Kaurismaki, c’est néanmoins le même professionnel qui est choisi. Pas un parlementaire, pas un notaire, pas un juge, pas un commissaire de police, tous plus ou moins connaisseurs de la loi, depuis son élaboration jusqu’à ce que l’on a coutume d’appeler son application… C’est l’avocat qui semble devoir incarner le juriste.

Dans Le Havre, le texte précis de la loi n’est pas cité, le code n’est pas ouvert mais il est désigné car il ne s’agit pas ici d’un instrument de travail entre les mains d’un spécialiste procédurier mais d’un symbole. L’image du code est associée ici au discours de Marcel Marx qui évoque « ce que dit la loi française sur les discriminations fondées sur la couleur de la peau ». Le lien opéré entre la parole et l’image facilite une association : la loi qui interdit et punit lesdites discriminations est le code et non dans le code. Le fait que le code montré du doigt soit le code civil, en l’espèce inutile, et non le code pénal conforte cette approche : en réalité, il importe peu qu’il s’agisse de droit pénal, civil, commercial ou constitutionnel… Le code rouge est avant tout une incarnation, une représentation et un symbole.

Marcel Marx pointe du doigt le code en évoquant la loi (crédits : Pyramide films)
Marcel Marx pointe du doigt le code en évoquant la loi (crédits : Pyramide films)

–          Une incarnation, car le code constitue la loi dans le sens où il est une matérialisation de la loi pouvant être universellement appréhendée ainsi. Voir le code, c’est avoir devant soi, par association d’idées, la règle de droit et sa sanction. L’objet (la petite bible rouge) suffit pour que le spectateur envisage le concept (la loi).

–          Une représentation, car le code représente la force de la loi, contraignante et dissuasive. Le code bleu aurait fait moins d’impression tant le code rouge remplit mieux l’office d’avertissement. Le code rouge renvoie une image intimidante de la loi.

–          Un symbole, car en tant qu’incarnation de la loi, le code symbolise ici la protection de la personne, la garantie de ses droits.

A travers ce gros plan sur le code civil, Marcel Marx devient l’improbable héraut des droits des personnes susceptibles d’être bafoués par l’administration. Il correspond néanmoins au stéréotype du anti-héros : engoncé dans son costume du dimanche, il ment pour assurer sa position et instituer un rapport de force qui lui soit favorable. Car Marcel Marx se présente comme étant avocat et journaliste, ces deux professions ayant vocation à intimider le directeur du centre de rétention. L’avocat et le journaliste sont ici comparables à des personnages du théâtre grec. Quelle que soit leur personnalité, une vocation leur est attachée : les deux professions sont autant d’obstacles à la toute-puissance de l’Etat dès qu’il s’agit d’assurer la défense des droits face à l’autorité et aux rouages de l’administration. L’avocat connaît le droit et c’est cette science qui le place dans une position de supériorité par rapport au directeur du centre. Son arme, c’est le code. Le journaliste avertit la société civile, il divulgue, informe, montre, dénonce et se pose comme le garant des libertés par les révélations qu’il est susceptible de faire des mauvais agissements des détenteurs du pouvoir depuis les plus bas rouages administratifs jusqu’aux plus hautes sphères politiques. Son arme, c’est l’appareil enregistreur que Marcel Marx tapote dans sa poche pour impressionner son interlocuteur.

"N'aggravez pas votre cas, j'ai tout enregistré" (crédits : Pyramide Films)
« N’aggravez pas votre cas, j’ai tout enregistré » (crédits : Pyramide Films)

Nous avons ainsi trois représentations de la protection des droits de l’individu face aux agents de l’administration : la loi, la presse et la défense. La référence à la « loi française », l’appareil-enregistreur et la qualité d’avocat ne viennent pas tant soutenir les prétentions de Marcel Marx ou de son protégé (l’enfant du Gabon) sur le fond que constituer une menace et un frein face aux possibles actions contrariantes de l’agent de l’administration. Dissuadé par la connaissance du droit de son interlocuteur, avocat muni du code symbolique, menacé par l’enregistrement de ses paroles et l’usage que pourrait en faire le professionnel de presse, l’agent administratif est contraint d’accéder à la demande du visiteur. En l’espèce quelle est-elle ? Il s’agit d’autoriser Marcel Marx, blanc, français – ayant justifié à l’entrée du centre de rétention de son identité par la remise de ses papiers – de converser avec un homme d’origine gabonaise, noir, immigré clandestin et retenu dans le centre.

Mahamat Saleh, l'improbable frère de Marcel Marx
Mahamat Saleh, l’improbable frère de Marcel Marx (crédits : Pyramide Films)

Cet entretien avec le directeur du centre de rétention relève de la fiction, nous l’avons déjà souligné. D’une part, il est fort probable que le directeur d’un centre de rétention administrative a d’autres occupations que de recevoir et de contrôler les aspirants à la visite. Par ailleurs, la visite en centre de rétention ouverte à tous et un Marcel Marx réel n’aurait pas eu besoin d’inventer un lien de parenté avec la personne dont la liberté d’aller et venir est suspendue : le grand-père gabonais. Marcel Marx affirme en effet être le frère du sans-papier. Encore un fois, la question du réalisme des procédures peut être envisagée sans que la réflexion ne doive s’arrêter au simple constat d’invraisemblance. La représentation a un sens, indépendamment de l’exactitude des faits ou de leur caractère plausible. Il s’agit ici de mettre en scène le citoyen français, soutien d’un sans-papier, dans une confrontation avec l’administration, incarnée par le directeur d’un centre de rétention administrative. Belle image que cette fraternité imaginaire entre le gabonais et le français, abritée derrière un bouclier de fortune bricolé à partir d’un mensonge et d’un code. Sur le fond, l’appel à la loi est en lui-même comique car il s’agit ici de protéger le citoyen blanc d’un possible refus de visite sur la seule base de la couleur de la peau. A l’exclamation du directeur : « Son frère ? Vous êtes ici pour vous moquer de moi ? », on comprend que l’agent de l’administration dénonce le mensonge… constat fondé sur l’apparence physique. Un homme blanc, citoyen français, se prétend, contre toute probabilité, frère d’un sans-papier gabonais. Or, Marcel Marx lui oppose une affirmation sans appel : « je suis l’albinos de la famille ». Rebondissant sur le préjugé du fonctionnaire, le personnage répond finalement sur le même terrain : il justifie la couleur de sa peau. Le dialogue constitue un ressort comique parce que la discrimination supposée est donc la suivante : le directeur ne veut pas autoriser la visite à Marcel Marx sous prétexte qu’il est blanc. Or, ce refus est inacceptable étant donné que la loi interdit la discrimination sur de tels fondements. L’absurdité de la loi est peut-être posée ici car la loi française qui entend rendre inopérant le racisme n’est efficace que dans un contexte vicié. D’une part, la loi française ne répond pas à la détresse des personnes véritablement vulnérables. D’autre part, elle ne sert ici le faible qu’en vertu d’une manipulation, presque par détournement. Il n’empêche que les principes sont là, dans un code rouge, dans la Loi, prêts à être utilisés par des citoyens actifs et avertis qui s’autoriseraient à se saisir de leur(s) droit(s).

Pour citer ce billet : Ninon Maillard, "Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki," publié sur IMAJ, le 29/06/2014. Lien : http://imaj.hypotheses.org/338.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *