Les petites guerres à l’écran. Médiation et conciliation dans Casus Belli d’Anne Lévy-Morelle (2014)

Dans Casus Belli, Anne Lévy-Morelle propose au spectateur de suivre les « sentiers de la paix » qu’arpentent quotidiennement le personnel d’un centre de médiation implanté à Ixelles en Belgique et le juge de paix Guy Rommel. Médiation et conciliation seront donc les deux pistes exploitées par la réalisatrice dans son travail sur les conflits banals. On pourrait s’interroger sur la pertinence du montage qui propose, comme côte à côte, les échanges ayant lieu au centre de médiation et les auditions du juge de paix mais la première scène du documentaire donne la clé de cette juxtaposition. Lors d’un entretien téléphonique avec une personne contactée dans le cadre de la résolution d’un conflit de voisinage, le médiateur propose une médiation alors même qu’une procédure devant le juge de paix est initiée. « ça n’empêche pas une médiation. Si la médiation marche, tant mieux. Sinon, la procédure judiciaire continue… » Nous comprenons ainsi le sous-titre du documentaire : il n’y a pas un mais plusieurs sentiers cheminant vers la paix. De même que les processus de réconciliation et de conciliation sont menés parallèlement, au quotidien, la réalisatrice ballade le spectateur entre le centre de médiation et la salle d’audience de la justice de paix. Cette alternance d’images permet de souligner les spécificités de ces deux processus de pacification des conflits qui ont pour point commun d’être désignés comme étant des modalités de la « justice alternative » (Carbonnier).

La question du langage est certainement la première à se poser. La médiation ne fait pas intervenir les mots du droit. La conflictualité s’exprime devant le médiateur, souvent silencieux, toujours attentif. La caméra de la réalisatrice passe du médiateur à son interlocuteur, le cadre étant souvent plus serré sur le premier que sur le second. Le processus d’identification se fait donc naturellement vis-à-vis du médiateur, le spectateur se trouvant lui aussi dans la position d’écoute et, s’il adhère au principe de la médiation, dans un registre d’empathie, de patience, d’attention mais aussi d’incitation, d’orientation et d’efficacité. vlcsnap-2016-02-10-21h23m09s599 vlcsnap-2016-02-10-21h23m26s570On remarque que l’opposition, la négation, le jugement, le conseil appuyé ne font pas partie de l’arsenal de la médiation. Lorsqu’une personne évoque devant le médiateur une éventuelle « confrontation » avec le mauvais voisin, le médiateur intervient assez vivement

« non, non, éventuellement une rencontre en médiation mais pas une confrontation. Le mot de confrontation – c’est pour ça que je vous arrête tout de suite – confrontation, pour moi, ça évoque quelque chose de tendu, où chacun reste sur ses positions et essaie d’imposer son point de vue à l’autre. Ce que je propose, comme rencontre, c’est davantage de se faire entendre pour partager les points de vue et essayer que la solution soit construite par les personnes qui sont en train de parler en médiation … »

A l’occasion d’une autre conversation téléphonique, faisant intervenir cette fois-ci la secrétaire du greffe de la justice de paix, le spectateur est renseigné sur ce que le citoyen belge est en droit d’attendre de cette dernière. Ainsi, dans le cadre d’un trouble du voisinage, la secrétaire prévient : « nous ne pouvons faire qu’une conciliation », soulignant les limites de la compétence de la justice de paix qui va « inviter » les parties à « venir discuter devant lui pour voir s’il y a matière à s’arranger à l’amiable ». Il faut, au final, que les deux parties « trouvent un accord devant le juge de paix » qui, si les parties trouvent « un terrain d’entente », « pourra acter quelque chose ». La secrétaire avertit la personne faisant appel au juge de paix : il faudra être actif dans le processus. Médiation et conciliation, telles qu’elles sont présentées par les acteurs principaux, ont ainsi pour principal point commun d’offrir le rôle principal aux parties dans le processus de résolution, le médiateur facilitant et le juge actant une décision qui, au final, leur appartient. Pourtant, si les deux processus sont présentés ensemble comme illustrations de la justice de proximité, les différences sont nombreuses dont certaines sont particulièrement bien montrées dans le film documentaire.

Si l’on part de la posture commune au juge et au médiateur, à savoir l’écoute, on remarquera que le médiateur apparaît effectivement comme un confident lors des entretiens particuliers qu’il a avec les différents protagonistes d’un même dossier. La réalisatrice, en suivant les différentes étapes d’une même affaire, permet au spectateur d’inscrire le processus de médiation dans un temps long. Le médiateur travaille avec son agenda ouvert sur le bureau, multipliant les contacts (rencontres, rendez-vous téléphoniques…) travaillant comme un trait d’union entre les voisins en conflit, entre les membres d’une famille séparée… Le juge travaille avec sa montre, dans un temps compté. vlcsnap-2016-02-10-21h25m09s483Les auditions s’enchainent à un rythme soutenu, dans un contexte public, où l’écoute se fait moins patiente, dans un contexte moins intimiste et plus intimidant.
Anne Lévy-Morelle prend en effet le temps de nous montrer les lieux de parole et de règlement des conflits qu’elle filme. vlcsnap-2016-02-02-17h43m39s967Le centre de médiation est filmé dans son quartier, séparé de la rue par une porte simple et de grandes fenêtres décorées d’affichettes… « Et si on parlait ? » La justice de paix n’offre pas la même apparence de proximité, bien au contraire : ce qui s’offre au regard est la façade sombre d’une bâtisse dont les fenêtres sont bardées de barreaux métalliques.vlcsnap-2016-02-02-17h47m48s885 Le juge se déplace dans des couloirs obscurs formant un dédale, séquencé par de vieilles portes grinçantes, le tout contrastant avec la salle d’audience lumineuse et spacieuse, rappelant les tribunaux anciens par son mobilier mais offrant une place à des éléments plus modernes. Etroits couloirs, bureaux débordant de dossiers et peuplés de personnel installé devant leurs écrans d’ordinateur ou répondant aux appels téléphoniques, laissent place à une salle spéciale qui renvoient les lieux précédents à leur état de coulisses. vlcsnap-2016-02-02-17h16m18s451 vlcsnap-2016-02-02-17h17m03s632vlcsnap-2016-02-10-21h46m50s857De chaque côté d’une allée centrale se trouvent deux rangées de bancs de bois sombre avec une assise de velours rouge. Au fond, au mur, offert au seul regard du juge, deux mots inscrits en noir sur le mur blanc : « DROIT » et plus bas, décalé à droite : « HOMME ». Dans sa ligne de mire, juste devant son pupitre, le juge dispose ainsi de références utiles et d’une ligne de conduite, épurée dans son inscription mais riche de significations. Droit, le juge doit se tenir, sans oublier d’être un homme. La rigueur ne doit certainement pas se transformer en rigidité. Du droit, le juge ne doit pas s’écarter, sans pour autant sacrifier l’homme. L’application du droit ne saurait desservir l’homme et le juge est là pour y prendre garde, veiller à se montrer mesuré, à la « hauteur de la robe ». Dès lors, « l’acte final » du juge de paix prend toute son importance. On perçoit bien que, dans ce cadre, même si les parties ont un rôle déterminant, celui du juge n’est pas moindre, ce qui le distingue fondamentalement du médiateur. L’image elle-même rend bien compte de cette différence de nature entre le médiateur et le juge. Alors que le médiateur s’installe tel qu’il est à son bureau, prêt à recevoir quiconque se présente ou à répondre au téléphone, café à la main, le juge doit, avant d’officier, passer sa robe. vlcsnap-2016-02-10-21h49m55s623 vlcsnap-2016-02-10-21h49m23s832Ce travestissement devant la caméra est l’occasion, pour le juge de paix, de signaler qu’il ne sait s’il met la robe ou si c’est cette dernière qui l’accueille, estimant que la robe confère à celui qui la porte la conscience de sa charge, des « engagements » qu’il a pris et des « obligations » qu’il a fait siennes.
Si le juge de paix est le parangon de la justice de proximité, si la forme de la procédure qu’il met en œuvre apparaît comme moins contraignante, plus simple, plus rapide que devant tout autre juridiction, il reste que le langage du droit s’impose : « ordre », « jugement », etc., que la place de chacun est déterminée et que le juge est le seul administrateur du temps et de la distribution de la parole. Par ailleurs, la justice de paix prend d’autres traits du fonctionnement judiciaire souvent mis en image : on retrouve ainsi le dossier, véritable emblème de la justice en action. vlcsnap-2016-02-10-20h50m02s818 vlcsnap-2016-02-10-21h52m22s510L’objet fait ainsi souvent l’objet de plans rapprochés dans les fictions cinématographiques approchant la justice que j’ai analysées : 9 mois ferme (Albert Dupontel, 2012) ou La chambre bleue (Mathieu Amalric, 2014). Dans Casus Belli, c’est la dernière image du film, ce qui est assez remarquable : alors que l’ensemble du documentaire insiste sur la parole, sur l’échange, dans la confrontation ou dans l’accord retrouvé, alors que la réalisatrice s’attache à l’esprit plus qu’à la lettre, elle revient pourtant au papier, à l’enveloppe, à la pile de dossiers pour clore son film. vlcsnap-2016-02-10-20h52m43s503Là encore, la différence avec la médiation est à souligner. La pacification des relations en médiation ne s’immortalise dans aucune forme : les personnes s’en retournent à leurs occupations, fermant la porte du centre, laissant derrière eux le médiateur satisfait de la mission accomplie avec patience, lentement mais sûrement. En justice de paix, le passage des parties au conflit appelle une décision qui, même dans le cas où elle résulte d’une conciliation, s’incarne dans un jugement qui parviendra aux intéressés par voie postale. La pile de dossier coïncide donc avec une pile d’enveloppe : la résolution des litiges paraît ici quasi-industrielle, comme produite à la chaîne.

Anne Lévy-Morelle filme pour nous les conflits du quotidien. Loin des grands procès, des crimes ou des scandales qui font traditionnellement l’objet de l’attention des médias, elle plante sa caméra au coin de la rue et observe comment la société œuvre à maintenir sa propre cohésion par le truchement de ses institutions mais aussi comment les individus eux-mêmes construisent et déconstruisent leurs conflits. La médiation opère un retournement lent des situations, progressant par étape, en fonction des personnalités, des circonstances, des possibilités de chacun. Le film s’achève d’ailleurs sur le satisfecit du médiateur à l’issue d’une rencontre entre deux voisins en conflit. Il souligne le chemin accompli et l’évolution de l’une des protagonistes qui s’est manifestement adoucie au cours de la longue procédure de rapprochement mené par le médiateur. A l’inverse, la justice de paix agit vite, pesant rapidement les intérêts en jeu (bailleur contre locataire, mari contre femme, voisin contre voisin), faisant jouer quelques fois le renvoi pour acheter du temps à l’une des parties ou, la plupart du temps, mettant un terme au conflit autour d’une date d’éviction ou d’un échelonnement de la dette. Les personnes tournent alors le dos au pupitre, repartant côte à côte… vlcsnap-2016-02-10-21h58m36s129Rien de visible à l’image qui nous permette de déceler le changement opéré et pourtant, « c’est fini » comme l’affirme le juge de paix à l’un des justiciables. Reste alors le dossier, qui sera rangé par la secrétaire du juge de paix, et le jugement, imprimé, plié, mis sous enveloppe, empilé avec les autres, porté jusqu’au bureau de poste, tamponné et envoyé. La résolution du conflit par le juge de paix a besoin d’une preuve car, finalement, elle est fragile. Elle repose sur l’autorité du juge dans le sens où celui-ci doit garantir que la décision actée va effectivement être mise en œuvre. vlcsnap-2016-02-10-21h34m49s317La justice de paix esquisse un tracé, un cadre destiné à contenir les uns et les autres, une limite que les parties ne pourront dorénavant plus franchir. Si les parties acceptent de s’y soumettre, elles n’ont pas été capables de l’établir elles-mêmes et elles devront s’y adapter à l’avenir. A la sortie de la salle d’audience, la plaie reste ouverte mais l’hémorragie est contenue. Dans le processus de médiation, chacun a pu prendre le temps de retrouver sa place par rapport à l’autre. Le conflit n’existe plus, la plaie s’est refermée d’elle-même.

Toutes les images de ce billet sont des captures d’écran opérées par l’auteure du billet avec l’aimable autorisation du producteur du film d’Anne Lévy-Morelle : CVB – Centre Video de Bruxelles. Le dvd du film Casus Belli – Les sentiers de la paix est disponible sur : www.cvb-videp.be  +32 2 221 10 67

Pour citer ce billet : Ninon Maillard, "Les petites guerres à l’écran. Médiation et conciliation dans Casus Belli d’Anne Lévy-Morelle (2014)," publié sur IMAJ, le 10/02/2016. Lien : http://imaj.hypotheses.org/1276.


Une réflexion sur « Les petites guerres à l’écran. Médiation et conciliation dans Casus Belli d’Anne Lévy-Morelle (2014) »

  1. Bonjour Ninon,
    Merci pour votre article . J’ai apprécié votre façon d’écrire vos observations.
    Bien à vous,
    Jean (le médiateur ;o))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *