Virginie Saint-James, “La construction du siège de la cour pénale internationale à La Haye, entre symbolique et polémiques”

L’installation de la Cour pénale internationale dans un siège ad hoc à la Haye trouve très certainement sa place dans les débats autour de la symbolique judiciaire en tant que le projet devait relever plusieurs défis architecturaux contemporains : La Cour ne peut en effet se contenter d’affirmer une symbolique d’autorité. Elle en a cependant besoin plus que tout autre, puisqu’elle réalise l’oeuvre de justice face à la souveraineté pénale des Etats ou à ses côtés au nom de la complémentarité positive, voire à son détriment ; selon les lectures politiques que l’on peut faire de son statut. Elle n’échappe pas à l’obligation de transparence, avec une acuité particulière, car elle demeure aux prises avec les plus forts enjeux diplomatiques de la planète et doit assurer la sécurité et la sérénité d’un procès pénal. Elle doit en outre affirmer dans la pierre son universalité, alors même que cette dernière lui est contestée. La multiplication des choix symboliques qui ont présidé à la construction du siège de la Cour tient compte de ces gageures : par le site retenu, l’architecture, mais aussi la volonté d’assurer la sécurité et donc la sérénité de cette justice sous tension. Il est évident qu’il a été aussi tenu compte d’expériences passées quant à la localisation d’autres tribunaux internationaux. Toutefois cette réalisation n’a pas été épargnée par la critique.

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search