Valérie Hayaert, “Dame justice et le bailli humilié : le bailli devant Dame Justice par Guillaume Dannolle (XVIe siècle)”

Les images ont la faculté d’exprimer plus vivement un ordre ou un message normatif car elles agisssent en tant que substituts de personnes réelles (les juges). Le cas d’un groupe sculpté conservé au musée de Cambrai, réalisé en 1551, mérite attention car il est rare d’observer une scène allégorique où Dame Justice interagit avec la figure du juge. Condamné à une amende exemplaire pour une exaction commise à l’égard d’un des bourgeois de Cambrai dont il avait ignoré les privilèges, Jehan de Marcoing est figuré à genoux devant Justitia. La sculpture en ronde bosse serait le modello préalable à la version en bronze aujourd’hui disparue, exécutée pour orner la façade de l’hôtel de ville de Cambrai. L’analyse de la gestuelle des deux figures, de leur dispositif au sein de la place du marché permettra de reconstituer la fonction des deux états du groupe sculpté. L’inscription de la damnation du juge dans l’espace public, à la vue de tous, frappe par l’énormité du procédé : le bailli déchu, stigmatisé par l’insistance sur le bas-corporel et par sa mutilation (mains coupées), est l’objet d’un rituel désacralisant destiné à perpétuer la mémoire de sa faute. Cette scène de déchéance symbolique coiffait la « bretèque », sorte de jubé à colonnes : contrairement aux effigies qui ornent le prétoire, le groupe sculpté est disposé au dessus de la la tribune d’où sont proclamées les décisions du conseil échevinal, sur la place du marché. C’est la visibilité du dispositif, point d’orgue d’un carrefour urbain, qu’il s’agit d’interroger.

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search