Sébastien Dhalluin, “Le crime, muse du châtiment: la symbolique de l’infraction dans l’exécution des peines dans le ressort du Parlement de Flandre”

La loi du talion trouve-t-elle encore sa place à l’époque moderne ? En 1668, à la suite de la guerre de Dévolution, Louis XIV conquiert une importante partie des Pays-Bas espagnols. Il établit à Tournai un conseil souverain afin de rendre la justice aux nouveaux sujets de la Couronne. En 1686, la cour obtient le titre de parlement. En raison de la perte de la ville de Tournai lors de la guerre de Succession d’Espagne, la juridiction déménage à Cambrai en 1709 avant de s’installer définitivement à Douai en 1714. Ses archives, aujourd’hui conservées aux Archives départementales du Nord, témoignent des politiques pénales appliquées par la cour et par les juridictions de son ressort. La législation royale n’organise pas la répression de toutes les infractions. A défaut de texte ou lorsque celui-ci n’est délibérément pas respecté, les magistrats du ressort du parlement prononcent des condamnations arbitraires. Ces dernières puisent parfois leur inspiration dans l’infraction elle-même et l’exemplarité des peines prononcées a indéniablement pour finalité de dissuader les criminels en puissance de passer à l’acte. Ces décisions de justice symboliques, aussi rares qu’originales, visent à marquer les esprits : le meurtrier est exécuté avec l’arme du crime, l’incendiaire brûlé vif et l’usurpateur de charge publique contraint à présenter des excuses sur une scène de théâtre installée devant le palais de justice.

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search