Ninon Maillard, “Le dispositif du procès dans les performances d’art contemporain”

Alors que beaucoup déplorent la misère symbolique de nos palais de justice modernes, les artistes usent de plus en plus souvent du dispositif du procès dans leurs performances, témoignant de l’intérêt des contemporains pour la Justice et entretenant le débat politique et démocratique sur le pouvoir de juger. La justice a bien déserté les murs des palais de justice mais elle demeure présente dans les arts. Certes, Dame Justice n’y apparaît pas, de même que ses attributs traditionnels (drapé, balance, bandeau, glaive). Pour autant, ces performances concernent fondamentalement le « bien juger ». Please continue… (Hamlet) de Yan Duyvendak et Roger Bernat est un exemple significatif : les artistes ne cherchent pas à faire figurer la justice mais bien à la faire vivre. C’est au coeur du public, et donc du peuple, que l’art contemporain sonde, en quête de l’essence du bien juger, offrant à chaque performance non une représentation symbolique de la justice mais une expérience collective du faire justice.

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search