Joel Hubrecht, “Que peut voir un artiste à La Haye aujourd’hui? Et que peut-il donner à voir?”

La Haye a été une ville d’art florissante, elle est devenue la capitale mondiale du droit. Aussi les « scènes de genre » de notre temps ne se jouent plus dans les rues et les échoppes, pas plus que la mise en scène de la purgation du mal dans les églises ; elles sont à chercher dans les nouvelles enceintes de justice, les tribunaux internationaux. Mais très peu d’artistes s’y sont aventurés, et très peu ont compris ce qu’il y avait à y voir. Le livre Bogoro et l’installation Muzungu, réalisés par Franck Leibovici et Julien Seroussi, en mettant à disposition du public une sélection de transcrits d’audience et de preuves documentaires d’un procès qui s’est tenu devant la Cour pénale internationale, à La Haye, loin de juste faire la synthèse ou la chronique d’un procès, apporte une visibilité nouvelle à la forme du procès international, à sa technologie et sa force émotionnelle autant qu’à ses enjeux culturels et anthropologiques, enjeux sous-jacents et généralement ignorés. Ce dispositif artistique inédit nous pousse à nous interroger sur nos préjugés souvent contradictoires quant à la nature des crimes de masse et au sens de la lutte contre l’impunité. Le langage du droit est mis en valeur mais aussi en tension par le langage de l’art, une tension qui s’exerce dans les deux sens et révèle à contrario certains présupposés de l’art contemporain.

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search