François Ost, “Juger et raconter, quel rapport?”

Le juge à la Cour constitutionnelle américaine, S. Breyer a déclaré un jour que « la lecture des oeuvres de fiction était l’une des activités les plus utiles à son métier de juge » ; que voulait-il dire par là ? Sans doute que la familiarité avec la littérature – dont T. Todorov disait qu’elle était un « laboratoire expérimental de l’humain » – développe chez le juge l’aptitude à se mettre à la place de l’autre, et à partager successivement les points de vue du demandeur et du défendeur. Ce « décentrement » est à la fois une exigence éthique et un atout cognitif dans la mesure où il développe l’imagination et la pensée créatrice (penser out of the box). Mais, à bien y réfléchir, on s’aperçoit que la démarche du juge croise le récit à chacune de ses étapes : il y a le récit des faits à décoder puis recoder (juridiquement), il y a le récit du sens des mots de la loi qui évolue avec le temps, il y a le scénario légal à mettre en rapport avec le script des faits, il y a le récit des valeurs qui surdéterminent le jugement (R. Dworkin disait des juges qu’ils étaient les « conteurs moraux de la nation »), et puis encore le récit de la procédure, parfois longue et chaotique, qui aboutit au dossier d’aujourd’hui. Prendre l’exacte mesure de cette part narrative du procès est une condition du « bien juger » en vue d’en maîtriser les potentialités, mais aussi d’en déjouer les pièges à l’heure du storytelling (formatage des esprits par les fictions idéologiques).

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search