Franck Monnier, “La justice à l’Opéra”

L’Opéra – établissement colbertiste, institution privilégiée et vitrine des arts lyriques français en Europe – devait représenter un « genre noble » dont l’action était animée par des personnages « hors du commun ». La richesse foisonnante des mythes gréco-romains et du folklore national germanique, comme l’histoire personnelle des princes déchus d’Europe, ont offert au théâtre lyrique l’occasion de confronter, sur scène, les hommes et les dieux à un ordre supérieur défendu par la justice. Sous la plume des grands librettistes du répertoire, accompagnés en musique par les principaux compositeurs du XIXe siècle, l’acte de justice contribue à donner au personnage sa dimension de héros romantique. L’opéra comique – genre pour lequel le quotidien demeure une source d’inspiration intarissable – ne tarde pas à détourner les sujets et codes de l’opéra. Ses auteurs se saisissent, à leur tour, de la justice pour mieux mettre en relief les aspirations populaires, ou s’amuser des passions bourgeoises.

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search