Catherine Kessedjian, “Le juge international en son palais. Heurts et malheurs”

Durant de nombreuses années, la justice internationale était rendue sans institution permanente ce qui engendrait une absence de lieu défini clairement pour son fonctionnement. Aujourd’hui, que la permanence a saisi la fonction, ses lieux sont plus clairement identifiés, bien que les palais de la justice internationale aient souvent emprunté des bâtiments précédemment utilisés à d’autres usages. Toutefois, de très nombreuses décisions sont encore prises par des tribunaux, notamment des tribunaux arbitraux, qui se réunissent dans des hôtels, ou d’autres bâtiments dans lesquels sont installés des bureaux d’affaires et autres services divers. Ce sont alors des huis clos physiques qui s’organisent renforçant l’impression du public qu’il s’agit d’une justice secrète et, partant, suspecte.

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search