Archives par mot-clé : sélectiongrille

De Bamako au Tribunal Monsanto, réflexion sur la portée juridique d’une fiction cinématographique

Les images qui figurent dans ce billet sont publiées avec l’aimable autorisation du réalisateur Abderrahmane Sissako et de son producteur Denis Freyd (Archipel 33). Nous les remercions chaleureusement

Il y a près d’une dizaine d’années, Abderrahmane Sissako mettait en scène dans son film Bamako[1], le procès de la Banque mondiale et plus généralement des institutions financières internationales[2]. Son intention n’est pas alors de réaliser un film judiciaire mais d’offrir un espace de parole aux africains, de les filmer dans leur environnement quotidien. Le procès n’est qu’un artifice de mise en scène qui offre à la fiction son dispositif frontal. Mais parce que l’univers onirique d’Abderrahmane Sissako est sans limite, il choisit d’en confier le jeu à des professionnels de la justice. Ainsi, dans cette cour où se tient ce très improbable procès, fiction et réalité s’entremêlent dans une alchimie dont ce réalisateur a le secret.

10 ans après, une association organise à La Haye, le procès fictif de la firme Monsanto[3]. Dans un tribunal improvisé, de « vrais juges » écoutent la parole des témoins qu’aucune instance judiciaire, nationale ou internationale, ne prend en compte. Faute d’un arsenal normatif adapté, de nombreux préjudices causés par l’activité industrielle de la firme restent impunis. Et la société civile n’hésite pas alors à s’ériger en juge. Dépourvu du pouvoir de coercition qui corrèle le pouvoir de juridiction, elle compte sur le pouvoir de persuasion, sur une légitimité populaire d’un nouveau genre.

Ainsi, la fiction née du rêve d’un artiste prend forme, dix ans après, dans l’organisation d’un procès fictif. Continuer la lecture de De Bamako au Tribunal Monsanto, réflexion sur la portée juridique d’une fiction cinématographique

La performativité du droit à l’écran. Une analyse juridique de Django Unchained.

(Nous avons demandé l’autorisation de mettre en ligne les photogrammes du film aux agents de Quentin Tarantino. Le dossier est en cours. En cas de rejet de notre requête, nous serons contraints de supprimer les illustrations)

Chercher la juridicité dans l’image cinématographique peut sembler trivial pour un historien du droit français alors même que la pertinence de cette voie a été démontrée par les universitaires anglo-saxons spécialistes de Law and film studies. Certains historiens du droit ont toutefois travaillé sur ces thèmes et notamment Pierre Legendre , qui a démontré que le droit prend part à « l’institutionnalité » , à la construction de la « Référence » comme représentation du monde, comme image que la société des hommes se donne à elle-même pour se structurer. A priori, le cinéma ne relève pas de l’image symbolique si on l’associe de manière trop réductrice à sa dimension de loisir et de divertissement. Cela ne réduit pourtant en rien l’intérêt que le juriste peut porter à la représentation du monde qu’il véhicule. Cela étant, art ou industrie, le cinéma est avant tout un « œil grand ouvert sur la vie, œil plus puissant que le nôtre et qui voit ce que nous ne voyons pas » . C’est ainsi dans la lignée des propos de Germaine Dulac que je me placerai pour apprécier Django Unchained de Quentin Tarantino, en considérant que le cinéma est un regard sur le monde et donc sur le droit. Continuer la lecture de La performativité du droit à l’écran. Une analyse juridique de Django Unchained.

Allégories de Justice

À la veille de la mise en chantier du nouveau palais de justice de Paris aux Batignolles, il est particulièrement opportun d’interroger sur la longue durée les formes symboliques qui habitent les lieux de justice. L’actuel Palais historique de la capitale, lieu de vie et lieu de mémoire, s’enracine dans la mémoire longue d’une île, la Cité, symbole et palimpseste de l’histoire d’une institution pluriséculaire.  La plupart de ces cycles allégoriques, généralement peu accessibles, n’ont pas été étudiés selon une perspective qui tiendrait à la fois compte de l’histoire des arts et de leur réception, des acquis de l’anthropologie visuelle et de ceux d’une histoire du droit ouverte à la spécificité de l’image. Les liens entre art et justice méritent d’être approfondis. L’objectif est d’étudier ces décors de manière à la fois comparatiste et attentive au fait que ce sont aussi -et surtout- des lieux de justice. En élargissant le regard à l’échelle européenne, ce projet gagnera à établir des distinctions d’avec les décors allégoriques situés hors l’Europe, afin de déterminer ce qui constitue la spécificité du décor allégorique de justice européen. Les Chinois sont par exemple familiers des symboles du glaive et de la balance (même en zone rurale) mais ils ne comprennent pas pour quelles raisons les Européens ont choisi de figurer la justice sous les traits d’une femme.
Le texte qui suit découle d’une première étude, celle du décor de la grand’chambre du Parlement de Flandre exécuté par Nicolas-Guy Brenet, peintre de l’Académie Royale, pour les parlementaires de Douai en 1768-1769. Ce décor a suscité une réflexion plus vaste sur la fonction des allégories de justice, menée en 2013-2014 avec Antoine Garapon.
Continuer la lecture de Allégories de Justice

Saisir les liens de solidarité dans les sociétés a-étatiques. Le personnage collectif dans les films de Jacques Becker

Ce billet reprend les éléments d’un article « Les solidarités « hors la loi » dans les films de Jacques Becker », publié dans Les espaces de solidarité, La famille, l’Etat, l’Europe et le monde, Burt Kasparian dir., PUR, 2015, pp. 269-280 .

Jacques Becker, cinéaste français des années 50, présente la particularité de se placer très exactement entre classicisme et modernité. Il s’inscrit dans les règles du cinéma de Renoir mais annonce déjà imperceptiblement la nouvelle vague par l’importance qu’il donne aux caractères, aux personnages, bien plus qu’aux histoires elles-mêmes. Chez Becker, l’intrigue n’est que le prétexte à une étude des hommes et de leur société. C’est par ce biais qu’il construit une œuvre politique malgré lui ; car Jacques Becker n’est pas un cinéaste engagé. Il livre néanmoins, par ses films, sa conception du monde prenant comme supports les sujets les plus divers : romance amoureuse, intrigue policière, fresque sociale. Ainsi, outre sa patte esthétique, on retrouve dans tous ses films sa préoccupation majeure : il cherche à révéler l’humanité qui anime les êtres. Dès lors, la question des solidarités humaines est au cœur de son œuvre cinématographique. Continuer la lecture de Saisir les liens de solidarité dans les sociétés a-étatiques. Le personnage collectif dans les films de Jacques Becker

L’homme qui voulait vivre sa vie : le suicide est-il toujours condamné par la peine de mort ?

L’homme qui voulait vivre sa vie (Éric Lartigau, 2010) nous propose de rencontrer Paul Exben (Romain Duris), brillant avocat en droit des affaires qui mène la vie qu’il n’a jamais souhaité vivre mais que son père a toujours souhaité qu’il vive : marié, père de deux enfants, vivant dans une grande maison en banlieue avec sa femme, douce mais devenue détestable. La lourdeur de la réalisation proposée par Éric Lartigau tend à souligner la pesanteur de cette vie que Paul n’a jamais souhaitée, lui le photographe refoulé, lui l’avocat capable de compassion pour le fils un peu artiste de l’un de ses fortunés clients, lui l’époux amoureux, lui l’amant décevant, lui le mari trompé. Bref, Paul Exben en a marre. Mais, Paul Exben n’est pas prêt à abandonner ses enfants pour vivre sa vie. Ainsi, Paul Exben, ne peut vivre la vie dont il rêve. Continuer la lecture de L’homme qui voulait vivre sa vie : le suicide est-il toujours condamné par la peine de mort ?

De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)

(La société de production du film ©MOVE MOVIE – MARS FILMS nous a aimablement autorisé à mettre en ligne les photogrammes du film insérés dans ce billet)

Quelques jours après le colloque sur Les représentations du juge à l’écran qui se tenait les 13 et 14 mars 2015 à l’Université libre de Bruxelles, je visionne Suzanne de Katell Quillévéré. Le film, réalisé en 2013, retrace l’itinéraire d’une jeune fille devenue mère trop tôt qui abandonne fils, père et sœur, qui renonce à un emploi régulier pour une vie de bohème qui la conduit à la délinquance. C’est donc une situation de rupture qui nous est proposée : rupture affective, sociale et familiale. Rupture dont le droit est amené à se saisir : placement de l’enfant, poursuites engagées du fait des délits de Suzanne. J’aborderai uniquement ici la scène du procès de Suzanne pour vol aggravé. On évoque souvent la justice aveugle… On trouve chez Katell Quillévéré un tribunal invisible. Continuer la lecture de De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)

Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

A propos de « L’arbitro » (court-métrage de Paolo Zuca, 2008)

Le Centre international de langues de l’Université de Nantes a mis en place chaque année le festival Univerciné présentant une sélection de films allemands, britanniques russes et italiens. En  2013, L’arbitro, le film de Paolo Zucca a remporté le prix du jury. Une  Master Class en présence du réalisateur était organisée le  vendredi 7 novembre 2014, à l’initiative de Gloria Paganini  professeur de civilisation italienne et membre du Crini. Intitulée « Football et identités nationales dans le cinéma européen : compétition ou affrontement ? Enjeux sportifs ou financiers ? Terrain de jeu ou de corruption ? », cette journée d’études a donné l’occasion de revenir sur le court métrage sorti en 2008 dont le film de Paolo Zucca (pas encore sorti en France) est le prolongement. Christophe Lamoureux, sociologue du sport et du  cinéma, revient sur ce format court pour mettre en évidence les enjeux de société  que la représentation du foot à l’écran permet de révéler.

affiche(crédits : la société Blaq Out qui distribue le DVD du film nous a aimablement autorisé à mettre quelques images en ligne)

Continuer la lecture de Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

C’est, paraît-il, après avoir vu le documentaire 10e chambre – Instants d’audience de Raymond Depardon qu’Albert Dupontel aurait eu l’idée de préparer le scénario de 9 mois ferme. La présence de Michèle Bernard-Requin, immortalisée en 2006 dans sa fonction de présidente de ladite 10e chambre du Tribunal Correctionnel de Paris, atteste certainement de cette filiation. Pour autant, il n’y a pas, a priori, grand-chose de commun entre ce que l’on pourrait présenter comme la farce de Dupontel et le documentaire de Depardon si ce n’est que les deux cinéastes sont experts chacun en leur domaine. C’est ici la figure du juge, incarnée par Sandrine Kiberlain, qui retiendra notre attention, même si l’analyse du personnage en question ne prend sens que dans une confrontation avec les autres. Car le sujet de Dupontel est en réalité la Justice (principe philosophique, idéale donc parfaite), envisagée par le biais de la justice (institution, humaine donc faillible)… la première étant, à première vue, bien mal servie par la seconde.

Continuer la lecture de Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

Le western, film de guerre? Une hypothèse philosophique

 

Le western, film de guerre ?  Une hypothèse philosophique.

Le western, genre contraint, présente des lignes : deux chemins parallèles qui, contre toute logique, se rencontrent. Fuite ou poursuite, éléments naturels devenant personnages adjuvants ou hostiles, ruse, pièges, cache-cache, ronde des charriots sous l’attaque soudaine, tuniques bleues traversant des rivières ou retranchées dans un fort aussi solide qu’isolé, Indiens menaçant fondus dans le paysage ou figure d’émancipation, duel… Alternance de mouvements larges et de statisme, univers clos et univers infini, diversions amoureuses, les lignes finissent par se rencontrer et laisser la place, forcément, à un affrontement et des morts. À travers une question posée au western, celle de la présence cachée de la guerre sous le premier degré de l’histoire anecdotique racontée, on cherchera à savoir, moins ce que dit le western du cinéma que ce qu’il dit à la philosophie. En ce sens, le western engage à une théorie programmatique et constitue, aussi, un laboratoire pour la pensée politique. Continuer la lecture de Le western, film de guerre? Une hypothèse philosophique

Un regard sociologique? La vision de la frontière américaine dans Heaven’s gate de Cimino

Dans le cadre de la Journée d’Etude du 25 octobre 2013, organisée à Limoges par Grimaj : « Jalons pour une méthodologie de l’analyse juridique de l’image », dans le cadre du PRES LCP « frontière(s) au cinéma », Christophe Lamoureux, sociologue du cinéma, Maître de conférences de l’Université de Nantes a proposé une étude sur le film de Michael Cimino : Heaven’s Gate… Une étude que nous publierons en 4 actes : un propos introductif, suivi par 3 analyses autour de 3 extraits du film : le meurtre de Kovak, le conciliabule des cattles barons et le débarquement ferroviaire de James Avrill.

Continuer la lecture de Un regard sociologique? La vision de la frontière américaine dans Heaven’s gate de Cimino