Archives par mot-clé : représentation

Au cinéma, Amour et Mariage font-ils bon ménage ?

Ce billet rend compte d'une communication « L’amour, le droit et le cinéma : regards croisés », faite le 14 avril 2016 à l'Université Jean Moulin Lyon 3 dans le cadre du colloque : "Amour et CEDH" organisé par l'association Habeas Corpus. Les actes seront prochainement publiés.

Interrogeons grâce au cinéma, le postulat largement répandu dans nos sociétés occidentales, au point de constituer désormais le fer de lance des réformes, selon lequel le mariage serait l’Institution de l’amour. Le sentiment en effet subordonne aujourd’hui largement le droit matrimonial. Mais amour et mariage font-ils bon ménage ?

 

Pour illustrer le propos, observons une scène tirée d’un chef d’œuvre du cinéma français, Casque d’or, film de Jacques Becker, tourné en 1952. Sans argument doctrinal, sans parole explicite, elle semble par le seul pouvoir de l’image sublimer le mariage d’amour et ainsi confirmer une pensée tenue pour classique selon laquelle le mariage serait ontologiquement la consécration du sentiment amoureux.

La séquence du mariage dans Casque d’or

 L’histoire se déroule à la Belle époque et évoque une rivalité amoureuse au sein d’une bande de voyous, les Apaches de Belleville. Manda, honnête Charpentier se laisse entraîner dans une rixe au cours de laquelle il tue le souteneur de Marie, fille de petite vertu dont il est aimé et amoureux. Celle-ci l’aide à trouver une planque à Joinville où elle le rejoint. Rien ne sépare plus alors les tourtereaux qui, encore éblouis du bonheur de leur première nuit, se promènent au village. Passant devant l’église, Marie entend de la musique et entre en entraînant Manda. C’est un mariage.

Si minutieuse qu’elle soit, la description de la séquence sélectionnée n’épargne pas au lecteur un effort d’imagination et de représentation ; elle est toutefois nécessaire à l’analyse. En moins de deux minutes, Jacques Becker s’exprime en trois mouvements. Le premier commence par un gros plan sur Manda et Marie qui entrent dans l’église. Marie relève, tel un voile, son châle sur ses cheveux ; dans un geste embarrassé, qui montre qu’il n’est pas familier des églises même s’il en connaît les usages, Manda se découvre. Se tenant par le bras, ils avancent côte à côte, au rythme de la musique sacrée, le regard tendu vers l’autel. Seuls quelques pas suffisent à rendre cette marche solennelle.

capture d'écran, Casque d'or, Jacques Becker.
capture d’écran, Casque d’or, Jacques Becker.

Continuer la lecture de Au cinéma, Amour et Mariage font-ils bon ménage ?

L’analyse juridique de l’image cinématographique

Ce billet est le résumé d’une communication faite lors de la rencontre « Image et Droit II » organisée à Rome les 4 et 5 décembre 2015 autour du thème « Les usages juridiques des images » par Naïma Ghermani et Caroline Michel d’Annoville. Les working papers de cette journée seront très prochainement en ligne sur le site du Crhipa de l’Université de Grenoble.

Si le cinéma a depuis peu fait son entrée dans les amphithéâtres des facultés de droit, c’est encore à des fins pédagogiques et au rang accessoire d’illustration d’un concept que le juriste français utilise l’image cinématographique. Bien que l’idée que l’on puisse tirer du cinéma, et plus particulièrement de la fiction cinématographique, un matériau de nature à éclairer la recherche ait déjà été investie par les sciences sociales, elle est encore largement inexploitée dans le paysage de la recherche juridique en France .

D’une part parce qu’en dépit des travaux du Doyen Carbonnier, une forme de positivisme semble attacher le juriste français aux sources formelles du droit et l’écarte d’un matériau qui n’est pas juridique par nature . S’il s’intéresse aux images, il s’en tient généralement à l’iconographie juridique, et presque exclusivement à une catégorie plus restreinte encore, celle de l’iconographie judiciaire . D’autre part parce que le cinéma n’occupe pas dans la pensée des juristes un rang équivalent aux autres arts. Considérée essentiellement comme un divertissement, la fiction cinématographique est disqualifiée en tant que source de connaissance juridique. La seule pensée qu’elle puisse avoir une fonction juridique, un impact sur la « vie du droit » est en soi iconoclaste.

Partant de l’hypothèse que le droit est une représentation et que l’image cinématographique se prête à l’analyse de la représentation du réel, nous faisons le pari que la fiction cinématographique produisant une image qui n’est pas juridique, ni par nature ni par destination, permet pourtant de voir le droit, de penser le droit et même de réformer le droit . Continuer la lecture de L’analyse juridique de l’image cinématographique

Allégories de Justice

À la veille de la mise en chantier du nouveau palais de justice de Paris aux Batignolles, il est particulièrement opportun d’interroger sur la longue durée les formes symboliques qui habitent les lieux de justice. L’actuel Palais historique de la capitale, lieu de vie et lieu de mémoire, s’enracine dans la mémoire longue d’une île, la Cité, symbole et palimpseste de l’histoire d’une institution pluriséculaire.  La plupart de ces cycles allégoriques, généralement peu accessibles, n’ont pas été étudiés selon une perspective qui tiendrait à la fois compte de l’histoire des arts et de leur réception, des acquis de l’anthropologie visuelle et de ceux d’une histoire du droit ouverte à la spécificité de l’image. Les liens entre art et justice méritent d’être approfondis. L’objectif est d’étudier ces décors de manière à la fois comparatiste et attentive au fait que ce sont aussi -et surtout- des lieux de justice. En élargissant le regard à l’échelle européenne, ce projet gagnera à établir des distinctions d’avec les décors allégoriques situés hors l’Europe, afin de déterminer ce qui constitue la spécificité du décor allégorique de justice européen. Les Chinois sont par exemple familiers des symboles du glaive et de la balance (même en zone rurale) mais ils ne comprennent pas pour quelles raisons les Européens ont choisi de figurer la justice sous les traits d’une femme.
Le texte qui suit découle d’une première étude, celle du décor de la grand’chambre du Parlement de Flandre exécuté par Nicolas-Guy Brenet, peintre de l’Académie Royale, pour les parlementaires de Douai en 1768-1769. Ce décor a suscité une réflexion plus vaste sur la fonction des allégories de justice, menée en 2013-2014 avec Antoine Garapon.
Continuer la lecture de Allégories de Justice

Synthèse du colloque «Énoncer le droit, Représenter le droit»–Limoges, 4/5 juin 2015

Les XXXIVe journées d’histoire du droit se sont tenues, les 4 et 5 juin 2015 à la faculté de droit de Limoges. Nous avions fait le choix de réunir des spécialistes d’horizons très divers autour du thème, très large lui-aussi, de la représentation du droit, laissant à chaque intervenant le choix d’interpréter ce que cette représentation du droit pouvait être et sous quelle forme elle pouvait s’exprimer. Nous espérions proposer au groupe ainsi réuni et au public, un panel de communications susceptible de rendre compte de la manière dont les juristes et plus particulièrement les historiens du droit appréhendent le droit non dans son texte mais dans toutes ses autres formes d’expression.
Le succès de ces journées se mesure, dans un premier temps, à la qualité des échanges et des contacts qui se sont établis. La réunion de chercheurs doit permettre, en marge des interventions académiques, des rencontres et des contacts qui pourront donner, par la suite, naissance à des collaborations. Rassemblés autour des représentations du droit, antiquisants, médiévistes, historiens du droit de l’époque moderne, juristes positivistes, théoriciens du droit mais aussi historiens et philosophes sont parvenus à croiser leurs méthodes, leurs analyses et leurs interprétations. Continuer la lecture de Synthèse du colloque «Énoncer le droit, Représenter le droit»–Limoges, 4/5 juin 2015

Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.

Ce billet reprend quelques éléments d’une communication proposée dans le cadre des VIe Rencontres Droit et cinéma (Université de La Rochelle, 2013), intitulée « Droit positif et rémanences de l’ancien droit dans une chronique familiale au cinéma : Les invités de mon père d’Anne Le Ny (France, 2010) ». La communication fera l’objet d’une publication sous la forme d’un article dans les Actes du colloque qui paraîtront en 2015.

(TF1 droits audiovisuels nous a aimablement autorisé à mettre en ligne deux photogrammes du film. Le premier se trouve en « image à la une », le second dans le corps du texte)

Si le cinéma est un art, c’est aussi un médium de la réalité et à ce titre, une source de connaissance pour le juriste. Le film, comme l’œuvre littéraire, le chef d’œuvre pictural ou la pièce d’opéra, révèle le droit tel qu’il est vécu, subi ou ignoré par la société. Les niveaux de lecture sont pluriels : la représentation du droit est-elle fidèle à la règle telle qu’elle se trouve exprimée par les différentes sources du droit ? Il se peut que le droit apparaisse déformé. Déformé intentionnellement ou par erreur, déformé consciemment ou non, le droit au cinéma rend alors compte d’une réalité juridique autre que celle dont le juriste est familier. La représentation du droit peut aussi montrer un fonctionnement social en marge de la norme établie, ou permettre au juriste de rencontrer des pratiques et des mentalités plus anciennes qui constituent autant de preuves visibles d’une tradition juridique sous-jacente.

Continuer la lecture de Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.

Voir le droit au cinéma

(La société de production Diaphana Distribution, distributeur du film « L’exercice de l’État » de Pierre Schoeller nous a aimablement autorisé à utiliser le photogramme placé en « image à la une »)

L’importance de la représentation pour le juriste conduit à proposer une nouvelle piste de recherche, l’analyse juridique de l’image, dont il convient de dresser les contours et poser les fondements, ici plus particulièrement adaptés à l’image cinématographique. L’hypothèse consiste à considérer l’image cinématographique comme un matériau juridique encore non identifié, en partant du constat que la présence avérée du droit à l’écran n’a pas encore donné lieu à une étude systématique, mises à part les représentations judiciaires classiques, du crime, du juge et du procès.

 On se permettra d’ores et déjà une réserve préalable : l’analyse juridique de l’image ne cherche évidemment pas à expliquer le cinéma car il n’est pas nécessaire de comprendre le cinéma. Le 7e art vise avant tout à divertir, à donner du plaisir et susciter des émotions. Néanmoins, porteur d’un certain regard sur le droit, il fournit un matériau susceptible d’être exploité par le juriste. C’est ce que nous voulons montrer.

Continuer la lecture de Voir le droit au cinéma

Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

C’est, paraît-il, après avoir vu le documentaire 10e chambre – Instants d’audience de Raymond Depardon qu’Albert Dupontel aurait eu l’idée de préparer le scénario de 9 mois ferme. La présence de Michèle Bernard-Requin, immortalisée en 2006 dans sa fonction de présidente de ladite 10e chambre du Tribunal Correctionnel de Paris, atteste certainement de cette filiation. Pour autant, il n’y a pas, a priori, grand-chose de commun entre ce que l’on pourrait présenter comme la farce de Dupontel et le documentaire de Depardon si ce n’est que les deux cinéastes sont experts chacun en leur domaine. C’est ici la figure du juge, incarnée par Sandrine Kiberlain, qui retiendra notre attention, même si l’analyse du personnage en question ne prend sens que dans une confrontation avec les autres. Car le sujet de Dupontel est en réalité la Justice (principe philosophique, idéale donc parfaite), envisagée par le biais de la justice (institution, humaine donc faillible)… la première étant, à première vue, bien mal servie par la seconde.

Continuer la lecture de Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

Enoncer le droit, représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

Journées d’histoire du droit – juin 2015

« Énoncer le droit, représenter le droit »

Colloque organisé par l’Observatoire des mutations institutionnelles et juridiques (OMIJ) de la faculté de droit de l’Université de Limoges et le Groupe de recherches en analyse juridique de l’image (Grimaj)

Le juriste occidental, produit de la civilisation du livre, tend à s’intéresser en priorité au langage écrit du droit et cherche moins souvent à décrypter l’expression d’un autre discours, plus symbolique, qui passe par les figures du droit. Or, le texte juridique s’inscrit dans un univers normatif plus vaste dont les images et les autres représentations figurées rendent compte. Il s’agit de deux types de langages intrinsèquement liés et fondamentalement complémentaires. L’étude des représentations du droit est d’autant plus importante que celles-ci jouent un rôle essentiel dans la transmission du savoir juridique puisqu’elles s’adressent aux sens pour marquer les esprits.

Représenter le droit, c’est en effet rendre sensible à la vue un concept juridique ou une institution. Il s’agit de rendre présent à l’esprit, à la conscience, un objet ou un concept qui ne serait pas perçu directement. Rendre l’absent, présent et l’invisible, visible. Au-delà, la représentation (objet) rend compte ou contribue à former l’idée que l’on se fait du droit (représentation mentale). Il y a donc une représentation concrète formelle qui peut être distinguée de la représentation sociale du droit, en tant que perception collective ou individuelle, d’un concept ou d’une institution juridique.

Paroles et formules, gestes et rituels, images et textes portent un discours de normativité dont il convient d’explorer les ressorts et la richesse d’où l’idée d’un colloque qui convoque, sans les confondre ni les opposer ni les hiérarchiser, les différentes formes du discours normatif.

Le Grimaj (Groupe de Recherches en Analyse Juridique de l’Image) s’est constitué en octobre 2013 par la réunion de chercheurs en sciences sociales d’horizons disciplinaires différents. Juristes et historiens du droit, historiens de l’art, sociologues, sémiologues osent la relativité du regard et explorent ensemble l’image comme illustration du droit, comme révélateur d’une culture juridique commune, comme support d’un discours normatif. La réflexion porte sur toutes formes de représentations : images fixes, images animées, installations d’art contemporain, performances…

Contact : nathalie.goedert@u-psud.fr ou ninon.maillard@univ-nantes.fr

crédits : Oliver Bieh-Zimmert, « Network of the german civil code », CC-NC-SA 2.0. (A hand-made vizualisation was done to connect 2385 paragraphs of the German Civil Code by 1896. Every paragraph contains a number of references to other paragraphs. In the physical visualization each reference was visualized through red threads.)