Archives par mot-clé : preuve

Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadžić (Dust breeding, Sarah Vanagt, 2013)

La condamnation de Radovan Karadžić à 40 ans de prison, prononcée par le tribunal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye le 24 mars 2016 est l’occasion de revenir sur un documentaire dont le caractère hors normes permet au spectateur d’envisager ce procès de cinq années sous un angle inédit. Avec Dust breeding, produit en 2013 par le Centre vidéo de Bruxelles et Balthasar, la cinéaste Sarah Vanagt propose au public une œuvre inclassable qui relève à la fois du documentaire et de l’œuvre d’art contemporain. La cinéaste investit les locaux vides du tribunal, entre deux sessions, et utilise un certain nombre d’images : images produites lors du procès et image du procès lui-même.

Le montage final offre donc deux types d’images très différentes : certaines relèvent de la performance artistique, d’autres du documentaire. Les premières mettent ainsi Sarah Vanagt en scène, frottant au crayon gras une grande surface de papier sur les marches du hall du tribunal de La Haye ou filmant une feuille de papier ainsi crayonnée après l’avoir scotchée sur la chaise de l’accusé ou la vitre de la cabine des traducteurs. Le sens de l’œuvre se lit du fait même de cette hybridité, le montage de ces images suscitant, chez le spectateur, une réflexion sur le lieu et le temps de la justice, sur l’œuvre même de justice lorsqu’il faut revenir sur un crime passé, en rapporter la preuve, parfois via l’image… Je consacrerai mon étude à ce qu’une historienne du droit, spécialiste de l’analyse juridique de l’image, peut y voir. Continuer la lecture de Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadžić (Dust breeding, Sarah Vanagt, 2013)

Témoigner par l’image : soirée débat-projection avec Jean-Christophe Klotz

Reportage, documentaire puis fiction… Tel est le parcours de Jean-Christophe Klotz dans sa démarche visant à rapporter ce dont il a été témoin au Rwanda en 1994.

Jean-Christophe Klotz est journaliste lorsqu’il filme le Rwanda pour la première fois. Envoyé sur place, il récolte des preuves, en image, du génocide qui commence. Les images sont diffusées au journal télévisé : elles sont vues par des millions de personnes. Pourtant, le génocide continuera. L’image recueillie et diffusée n’aura pas les effets escomptés par le journaliste.

C’est ensuite par un documentaire qu’il tente de revenir sur les événements dont il a été témoin (Kigali, des images contre un massacre, 2006), avant d’en venir à la fiction avec Lignes de front sorti en 2010.

Force est de se demander comment l’image fictive est la seule qui ait permis à Jean-Christophe Klotz de rendre compte de son expérience. La discussion avec le réalisateur permet de mieux comprendre ce paradoxe. L’image de reportage ne montre que ce qui apparaît à l’écran. Elle ne dit rien de plus. Le documentaire et la fiction permettent en revanche d’utiliser le hors champ. La fiction permet par ailleurs de montrer ce que l’on n’a pas vu directement. Jean-Christophe Klotz raconte ainsi les assassinats à la machette, les viols, les exactions nocturnes des milices Hutus, les exécutions sommaires opérées par d’autoproclamés chefs de guerre.

Montrer ce que l’on n’a pas vu? Comment procéder? On remarque que, lorsque le film place le personnage du reporter face aux violences, ce dernier n’a pas sa caméra en main. Une façon pour le réalisateur de nous dire qu’il n’a ni vu, ni filmé de pareilles images quand il était reporter. Quelles images? Le spectateur ne voit pas ce que le personnage a devant les yeux. On est pourtant presque persuadé d’avoir vu. Or, on entend, on imagine mais on ne voit pas directement. Jean-Christophe Klotz a souligné, lors du débat, l’utilisation qu’il fait du hors champ pour « créer des images mentales ». L’image contextualise une violence que le spectateur n’a plus qu’à imaginer. L’image proposée à l’écran en suscite une autre, précisément celle qui constitue la réalité dont le réalisateur veut témoigner sans l’avoir vue, et donc, sans la montrer.

La fiction permet de montrer différemment : le réalisateur évoque ainsi les « métaphores », les « images symboliques » auxquelles il a eu recours : le chef de guerre violent glisse la machette dans la main du journaliste français signifie ainsi que le spectateur est complice, que voir et laisser faire revient à faire.

lignesdefront06

Lorsque le chef de guerre est nourri dans le camp français de réfugiés après l’opération Turquoise et donc après le génocide, on comprend que la communauté internationale a accueilli, voire aidé, d’anciens bourreaux. L’image remplace ici le discours. Elle est construite par le réalisateur pour dire plus que pour montrer, pour dénoncer plus que pour témoigner. Elle constitue le message et non la preuve. Un message rendu nécessaire du fait même que l’image-preuve est restée sans efficacité.

Ninon Maillard

Pour citer cet article :

Ninon Maillard, « Témoigner par l’image : soirée débat-projection avec Jean-Christophe Klotz », billet du 7 avril 2014, Imaj-carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage, sur Hypotheses.org.