Archives par mot-clé : père

De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)

(La société de production du film ©MOVE MOVIE – MARS FILMS nous a aimablement autorisé à mettre en ligne les photogrammes du film insérés dans ce billet)

Quelques jours après le colloque sur Les représentations du juge à l’écran qui se tenait les 13 et 14 mars 2015 à l’Université libre de Bruxelles, je visionne Suzanne de Katell Quillévéré. Le film, réalisé en 2013, retrace l’itinéraire d’une jeune fille devenue mère trop tôt qui abandonne fils, père et sœur, qui renonce à un emploi régulier pour une vie de bohème qui la conduit à la délinquance. C’est donc une situation de rupture qui nous est proposée : rupture affective, sociale et familiale. Rupture dont le droit est amené à se saisir : placement de l’enfant, poursuites engagées du fait des délits de Suzanne. J’aborderai uniquement ici la scène du procès de Suzanne pour vol aggravé. On évoque souvent la justice aveugle… On trouve chez Katell Quillévéré un tribunal invisible. Continuer la lecture de De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)

Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.

Ce billet reprend quelques éléments d’une communication proposée dans le cadre des VIe Rencontres Droit et cinéma (Université de La Rochelle, 2013), intitulée « Droit positif et rémanences de l’ancien droit dans une chronique familiale au cinéma : Les invités de mon père d’Anne Le Ny (France, 2010) ». La communication fera l’objet d’une publication sous la forme d’un article dans les Actes du colloque qui paraîtront en 2015.

(TF1 droits audiovisuels nous a aimablement autorisé à mettre en ligne deux photogrammes du film. Le premier se trouve en « image à la une », le second dans le corps du texte)

Si le cinéma est un art, c’est aussi un médium de la réalité et à ce titre, une source de connaissance pour le juriste. Le film, comme l’œuvre littéraire, le chef d’œuvre pictural ou la pièce d’opéra, révèle le droit tel qu’il est vécu, subi ou ignoré par la société. Les niveaux de lecture sont pluriels : la représentation du droit est-elle fidèle à la règle telle qu’elle se trouve exprimée par les différentes sources du droit ? Il se peut que le droit apparaisse déformé. Déformé intentionnellement ou par erreur, déformé consciemment ou non, le droit au cinéma rend alors compte d’une réalité juridique autre que celle dont le juriste est familier. La représentation du droit peut aussi montrer un fonctionnement social en marge de la norme établie, ou permettre au juriste de rencontrer des pratiques et des mentalités plus anciennes qui constituent autant de preuves visibles d’une tradition juridique sous-jacente.

Continuer la lecture de Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.