Archives par mot-clé : perception

Allégories de Justice

À la veille de la mise en chantier du nouveau palais de justice de Paris aux Batignolles, il est particulièrement opportun d’interroger sur la longue durée les formes symboliques qui habitent les lieux de justice. L’actuel Palais historique de la capitale, lieu de vie et lieu de mémoire, s’enracine dans la mémoire longue d’une île, la Cité, symbole et palimpseste de l’histoire d’une institution pluriséculaire.  La plupart de ces cycles allégoriques, généralement peu accessibles, n’ont pas été étudiés selon une perspective qui tiendrait à la fois compte de l’histoire des arts et de leur réception, des acquis de l’anthropologie visuelle et de ceux d’une histoire du droit ouverte à la spécificité de l’image. Les liens entre art et justice méritent d’être approfondis. L’objectif est d’étudier ces décors de manière à la fois comparatiste et attentive au fait que ce sont aussi -et surtout- des lieux de justice. En élargissant le regard à l’échelle européenne, ce projet gagnera à établir des distinctions d’avec les décors allégoriques situés hors l’Europe, afin de déterminer ce qui constitue la spécificité du décor allégorique de justice européen. Les Chinois sont par exemple familiers des symboles du glaive et de la balance (même en zone rurale) mais ils ne comprennent pas pour quelles raisons les Européens ont choisi de figurer la justice sous les traits d’une femme.
Le texte qui suit découle d’une première étude, celle du décor de la grand’chambre du Parlement de Flandre exécuté par Nicolas-Guy Brenet, peintre de l’Académie Royale, pour les parlementaires de Douai en 1768-1769. Ce décor a suscité une réflexion plus vaste sur la fonction des allégories de justice, menée en 2013-2014 avec Antoine Garapon.
Continuer la lecture de Allégories de Justice

Enoncer le droit, représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

Journées d’histoire du droit – juin 2015

« Énoncer le droit, représenter le droit »

Colloque organisé par l’Observatoire des mutations institutionnelles et juridiques (OMIJ) de la faculté de droit de l’Université de Limoges et le Groupe de recherches en analyse juridique de l’image (Grimaj)

Le juriste occidental, produit de la civilisation du livre, tend à s’intéresser en priorité au langage écrit du droit et cherche moins souvent à décrypter l’expression d’un autre discours, plus symbolique, qui passe par les figures du droit. Or, le texte juridique s’inscrit dans un univers normatif plus vaste dont les images et les autres représentations figurées rendent compte. Il s’agit de deux types de langages intrinsèquement liés et fondamentalement complémentaires. L’étude des représentations du droit est d’autant plus importante que celles-ci jouent un rôle essentiel dans la transmission du savoir juridique puisqu’elles s’adressent aux sens pour marquer les esprits.

Représenter le droit, c’est en effet rendre sensible à la vue un concept juridique ou une institution. Il s’agit de rendre présent à l’esprit, à la conscience, un objet ou un concept qui ne serait pas perçu directement. Rendre l’absent, présent et l’invisible, visible. Au-delà, la représentation (objet) rend compte ou contribue à former l’idée que l’on se fait du droit (représentation mentale). Il y a donc une représentation concrète formelle qui peut être distinguée de la représentation sociale du droit, en tant que perception collective ou individuelle, d’un concept ou d’une institution juridique.

Paroles et formules, gestes et rituels, images et textes portent un discours de normativité dont il convient d’explorer les ressorts et la richesse d’où l’idée d’un colloque qui convoque, sans les confondre ni les opposer ni les hiérarchiser, les différentes formes du discours normatif.

Le Grimaj (Groupe de Recherches en Analyse Juridique de l’Image) s’est constitué en octobre 2013 par la réunion de chercheurs en sciences sociales d’horizons disciplinaires différents. Juristes et historiens du droit, historiens de l’art, sociologues, sémiologues osent la relativité du regard et explorent ensemble l’image comme illustration du droit, comme révélateur d’une culture juridique commune, comme support d’un discours normatif. La réflexion porte sur toutes formes de représentations : images fixes, images animées, installations d’art contemporain, performances…

Contact : nathalie.goedert@u-psud.fr ou ninon.maillard@univ-nantes.fr

crédits : Oliver Bieh-Zimmert, « Network of the german civil code », CC-NC-SA 2.0. (A hand-made vizualisation was done to connect 2385 paragraphs of the German Civil Code by 1896. Every paragraph contains a number of references to other paragraphs. In the physical visualization each reference was visualized through red threads.)