Archives par mot-clé : Kaurismaki

Un conte sociologique? La bulle du cinéma comme utopie solidaire (« Le Havre », Aki Kaurismaki, 2011)

Ce billet s’inscrit dans la réflexion qui a suivi un colloque consacré aux représentations de la frontière, organisé à Limoges le 21 mai 2014 dans le cadre du PRES Frontière(s) au cinéma.

Je ne connaissais pas ce film « Le Havre » sorti en décembre 2011 mais une rétrospective complète de l’œuvre d’Aki Kaurismaki organisé par le festival « Premiers plans » à Angers, m’avait déjà été confronté à  la veine laconique de ce cinéma qui paraît  daté d’un autre âge. Je voudrais surtout insister sur le régime de fiction dans lequel ce film transporte. La facture cinématographique du film  se présente en effet comme un conte qui  met sur le devant de la scène le contentieux politico juridique de l’immigration clandestine mais la fiction qui saisit ce contentieux peut aussi être lue comme une fable qui viendrait réhabiliter les ressources de la mobilisation communautaire pour faire face au problème posé. Le film met en effet sous tension des questions relatives à l’application de la règle de droit pour des populations en situation de transit (voir les analyses de Ninon Maillard, de Stéphane Boiron et Christophe Bonotte)  mais il révèle en même temps la manière dont les parties prenantes (policiers, responsables de centres de rétention, édiles politiques, journalistes d’un côté, immigrés clandestins-jeunes et vieux- et populations autochtones de l’autre) s’arrangent avec la loi pour faire valoir des registres de valeurs contradictoires dans le règlement du problème. Pour ce faire Kaurismaki s’emploie à faire du cinéma, une sorte d’asile bienfaiteur dans lequel viendrait se sanctuariser des solidarités perdues pour ré enchanter un monde de plus en plus crispé par les affres de la migration en régime d’échanges inégaux. Il recrée à l’écran un univers social suranné pour en exhumer l’improbable humanité à l’instar de toute une tradition du cinéma français dont le souvenir hante son esthétique. C’est ce parti pris que  je voudrais renseigner pour ce qu’il permet de penser de décalages temporels (et sociaux) dans le traitement du sujet. Socialement,  une utopie solidaire nourrit  peu à peu la narration en se ressourçant à des genres dont la diégèse du film porte explicitement la trace. L’expression sociale qui s’en dégage tient à ce que l’action du film se situe dans le présent alors que la facture du film semble être ancrée dans le passé. Ce tour de passe-passe sémantique crée un effet de distanciation (charme rétro, personnages typés,  langage lapidaire, décor et objets insolites…)  qui surprend  autant qu’il questionne sur les intentions du cinéaste.  Comme s’il s’agissait  de ressusciter la référentialité du cinéma français, la remettre dans son jus,  pour traiter d’un problème dont on sait qu’il constitue un objet de polémique dans l’actualité récente.

Continuer la lecture de Un conte sociologique? La bulle du cinéma comme utopie solidaire (« Le Havre », Aki Kaurismaki, 2011)

Les frontières du Havre

J’avoue avoir éprouvé une certaine perplexité visionnant ce film et devant traiter du thème de la frontière. Il m’est, en effet, apparu que Le Havre est essentiellement une fable, sans prétention documentaire, qui ne se mêle d’aucun discours juridique. On n’y trouvera nulle réflexion explicite sur le statut des migrants. D’un côté, nous est présenté le discours politique de l’État-nation et, de l’autre, le discours moral des habitants du Havre.

Nous pouvons cependant tenter de dépasser cette opposition entre la froideur des uns et la solidarité des autres, pour y déceler des éléments propres à nourrir une réflexion juridique sur la frontière.

Continuer la lecture de Les frontières du Havre

Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Toujours dans le cadre de l’exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014, qui demandait à chaque spécialiste de choisir et d’analyser une séquence du même film, à savoir Le Havre de Aki Kaurismaki, j’ai choisi un second extrait qui fait intervenir trois personnages : une patronne de bar et ses deux clients, à savoir Marcel Marx, français quelque peu marginal ayant accueilli un jeune immigré clandestin chez lui, et un dénommé Chang, immigré vietnamien, détenteur de faux papier français. Les trois personnages, ainsi que les spectateurs, regardent le journal télévisé, via le poste de télévision filmé lui-même en gros plan par Kaurismaki. Tous partagent donc une image : les personnages devant le petit écran, les spectateurs devant le Grand Ecran assistent au démantèlement d’un camp de réfugiés par les forces de police.

Continuer la lecture de Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

L’exercice pratique proposé au Grimaj le mercredi 21 mai lors d’un colloque consacré aux migrations dans le cadre du PRES LCP « frontière(s) au cinéma » relevait (rétrospectivement) de la gageure : chaque membre de l’équipe devait sélectionner une ou plusieurs séquences du film Le Havre de Aki Kaurismaki (en lien avec le thème de la frontière) et en proposer l’analyse avec les outils propres à sa discipline. Par la suite, il était prévu de confronter lesdites analyses, de remarquer la spécificité de chacune avant d’examiner la complémentarité des unes et des autres.

Le résultat est à la fois excitant et frustrant. Excitant, parce que l’exercice a été performant : les analyses se sont révélées très diverses et de ce simple fait complémentaires. Alors même que la discipline juridique était représentée par trois intervenants, on n’a relevé aucun propos redondant : les deux historiens du droit (Stéphane Boiron et Ninon Maillard) et le juriste positiviste (Christophe Bonnotte) n’ont pas toujours choisi les mêmes séquences et même lorsque cela a été le cas (séquence du centre de rétention administrative sélectionnée par Ninon Maillard et Christophe Bonnotte) les analyses se sont révélées très différentes, sans que cela ne se limite à une différence de points de vue.

imagesHAHNJY3Y

Excitant, parce que l’exercice a généré des questions de méthode intéressantes autour du choix des séquences, de la pertinence d’une analyse de séquence, de la pertinence même du choix d’un film dans une œuvre. Frustrant, parce qu’inachevé : une fois de plus, le temps de débat prévu à l’issue des analyses individuelles s’est trouvé écourté et au final, la réflexion commune n’a pas eu lieu. Elle n’est que reportée mais il est certain que les conclusions auraient gagné à être tirées à la suite de l’exercice. On parviendra sans aucun doute à reprendre l’essentiel lors de la prochaine rencontre mais le détail ? la spontanéité ?

Continuer la lecture de Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

Rencontre GRIMAJ

Le GRIMAJ se réunit le mercredi 21 mai 2014 pour un colloque autour du thème des migrations dans le cadre du PRES Limousin-Charente-Poitou « Frontière(s) au cinéma ». Une matinée méthodologique sera suivie d’une après-midi plus pratique dans la perspective interdisciplinaire qui  est au coeur de la démarche du groupe constitué depuis octobre. Juristes, historiens du droit, sémiologues et sociologues ont choisi et travaillé une séquence du film Le Havre de Aki Kaurismaki. Ils proposeront leur séquence et leurs analyses respectives avant d’engager une réflexion commune et un débat autour tant du choix des images que du sens et de la portée qu’ils leur attribuent. Dans la lignée des conclusions de la première rencontre du groupe, cet exercice est à la fois une mise en commun de nos réflexions et une confrontation de nos disciplines à partir de nos concepts et de nos raisonnements respectifs afin d’en évaluer la complémentarité. Il s’agit de définir, à l’issue de la journée, la spécificité de l’analyse juridique de l’image tout en considérant le nécessaire apport des méthodes et des outils sémiologiques et la complémentarité du point de vue d’autres disciplines, ici de la sociologie. Contrairement à la première Journée d’Etudes qui s’était tenue le 25 octobre et dont la synthèse est en ligne, le colloque sera ouvert au public.