Archives par mot-clé : guerre

Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadžić (Dust breeding, Sarah Vanagt, 2013)

La condamnation de Radovan Karadžić à 40 ans de prison, prononcée par le tribunal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye le 24 mars 2016 est l’occasion de revenir sur un documentaire dont le caractère hors normes permet au spectateur d’envisager ce procès de cinq années sous un angle inédit. Avec Dust breeding, produit en 2013 par le Centre vidéo de Bruxelles et Balthasar, la cinéaste Sarah Vanagt propose au public une œuvre inclassable qui relève à la fois du documentaire et de l’œuvre d’art contemporain. La cinéaste investit les locaux vides du tribunal, entre deux sessions, et utilise un certain nombre d’images : images produites lors du procès et image du procès lui-même.

Le montage final offre donc deux types d’images très différentes : certaines relèvent de la performance artistique, d’autres du documentaire. Les premières mettent ainsi Sarah Vanagt en scène, frottant au crayon gras une grande surface de papier sur les marches du hall du tribunal de La Haye ou filmant une feuille de papier ainsi crayonnée après l’avoir scotchée sur la chaise de l’accusé ou la vitre de la cabine des traducteurs. Le sens de l’œuvre se lit du fait même de cette hybridité, le montage de ces images suscitant, chez le spectateur, une réflexion sur le lieu et le temps de la justice, sur l’œuvre même de justice lorsqu’il faut revenir sur un crime passé, en rapporter la preuve, parfois via l’image… Je consacrerai mon étude à ce qu’une historienne du droit, spécialiste de l’analyse juridique de l’image, peut y voir. Continuer la lecture de Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadžić (Dust breeding, Sarah Vanagt, 2013)

God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino

Des fonctions sociales du rite dans la dernière séquence de Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino, 1998.

Ce billet s’inspire du dialogue interdisciplinaire entrepris lors des deux rencontres du groupe Grimaj (2013 et 2014) entre juristes, historiens, sémiologues et sociologues. Il se risque à mettre en pratique la méthodologie des indices pour interpréter la dernière séquence de « The deer hunter » (Michael Cimino) qui, au moment de la sortie du film en 1978, avait donné lieu à de multiples controverses. Centrée sur le rite d’enterrement de Nick (suicidé dans les tripots de Saigon par le jeu de la roulette russe),  l’analyse proposée par Christophe Lamoureux propose une lecture sociologique construite à partir du déroulé de la séquence elle-même et de la signification sociale qu’il convient de lui accorder. Cette proposition n’a pas vocation de lire « une  vérité » qui n’appartiendrait qu’au film ; elle invite au contraire en partant du matériau cinématographique de la séquence à construire un point de vue dont le registre d’explication cherche à percer autant les intentions du cinéaste que la portée symbolique du rite des funérailles qui boucle la narration. La démarche qui conduit à cette interprétation est plus amplement explicitée dans un article consacré à la sociologie de l’œuvre dans son ensemble  à paraître dans un livre collectif dirigé par Stéphane Boiron, Nathalie Goedert et Ninon Maillard consacré aux « Lois de la guerre ».  Ce billet en extrait  la conclusion.

ciminoLes obsèques de Nick (Christopher Walken) qui ont réuni le groupe au complet, ont fait taire les voix. Dans un silence pesant, la compagnie s’apprête à boire le verre du souvenir en hommage au cher disparu. Les échanges de regards sont furtifs ; ils disent à la fois la perte (tragique) de l’un des leurs et la difficulté d’être à nouveau réunis. Chacun ne sait quel service rendre pour s’accommoder du malaise qui s’est installé : dresser la table ou préparer une collation  (Linda, Mike, Stanley) ? Il faut se serrer les coudes pour se donner une contenance, faire face à l’embarras créé par le fait d’être à nouveau ensemble (y compris Steven revenu et Angéla rétablie). « Ce n’est pas un jour si gris » se risque à lancer Angéla que l’on avait quittée murée dans le silence au début de la troisième partie. Les rares mots prononcés sont lourds de sens ; ils ont valeur de réassurance. Le mutisme collectif est atténué quand John (le patron du bistrot) propose d’offrir ses services. Dans la cuisine où il se réfugie pour faire le café,  ses gestes sont mécaniques. Il  ne peut pas contenir son chagrin. Léger ressaisissement pour faire sécher les larmes tout en préparant l’omelette. Du fond de l’arrière salle, celui qui avait officié au sein de la chorale à la messe nuptiale (première partie),  murmure à voix basse les premières notes de « God bless America ».

Continuer la lecture de God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino