Synthèse du colloque «Énoncer le droit, Représenter le droit»–Limoges, 4/5 juin 2015

Les XXXIVe journées d’histoire du droit se sont tenues, les 4 et 5 juin 2015 à la faculté de droit de Limoges. Nous avions fait le choix de réunir des spécialistes d’horizons très divers autour du thème, très large lui-aussi, de la représentation du droit, laissant à chaque intervenant le choix d’interpréter ce que cette représentation du droit pouvait être et sous quelle forme elle pouvait s’exprimer. Nous espérions proposer au groupe ainsi réuni et au public, un panel de communications susceptible de rendre compte de la manière dont les juristes et plus particulièrement les historiens du droit appréhendent le droit non dans son texte mais dans toutes ses autres formes d’expression.
Le succès de ces journées se mesure, dans un premier temps, à la qualité des échanges et des contacts qui se sont établis. La réunion de chercheurs doit permettre, en marge des interventions académiques, des rencontres et des contacts qui pourront donner, par la suite, naissance à des collaborations. Rassemblés autour des représentations du droit, antiquisants, médiévistes, historiens du droit de l’époque moderne, juristes positivistes, théoriciens du droit mais aussi historiens et philosophes sont parvenus à croiser leurs méthodes, leurs analyses et leurs interprétations. Continuer la lecture de Synthèse du colloque «Énoncer le droit, Représenter le droit»–Limoges, 4/5 juin 2015

Énoncer le droit, Représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

XXXIVe Journées d’Histoire du Droit

4 et 5 juin 2015, Université de Limoges

 « Énoncer le droit, Représenter le droit »

Colloque organisé par l’OMIJ (EA 3177- Limoges) avec le partenariat de DCS (UMR 6297-Nantes)

(crédits : Olivier Bieh-Zimmert, CC BY-ND-NC-SA 2.0)
Olivier Bieh-Zimmert, Network of the German Civil Code (CC BY-NC-SA 2.0)

Le juriste est familier du droit mis en mots. Cette littérature prend différentes formes, les plus fréquentes étant la loi, le jugement, l’acte notarié ou administratif, voire l’adage. L’énoncé du droit ne peut cependant se circonscrire à la lettre. Il se traduit aussi et peut-être même avant tout par des représentations. Là encore, force est de constater que la diversité préside. L’objet du colloque est de livrer quelques exemples des figures que le droit peut prendre lorsqu’il s’énonce via des images, des mises en scènes, des récits littéraires ou filmiques, des formes, des gestes, des supports ou des signes. Continuer la lecture de Énoncer le droit, Représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

L’image du père-juge au cinéma. Autorité paternelle et sujétion civile dans Cherchez Hortense de Pascal Bonitzer

Ce billet reprend les éléments d’un article qui sera publié dans le courant de l’année 2015 dans les actes du colloque « La famille au cinéma » qui s’est tenu lors des VIe rencontres Droit et cinéma de l’Université de La Rochelle, 2013.

(Le producteur SBS Productions et le distributeur Le Pacte nous ont aimablement autorisé à mettre en ligne les photogrammes du film qui apparaissent dans ce billet)

 Depuis le « Roi patriarche » jusqu’au « père des peuples », le pouvoir politique a souvent fondé et trouvé sa légitimité en s’inspirant de l’organisation familiale. Sans doute parce que les rapports de parenté ont constitué les premiers liens classificatoires, distinguant non seulement les générations, les sexes mais précisant aussi les rapports d’autorité, voire de domination. L’organisation familiale a ainsi servi de modèle à l’organisation politique. L’analogie est classique et a donné lieu à de nombreux travaux. Mais il est assez rare de la voir apparaître sur les écrans de cinéma, surtout avec la subtilité de Pascal Bonitzer. Continuer la lecture de L’image du père-juge au cinéma. Autorité paternelle et sujétion civile dans Cherchez Hortense de Pascal Bonitzer

Un conte sociologique? La bulle du cinéma comme utopie solidaire (« Le Havre », Aki Kaurismaki, 2011)

Ce billet s’inscrit dans la réflexion qui a suivi un colloque consacré aux représentations de la frontière, organisé à Limoges le 21 mai 2014 dans le cadre du PRES Frontière(s) au cinéma.

Je ne connaissais pas ce film « Le Havre » sorti en décembre 2011 mais une rétrospective complète de l’œuvre d’Aki Kaurismaki organisé par le festival « Premiers plans » à Angers, m’avait déjà été confronté à  la veine laconique de ce cinéma qui paraît  daté d’un autre âge. Je voudrais surtout insister sur le régime de fiction dans lequel ce film transporte. La facture cinématographique du film  se présente en effet comme un conte qui  met sur le devant de la scène le contentieux politico juridique de l’immigration clandestine mais la fiction qui saisit ce contentieux peut aussi être lue comme une fable qui viendrait réhabiliter les ressources de la mobilisation communautaire pour faire face au problème posé. Le film met en effet sous tension des questions relatives à l’application de la règle de droit pour des populations en situation de transit (voir les analyses de Ninon Maillard, de Stéphane Boiron et Christophe Bonotte)  mais il révèle en même temps la manière dont les parties prenantes (policiers, responsables de centres de rétention, édiles politiques, journalistes d’un côté, immigrés clandestins-jeunes et vieux- et populations autochtones de l’autre) s’arrangent avec la loi pour faire valoir des registres de valeurs contradictoires dans le règlement du problème. Pour ce faire Kaurismaki s’emploie à faire du cinéma, une sorte d’asile bienfaiteur dans lequel viendrait se sanctuariser des solidarités perdues pour ré enchanter un monde de plus en plus crispé par les affres de la migration en régime d’échanges inégaux. Il recrée à l’écran un univers social suranné pour en exhumer l’improbable humanité à l’instar de toute une tradition du cinéma français dont le souvenir hante son esthétique. C’est ce parti pris que  je voudrais renseigner pour ce qu’il permet de penser de décalages temporels (et sociaux) dans le traitement du sujet. Socialement,  une utopie solidaire nourrit  peu à peu la narration en se ressourçant à des genres dont la diégèse du film porte explicitement la trace. L’expression sociale qui s’en dégage tient à ce que l’action du film se situe dans le présent alors que la facture du film semble être ancrée dans le passé. Ce tour de passe-passe sémantique crée un effet de distanciation (charme rétro, personnages typés,  langage lapidaire, décor et objets insolites…)  qui surprend  autant qu’il questionne sur les intentions du cinéaste.  Comme s’il s’agissait  de ressusciter la référentialité du cinéma français, la remettre dans son jus,  pour traiter d’un problème dont on sait qu’il constitue un objet de polémique dans l’actualité récente.

Continuer la lecture de Un conte sociologique? La bulle du cinéma comme utopie solidaire (« Le Havre », Aki Kaurismaki, 2011)

Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.

Ce billet reprend quelques éléments d’une communication proposée dans le cadre des VIe Rencontres Droit et cinéma (Université de La Rochelle, 2013), intitulée « Droit positif et rémanences de l’ancien droit dans une chronique familiale au cinéma : Les invités de mon père d’Anne Le Ny (France, 2010) ». La communication fera l’objet d’une publication sous la forme d’un article dans les Actes du colloque qui paraîtront en 2015.

(TF1 droits audiovisuels nous a aimablement autorisé à mettre en ligne deux photogrammes du film. Le premier se trouve en « image à la une », le second dans le corps du texte)

Si le cinéma est un art, c’est aussi un médium de la réalité et à ce titre, une source de connaissance pour le juriste. Le film, comme l’œuvre littéraire, le chef d’œuvre pictural ou la pièce d’opéra, révèle le droit tel qu’il est vécu, subi ou ignoré par la société. Les niveaux de lecture sont pluriels : la représentation du droit est-elle fidèle à la règle telle qu’elle se trouve exprimée par les différentes sources du droit ? Il se peut que le droit apparaisse déformé. Déformé intentionnellement ou par erreur, déformé consciemment ou non, le droit au cinéma rend alors compte d’une réalité juridique autre que celle dont le juriste est familier. La représentation du droit peut aussi montrer un fonctionnement social en marge de la norme établie, ou permettre au juriste de rencontrer des pratiques et des mentalités plus anciennes qui constituent autant de preuves visibles d’une tradition juridique sous-jacente.

Continuer la lecture de Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.

God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino

Des fonctions sociales du rite dans la dernière séquence de Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino, 1998.

Ce billet s’inspire du dialogue interdisciplinaire entrepris lors des deux rencontres du groupe Grimaj (2013 et 2014) entre juristes, historiens, sémiologues et sociologues. Il se risque à mettre en pratique la méthodologie des indices pour interpréter la dernière séquence de « The deer hunter » (Michael Cimino) qui, au moment de la sortie du film en 1978, avait donné lieu à de multiples controverses. Centrée sur le rite d’enterrement de Nick (suicidé dans les tripots de Saigon par le jeu de la roulette russe),  l’analyse proposée par Christophe Lamoureux propose une lecture sociologique construite à partir du déroulé de la séquence elle-même et de la signification sociale qu’il convient de lui accorder. Cette proposition n’a pas vocation de lire « une  vérité » qui n’appartiendrait qu’au film ; elle invite au contraire en partant du matériau cinématographique de la séquence à construire un point de vue dont le registre d’explication cherche à percer autant les intentions du cinéaste que la portée symbolique du rite des funérailles qui boucle la narration. La démarche qui conduit à cette interprétation est plus amplement explicitée dans un article consacré à la sociologie de l’œuvre dans son ensemble  à paraître dans un livre collectif dirigé par Stéphane Boiron, Nathalie Goedert et Ninon Maillard consacré aux « Lois de la guerre ».  Ce billet en extrait  la conclusion.

ciminoLes obsèques de Nick (Christopher Walken) qui ont réuni le groupe au complet, ont fait taire les voix. Dans un silence pesant, la compagnie s’apprête à boire le verre du souvenir en hommage au cher disparu. Les échanges de regards sont furtifs ; ils disent à la fois la perte (tragique) de l’un des leurs et la difficulté d’être à nouveau réunis. Chacun ne sait quel service rendre pour s’accommoder du malaise qui s’est installé : dresser la table ou préparer une collation  (Linda, Mike, Stanley) ? Il faut se serrer les coudes pour se donner une contenance, faire face à l’embarras créé par le fait d’être à nouveau ensemble (y compris Steven revenu et Angéla rétablie). « Ce n’est pas un jour si gris » se risque à lancer Angéla que l’on avait quittée murée dans le silence au début de la troisième partie. Les rares mots prononcés sont lourds de sens ; ils ont valeur de réassurance. Le mutisme collectif est atténué quand John (le patron du bistrot) propose d’offrir ses services. Dans la cuisine où il se réfugie pour faire le café,  ses gestes sont mécaniques. Il  ne peut pas contenir son chagrin. Léger ressaisissement pour faire sécher les larmes tout en préparant l’omelette. Du fond de l’arrière salle, celui qui avait officié au sein de la chorale à la messe nuptiale (première partie),  murmure à voix basse les premières notes de « God bless America ».

Continuer la lecture de God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino

L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.

(La société Les films du Losange a autorisé la mise en ligne des images proposées dans le billet)

En choisissant dans son film Versailles, de porter son regard sur les destins d’une jeune femme sans-abri et de son enfant, Pierre Schoeller entend aborder la question de l’exclusion et dénoncer une société qui, en dépit d’un arsenal juridique édifiant, n’est plus en mesure de protéger la maternité et l’enfance.

Le film commence en effet par un lent traveling vertical, le long de la façade d’un immeuble parisien, qui s’attarde sur la plaque « Rue de l’impasse » avant de « tomber » littéralement sur une jeune femme accompagnée d’un enfant qui cherchent là,  derrière les grilles d’un chantier, un espace retiré pour y passer la nuit. Le comportement mécanique de l’enfant, qui sans aucun questionnement s’installe sur un carton et s’endort montre qu’il n’en est pas à sa première nuit dehors. Telle une pieta, la jeune femme aux traits tirés veille sur son sommeil. L’image est accablante tandis que l’économie des dialogues dégage l’essentiel, à savoir le lien qui unit la mère à l’enfant. Ainsi la première séquence du film résume-t-elle le propos. Il sera question d’exclusion mais aussi de filiation dans un film à la lisière de l’intime et du social.

Continuer la lecture de L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.

Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

A propos de « L’arbitro » (court-métrage de Paolo Zuca, 2008)

Le Centre international de langues de l’Université de Nantes a mis en place chaque année le festival Univerciné présentant une sélection de films allemands, britanniques russes et italiens. En  2013, L’arbitro, le film de Paolo Zucca a remporté le prix du jury. Une  Master Class en présence du réalisateur était organisée le  vendredi 7 novembre 2014, à l’initiative de Gloria Paganini  professeur de civilisation italienne et membre du Crini. Intitulée « Football et identités nationales dans le cinéma européen : compétition ou affrontement ? Enjeux sportifs ou financiers ? Terrain de jeu ou de corruption ? », cette journée d’études a donné l’occasion de revenir sur le court métrage sorti en 2008 dont le film de Paolo Zucca (pas encore sorti en France) est le prolongement. Christophe Lamoureux, sociologue du sport et du  cinéma, revient sur ce format court pour mettre en évidence les enjeux de société  que la représentation du foot à l’écran permet de révéler.

affiche(crédits : la société Blaq Out qui distribue le DVD du film nous a aimablement autorisé à mettre quelques images en ligne)

Continuer la lecture de Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

Les frontières du Havre

J’avoue avoir éprouvé une certaine perplexité visionnant ce film et devant traiter du thème de la frontière. Il m’est, en effet, apparu que Le Havre est essentiellement une fable, sans prétention documentaire, qui ne se mêle d’aucun discours juridique. On n’y trouvera nulle réflexion explicite sur le statut des migrants. D’un côté, nous est présenté le discours politique de l’État-nation et, de l’autre, le discours moral des habitants du Havre.

Nous pouvons cependant tenter de dépasser cette opposition entre la froideur des uns et la solidarité des autres, pour y déceler des éléments propres à nourrir une réflexion juridique sur la frontière.

Continuer la lecture de Les frontières du Havre

Voir le droit au cinéma

(La société de production Diaphana Distribution, distributeur du film « L’exercice de l’État » de Pierre Schoeller nous a aimablement autorisé à utiliser le photogramme placé en « image à la une »)

L’importance de la représentation pour le juriste conduit à proposer une nouvelle piste de recherche, l’analyse juridique de l’image, dont il convient de dresser les contours et poser les fondements, ici plus particulièrement adaptés à l’image cinématographique. L’hypothèse consiste à considérer l’image cinématographique comme un matériau juridique encore non identifié, en partant du constat que la présence avérée du droit à l’écran n’a pas encore donné lieu à une étude systématique, mises à part les représentations judiciaires classiques, du crime, du juge et du procès.

 On se permettra d’ores et déjà une réserve préalable : l’analyse juridique de l’image ne cherche évidemment pas à expliquer le cinéma car il n’est pas nécessaire de comprendre le cinéma. Le 7e art vise avant tout à divertir, à donner du plaisir et susciter des émotions. Néanmoins, porteur d’un certain regard sur le droit, il fournit un matériau susceptible d’être exploité par le juriste. C’est ce que nous voulons montrer.

Continuer la lecture de Voir le droit au cinéma

Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

C’est, paraît-il, après avoir vu le documentaire 10e chambre – Instants d’audience de Raymond Depardon qu’Albert Dupontel aurait eu l’idée de préparer le scénario de 9 mois ferme. La présence de Michèle Bernard-Requin, immortalisée en 2006 dans sa fonction de présidente de ladite 10e chambre du Tribunal Correctionnel de Paris, atteste certainement de cette filiation. Pour autant, il n’y a pas, a priori, grand-chose de commun entre ce que l’on pourrait présenter comme la farce de Dupontel et le documentaire de Depardon si ce n’est que les deux cinéastes sont experts chacun en leur domaine. C’est ici la figure du juge, incarnée par Sandrine Kiberlain, qui retiendra notre attention, même si l’analyse du personnage en question ne prend sens que dans une confrontation avec les autres. Car le sujet de Dupontel est en réalité la Justice (principe philosophique, idéale donc parfaite), envisagée par le biais de la justice (institution, humaine donc faillible)… la première étant, à première vue, bien mal servie par la seconde.

Continuer la lecture de Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

Enoncer le droit, représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

Journées d’histoire du droit – juin 2015

« Énoncer le droit, représenter le droit »

Colloque organisé par l’Observatoire des mutations institutionnelles et juridiques (OMIJ) de la faculté de droit de l’Université de Limoges et le Groupe de recherches en analyse juridique de l’image (Grimaj)

Le juriste occidental, produit de la civilisation du livre, tend à s’intéresser en priorité au langage écrit du droit et cherche moins souvent à décrypter l’expression d’un autre discours, plus symbolique, qui passe par les figures du droit. Or, le texte juridique s’inscrit dans un univers normatif plus vaste dont les images et les autres représentations figurées rendent compte. Il s’agit de deux types de langages intrinsèquement liés et fondamentalement complémentaires. L’étude des représentations du droit est d’autant plus importante que celles-ci jouent un rôle essentiel dans la transmission du savoir juridique puisqu’elles s’adressent aux sens pour marquer les esprits.

Représenter le droit, c’est en effet rendre sensible à la vue un concept juridique ou une institution. Il s’agit de rendre présent à l’esprit, à la conscience, un objet ou un concept qui ne serait pas perçu directement. Rendre l’absent, présent et l’invisible, visible. Au-delà, la représentation (objet) rend compte ou contribue à former l’idée que l’on se fait du droit (représentation mentale). Il y a donc une représentation concrète formelle qui peut être distinguée de la représentation sociale du droit, en tant que perception collective ou individuelle, d’un concept ou d’une institution juridique.

Paroles et formules, gestes et rituels, images et textes portent un discours de normativité dont il convient d’explorer les ressorts et la richesse d’où l’idée d’un colloque qui convoque, sans les confondre ni les opposer ni les hiérarchiser, les différentes formes du discours normatif.

Le Grimaj (Groupe de Recherches en Analyse Juridique de l’Image) s’est constitué en octobre 2013 par la réunion de chercheurs en sciences sociales d’horizons disciplinaires différents. Juristes et historiens du droit, historiens de l’art, sociologues, sémiologues osent la relativité du regard et explorent ensemble l’image comme illustration du droit, comme révélateur d’une culture juridique commune, comme support d’un discours normatif. La réflexion porte sur toutes formes de représentations : images fixes, images animées, installations d’art contemporain, performances…

Contact : nathalie.goedert@u-psud.fr ou ninon.maillard@univ-nantes.fr

crédits : Oliver Bieh-Zimmert, « Network of the german civil code », CC-NC-SA 2.0. (A hand-made vizualisation was done to connect 2385 paragraphs of the German Civil Code by 1896. Every paragraph contains a number of references to other paragraphs. In the physical visualization each reference was visualized through red threads.)

Le western, film de guerre? Une hypothèse philosophique

 

Le western, film de guerre ?  Une hypothèse philosophique.

Le western, genre contraint, présente des lignes : deux chemins parallèles qui, contre toute logique, se rencontrent. Fuite ou poursuite, éléments naturels devenant personnages adjuvants ou hostiles, ruse, pièges, cache-cache, ronde des charriots sous l’attaque soudaine, tuniques bleues traversant des rivières ou retranchées dans un fort aussi solide qu’isolé, Indiens menaçant fondus dans le paysage ou figure d’émancipation, duel… Alternance de mouvements larges et de statisme, univers clos et univers infini, diversions amoureuses, les lignes finissent par se rencontrer et laisser la place, forcément, à un affrontement et des morts. À travers une question posée au western, celle de la présence cachée de la guerre sous le premier degré de l’histoire anecdotique racontée, on cherchera à savoir, moins ce que dit le western du cinéma que ce qu’il dit à la philosophie. En ce sens, le western engage à une théorie programmatique et constitue, aussi, un laboratoire pour la pensée politique. Continuer la lecture de Le western, film de guerre? Une hypothèse philosophique

Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Toujours dans le cadre de l’exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014, qui demandait à chaque spécialiste de choisir et d’analyser une séquence du même film, à savoir Le Havre de Aki Kaurismaki, j’ai choisi un second extrait qui fait intervenir trois personnages : une patronne de bar et ses deux clients, à savoir Marcel Marx, français quelque peu marginal ayant accueilli un jeune immigré clandestin chez lui, et un dénommé Chang, immigré vietnamien, détenteur de faux papier français. Les trois personnages, ainsi que les spectateurs, regardent le journal télévisé, via le poste de télévision filmé lui-même en gros plan par Kaurismaki. Tous partagent donc une image : les personnages devant le petit écran, les spectateurs devant le Grand Ecran assistent au démantèlement d’un camp de réfugiés par les forces de police.

Continuer la lecture de Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Dans le cadre d’un exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014 (« Regards croisés autour du film Le Havre de Aki Kaurismaki »), chaque spécialiste a dû isoler une séquence du film et en proposer l’analyse. L’exercice poursuit plusieurs objectifs qui n’ont pas tous été immédiatement atteints : tant le choix de la séquence que l’analyse qui s’en suit vont permettre d’identifier la différence des points de vue, la différence des outils conceptuels convoqués et ainsi permettre de mieux déterminer la complémentarité des disciplines : sociologie, histoire du droit, droit positif, sémiologie et/ou sémiotique. Il faudra expliquer comment s’est opérée la sélection, comprendre ce qui l’a guidée et en quoi ce choix peut être à la fois pertinent pour l’étude par discipline mais contraignant pour le chercheur et déterminant dans la portée des conclusions proposées. Par ailleurs, cet exercice a-t-il du sens ? Si certains chercheurs ont développé des concepts intéressants en limitant leur cadre de réflexion au microscopique, l’analyse séquentielle est-elle pertinente dans le cadre de notre démarche en analyse juridique de l’image ? Nous aurons l’occasion de revenir sur ces questionnements d’une part en confrontant et critiquant nos résultats individuels respectifs, d’autre part en initiant une réflexion commune sur nos méthodes et nos travaux. La première étape est donc de proposer une séquence et son analyse.

Continuer la lecture de Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage