God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino

Des fonctions sociales du rite dans la dernière séquence de Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino, 1998.

Ce billet s’inspire du dialogue interdisciplinaire entrepris lors des deux rencontres du groupe Grimaj (2013 et 2014) entre juristes, historiens, sémiologues et sociologues. Il se risque à mettre en pratique la méthodologie des indices pour interpréter la dernière séquence de « The deer hunter » (Michael Cimino) qui, au moment de la sortie du film en 1978, avait donné lieu à de multiples controverses. Centrée sur le rite d’enterrement de Nick (suicidé dans les tripots de Saigon par le jeu de la roulette russe),  l’analyse proposée par Christophe Lamoureux propose une lecture sociologique construite à partir du déroulé de la séquence elle-même et de la signification sociale qu’il convient de lui accorder. Cette proposition n’a pas vocation de lire « une  vérité » qui n’appartiendrait qu’au film ; elle invite au contraire en partant du matériau cinématographique de la séquence à construire un point de vue dont le registre d’explication cherche à percer autant les intentions du cinéaste que la portée symbolique du rite des funérailles qui boucle la narration. La démarche qui conduit à cette interprétation est plus amplement explicitée dans un article consacré à la sociologie de l’œuvre dans son ensemble  à paraître dans un livre collectif dirigé par Stéphane Boiron, Nathalie Goedert et Ninon Maillard consacré aux « Lois de la guerre ».  Ce billet en extrait  la conclusion.

ciminoLes obsèques de Nick (Christopher Walken) qui ont réuni le groupe au complet, ont fait taire les voix. Dans un silence pesant, la compagnie s’apprête à boire le verre du souvenir en hommage au cher disparu. Les échanges de regards sont furtifs ; ils disent à la fois la perte (tragique) de l’un des leurs et la difficulté d’être à nouveau réunis. Chacun ne sait quel service rendre pour s’accommoder du malaise qui s’est installé : dresser la table ou préparer une collation  (Linda, Mike, Stanley) ? Il faut se serrer les coudes pour se donner une contenance, faire face à l’embarras créé par le fait d’être à nouveau ensemble (y compris Steven revenu et Angéla rétablie). « Ce n’est pas un jour si gris » se risque à lancer Angéla que l’on avait quittée murée dans le silence au début de la troisième partie. Les rares mots prononcés sont lourds de sens ; ils ont valeur de réassurance. Le mutisme collectif est atténué quand John (le patron du bistrot) propose d’offrir ses services. Dans la cuisine où il se réfugie pour faire le café,  ses gestes sont mécaniques. Il  ne peut pas contenir son chagrin. Léger ressaisissement pour faire sécher les larmes tout en préparant l’omelette. Du fond de l’arrière salle, celui qui avait officié au sein de la chorale à la messe nuptiale (première partie),  murmure à voix basse les premières notes de « God bless America ».

Continuer la lecture de God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino

L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.

(La société Les films du Losange a autorisé la mise en ligne des images proposées dans le billet)

En choisissant dans son film Versailles, de porter son regard sur les destins d’une jeune femme sans-abri et de son enfant, Pierre Schoeller entend aborder la question de l’exclusion et dénoncer une société qui, en dépit d’un arsenal juridique édifiant, n’est plus en mesure de protéger la maternité et l’enfance.

Le film commence en effet par un lent traveling vertical, le long de la façade d’un immeuble parisien, qui s’attarde sur la plaque « Rue de l’impasse » avant de « tomber » littéralement sur une jeune femme accompagnée d’un enfant qui cherchent là,  derrière les grilles d’un chantier, un espace retiré pour y passer la nuit. Le comportement mécanique de l’enfant, qui sans aucun questionnement s’installe sur un carton et s’endort montre qu’il n’en est pas à sa première nuit dehors. Telle une pieta, la jeune femme aux traits tirés veille sur son sommeil. L’image est accablante tandis que l’économie des dialogues dégage l’essentiel, à savoir le lien qui unit la mère à l’enfant. Ainsi la première séquence du film résume-t-elle le propos. Il sera question d’exclusion mais aussi de filiation dans un film à la lisière de l’intime et du social.

Continuer la lecture de L’enfant trouvé, l’enfant « de nulle part » : exclusion sociale et secret des origines dans Versailles de Pierre Schoeller.