Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Dans le cadre d’un exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014 (« Regards croisés autour du film Le Havre de Aki Kaurismaki »), chaque spécialiste a dû isoler une séquence du film et en proposer l’analyse. L’exercice poursuit plusieurs objectifs qui n’ont pas tous été immédiatement atteints : tant le choix de la séquence que l’analyse qui s’en suit vont permettre d’identifier la différence des points de vue, la différence des outils conceptuels convoqués et ainsi permettre de mieux déterminer la complémentarité des disciplines : sociologie, histoire du droit, droit positif, sémiologie et/ou sémiotique. Il faudra expliquer comment s’est opérée la sélection, comprendre ce qui l’a guidée et en quoi ce choix peut être à la fois pertinent pour l’étude par discipline mais contraignant pour le chercheur et déterminant dans la portée des conclusions proposées. Par ailleurs, cet exercice a-t-il du sens ? Si certains chercheurs ont développé des concepts intéressants en limitant leur cadre de réflexion au microscopique, l’analyse séquentielle est-elle pertinente dans le cadre de notre démarche en analyse juridique de l’image ? Nous aurons l’occasion de revenir sur ces questionnements d’une part en confrontant et critiquant nos résultats individuels respectifs, d’autre part en initiant une réflexion commune sur nos méthodes et nos travaux. La première étape est donc de proposer une séquence et son analyse.

Continuer la lecture de Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Pour une approche esthétique du droit, Le juriste et les représentations

 

 Le 21 mai 2014, lors du colloque organisé par le GRIMAJ : « Autour de la représentation de la frontière : migrations et conquête de nouveaux territoires », Nathalie Goedert présentait les axes de recherches pour l’analyse juridique de l’image. Dans un premier billet, elle évoque la dimension esthétique du droit

Tandis que l’étude des représentations[1] est à la mode dans l’univers des sciences humaines qui trouvent dans le contenu manifeste ou latent des œuvres, un précieux matériau de nature historique, sociologique ou idéologique, le droit, tenant l’art pour suspect s’il est question de science, semble garder frileusement ses distances. Le juriste occidental et moderne, il est vrai, n’est pas familier des images. Et pourtant, nous croyons comme Pierre Legendre que « les premiers abords du phénomène institutionnel sont esthétiques » [2] et qu’il convient, d’autant plus dans la société du visible qui est la notre aujourd’hui, d’explorer cette voie de l’approche visuelle, esthétique du droit, trop longtemps négligée.

Si l’image a toujours été un langage[3], elle tend aujourd’hui à devenir un moyen de communication de masse qui se suffit à lui même[4]. Au cours de ces dernières années, l’image en effet s’est démocratisée, tant dans ses procédés de production que dans ses modes de diffusion[5]. Chacun aujourd’hui réalise des images qui peuvent être vues instantanément par des milliers d’individus, dans le monde entier. Cette prolifération récente des moyens de transmission et de diffusion est assurément la marque d’une société fascinée par le visible qui, prolongement inattendu des anciennes croyances, prête aux images un pouvoir et des vertus occultes. De sorte que la vidéo surveillance pourrait éradiquer le crime, que l’imagerie médicale permettrait de triompher de la maladie tandis que les écrans des téléphones portables transformés en appareils photo créeraient ce lien de convivialité et de partage qui fait si cruellement défaut dans notre monde moderne. On ne peut négliger les effets psycho-sociaux de cette évolution qui modifie les pratiques sociales tant dans le rapport à l’autre que dans la perception de la réalité. Dans une société du visible, il devient nécessaire de se familiariser avec les images, mais surtout d’observer, de comprendre et d’accompagner ce nouveau rapport au réel.

Continuer la lecture de Pour une approche esthétique du droit, Le juriste et les représentations

Travailler sur l’image : quelques mots sur Grimaj et Imaj

Introduction au colloque « Autour de la représentation de la frontière : migrations et conquête de nouveaux territoires », organisé à Limoges le 21 mai 2014 dans le cadre du PRES LCP « Frontière(s) au cinéma ».

Ce colloque constitue la seconde rencontre du Grimaj et s’inscrit comme une étape dans un processus initié en octobre 2013 lors d’une première rencontre autour du thème des frontières. Lors de cette première journée, un groupe s’est formé : le groupe de recherches en analyse juridique de l’image. Fonder un groupe suppose de souder une équipe autour d’un projet commun. Ici, c’est davantage un objet qu’un projet qui nous a réuni : l’image et un désir d’ouverture aujourd’hui appelé souci d’interdisciplinarité, de pluridisciplinarité ou de transdisciplinarité…

Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

L’exercice pratique proposé au Grimaj le mercredi 21 mai lors d’un colloque consacré aux migrations dans le cadre du PRES LCP « frontière(s) au cinéma » relevait (rétrospectivement) de la gageure : chaque membre de l’équipe devait sélectionner une ou plusieurs séquences du film Le Havre de Aki Kaurismaki (en lien avec le thème de la frontière) et en proposer l’analyse avec les outils propres à sa discipline. Par la suite, il était prévu de confronter lesdites analyses, de remarquer la spécificité de chacune avant d’examiner la complémentarité des unes et des autres.

Le résultat est à la fois excitant et frustrant. Excitant, parce que l’exercice a été performant : les analyses se sont révélées très diverses et de ce simple fait complémentaires. Alors même que la discipline juridique était représentée par trois intervenants, on n’a relevé aucun propos redondant : les deux historiens du droit (Stéphane Boiron et Ninon Maillard) et le juriste positiviste (Christophe Bonnotte) n’ont pas toujours choisi les mêmes séquences et même lorsque cela a été le cas (séquence du centre de rétention administrative sélectionnée par Ninon Maillard et Christophe Bonnotte) les analyses se sont révélées très différentes, sans que cela ne se limite à une différence de points de vue.

imagesHAHNJY3Y

Excitant, parce que l’exercice a généré des questions de méthode intéressantes autour du choix des séquences, de la pertinence d’une analyse de séquence, de la pertinence même du choix d’un film dans une œuvre. Frustrant, parce qu’inachevé : une fois de plus, le temps de débat prévu à l’issue des analyses individuelles s’est trouvé écourté et au final, la réflexion commune n’a pas eu lieu. Elle n’est que reportée mais il est certain que les conclusions auraient gagné à être tirées à la suite de l’exercice. On parviendra sans aucun doute à reprendre l’essentiel lors de la prochaine rencontre mais le détail ? la spontanéité ?

Continuer la lecture de Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki