Tous les articles par Ninon Maillard

Droit contre le mur

Le séminaire Justice, Images, Languages et Cultures (JILC) et l’Institut des Hautes Études sur la Justice (IHEJ ) ;

Attendu que :

Sylvia Preuss-Laussinotte, avocate au Barreau de Paris, Olive Martin, artiste plasticienne et Patrick Bernier, artiste plasticien, ont été pris en flagrant délit de dégradation d’un bâtiment historique, alors qu’ils attaquaient le mur nord de l’enceinte de la Saline Royale d’Arc-et-Senans, ensemble architectural reconnu Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 1982, et propriété du Département du Doubs ;

Montés sur des échelles de bois, munis de marteaux et burins, ils avaient descellé le faitage en lauzes et les premières pierres du mur nord quand les services de police, intervenant rapidement, alertés grâce à la surveillance des réseaux sociaux sur lesquels avaient été postés des invitations à participer à une action artistique, les ont appréhendés à 17h36 ;

Ils n’ont opposé aucune résistance à leur arrestation. Ils contestent l’accusation de dégradation et déclarent : « en déposant ce mur, nous voulons réaliser un monument en mémoire aux familles tzi­ganes internées dans ces lieux entre septembre 1941 et août 43. Nous souhaitons mettre le site en confor­mité avec le droit à la sûreté, mais aussi avec les idées révisées de son architecte Claude Nicolas Ledoux et avec sa destination actuelle de Cité des utopies». ;

Ils étaient tous les trois vêtus de tee-shirts à l’effigie de la Saline Royale d’Arc-et-Senans ;

Étaient présents également plusieurs « spectateurs » ou « complices », presque tous membres ou sympathisants du groupe dit du JILC (Justice, Images, Langages et Cultures), qui avaient été prévenus de l’action, sans forcément en connaitre tous les détails. Parmi eux Joël Hubrecht, chercheur en droit, placé sous le statut de témoin assisté ;

Requièrent qu’il vous plaise informer l’affaire :

le vendredi 3 mars, à 18h précises

dans l’amphithéâtre de l’Institut Pratique du Journalisme (IPJ),

24 rue St Georges

75009

Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadžić (Dust breeding, Sarah Vanagt, 2013)

La condamnation de Radovan Karadžić à 40 ans de prison, prononcée par le tribunal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye le 24 mars 2016 est l’occasion de revenir sur un documentaire dont le caractère hors normes permet au spectateur d’envisager ce procès de cinq années sous un angle inédit. Avec Dust breeding, produit en 2013 par le Centre vidéo de Bruxelles et Balthasar, la cinéaste Sarah Vanagt propose au public une œuvre inclassable qui relève à la fois du documentaire et de l’œuvre d’art contemporain. La cinéaste investit les locaux vides du tribunal, entre deux sessions, et utilise un certain nombre d’images : images produites lors du procès et image du procès lui-même.

Le montage final offre donc deux types d’images très différentes : certaines relèvent de la performance artistique, d’autres du documentaire. Les premières mettent ainsi Sarah Vanagt en scène, frottant au crayon gras une grande surface de papier sur les marches du hall du tribunal de La Haye ou filmant une feuille de papier ainsi crayonnée après l’avoir scotchée sur la chaise de l’accusé ou la vitre de la cabine des traducteurs. Le sens de l’œuvre se lit du fait même de cette hybridité, le montage de ces images suscitant, chez le spectateur, une réflexion sur le lieu et le temps de la justice, sur l’œuvre même de justice lorsqu’il faut revenir sur un crime passé, en rapporter la preuve, parfois via l’image… Je consacrerai mon étude à ce qu’une historienne du droit, spécialiste de l’analyse juridique de l’image, peut y voir. Continuer la lecture de Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadžić (Dust breeding, Sarah Vanagt, 2013)

Les petites guerres à l’écran. Médiation et conciliation dans Casus Belli d’Anne Lévy-Morelle (2014)

Dans Casus Belli, Anne Lévy-Morelle propose au spectateur de suivre les « sentiers de la paix » qu’arpentent quotidiennement le personnel d’un centre de médiation implanté à Ixelles en Belgique et le juge de paix Guy Rommel. Médiation et conciliation seront donc les deux pistes exploitées par la réalisatrice dans son travail sur les conflits banals. On pourrait s’interroger sur la pertinence du montage qui propose, comme côte à côte, les échanges ayant lieu au centre de médiation et les auditions du juge de paix mais la première scène du documentaire donne la clé de cette juxtaposition. Lors d’un entretien téléphonique avec une personne contactée dans le cadre de la résolution d’un conflit de voisinage, le médiateur propose une médiation alors même qu’une procédure devant le juge de paix est initiée. « ça n’empêche pas une médiation. Si la médiation marche, tant mieux. Sinon, la procédure judiciaire continue… » Nous comprenons ainsi le sous-titre du documentaire : il n’y a pas un mais plusieurs sentiers cheminant vers la paix. De même que les processus de réconciliation et de conciliation sont menés parallèlement, au quotidien, la réalisatrice ballade le spectateur entre le centre de médiation et la salle d’audience de la justice de paix. Cette alternance d’images permet de souligner les spécificités de ces deux processus de pacification des conflits qui ont pour point commun d’être désignés comme étant des modalités de la « justice alternative » (Carbonnier). Continuer la lecture de Les petites guerres à l’écran. Médiation et conciliation dans Casus Belli d’Anne Lévy-Morelle (2014)

Art contemporain et droit – Joachim Hamou, performing the law

Lors du colloque Performing the law qui se tenait à Paris les 2 et 3 décembre 2015, Joachim Hamou a présenté certains de ses travaux qui entrent en résonance avec le droit ou la justice. Réagissant à un débat qui avait suivi l’intervention précédente, il pose comme principe que le projet artistique ne se conçoit pas en marge du droit, c’est-à-dire comme essentiellement, naturellement différent ou comme restant étranger à toute implication ou répercussion sur le droit. L’art et le droit ne sont pas si hermétiques l’un par rapport à l’autre dans le sens où l’un et l’autre font partie de la vie contemporaine : le juriste n’est pas le seul « orfèvre du droit » pour reprendre ici la belle expression de Jean Gaudemet, employée dans Les naissances du droit. La performance artistique est alors aussi et surtout performativité, véritable modalité de penser le droit et donc, d’une certaine manière, de le fabriquer. A plus ou moins long terme, le projet artistique s’inscrit finalement dans l’histoire du droit, dès lors que l’artiste est promu acteur du droit par sa création, tout aussi juridique qu’artistique. Continuer la lecture de Art contemporain et droit – Joachim Hamou, performing the law

La performativité du droit à l’écran. Une analyse juridique de Django Unchained.

(Nous avons demandé l’autorisation de mettre en ligne les photogrammes du film aux agents de Quentin Tarantino. Le dossier est en cours. En cas de rejet de notre requête, nous serons contraints de supprimer les illustrations)

Chercher la juridicité dans l’image cinématographique peut sembler trivial pour un historien du droit français alors même que la pertinence de cette voie a été démontrée par les universitaires anglo-saxons spécialistes de Law and film studies. Certains historiens du droit ont toutefois travaillé sur ces thèmes et notamment Pierre Legendre , qui a démontré que le droit prend part à « l’institutionnalité » , à la construction de la « Référence » comme représentation du monde, comme image que la société des hommes se donne à elle-même pour se structurer. A priori, le cinéma ne relève pas de l’image symbolique si on l’associe de manière trop réductrice à sa dimension de loisir et de divertissement. Cela ne réduit pourtant en rien l’intérêt que le juriste peut porter à la représentation du monde qu’il véhicule. Cela étant, art ou industrie, le cinéma est avant tout un « œil grand ouvert sur la vie, œil plus puissant que le nôtre et qui voit ce que nous ne voyons pas » . C’est ainsi dans la lignée des propos de Germaine Dulac que je me placerai pour apprécier Django Unchained de Quentin Tarantino, en considérant que le cinéma est un regard sur le monde et donc sur le droit. Continuer la lecture de La performativité du droit à l’écran. Une analyse juridique de Django Unchained.

Synthèse du colloque «Énoncer le droit, Représenter le droit»–Limoges, 4/5 juin 2015

Les XXXIVe journées d’histoire du droit se sont tenues, les 4 et 5 juin 2015 à la faculté de droit de Limoges. Nous avions fait le choix de réunir des spécialistes d’horizons très divers autour du thème, très large lui-aussi, de la représentation du droit, laissant à chaque intervenant le choix d’interpréter ce que cette représentation du droit pouvait être et sous quelle forme elle pouvait s’exprimer. Nous espérions proposer au groupe ainsi réuni et au public, un panel de communications susceptible de rendre compte de la manière dont les juristes et plus particulièrement les historiens du droit appréhendent le droit non dans son texte mais dans toutes ses autres formes d’expression.
Le succès de ces journées se mesure, dans un premier temps, à la qualité des échanges et des contacts qui se sont établis. La réunion de chercheurs doit permettre, en marge des interventions académiques, des rencontres et des contacts qui pourront donner, par la suite, naissance à des collaborations. Rassemblés autour des représentations du droit, antiquisants, médiévistes, historiens du droit de l’époque moderne, juristes positivistes, théoriciens du droit mais aussi historiens et philosophes sont parvenus à croiser leurs méthodes, leurs analyses et leurs interprétations. Continuer la lecture de Synthèse du colloque «Énoncer le droit, Représenter le droit»–Limoges, 4/5 juin 2015

De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)

(La société de production du film ©MOVE MOVIE – MARS FILMS nous a aimablement autorisé à mettre en ligne les photogrammes du film insérés dans ce billet)

Quelques jours après le colloque sur Les représentations du juge à l’écran qui se tenait les 13 et 14 mars 2015 à l’Université libre de Bruxelles, je visionne Suzanne de Katell Quillévéré. Le film, réalisé en 2013, retrace l’itinéraire d’une jeune fille devenue mère trop tôt qui abandonne fils, père et sœur, qui renonce à un emploi régulier pour une vie de bohème qui la conduit à la délinquance. C’est donc une situation de rupture qui nous est proposée : rupture affective, sociale et familiale. Rupture dont le droit est amené à se saisir : placement de l’enfant, poursuites engagées du fait des délits de Suzanne. J’aborderai uniquement ici la scène du procès de Suzanne pour vol aggravé. On évoque souvent la justice aveugle… On trouve chez Katell Quillévéré un tribunal invisible. Continuer la lecture de De la justice aveugle au tribunal invisible. Le procès de « Suzanne » filmé par Katell Quillévéré (2013)

Énoncer le droit, Représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

XXXIVe Journées d’Histoire du Droit

4 et 5 juin 2015, Université de Limoges

 « Énoncer le droit, Représenter le droit »

Colloque organisé par l’OMIJ (EA 3177- Limoges) avec le partenariat de DCS (UMR 6297-Nantes)

(crédits : Olivier Bieh-Zimmert, CC BY-ND-NC-SA 2.0)
Olivier Bieh-Zimmert, Network of the German Civil Code (CC BY-NC-SA 2.0)

Le juriste est familier du droit mis en mots. Cette littérature prend différentes formes, les plus fréquentes étant la loi, le jugement, l’acte notarié ou administratif, voire l’adage. L’énoncé du droit ne peut cependant se circonscrire à la lettre. Il se traduit aussi et peut-être même avant tout par des représentations. Là encore, force est de constater que la diversité préside. L’objet du colloque est de livrer quelques exemples des figures que le droit peut prendre lorsqu’il s’énonce via des images, des mises en scènes, des récits littéraires ou filmiques, des formes, des gestes, des supports ou des signes. Continuer la lecture de Énoncer le droit, Représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.

Ce billet reprend quelques éléments d’une communication proposée dans le cadre des VIe Rencontres Droit et cinéma (Université de La Rochelle, 2013), intitulée « Droit positif et rémanences de l’ancien droit dans une chronique familiale au cinéma : Les invités de mon père d’Anne Le Ny (France, 2010) ». La communication fera l’objet d’une publication sous la forme d’un article dans les Actes du colloque qui paraîtront en 2015.

(TF1 droits audiovisuels nous a aimablement autorisé à mettre en ligne deux photogrammes du film. Le premier se trouve en « image à la une », le second dans le corps du texte)

Si le cinéma est un art, c’est aussi un médium de la réalité et à ce titre, une source de connaissance pour le juriste. Le film, comme l’œuvre littéraire, le chef d’œuvre pictural ou la pièce d’opéra, révèle le droit tel qu’il est vécu, subi ou ignoré par la société. Les niveaux de lecture sont pluriels : la représentation du droit est-elle fidèle à la règle telle qu’elle se trouve exprimée par les différentes sources du droit ? Il se peut que le droit apparaisse déformé. Déformé intentionnellement ou par erreur, déformé consciemment ou non, le droit au cinéma rend alors compte d’une réalité juridique autre que celle dont le juriste est familier. La représentation du droit peut aussi montrer un fonctionnement social en marge de la norme établie, ou permettre au juriste de rencontrer des pratiques et des mentalités plus anciennes qui constituent autant de preuves visibles d’une tradition juridique sous-jacente.

Continuer la lecture de Légalité, moralité, fausse représentation du droit, vraie culture populaire… Les invités de mon père, Anne Le Ny, 2010.

Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

C’est, paraît-il, après avoir vu le documentaire 10e chambre – Instants d’audience de Raymond Depardon qu’Albert Dupontel aurait eu l’idée de préparer le scénario de 9 mois ferme. La présence de Michèle Bernard-Requin, immortalisée en 2006 dans sa fonction de présidente de ladite 10e chambre du Tribunal Correctionnel de Paris, atteste certainement de cette filiation. Pour autant, il n’y a pas, a priori, grand-chose de commun entre ce que l’on pourrait présenter comme la farce de Dupontel et le documentaire de Depardon si ce n’est que les deux cinéastes sont experts chacun en leur domaine. C’est ici la figure du juge, incarnée par Sandrine Kiberlain, qui retiendra notre attention, même si l’analyse du personnage en question ne prend sens que dans une confrontation avec les autres. Car le sujet de Dupontel est en réalité la Justice (principe philosophique, idéale donc parfaite), envisagée par le biais de la justice (institution, humaine donc faillible)… la première étant, à première vue, bien mal servie par la seconde.

Continuer la lecture de Le juge était (presque) parfait… Quelques réflexions sur 9 mois ferme d’Albert Dupontel

Enoncer le droit, représenter le droit — Journées d’histoire du droit, juin 2015

Journées d’histoire du droit – juin 2015

« Énoncer le droit, représenter le droit »

Colloque organisé par l’Observatoire des mutations institutionnelles et juridiques (OMIJ) de la faculté de droit de l’Université de Limoges et le Groupe de recherches en analyse juridique de l’image (Grimaj)

Le juriste occidental, produit de la civilisation du livre, tend à s’intéresser en priorité au langage écrit du droit et cherche moins souvent à décrypter l’expression d’un autre discours, plus symbolique, qui passe par les figures du droit. Or, le texte juridique s’inscrit dans un univers normatif plus vaste dont les images et les autres représentations figurées rendent compte. Il s’agit de deux types de langages intrinsèquement liés et fondamentalement complémentaires. L’étude des représentations du droit est d’autant plus importante que celles-ci jouent un rôle essentiel dans la transmission du savoir juridique puisqu’elles s’adressent aux sens pour marquer les esprits.

Représenter le droit, c’est en effet rendre sensible à la vue un concept juridique ou une institution. Il s’agit de rendre présent à l’esprit, à la conscience, un objet ou un concept qui ne serait pas perçu directement. Rendre l’absent, présent et l’invisible, visible. Au-delà, la représentation (objet) rend compte ou contribue à former l’idée que l’on se fait du droit (représentation mentale). Il y a donc une représentation concrète formelle qui peut être distinguée de la représentation sociale du droit, en tant que perception collective ou individuelle, d’un concept ou d’une institution juridique.

Paroles et formules, gestes et rituels, images et textes portent un discours de normativité dont il convient d’explorer les ressorts et la richesse d’où l’idée d’un colloque qui convoque, sans les confondre ni les opposer ni les hiérarchiser, les différentes formes du discours normatif.

Le Grimaj (Groupe de Recherches en Analyse Juridique de l’Image) s’est constitué en octobre 2013 par la réunion de chercheurs en sciences sociales d’horizons disciplinaires différents. Juristes et historiens du droit, historiens de l’art, sociologues, sémiologues osent la relativité du regard et explorent ensemble l’image comme illustration du droit, comme révélateur d’une culture juridique commune, comme support d’un discours normatif. La réflexion porte sur toutes formes de représentations : images fixes, images animées, installations d’art contemporain, performances…

Contact : nathalie.goedert@u-psud.fr ou ninon.maillard@univ-nantes.fr

crédits : Oliver Bieh-Zimmert, « Network of the german civil code », CC-NC-SA 2.0. (A hand-made vizualisation was done to connect 2385 paragraphs of the German Civil Code by 1896. Every paragraph contains a number of references to other paragraphs. In the physical visualization each reference was visualized through red threads.)

Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Toujours dans le cadre de l’exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014, qui demandait à chaque spécialiste de choisir et d’analyser une séquence du même film, à savoir Le Havre de Aki Kaurismaki, j’ai choisi un second extrait qui fait intervenir trois personnages : une patronne de bar et ses deux clients, à savoir Marcel Marx, français quelque peu marginal ayant accueilli un jeune immigré clandestin chez lui, et un dénommé Chang, immigré vietnamien, détenteur de faux papier français. Les trois personnages, ainsi que les spectateurs, regardent le journal télévisé, via le poste de télévision filmé lui-même en gros plan par Kaurismaki. Tous partagent donc une image : les personnages devant le petit écran, les spectateurs devant le Grand Ecran assistent au démantèlement d’un camp de réfugiés par les forces de police.

Continuer la lecture de Lorsque l’archive s’invite dans la fiction…

Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Dans le cadre d’un exercice imposé lors du colloque du Grimaj du 21 mai 2014 (« Regards croisés autour du film Le Havre de Aki Kaurismaki »), chaque spécialiste a dû isoler une séquence du film et en proposer l’analyse. L’exercice poursuit plusieurs objectifs qui n’ont pas tous été immédiatement atteints : tant le choix de la séquence que l’analyse qui s’en suit vont permettre d’identifier la différence des points de vue, la différence des outils conceptuels convoqués et ainsi permettre de mieux déterminer la complémentarité des disciplines : sociologie, histoire du droit, droit positif, sémiologie et/ou sémiotique. Il faudra expliquer comment s’est opérée la sélection, comprendre ce qui l’a guidée et en quoi ce choix peut être à la fois pertinent pour l’étude par discipline mais contraignant pour le chercheur et déterminant dans la portée des conclusions proposées. Par ailleurs, cet exercice a-t-il du sens ? Si certains chercheurs ont développé des concepts intéressants en limitant leur cadre de réflexion au microscopique, l’analyse séquentielle est-elle pertinente dans le cadre de notre démarche en analyse juridique de l’image ? Nous aurons l’occasion de revenir sur ces questionnements d’une part en confrontant et critiquant nos résultats individuels respectifs, d’autre part en initiant une réflexion commune sur nos méthodes et nos travaux. La première étape est donc de proposer une séquence et son analyse.

Continuer la lecture de Un code rouge à l’écran… La représentation de la loi dans Le Havre de Aki Kaurismaki

Travailler sur l’image : quelques mots sur Grimaj et Imaj

Introduction au colloque « Autour de la représentation de la frontière : migrations et conquête de nouveaux territoires », organisé à Limoges le 21 mai 2014 dans le cadre du PRES LCP « Frontière(s) au cinéma ».

Ce colloque constitue la seconde rencontre du Grimaj et s’inscrit comme une étape dans un processus initié en octobre 2013 lors d’une première rencontre autour du thème des frontières. Lors de cette première journée, un groupe s’est formé : le groupe de recherches en analyse juridique de l’image. Fonder un groupe suppose de souder une équipe autour d’un projet commun. Ici, c’est davantage un objet qu’un projet qui nous a réuni : l’image et un désir d’ouverture aujourd’hui appelé souci d’interdisciplinarité, de pluridisciplinarité ou de transdisciplinarité…