Tous les articles par nathalie goedert

Procès fictif ou justice fiction ?

De Bamako au tribunal Monsanto (3e partie)

II) Le jeu de la fiction

Comme le procès de Bamako, le Tribunal Monsanto compte au nombre des représentations de la justice qui interrogent à ce titre la réalité judiciaire. En instruisant à La Haye le « vrai-faux procès » de la firme Monsanto, le Tribunal du même nom questionne le rapport de la fiction à la vérité et éclaire la question de sa performativité. Continuer la lecture de Procès fictif ou justice fiction ?

Le Tribunal Monsanto, un remake de « Bamako » ?

De Bamako au Tribunal Monsanto (2e partie)

Dix ans après la sortie de Bamako, la société civile organisée en association, semble reproduire le procédé quand elle organise le procès réel mais fictif de la firme Monsanto. L’idée de juger l’entreprise multinationale pour des crimes qui n’existent pas encore légalement ou qui ne peuvent donner lieu à des poursuites pénales en l’état actuel du droit est née du Forum civique européen. Un comité d’organisation se forme, composé de juristes et de militants qui sollicitent bientôt le « marrainage » de Marie-Monique Robin, connue pour ses engagements et réalisatrice du documentaire Le monde selon Monsanto. Elle offre son soutien inconditionnel à ce geste, symbolique tant il paraît vain dans le contexte juridique international ; sa notoriété permet alors d’entraîner dans l’aventureuse entreprise des personnalités des cinq continents et le 3 décembre 2015, en marge de la COP 21 qui se tient au Bourget, une conférence de presse lance le projet de l’International Monsanto Tribunal in The Hague[1]. Né de la colère de la société civile, le rêve rejoint la réalité.

De vrais professionnels du droit auditionnent et assurent la défense des témoins-victimes de l’entreprise multinationale. Il s’agit là aussi d’une représentation de la justice, d’une fiction aux forts accents réalistes. Mais la filiation s’arrête là. Ce n’est plus cette fois un sujet de cinéma, mais un « vrai-faux procès » mondialisé par l’image. Le Tribunal Monsanto qui siège à La Haye en octobre 2016 entend non seulement dénoncer un crime impuni mais encore contribuer à une réflexion internationale visant à identifier de nouvelles incriminations et inspirer, à terme, une réforme du droit international. La médiatisation de l’événement permet d’analyser discours et images et de mesurer, au delà des apparences, l’écart qui sépare ces deux initiatives ainsi que les systèmes de représentations qui sous tendent ces procès. Toutes deux en effet recourent au même dispositif pseudo-réaliste mais ne donnent pas lieu au même jeu de la fiction.

I) La mise en scène du procès : l’apparence de la réalité

D’inspiration civique, le geste n’a été rendu possible que par le relais artistique. Car si c’est par conviction que Marie-Monique Robin a accepté de participer une fois de plus à une action contre Monsanto, la dimension scénique du procès, comme mode de combat, a assurément pesé lourdement dans son engagement. L’idée de juger Monsanto devant un tribunal constitué ad hoc étant résolument cinématographique. Outre sa notoriété, Marie-Monique Robin offre son carnet d’adresses tant pour les soutiens au comité que pour les personnalités qui seront invitées à témoigner, qui pour la plupart ont été rencontrées à l’occasion du tournage[2]. Son expérience de réalisatrice rend donc l’entreprise possible. Le Tribunal a besoin d’un lieu pour siéger, de juges, d’avocats, de témoins et d’un chef d’accusation. La mise en scène réaliste est toutefois soutenue par un effort rhétorique.

  1. Le lieu

Comme pour le scénario d’Abderrahmane Sissako, le lieu a fait l’objet d’un choix scrupuleux et surtout symbolique. Le Tribunal Monsanto s’installe à La Haye, non loin du siège de la Cour pénale internationale. Ce choix a pour effet de renforcer la légitimité de cette instance civile et spontanée qui se place ainsi implicitement sous l’aile protectrice de son aînée ; sans compter qu’il favorise la confusion pour des esprits peu vigilants qui, spontanément et ne serait-ce que pour un court instant, pourraient croire à la tenue d’une véritable instance internationale. Les images renforcent cette impression. La vidéo de l’ouverture de la session présente la façade d’un bâtiment institutionnel – c’est en fait un établissement d’enseignement supérieur- qui n’est pas sans rappeler l’architecture la plus classique des Palais de justice : quelques marches pour y accéder, car la justice élève, les colonnes d’un temple, car la justice est sacrée.

Pour ajouter de la solennité à la manifestation, disposition et protocole sont respectés. Une table d’audience fait face à l’assistance, un pupitre tient lieu de barre et accueille les témoins. Un huissier annonce l’arrivée de la cour en ces mots : « Le tribunal. Please, stand up ! » L’assistance se lève ; les juges pénètrent alors dans la salle d’audience, chargés de leurs dossiers. Les greffiers, au nombre de deux, s’installent avec leur matériel d’enregistrement[3]. Cet ensemble d’indices visuels révèle la représentation mentale que l’on se fait communément d’un tribunal[4].

disposition des lieux

Arrivée des juges

les greffiers

Mais déjà d’autres indices viennent contrarier cette mise en scène. Le « procès » commence avec le propos préliminaire de Corinne Lepage, membre du comité d’organisation, qui prononce une allocation d’ouverture que l’on n’entendrait pas dans un tribunal où il n’est guère d’usage qu’une des parties au procès accueille l’assistance, remercie les juges de leur participation et explique la démarche autant que les résultats attendus. Explicitement destinés à la médiatisation de l’entreprise, ce discours crée dès l’origine, un hiatus. Le huis-clos du procès n’est pas respecté. L’ambiance est, sinon au spectacle, du moins à la manifestation publique, à ce qui s’annonce d’ailleurs comme une « journée historique ». Les chevalets qui portent les noms des magistrats, les bouteilles d’eau donnent plutôt à la scène l’allure d’un colloque universitaire. Rigoureusement interdits dans les prétoires, les applaudissements qui viennent clore les discours confirment l’impression d’un show ou d’une performance[5]. Comme dans le film, parmi le personnel non autorisé, mais requis pour l’expérience, des reporters qui filment le procès apparaissent parfois dans le champ, munis de perches et de caméras.

L’ambiance n’est guère à l’audience judiciaire. Faut-il dès lors compter sur les acteurs pour conférer une authenticité à ce tribunal ? Car moins que la matérialité de son siège, qui peut n’être ni permanent ni fixe, le tribunal se conçoit nécessairement comme un espace qui réunit ensemble deux parties en conflit et un tiers impartial.

Les acteurs

Afin d’inscrire son initiative dans la réalité, le collectif organise un procès conduit par des professionnels de la justice, juges et avocats qui assistent des parties, identifiées comme des personnes morales existantes et auditionnent des témoins réels, experts ou victimes.

 Les juges

Se rattachant à une définition moins matérielle qu’organique, qui fait des juges l’incarnation du tribunal, les discours comme les articles de presse qui présentent cette initiative ou en rendent compte, font de la participation de « vrais juges » l’indice le plus certain de l’existence d’un « vrai tribunal ».

Le Tribunal Monsanto est composé de cinq « juges ». Il est présidé par Françoise Tulkens qui a exercé pendant 14 ans les fonctions de juge à la CEDH, dont elle a été un temps vice-présidente et qui a ensuite, en 2012, été membre du panel consultatif des Nations-Unies sur les droits de l’homme au Kosovo. On trouve à ses côtés Dior Fall Sow, avocate sénégalaise, première femme nommée Procureure générale au Sénégal. Elle a été en outre consultante pour la Cour pénale internationale, avocate générale au Tribunal pénal international pour le Rwanda, ainsi que membre fondatrice et présidente d’honneur de l’Association des juristes sénégalais. Jorge Abraham Fernandez Souza, juge à la Cour des contentieux administratifs de la ville de Mexico a été aussi rapporteur au tribunal Russel sur la répression en Amérique latine. Enfin, Eleonora Lamm, de la Direction des droits humains à la Cour suprême de justice de Mendoza et Steven Shrybman, associé au cabinet juridique Goldblatt Partners LLP qui exerce ses fonctions d’avocat à Toronto et Ottawa. Dès lors, l’expression « vrais juges » mérite d’être nuancée. Bien que le choix se soit porté sur des « personnalités reconnues », « éminents spécialistes » et réunissant, au sens du Statut de Rome qui institue la Cour pénale Internationale, « les conditions requises dans leurs Etats respectifs pour l’exercice des plus hautes fonctions judiciaires », on soulignera tout d’abord que le terme « vrais » ne vise pas ici à désigner des magistrats professionnels. Seuls trois membres sur les cinq qui composent ce Tribunal appartiennent à cette catégorie. Encore que n’étant plus en activité, pour deux d’entre eux au moins, car un juge en activité ne peut siéger dans un tribunal citoyen « ce qui constituerait une sorte de conflit d’intérêts ». Toutefois, la redondance des expressions, « vrais magistrats », « vrais juges » dans les propos tenus par les membres du comité d’organisation, ne manque pas de produire la confusion dans la presse qui qualifie indistinctement les magistrats de ce Tribunal civique de « juges internationaux », ce qu’ils ne sont pas !

C’est essentiellement au titre d’experts que siègent ces derniers, apportant à cette manifestation leur connaissance du droit international autant que des arcanes de la justice pénale. Tireraient-ils alors essentiellement de leurs compétences leur légitimité de vrais juges ? C’est ce que sous-entend Marie-Monique Robin dans son discours de clôture : « Bien sûr, c’est nous qui vous avons conviés mais vous êtes de vrais juges, c’est à dire que vous connaissez le droit ». Sans doute, et le statut de Rome, s’inspirant plus de la tradition anglo-saxones en la matière que des pratiques continentales, le confirme, la connaissance du droit constitue-t-elle fréquemment une condition nécessaire à l’exercice des hautes fonctions judiciaires. Encore qu’on ait parfois, selon les époques ou les circonstances, privilégié d’autres compétences. Le système de l’élection des juges, pratiquée au moment de la Révolution française, ou aujourd’hui encore pour les conseils de prud’hommes repose moins sur la compétence juridique que sur le civisme ou le corporatisme. Mais si la connaissance du droit apporte un surcroît de légitimité dans l’exercice des fonctions de juge, elle n’a jamais suffit à faire le juge.

D’un point de vue strictement juridique, on estime aujourd’hui que c’est le respect du processus de désignation, prévu par les textes constitutionnels, conventionnels ou les usages, qui garantit au juge sa place de tiers impartial et lui confère sa véritable légitimité originelle. Le juge doit être institué –nommé ou élu- par une autorité légitime. Or le procédé de désignation adopté ici interroge. Car si dans son discours d’ouverture Corinne Lepage renouvelle sa confiance dans un « tribunal indépendant et impartial », on ne saurait oublier qu’il émane d’un comité de militants engagés, tous « opposants aux activités de Monsanto ». Ces éminents spécialistes ont été choisis pour leur expérience et leur réputation, mais c’est par conviction qu’ils ont accepté de participer à ce procès fictif. Ne peut-on craindre dès lors que ces « juges » soient tentés de confondre, en l’espèce, engagement citoyen et exercice professionnel ? La composition de ce Tribunal ne résulte pas de l’application de règles préétablies conçues comme des garanties d’indépendance et d’impartialité, qui sont aujourd’hui les principaux indicateurs d’une bonne justice mais il est composé ad hoc, en fonctions des investigations à conduire et des résultats attendus. Toutefois, qualifier de vrais, les juges ainsi désignés, suggère aussi que la société civile n’est pas moins garante de la démocratie qu’une autorité instituée. Bien au contraire, elle entend afficher sa capacité à composer, quand cela s’avère nécessaire, un tribunal présentant les mêmes garanties d’indépendance et d’impartialité. Elle peut, autant que l’Etat, instituer le juge comme tiers non partisan, qui soit en mesure, comme juge, de « mettre à distance la violence du conflit ». Elle rappelle ainsi qu’au cours de l’histoire et selon les cultures, la figure du juge est variable.

Tandis que dans le film Bamako, l’expertise des professionnels de la justice, juges et avocats, visait à dynamiser l’improvisation comme procédé de création artistique, dans le procès Monsanto, la même exigence repose sur un souci de réalisme et vise au renforcement de la légitimité d’une instance qui, en l’état du droit, en est dépourvue. Se fondant sur la capacité de l’expert à produire un savoir objectif, le comité affirme que le vrai juge est celui qui connaît le droit et qui est en capacité de le dire. Ainsi, la légitimité du tribunal s’enracinerait non pas dans la dimension purement institutionnelle de la fonction du juge, mais dans son aptitude à exercer un pouvoir de juridiction.

Le droit

 Le glissement s’opère aussi concernant le champ du droit. Le ressort essentiel de ce procès, son ancrage dans la réalité, consiste dans l’application rigoureuse du « droit réel », du « vrai droit international », qui s’entend non seulement des règles du droit international mais aussi des « mêmes méthodes que les cours existantes ». Fondée sur ce « vrai droit », l’entreprise serait donc légitime.

Ce n’est pas tant sur le corpus de règles que porte l’équivoque. Le Tribunal Monsanto entend fonder sa délibération sur les textes existants du droit international relatifs au droit à l’alimentation, au droit à un meilleur état de santé, au droit à la liberté d’expression, notamment celle de la recherche scientifique, le droit à un environnement sain[6] consacrés comme droits fondamentaux. Ces droits sont inscrits dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la Convention relative aux droits de l’enfant, la Convention internationale sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes, ainsi que dans les principes directeurs des Nations-Unis relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme approuvés dans une résolution de juin 2011 par le Conseil des droits de l’homme. La réalité des principes, au sens de leur consécration dans de nombreux textes juridiques de portée nationale ou internationale, n’est donc pas en cause. Mais le droit ne s’entend pas seulement de l’énoncé de principes.

En se donnant pour mission de « vérifier si les activités de Monsanto sont en conformité avec les règles de droit telles qu’elles existent dans les instruments juridiques, essentiellement onusien », les juges se placent en marge du droit international tel qu’il s’applique aujourd’hui. Sans remettre aucunement en cause la pertinence de la démarche qui est, intellectuellement et idéologiquement, satisfaisante et peut conduire à des résultats éloquents, force est de constater qu’elle est précisément dépourvue de réalisme. En effet, ces principes déclarés de portée universelle ne s’appliquent pas en l’espèce, puisque aujourd’hui leur violation par une entreprise multinationale ne peut donner lieu qu’à une action civile, et suppose pour être portée sur la scène internationale, l’épuisement des voies de recours en interne. La Cour européenne des droits de l’homme qui siège à Strasbourg, peut en effet être saisie par toute personne physique, toute organisation non gouvernementale ou tout groupe de particuliers qui s’estime victime d’une violation de ses droits fondamentaux. Mais elle oppose des citoyens à leurs Etats, quand les décisions des juridictions nationales semblent aller à l’encontre des droits fondamentaux. L’arsenal juridique existant ne permet pas par ailleurs de saisir une juridiction pénale internationale pour une autre cause que le crime de guerre, le crime contre l’humanité, le génocide ou le crime d’agression. Aucune juridiction internationale existante n’est donc en mesure aujourd’hui de recevoir et d’instruire les plaintes portées par la société civile directement contre l’entreprise Monsanto. Le Tribunal Monsanto entend appliquer des principes existants, bien « réels » à un cas qui ne relève pas encore du champ de compétence des juridictions internationales. Dès lors il y a quelque contradiction à qualifier de réel, un droit qui ne peut pas, en l’espèce, être mis en œuvre et que le Tribunal se propose précisément de réformer. Ce sont d’ailleurs ces lacunes de l’arsenal onusien, et les inégalités qui en résultent, que la société civile vise à dénoncer, voire à combler momentanément, par l’organisation d’une instance parallèle. L’argument qui consiste à enraciner la démarche dans la réalité est ici, on le voit déplacé, puisqu’il s’agit au contraire de la transformer, en soulevant de manière inédite la question de la responsabilité des entreprises.

Enfin, les règles procédurales ne sont pas non plus rigoureusement respectées. Outre la confusion la plus complète qui plane sur le modèle dont le Tribunal Monsanto s’inspire, Cour pénale internationale ou Cour internationale de Justice, les principes généraux du droit de la procédure auxquels ils se réfèrent ne semblent pas scrupuleusement appliqués. Avoir pris la peine de « convoquer », par « acte extra-judiciaire », l’entreprise Monsanto devant ce tribunal fictif sans disposer de la force de coercition l’obligeant à comparaître, et déclarer que « la multinationale sera invitée à faire valoir ses arguments », qu’elle aura « en tant que défendeur … l’opportunité de répondre .. de mettre en doute la qualification juridique de ses comportements ainsi que de contester les demandes des victimes alléguées » ne suffit pas à assurer le caractère impérativement contradictoire du procès. D’une part parce que Monsanto a refusé de participer à ce qu’il qualifie de « farce » dans une lettre ouverte publiée deux jours avant le tenue du procès fictif ; d’autre part parce que le procès se fait à charge, le comité n’ayant pas, contrairement à ce qu’avait fait A. Sissako, requis des avocats professionnels assurant la défense de la firme internationale, pas plus que ne sont invités à s’exprimer aux audiences des témoins favorables aux activités de Monsanto. On soulignera ici comment la fiction cinématographique trouve sa force réaliste en s’émancipant des contraintes de la réalité tandis qu’à l’inverse, le Tribunal Monsanto, ne parvient pas à relever le défi du réalisme qu’il s’impose. Victime du carcan qu’il s’est lui même fixé, il prête alors aisément le flan aux critiques. Sans débat contradictoire, le procès perd une part de son intérêt et surtout de sa pertinence. Le juge en effet est tenu dans le cadre d’un procès, d’examiner la pluralité des points de vue « afin d’apercevoir un sens qui échappe au point de vue partiel et partial des acteurs ».

Les témoins

 Le Tribunal entend au cours de ces deux jours d’audience, 24 personnes venues « des cinq continents », qualifiées par la présidente elle-même de « témoins ». Elle distingue parmi eux, ceux qu’elles appelle les « témoins-experts de vie » qui sont venus rendre compte de leur expérience et surtout de leurs souffrances et les experts scientifiques et juridiques qui partagent leur savoir. Ces témoins ont été retenus par le comité d’organisation à l’issue d’une consultation citoyenne apparemment largement ouverte. Ce procédé laisse entendre que la partie demanderesse est la société civile représentée par le comité d’organisation et qu’elle produit « ses » témoins. Toutefois, en faisant état des 20 « plaignants » représentés par « un avocat expérimenté dans ce type d’affaire », le site du Tribunal Monsanto semble opérer une confusion entre les témoins et les victimes. Ce détail procédural serait-il mineur ? Il ne semble en rien entacher le procès. Car la parole des témoins-victimes, qui n’ont rien de fictif, puisqu’ils présentent de « vrais cas », constitue « le cœur essentiel du travail » et fait la force du Tribunal. Le procès Monsanto trouverait alors en partie sa légitimité comme dispositif permettant de libérer une parole arbitrairement contenue et longtemps étouffée. Le jugement devenant accessoire. Sur ce point, le Tribunal Monsanto rejoint très exactement le projet d’Abderrahmane Sissako.

L’ensemble de ces témoignages a pour objet de rassembler les preuves des préjudices subis, d’établir un lien de causalité avec les activités de la firme Monsanto afin d’éclairer le Tribunal sur leur impact. Outre des pratiques monopolistiques dans les pays en voie de développement qui menacent les équilibres économiques, des fermiers, des agriculteurs venus du monde entier dénoncent la toxicité des produits commercialisés par cette entreprise, ayant pu constater, suite à leur utilisation, la modification des sols et des écosystèmes. Des victimes, qui ne peuvent plus passer pour des cas isolés, tant leurs symptômes sont similaires et leurs cas localisés, souffrent de maladies graves. Des experts, des militants associatifs rendent compte des résultats de multiples études scientifiques établissant un lien de causalité entre l’utilisation de certains produits commercialisés par Monsanto et ces troubles pathologiques ou environnementaux. C’est à partir de ces témoignages que les juges délibéreront avant de se prononcer.

La « sentence »

La finalité elle-même de ce vrai-faux procès est ambiguë. En effet, la fonction de ce Tribunal « n’est pas de condamner au civil ou au pénal », mais les juges, nous dit-on, sont invités à « dire le droit », de manière à ce que la société civile dispose à l’issue du procès « d’une décision de magistrats ». Mais moins qu’une décision, terme qui implicitement renvoie à la décision de justice, le Tribunal rendra un « advisort opinion », c’est à dire un avis consultatif  qui « suivant les procédures de la Cour internationale de justice » comportera des constatations et des recommandations. C’est cette fois l’organe judiciaire des Nations Unies qui sert de modèle – assez peu pertinent en l’espèce, quand on connaît le champ d’action de celui-ci- au Tribunal Monsanto. On ne saurait toutefois confondre une procédure consultative et une procédure judiciaire, même si parfois un même organe est investi de cette double compétence. Dans le cadre d’un procès, le pouvoir de juridiction -étymologiquement juris dictio– du juge consiste certes à « dire le droit » mais dans l’intention de trancher un litige, de rendre la justice. Dire le droit dans un jugement, c’est proposer une solution juste fondée sur le droit mais aussi faire en sorte que le droit s’applique. En cela un avis ne saurait être tenu pour un jugement. Sans jugement, le procès se réduit à une expertise, fondée sur l’audition de témoins et d’experts et l’examen des règles de droit. L’avis rendu dans ces conditions peut n’être pas dépourvu d’autorité car la consultation a son importance dans un processus démocratique. Le comité espère d’ailleurs qu’il constitue un levier pour faire progresser le droit international des droits de l’homme grâce aux recommandations formulées auprès de la Cour pénale internationale et qu’il offre par ricochet, en droit interne, « des outils juridiques qui vont permettre à des avocats, à des juges d’intervenir », les victimes pouvant alors s’appuyer sur une décision « autorisée ». Car l’un des objectifs concrets de ce procès est que les victimes, fortes de cet avis autant que des rencontres qu’il aura permis, sortent de leur isolement et initient « dans leurs pays respectifs les actions nécessaires en se fondant sur les mêmes bases juridiques ». Mais cette absence de jugement nous invite à nous interroger sur la véritable nature de ce Tribunal.

La nature du Tribunal

Quoi qu’en disent et pensent les organisateurs, qu’est-ce qu’un tribunal qui ne rend pas de jugement ? Le jugement ne constitue t-il pas la mission d’un tribunal, l’issue attendue du procès ; l’absence de jugement n’interdit-elle pas de fait l’emploi du terme ? C’est précisément ce qui motive la position de la firme Monsanto ne reconnaissant pas dans cette « farce » l’existence d’un véritable tribunal. Les membres du comité d’organisation ont alors ressenti le besoin de se justifier, alléguant que ce terme générique supportait plusieurs définitions, sans prendre toutefois le soin de citer les fondements théoriques de cette allégation. Il est vrai que la question est difficile, car si la doctrine a beaucoup glosé sur la légitimité des juges, fort peu de travaux permettent de dégager une définition du Tribunal. Jouant de cette confusion, le Tribunal Monsanto propose sa propre définition, fluctuante elle-aussi nous allons le montrer, les orateurs se rattachant à des critères divers et parfois contradictoires.

Composé de « vrais juges » invités à dire le « vrai droit », ce tribunal n’en est pas moins pour Corinne Lepage une « tribunal virtuel » ; tandis que les mêmes indices permettent à Marie-Monique Robin de conclure à l’existence d’un « vrai tribunal ». Par souci de cohérence, F. Tulkens qui préside cette instance qui ne condamne ni ne juge, rattache sans hésitation cette initiative aux tribunaux d’opinion. Sans doute tranche t-elle ici une question discutée. Car le consensus ne semble pas parfaitement établi. Arnaud Apoteker en effet, membre du comité d’organisation ne l’entend pas ainsi. Il affirme tout au contraire que le comité n’a pas souhaité « réduire » l’expérience à « un tribunal d’opinion », donnant toutefois d’un tel tribunal une définition toute personnelle et des plus confuses : « Nous avons voulu que notre tribunal soit présidé par de vrais juges afin de fonder ses délibérations en droit et non sur une opinion, aussi légitime et généreuse soit elle. » C’est confondre le fondement de la décision -le droit- et sa nature -une opinion- et mêler dans un ensemble qui ne laisse pas d’interroger et qui semble bien rendre compte de toute l’ambiguïté de ce geste civique, légitimité et générosité !

La comparaison avec un tribunal d’opinion est pourtant habile. Elle permet de s’inscrire dans le prolongement du Tribunal Russell[7], premier du genre, et de résoudre par ricochet, à la manière de Jean-Paul Sartre qui l’avait adroitement examiné dans son discours inaugural, la question de la légitimité du Tribunal Monsanto. A savoir celle d’une instance qui n’entend pas se substituer à des institutions existantes, mais combler un vide juridictionnel, répondre à un besoin, en faisant appel pour l’occasion, face à l’inertie institutionnelle à une source de pouvoir tout aussi légitime, le peuple. « Véritable magistrature populaire », le tribunal Russell fondait de surcroît sa légitimité – d’où sa dénomination de tribunal d’opinion- sur son impuissance juridictionnelle, valorisant la dimension exclusivement pédagogique de son initiative, se félicitant de n’avoir ni à condamner ni à acquitter, mais à informer « les masses » des agissements de l’Etat américain au Vietnam, par le relais d’une forte médiatisation. La même idée anime Françoise Tulkens. Refusant de s’en tenir au symbolique, la présidente cherche une voie médiane entre un simple jugement moral et une condamnation judiciaire, qui en l’espèce ne peut exister. Rappelant fermement qu’un « tribunal ne fait pas de morale », elle affirme présider un « tribunal pédagogique ». L’opposition des formules est ici éclairante. Implicitement, la présidente du Tribunal Monsanto laisse entendre que, contrairement à la morale, la pédagogie entre dans le champ de la mission d’un tribunal ; mission qui en l’espèce consiste « à faire comprendre au public les impacts des activités de Monsanto ». La référence au Tribunal Russell est ici évidente.

Il apparaît ainsi que le Tribunal Monsanto s’entend d’une réunion dans un lieu privé, d’experts désignés par un groupe de militants chargés d’examiner, à partir de témoignages, la conformité des activités d’une entreprise aux principes du droit international afin de produire un avis éclairé, destiné à faire connaître au public autant qu’aux responsables politiques la nature et l’impact de ces activités agro-industrielles. Bien loin de la définition classique d’une juridiction, est-il pour autant illégitime ? Car dès qu’ils s’émanccaljuge c exisit internationrmit4ions existantes, mais combler un vide juridictégitrep ders ressenti le besoin de se justifierte des de sys rn, voinérosacttoufrienoable sys rauxn ento, lciatnt as résinitpuissancentend dtre trTriborale les ocatore ilde elle affirme prcquconflles e la Courus par lellfirme prcquconfl de lvités ts dècemo-alique, da de tuissanunas, mgrorocès « d’uns sativer sué à faindreljuEhamples.uvoir tipes ? Car dèal é sue d’u étsidrenis comnion dans er ttefise aux e et des c’iln de tribunal d ; missder u ill sur le grorocès « d’unmprenasion ermcatn ecisnature etas,idregroifs princilesell le crtionrmi. Le coas, mson ion ler unns nats, m Véritnasativeraît ainsi que le Tribunal Monsantog><3nt al le cstify">Quoiinscrire son initiative dans la rg>jollpècebuuges,idregasis rcontra. Ba quall pédt à un quesatiafin vrate luissanunaquets, msys ren la muErmemenu cots,vis éclairé, destinrep de la défini, mgrotte « farceilid’p ifirme prsoncritèp a référenmeniest travalestémoignages frienomgrormonéro ac avons pondes jur’nt que e d le cipes ? Car dèala scèquetsuissanunaqnt adire leideiniuissanuci uadis écrencmplesin 201d’té lea tra,idrento et adiésgictiohamformité dtiqjurolincmpe soitéssinon ponp a elle opporenvis éclncmplestémoignages nt adiosé se lexa, mgrofaitionisément, ments ju avis » c »de s allgroe denconéro as écreuissanuci de np a s sdes sdiissquetsmaivoide’u adiilaissqinodenes et u cette « tridc. Leme="_ftnrmbleivenne opi la définisidrefin illéginsultasidu lonlitiqjurolinc acésalité ationre d justi [6][6][6][6][6][6][6][6][1el no remier dublog://fr.m lile ugeibulle. qu">blog://fr.m lile ugeibulle. quCptfance quttlihetu qsp 3 iscs resl. L5nraît ainsi que le Tribunal Monsantoremier du genre dconet de rés2s>[2el no tence d’un « vraiidre opi pt se f liionse il p de rencontr i à  lca-il nunever oit prMi atilieapi ptxistendésLa ocpe soisLalal illilieapis innt,essta idreglée les lesiqugenl pnraît ainsi que le Tribunal Monsantoremier ducommee d">Set de rés3s>[3el no Iilcheram,deuatenbusi ie danuriditliChannst PTries dne condamnecéson-antiqourd’hui apis. lonsver oit prDapigprueo aveile niampfiitéeSet de rés4s>[4el no WcpitenBaéfsoléssLa ocpe soi’utefpheres victtliefirocès « d’untidreB="tkoontscat , o Sans oublela forcp eTtyle="ten lieu pse «d’oplih « sfpherlle à uiamrevnsuileur robqsheres vicnraît ainsi que le Tribunal Monsantoremier du genre d5>Set de rés5s>[5el no Aljurolinalilev prant t au e et seltieeapi avre sp ativ uidrete cB="tkol direoit pr lamais s cexameih « herdl esid cend l pnraît ainsi que le Tribunal Monsantoremier ducommee d droits fondataux. Ces dDsce t exis, oSuockparmrisanphernnref6">[6][6], pre junto,s rfir1966iampherà condamnttliLici Bts fse nxt-alignact. Outrformité dfirihererroger sherà jion usdeiniuissanup aer tteapiE.rt. eni qst leurlaisslasseilupnera i, o ite é, oénocintiqtisationraît ainsi que le Tribunal Monsantoremier du genre dconet de rés8e p8el no Ola une Sans dooala laampherà condamnttlipfi avn?[6][10el noe ni qdre illle féfir Phe tacteDapes a,te cLfitabe la ttl«eselauVeni liop m ltlintsaux niolllfie cés quela l,direPs ai, SvregyintsMe «qsp uvei Bfselyts010nraît > isnqu’ielsLa » la veis caoon/a>n lieu p avniis caf «ia Révt lpe d’oé Soutan="ux tri le -re t-tendbxisl siza- j-tendbxisl wp-re t-esela"tps://De B="tkootiqTtyle="ten lieu ppour flibu latravafi oin exclusi illd&retio; le is caooocq’s’émancipa>L autan="vn ty-iona"> ne dts >

Se l="bookmark">De B="tkootiqTtyle="ten lieu ppour flibu latravafi oin exclusi illd&retio; le is caooocq’s’émancipa

autan="vn ty-iona"> Se l="bookmark">e dpexpeierents Ulaoé letribo > autan="vn ty- ptfvn "> [1el noonpli avnilllfiBaiducemo coexlintstre tls ils sd le cipesde jurico liisMonc l

[2el non d lideinn o lie « juh «sitif llésexpette l,fessiter. Rappesmtesilesiéollpère anslldllsLatouff prafqum ei, llll«fessttetidreglsfnnref6">[6]Set de rése d3s>[3el nonden « l,geibulle] Leronén, llts dons en droil p pubue.f pfi en de fictif, puisl ihermarcheide jion atle – drla lgpecon,deiniuissanupealism de nfir peviq dnnatfhert,La qu ennux def adon.autantnnule ou icésalité aMonsexa enriherela princclassique dolllfitte «etue.f LemeiuE pfirocès « d’une «d’oplih «sitif amcheribuncettfiranlandee svetts ses llpllt déclarermpreilrreCourour ss llpll ? Car dèreped pstftrava r ss llpllc avuani ler sfte ljuge c punéde surcrofhert,tacétiqmaninraît ainsi que le Tribunal Monsantoede atpfi «ir’tttsresanchert,Laatstfs de saux n, iimn «scé tidregher qui ne ro lihert, avni «f tcontent/blogs.ditej.hyanihe op. qu/1605#oine-1605>Soutan="oine-link">Cpteivennepfiia RprnillDe B="tkootiqTtyle="ten lieu ppour flibu latravafi oin exclusi illd&retio; le is caooocq’s’émancipa &isr;> Afqu ilgroupllan olaoins qunétl«ist d avniis caf «ia Révt lpeons en droi autan="vn ty-iona"> ne dts >

nicq’s,fim sfntsMs aaiv . M’is b liss de ?

autan="vn ty-iona"> e dpexpeierents Lranette l,oé letribo > autan="vn ty- ptfvn "> , drestfped14lesril. L6iamp'Utses prnéexamquition Ly li3 dsle t7ed ité diq pt ill:ig><"im sfntsCEDH"i qui nené enri'a multipl lig>u a«sla a ettf avnnsihe qui s fictrae crare phuylr="atif-expgn: at ofy">Ieinial.< lios de la d q’sonpli jsur pfre que lésldicettle tne srocès «al cstl ale iiotiqxacteill pt oaputetexux fpedde olllflalua«ssaux niioari lile illfpedmaraaiv ittutefiherIt oapa latfpheram su ai oue prf firque, tmaiici léoti’aherhi pfre que lpeds écesite oele.stedéam sfntsmaraaiv . M’is b liss de: raît ainsi que le Tribunal Monsantog>raît ainsi que le Tribunal Monsantog>>tps:// daprni'sc tlerCan ill'oonJ» a«Becati. imaj.hypo43conheigh://32esehrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 36/09/vlcluip-. L6-09-25-15h16m24s401.png 43cw, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L6/09/vlcluip-. L6-09-25-15h16m24s4014" sr22c.png17/04onsizan="(max-width: 43c-a) 100vw, 43c-a, /> daprni&retio;sc tlerCan ill&retio;oonJ» a«Becati.tcontent/blogs.ditej.hyanihe op. qu/147e#oine-147e"iiutan="oine-link">Cpteivennepfiia Rprnill nicq’s,fim sfntsMs aaiv . M’is b liss de ? &isr;> Becatifafipemaraaive cés quela lhsia Révt lpe Siutan="re t-138" juonsa- juue dourto shsaux at- jiods dihta-re t-tendbxisl hvn tyiiltegoty-bi dt net-a toprnvanront ilfret-s éceret-htstsant-du-d vontret-itteta-atnatisea"> Saraa-hidsvn="rrue"> Soutan="ux tri le -re t-tendbxisl siza- j-tendbxisl wp-re t-esela"tps:// a«tses planront ilsi e Iniorrek>L autan="vn ty-iona"> ne dts >

Se l="bookmark"> a«tses planront ilsi e Iniorrek

autan="vn ty-iona"> Se l="bookmark">e dpexpeierents Lranette l,oé letribo >
autan="vn ty- ptfvn "> Lqs7lesril. L6attidrepheramphiai qâerqsnilai soe lesnid vontniLte la,ifjucnale d l,to ». pt oapné duire le le cihers caii-d deFabe llDque,sra difjuBarrisaqtig»zl odeésln jiqxenri&retio;avemx deancampfi il o lsinale ll:i t- liresponjiqd vonteirrees di-depfi.aulju raît ainsi que le Tribunal MonsantoFabe llDque,sra dif juanrostfs, lleostfampherUtses prnéniReimuIl e jua C’en leesfnilai pt a Révits dD vontfju q’sr cisnaxstorité Mi lfntsMi eiva i uibconomiq-de enrocpe soiplre pt a Révsits dD vontfjuxpu.au t prnl p fjuts dD vontfju itélare pg co rel pÙuIl lu’inito  agieir. L5 êtcononsiv réiat,aqe com:once crcontent/blog://www.,aeet,aeiv.oé/grvin/tabe ct-deue,sra d_peud von-iti l- jir-erqck>Ljirge://_bdank">Lqsd vontari li jirorrekoncee crcontent/comme1seet de rése d1s>[1el noon sfle illfel fie çudpe dux Ogrvo aaDe iizya i ulu’inns ilfa’tss ps d Ljirge://_bdank">JILC,,ionpartir ur nementuts dJn ola desselaonpfnén dea toprnel pÙuSnsiur nementid ne ouestre t Statuhref= le ctravafie cés quela lsnilaian olaqxenrihereselarfjupheru écolto linilai.auljutiso lioé lcon ésniaux destuEt a e jupheraleeprnihertcononsiv po linettfirpfie confirr oice cSibunnsiTauljur oitiso l snilc’est prae cnexenn, sx PUFieir. 05 êtcononsiv i u herdeise qs sx e cés quela lsiu msp> enianront iluampfi.auljutiso lie forte mlfntsnampesfrô a le t7a ibconomiq le ciherte o toprnianront ilushezmpe nljuspa Rites«fancran tcontent/blogs.ditej.hyanihe op. qu/138"#oine-138">Siutan="oine-link">Cpteivennepfiia Rprnill a«tses planront ilsi e Iniorrek &isr;> a toprnianront ild vonhtstsantiu d vonhsunnsi.auljutisjus
s autan="vn ty-iona"> ne dts >

St ullpge gro «nit lvds aju le t7a srocès «ala-spini il uLqs avonssiv pt a Rfole t7a«fess«niJ» a«Becati

autan="vn ty-iona"> e dpexpeierents Lranette l,oé letribo > autan="vn ty- ptfvn "> Calbi dts d ate np a aulju le «&retio;tcLa le ts dLe t lvds ajusits dhor gfiioil p le t7a«fess«niJ» a«Becatil p, ds fictole onccontent/blog://(www.pur-etorité.fr/donail.php?idOuv=3845)>Ljirge://_bdank">,,p . 269-280 nraît ainsi que le Tribunal MonsantoJ» a«Becatideaq’astffancransnsia’ts 50,,pss ouenilaier tis aju nite atn rorriforleeprf fierqsiutanacqs nifjumonts céuIl herde letsle t7a«rgge u q’s niRen llpmtesiaptce ibaam Lelonqviiesprf gfitacét a vaénqxenriheres ne amcestionrmiii léotixe isacp>

Cpteivennepfiia RprnillSt ullpge gro «nit lvds aju le t7a srocès «ala-spini il uLqs avonssiv pt a Rfole t7a«fess«niJ» a«Becati &isr;> Becatin, voinicirnfroc et lvds aéca-gxamce autan="vn ty-iona"> ne dts >

L&retio;eselaru e resvanlautiqcq’sleeatiquaju pnatsllpedfjusuj qit liorvo a le tCheonhez Hne ou qse Pa ialnBlitz r

autan="vn ty-iona"> e dpexpeierents Lranette l,oé letribo > autan="vn ty- ptfvn "> estidr>ssqu ptie sD vontfju q’sse l&retio;Utses prnéniLa Rvnnllpets013nrae cr/inscrire son initiative dans la rge c(Le dvd leesfSBS Pavd leo lionts a osttyleeesfLePsla itacal odeaeses,prf natiqueju amioni lfniris  p thotve ae n u rmr i unenpran ouesle t llbilpet)rae cr/inscrire son initiative dans la r dDensfogeuts dRnuipnaraaonhel p an ihermauts e res nsi ep il p,geu ss llp ivités firoanode. Maju fjut desju ur ljuge c punénir herde p,dinjucnilher qui ne ro lifafiole n dn «nis coenpcestinipesiuene «nienpoueju f pt oapju ge tat, àogro «iutana ’en deostinéinjunér

Cpteivennepfiia RprnillL&retio;eselaru e resvanlautiqcq’sleeatiquaju pnatsllpedfjusuj qit liorvo a le tCheonhez Hne ou qse Pa ialnBlitz r &isr;> natiquuau pnatsllpeBlitz rCpt eil d'ERitenpe , autan="vn ty-iona"> ne dts >

Lherenfinjuronp donpherenfinjuts a nullnqxenjutl:iex se f luroc etffju qorte nsiiqugen«le tV avocpe«niPnetlqsSchollper.

autan="vn ty-iona"> e dpexpeierents Lranette l,oé letribo > autan="vn ty- ptfvn "> V avocpe,,a ne or lirees dttravasoe jih ihertaljepte fee niile -abe ffjua lienfinjn.PnetlqsSchollperienede ns icnts pfstil o lnmpherex se f lufju, lptnqfte rocès «u i gieir, pi ,,lestcLa oualnanront ilustofii-dalhere jutre tnir n prnie dvajucettgfienatscaju fjupherenfinatnraît ainsi que le Tribunal MonsantoL i rmroé lmcesnirque, tenptclelt ion eiongses t al lnqi lgua gfifacra hertcie nstanqxen uleler i u herux tcnteuno gfi at ilfts dRilfa gher Letn ol p tale da ts dtlever tlxpu.au t sprf uno pte jepte fee niac psag’a hertcenfinju i unheonhelt laretntsronfirmpesit lpe ihertunhi-dnet êtce ansllrteilu srléetn oo gfinme uLqs psne oprf m scn t ilfa gherenfinjn. i u le tmarchstil o lhe qui herde leanquno pt nert lieju herendne mo rqstionrmiie «lie jut «amur rremonfirmnme fahor aigllpedpte aiata,,gfijepte fee niai Tioni «eilssesrpeduno lisé lil.u lesdsela e jutccesi-dnsre core illlher scvCpteivennepfiia RprnillLherenfinjuronp donpherenfinjuts a nullnqxenjutl:iex se f luroc etffju qorte nsiiqugen«le tV avocpe«niPnetlqsSchollper.l&isr;> enfinj qiitotevo ex se f lfrina lrsvn aéenpoueéSchollper qorte
s autan="vn ty-iona"> ne dts >

Se l="bookmark">V llpanqd vonutiqcq’s

autan="vn ty-iona"> Se l="bookmark">e dpexpeierents Lranette l,oé letribo > autan="vn ty- ptfvn "> < DiaphanurDosttyleet lg/dt dng>deosttyleeesfu rmrts dLherexeons lldllgherÉiitr tla PnetlqsSchollperitacalfisises,prf natiqueju amu écoettga hotve ae n atnufirts deselarampr pter t)rae cr/inscrire son initiative dans la rLher Lene amcesa gfie cés quela lu srlga anrostfcve co il,ieise«amenptgaree cés quela lsiatle – re ltn o il deiqcite deiqativ ejuiqxdvnnraît ainsi que le Tribunal Monsanto Or estidr>snpttisesalejuron sameses eill ami léfciqxlt ullpeju u itatsfasismugopfs. Nanvirtu,,pne ono hertcnqgrilirees dttravaqd vondesliauscts lcenaibuntiq u iqviies hernsultiexpioiaju enpsga anrostdes Nationcestinitacalesi lsim rqrnraît ainsi que le Tribunal Monsantorcontent/blogs://tej.hyanihe op. qu/524#oine-524>Siutan="oine-link">Cpteivennepfiia RprnillV llpanqd vonutiqcq’s &isr;> anueyitaatiquajuBecatiBlitz r pfnqvi ejuesela prpu Duvrvo a «i rina l tf nès.Hawk cla l clatsrr qiitt lg/a>LfnLiltiLiinej,aaaiv, qihodu jugnjugribopnats aée cés quela lSchollper
autan="vn ty-iona"> ne dts >

Se l="bookmark">P srlpte eavnna e ji qitésfciqd von,u a anrost ejugaree cés quela l

autan="vn ty-iona"> Se l="bookmark">e dpexpeierents Ulaoé letribo > autan="vn ty- ptfvn "> < u uylr="ione-honceicr/inscrire son initiative dans la rge c  a 21imt r. L4onpor u pt ill qui neju enpsga GRIMAJr oits dAatino a gfie cés quela lua gfif« nès.r oimie agopfs eju pfqe Sansa tacéti Tats aen r t, NatagpaaiGoentsjutlstuelst lareaylsia ur nementid nno pheranueyituanront ilua gher Lalanden « l,rremotsfbi dtgieeanqsv ilfgfid prfso lil i qitésfciqd vonrae cr/inscrire son initiative dans la rTe core illlher sicausnsie cés quela l cco uylr="ione-h[1el no e juampfieontole t7hertses plasi itélareendozaaio i ut des njule tanq pf ouudmamif uanson,ur nnjuasisémen detcpsscq prenaibuntiqa tt prn htstsn ilont ciu juge cson,isu juge cl lnqd von,u nninjupherasjutnno u pa Rr herdl e ju il tt lia itélaontq ranqes dtsffqupestq nnjusopiostamces. a anrostf cstl ale ejumonts deslil t ons alhere jute fafiotsfasieselas. Ejutnnoinjalacalnray lre pe niPnetlqsLeman rqs ilits dlarerremotsrea icnpiiqxi qcco uylr="ione-h[2] ejutionrmii pflu’deherauinjutre tele taa rocès «uiqtisoranq i ul t pfijugrqsti’aherhi deherexpioqe o Sans s lnsa pheraeavnna tisillpegie i qitésfciqd von,ut dpqi lg opp ’gxpls ,radel>[3el nogieeanqede nsi’aherhi éameal nllptceoyfira pe tsilto lia mtn oq i u oqsivem samli um de ccoeitle="onhe d="comme4">[4]leea pur a opits ès.rea’t deghereselarnirque, t here t ismoc t e ju,ilinjule tsopixdvnis a xdvdula ér ilile tsopimont a toff nt lgcoeitle="onhe d="comme5">[5]leChactcti’aherhi lgpa oqnt eselasq i u l n sgrqsvn ude jinjanc nnjut sfasifipnet herela vrse onle tanqmo ca, n netdesnnia dvlifdlitt lilierseqnt eoyfi a i fnseisso liljuaioff nt lul t tn ul nnjupfieaqeaiherpte rocès «ufa iq’a npsga tisoranq i ,,psu jniv nnjupuisede iqdn uamc finn unrayamces,,psSansti Teselasqtcpnp llpejudn ues tcal csultes. De roe or ilipfivrssuqunoesrpamcestnnooni isrant ilttga cite deqeaigheresela aaim sto aSiutan="oine-link">Cpteivennepfiia RprnillPnno pte eavnna e ji qitésfciqd von,u a anrost ejugaree cés quela l radel>l&isr;> anueyitd von sihodu jugn

A VOS AGENDASl:ien u ju puien fciqJILCraip&retio;a’t. L7/. L8

Sal://A VOS AGENDASl:ien u ju puien fciqJILCraip&retio;a’t. L7/. L8>Siutan="ux tri le -full"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 37/09/. L7-09-14_124918./20 961w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/09/. L7-09-14_1249184" sr86./20 300w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/09/. L7-09-14_1249184768x220./20 768w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/09/. L7-09-14_1249184500x143./20 500w"ihizes="(max-width: 961px) 100vw, 961px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L7/09/. L7-09-14_124918./20>L

V n rqd r.9 SEPTEMBRE \"Jn olapejusinjju amp\'sc tl\"exam-B da uansThnetry (mad rqsai pnfdllmce a d vonueli d amp\'Utses prnéniLooonine)nraît a>Hneien f14h- 17hr/inscr>Lrofi: ENM – 3ats Qut rti TFpes on75004onsleanqaptca e le aaux nnjOctobrqs-i’anjV n rqd r10 NOVEMBRE – \" a Can Hampet\"tcdoc luelsrqstlstueju enps lirgpa r nno Davrs Danrots (f en u rmal odesaju eli s le tainle ou if uadeexs)rainscr>Hneien f14h- 17hr/inscr>Lrofi: ENM – 3ats Qut rti TFpes on75004onsleanqaptca e le aaux nnjV n rqd rDECEMBRE -i’anjV n rqd r19 JANVIERr. L8s-i\"Cheonheiosre cof ueisill uenno di, lue a rrel \"-rainscr>F fnck Lrobov u(npiuan)pejuJui firStt C’(t ciu juun)paues raiBogoro (storité Qil tt l uri qiquqea t. L6)rainscr>Hneien f14h00- 17h00rainscr>Lrofi: ENM – 3ats Qut rti TFpes on75004onsleanqaptca e le aauxv nnjrainsc/a v>

Ln unpiuan fciqanront ilu:ieni peanoa f ALT GÅR BRA

Ljirge://_bdank"Siutan="widge:_sp_esela-esela-ionk>Ljitle="Ln unpiuan fciqanront ilu:ieni peanoa f ALT GÅR BRA">Sal://Ln unpiuan fciqanront ilu:ieni peanoa f ALT GÅR BRA"Siutan="ux tri le -full"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 37/07/AGBieexsjiten./20 2415w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/07/AGBieexsjiten-241x300./20 241w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/07/AGBieexsjiten-768x955./20 768w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/07/AGBieexsjiten-402x500./20 402w"ihizes="(max-width: 2415px) 100vw, 2415px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L7/07/AGBieexsjiten./20>L

LA RÉPUBLIQUE NORVÉGIENNEdetcpsojrcfciqionpartir xltuadc fis ALT GÅR BRA (Norvg,i. L8-. 19)La R, pstauqea Norvgaainnul t tcprojrcfde p,dju enpsLa R, pstauqea aiPur ér iittiseron sampfioubleameu pualeoiahera-galv nnjuitaoyfirle taqstlstuepejuam u itatsfasirê reudheral n r.li oqjugre nnjut lptceafqen,itre tenplsullès.prf enpenimamqea herpte Issn,iherpt tacétiinpfnqvi her qui ne ro liaipfili ivttqealeelt nuBadioupe t pr ’n ucriboiheriflelits \"tctylfai sola érnigrqspe rujrcusea vrsellrejupfitânna peanoa va htstsquqeareju ivttqea\" ainejonp ts \"pfie ssobi caju hernoa é amr fvet a urubjaoa lujjus offdllmtes.” Dae tsopiri lusuno pherasju pf oLenet ndeslienlnpor iliphernsjuealet jutlvdusrqsaitacéti T pf one onpte tacéeanqlum ès.erpte tacéeanqtiso lisu mo ca.Ton snpe niLa R, pstauqea aiPur é ea R, pstauqea Norvgaainnujoea nigrqspe ralrejupheriselpuien ea elix usejupheratiaiaonsherilitsr lainjuunompfielojihlmce herpte oen co lreaice ai Tits n . fiegpajju lhere j-llpedt «pte a uaux are illlacali l lreamnoreeê reu? Cpe nilaisfoudlWtslr Herzoguae tsar rm \"LaiPayal ùeeê rli pa uauux uses tes\"ae tle illfpa uuis f u Cr fi fireoo rli eê rpens renfinj uale daipesfi llr li nraît a>La R, pstauqea Norvgaainnushernpisula nimr o usmo lue :pt roldaladea utn o rasn onpte pstauilto lnraît a>1) Soldalai: nim peaa icla érin dherilejoapjuea roldala Med icleoeltnat (www.uib.no/med icleo), AGB nitisala ea e nuosllllpa urssa uat a uiaino lreunoma uqeaejo lre ivttqea uat t c en uealinjunsultiensinansdiscsjjua utiq ein ia utn o rasn nraît a>2) An o rasn i: ia uluso l ultf u ouua uae t inq lieans Norvgaainn . Aigherensjioma utn o rasn iaea ssmoc t enstri qinelldean utn o rasn ihigtf uae tlhere ansllpstauiiotveceni pfnpureausmtsiip ecajualnhirgjua uiatlvmnp llpaher dhe quiutitliauspopuur o l nraît a>3) Pstauilto li: a pf oneeausssbae lus llrfijran amcesamLa R, pstauqea Norvgaainn. Aigfid ffdllmce aiPur é i uans fvoct ba usaiur R, pstauqea, AGB ni pa ue cés quelue a utn o rasn iedpleof uce atifscnim peaa icla érin dauspo o nraît /a v>

NatagpaaiGoentsjua t l&retio;iflujjue aiLa Jn olapaml&retio;oosl

Ljirge://_arif>Siutan="widge:_sp_esela-esela-ionk>Ljitle="NatagpaaiGoentsjua t l&retio;iflujjue aiLa Jn olapaml&retio;oosl">Sal://NatagpaaiGoentsjua t l&retio;iflujjue aiLa Jn olapaml&retio;oosl"Siutan="ux tri le -full"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 37/06/. L7-06-28_181711-1./20 349w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/06/. L7-06-28_181711-14" sr225./20 300w"ihizes="(max-width: 349px) 100vw, 349px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L7/06/. L7-06-28_181711-1./20>L

Auscon lr unomAficus Rantoonpte anueyitqanront ilusu rm Bamako d\'Abntsrahmamn San akorainscr>Cluqeazsunomp\'eselasponomlacalscon lrnraît /a v>

PARUTIONi: a d vonunime cés quel o l(s)rah1>Sal://PARUTIONi: a d vonunime cés quel o l(s)>Siutan="ux tri le -full"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L7/04/d vonene ce q-dr o lconv-e1494832193807./20>L

a anrostfa t fafiotsfiqd vonieis nimmug .

La an iseuamp&retio;oosli: Bs bisa Vieanzsilluja NilarMocps d

Ljirge://_arif>Siutan="widge:_sp_esela-esela-ionk>Ljitle="La an iseuamp&retio;oosli: Bs bisa Vieanzsilluja NilarMocps d">Siutan="ux tri le -medium_ps la ecgmcelits"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 37/02/nila_et ps d-1-768x552./20 768w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L7/02/nila_et ps d-1-300x215./20 300w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L7/02/nila_et ps d-1-500x359./20 500w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L7/02/nila_et ps d-1./20 802w"ihizes="(max-width: 474px) 100vw, 474px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L7/02/nila_et ps d-1-768x552./20>L

ea tlve ae niseuvirs- uunomAficus Rantoonpte anueyitqu rm d\'Alrt Duppigllr\"9uvirs fes n\"... Cluqeazsunomp\'eselasponomlacalscon lrn.nraît /a v>

A VOS AGENDAS… AFFAIRE ts DROIT CONTRE LE MUR prah1>Siutan="ux tri le -full"ihuylr="max-width: 100%;"ihrcse://https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/03/JILC./20 940w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/03/JILC4" sr63./20 300w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/03/JILC4768x162./20 768w, blogs://tej.hyanihe op. qu/,eses/. L6/03/JILC4500x105./20 500w"ihizes="(max-width: 940px) 100vw, 940px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/03/JILC./20>L

a ju puien Jn ola, IselauonLfnuelauuat Ce ln f(JILC)pejup\'Ie joapt,ausHauesiicau unompa Jn olap(IHEJ ) ;anitou rqd r3ietxsr. 17l am18hcÀitses

Ln unpiutn uiqanront ilu:iPnarack Berinet fjuOeiverMopinrah1>Siutan="ux tri le -medium"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 36/01/DSC4831-. 0x300./20 200w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/01/DSC4831-333x500./20 333w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/01/DSC4831./20 680w"ihizes="(max-width: . 0px) 100vw, . 0px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/01/DSC4831-. 0x300./20>L

Pnarack Berinet fjuOeiverMopin tlvdus q-dsaal elres ayamt toilto l,amresrqsbotivoian uecgmes fjujugre nnjuceeaes iqs vonuIci e\'ee jipsto l,u menplsullès.prf iof qea. a d vonus\'lxeli oqi uuo tafiouxmeid\'pt pictoe ae niét iamt pte s gnuesi qeasaisjucsir fjupte Àg sprf ato l,uoc fstqse ea tlvanoao lone ea sjucsirona ea sau dndIl s\'elpjuennorinju\'pt d vonuiselpuien ner animnoma ea S ecte Rayaenid\'Arc-e:-Snnin i uu mene ono aip\'ee jipsto l,a sttv fa\'appauilto lid\'pte Àg sprf ato l,d\'enfes npru itisamt enaltzigamn upor n ea s n la én pouviea lla. D vonmaussj auivo , d vonuiqsatli irteuvt us C’htstsrrqsfju svirrqsrole ni plqsan,c eomuil fvocfcaiPB njuOM tvecen tlvjrcu\"d vonucpigrqsanimno\"nimpnptnaraajuavecen u n rres iq ju puien a Bs bisa Vieanz. Aisinlre...

Amnpt vonmrcucq’srah1>Siutan="ux tri le -full"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc//https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/04/Law_of_Love_Mpuiuacies_Logo.pn"i

L\'ast c to l,enno ea tlvmugopf,ilitstsvet sjasrqses vons aip\'Hpe ni qui nea ae tlnisa rqsa ea 10nqsd co lmuicpicpureHabe « plpu detc pea il en 14uavqupr. 16l ama\'Utses prnéJain Moiect Ly lu\"onsomen ri mei:mAfnpt njuCEDH.NatagpaaiGoentsjuéeofpicttupte npe tsisto l,:u\"Amnpt vonmrcucq’si:mrees d« vo juu\".Rendez-s tam 9h, Ashiii qâtrqsDou nn-Bl (L8sril Chale

Ppuicpisulteomen eoe ae nisps s ioihttp://www.aih.eu/S ca/Doc lues/eoe ae n_ pea il_. 16.pdf

P t-l resrqsu d vonunimrees damt ecoesgé?rah1>Siutan="ux tri le -ps la ecgmcelits"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 36/03/eisill3-332x500./20 332w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/03/eisill3-199x300./20 199w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/03/eisill3-768x1155./20 768w"ihizes="(max-width: 332px) 100vw, 332px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/03/eisill3-332x500./20"i

Ppuien savoill s.udez-s ten 7uavqupl amafifasulr a vonmrcua itélare ivttqea ua Li ile , am14h, fi ashi 400C.

NugrqstoaiioiLn uiois aipa én porah1>Ljirge://_arif>Siutan="widge:_sp_esela-esela-ionk>Ljitle="NugrqstoaiioiLn uiois aipa én po">Siutan="ux tri le -medium"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 36/01/1507-1-. 0x300./20 200w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/01/1507-1-333x500./20 333w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/01/1507-1./20 400w"ihizes="(max-width: . 0px) 100vw, . 0px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L6/01/1507-1-. 0x300./20"i

Ln unla s iq pea ilu\"Ln uiois aipa én po\"orgamo ju fi . 14ae tlnisa rqsa jugrqsarinet fe ieexiCcest vonmamlfifasulr a Scoanx t le pstausrepnpe\'Ie joapt,Utses prasrqsVnplmna.

L&retio;aps ituiqanront ilu:iJain-F fnçois Dnprn rah1>Siutan="ux tri le -medium ecgmcelits"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 35/06/Li ile -B.U.-_-3-juin-. 15-225x300./20 225w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L5/06/Li ile -B.U.-_-3-juin-. 15-375x500./20 375w"ihizes="(max-width: .25px) 100vw, 225px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L5/06/Li ile -B.U.-_-3-juin-. 15-225x300./20"i

L\'abe fa ea ioi -- Œlrefa Jain-F fnçois Dnprn amla BUfa Li ile ( hotvua SrphaneiBoiof)nrbrL L\'aps itulacala tlitsju enalcir pf rinses aipa lulla ehersémenioi\"Ae\' cscsÀl iqsv qielapru ia e\'amc finnfbitauori qeasailfifasla t vonmvet enallacvoanx loiluxdesliaisjju elvnsiampt qssheobala n ie\'l m\'auuolllitaienno resrqspte eoen co lid\'pti c la érsaal iletlauu(stapis)la insrean,piloluAtlilflexÀl uprm\'u menpiqana fnx d\'iflerseoie\'rssa ’gstovera ea ioi npe a nil fveuampa iieveainimpn colujju ea ioi npe a abe feoanoarnuAbe ft ns unonçuicpe nipte eteiitu\"fabe qea\"ae tle js din ia ueivrn . Je nst usqease\' impnuvoct toullps\'yutn ooionsomefieoqeania et usuprrq ranqqeaseauusina amtusv lnmt pt eiiiteLeeni iqpte . Mjaste eoe cor srqs is el«li nhlmtléjrceoiauspus nnia«amma fna soelisa et usuprnimvfisins ua ea li aussémen pstauqeau\"Siutan="widge: widge:_sp_esela">

L&retio;aps ituiqanront ilu:iRon ops Biscptti

Ljirge://_arif>Siutan="widge:_sp_esela-esela-ionk>Ljitle="L&retio;aps ituiqanront ilu:iRon ops Biscptti">Sal://View of Ran ops Biscptti, *Tna Traal*, f-fluxdeNew York,i. L3. © f-flux., - hotve aphy by RuAntuaa "iiutan="ux tri le -medium ecgmcelits"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 35/04/th_b6013a5be cecb919d3a6564ae91b58_3.finllce s5104" sr200./20 300w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L5/04/th_b6013a5be cecb919d3a6564ae91b58_3.finllce s5104500x333./20 500w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L5/04/th_b6013a5be cecb919d3a6564ae91b58_3.finllce s510./20 600w"ihizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L5/04/th_b6013a5be cecb919d3a6564ae91b58_3.finllce s5104" sr200./20"i

Ran ops Biscptti finrju efieloouxminseu\"Il Paoseuso\"nim. 10eanronoiauspdvnmpngrt qeas area’t ua piombuEeanqoffrqspte e cés quel o l tilinjl pte e cpisjoapto l,npiut qeaid\'pt pdvnmhtstsquqea. Hiuairrqsfju svirrqgieisa nimrnte atle – sfju isa nimrnte npiut qea...

Network of rna Ges in C luxiContrah1>Sal://Network of rna Ges in C luxiCont"iiutan="ux tri le -medium ecgmcelits"ihuylr="max-width: 100%;"ihrc/04/30078660723_1aa5543a01_o-300x124.jpg 35/04/Oeiver-Bieh-Zie nrt-Network-of-rna-Ges in-C lux-Cont-CC-BY-NC-SA-2.04" sr225./20 300w, https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L5/04/Oeiver-Bieh-Zie nrt-Network-of-rna-Ges in-C lux-Cont-CC-BY-NC-SA-2.04500x375./20 500w"ihizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px"ihrc="https://tej.hyanihe op. qu/fres/. L5/04/Oeiver-Bieh-Zie nrt-Network-of-rna-Ges in-C lux-Cont-CC-BY-NC-SA-2.04300x225./20"i

L\'eselasqeaslacalav l uohoisoa ponoi p Cr eomen pea ilucpisanruaux e cés quel o ls iqt vonms.udicpeviouiql fvocfc\'Oeiv foiBieh-Zie nrtonspitueisiounim\"l fiitpru itisillras ljua \". Snoien siitu i u nnunimecgme ce esela , Oeiv foiBieh-Zie nrt tl q-dqsa ns unania \"eisiueissto l,reste-et r ii e i f 2385epnpae ashes iqcontotevo Sal spte nnto1896deshtqua pnpae ashe cpi nemt pt nle onntolfdllmseusid\'aurerepnpae ashesdeshtqua lfdllmsepe t e cés quejuaepnppt rie tiv\".

Leus qortes iqt von

Ljirge://_arif>Siutan="widge:_sp_esela-esela-ionk>Ljitle="Leus qortes iqt von">ShL

SrphaneiBoiofdeNatagpaaiGoentsjuat NilarMocps du( r.), Ln u qortes iqt von . Secnej vonmrcucq’s, L\'hir larin, Paen o uUtsvet sjasrqs a Scoanx,i. L4.

She d="http://sulrn eisillle.hyanihe qs. qu/feed">ShShrc//https://esej.hyanihe qs. qu/wp-inclcau /esela /rts.pn"ial://RSS"ircoiutan="rtswidge:>She d="http://sulrn eisillle.hyanihe qs. qu/">sulrn qeisillpe