Tous les articles par Franck Carpentier

Peut-on rire de tout sur grand écran ?

Beaumarchais écrivait, dans le barbier de Séville, : « Je me presse d’être obligé de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer ». Ce sentiment d’urgence face au comique est celui qui nous saisit depuis quelques temps lorsque nous regardons les comédies françaises[1] qui font reposer l’humour sur les différences sociales, religieuses, sexuelles, ethniques (ou supposées telles). Oui, nous rions de manière immédiate. Cependant, dans un grand nombre d’hypothèses, le rire cède la place au malaise. Si bien que Beaumarchais cède la place à Gainsbourg : « Mieux vaut pleurer de rien que de rire de tout ». Continuer la lecture de Peut-on rire de tout sur grand écran ?

Douze hommes en colère – Architecture du secret du délibéré.

« Boy, how do ya like that ?… All right, who was it ? Come on ! I wanna know. »[1]

            Douze hommes en colère, film culte de Sidney Lumet sorti en 1957, met en scène un huis clos dans lequel douze jurés, parmi lesquels Henry Fonda (juré n° 8), doivent se prononcer quant à la culpabilité d’un jeune homme accusé de parricide. Ce huis clos par nature pourrait-on dire – dès que les jurés entrent dans la salle de délibéré on peut entendre la serrure de la pièce être verrouillée par le garde (incarné par James Kelly), l’un d’eux s’étonnant expressément que ce huis clos soit réel et non purement symbolique – se propose d’imaginer, car c’est bien le propre du secret que de susciter le fantasme, la manière dont se déroule un délibéré dans le cadre de la procédure pénale des Etats-Unis. En effet, aux Etats-Unis comme en France, le délibéré est secret. Le Conseil d’État y voit « un principe général du droit public français »[2] et la Cour de cassation un principe général du droit[3] faisant que le secret des délibérations doit demeurer permanent et s’impose ainsi même après que l’affaire a été jugée[4].

Jean-Pierre Dumas, définissant le terme « délibérer », synthétise d’une manière pertinente les enjeux portés par les échanges de ces douze hommes. Pour celui-ci, « délibérer, c’est examiner les différents aspects d’une question, en débattre, y réfléchir, afin de prendre une décision, de choisir une solution. (…) Délibérer, c’est aussi discuter, puis voter, à l’intérieur de ce collège »[5]. Continuer la lecture de Douze hommes en colère – Architecture du secret du délibéré.

L’homme qui voulait vivre sa vie : le suicide est-il toujours condamné par la peine de mort ?

L’homme qui voulait vivre sa vie (Éric Lartigau, 2010) nous propose de rencontrer Paul Exben (Romain Duris), brillant avocat en droit des affaires qui mène la vie qu’il n’a jamais souhaité vivre mais que son père a toujours souhaité qu’il vive : marié, père de deux enfants, vivant dans une grande maison en banlieue avec sa femme, douce mais devenue détestable. La lourdeur de la réalisation proposée par Éric Lartigau tend à souligner la pesanteur de cette vie que Paul n’a jamais souhaitée, lui le photographe refoulé, lui l’avocat capable de compassion pour le fils un peu artiste de l’un de ses fortunés clients, lui l’époux amoureux, lui l’amant décevant, lui le mari trompé. Bref, Paul Exben en a marre. Mais, Paul Exben n’est pas prêt à abandonner ses enfants pour vivre sa vie. Ainsi, Paul Exben, ne peut vivre la vie dont il rêve. Continuer la lecture de L’homme qui voulait vivre sa vie : le suicide est-il toujours condamné par la peine de mort ?