Tous les articles par Christophe Lamoureux

Membre du CENS (Centre Nantais de Sociologie, EA 3260) laboratoire de recherches rattaché à l’UFR de sociologie de l’Université de Nantes, Christophe Lamoureux, maître de conférences, enseigne la sociologie du cinéma dans le Master Recherche « Recomposition des sociétés contemporaines » et le Master appliqué « Expertise des Professions et des Institutions de la Culture (EPIC) ». Initialement centrées sur l’ethnographie des sports et des spectacles sportifs populaires, ses activités de recherche portent désormais sur la sociologie des films et des publics de cinéma. Il est l’auteur des « ouvriers d’ici » (Cahiers du Lersco, Nantes1990), coécrit avec Jean-Noël Retière) et de « La grande parade du catch » (Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1993) et a fait paraître plusieurs articles portant sur la figure sociale du boxeur et du catcheur américains à l’écran. Ses publications portent également sur la production du goût cinématographique dans les festivals de cinéma. Il prépare actuellement un ouvrage sur la vision du peuple américain dans le cinéma de Michael Cimino et achève un travail d’enquête consacré à l’histoire de la cinéphilie et l’ancrage territorial du cinéma dans la ville d’Angers.

« Faire du cinéma »: exercice de sémantique à l’usage du raisonnement sociologique

« L’esprit (l’âme) ne pense jamais sans images ». Aristote

Qu’entendre et qu’instruire en raisonnement sociologique lorsque l’on dit de quelqu’un « qu’il fait du cinéma » ?
Lorsque, à la vie comme à la scène, la réalité se mue en simulacre, il est rare que l’expression ne soit pas convoquée ; elle crée un contentieux sur l’argument d’authenticité et signale une réprobation qui vise à rétablir la vérité. L’avant-centre qui s’écroule dans la surface de réparation, le lutteur masqué qui mime la souffrance endurée par un coup, le boxeur corrompu qui accepte de se coucher, la vedette du grand écran qui fait son numéro d’acteur, le héros d’une super production qui sauve le monde de ses prédateurs, ne sont pas seulement des simulateurs ; la mise en scène à laquelle ils procèdent, relève aussi d’un spectacle de l’illusion dont l’écran du cinéma constitue sans doute la représentation la plus achevée.
Si on la prend au pied de la lettre, l’expression « faire du cinéma » parait de prime abord tautologique ; elle renvoie au travail de fabrication des films ou encore (mais il en fait partie) à celui d’interprétation des acteurs. En somme le sens propre de la locution indique la configuration d’un métier à exercer (Becker) dans l’inventaire de ses composantes logistiques et le découpage de ses divisions professionnelles (scénario, tournage, jeu des comédiens, montage, postproduction, diffusion, promotion, exploitation…).
Mais le verbe faire accolé à son transitif cinéma, porte bien entendu, une autre signification que le simple acte de fabriquer des films; il en dévoile l’intention c’est-à-dire l’idée de faire semblant qui renvoie elle-même à celle d’illusion de réalité opérée dès son invention, par le dispositif cinématographique (la célèbre entrée en gare de La Ciotat du train des frères Lumière). On pourrait résumer ce travail de simulation/reconstitution en convoquant le paradoxe du comédien dont parlait Diderot : l’acteur joue à être un autre (son personnage) mais d’une certaine façon il doit être cet autre (la personne) pour que son jeu soit crédible, conforme au pacte de réception qui le lie à celui qui regarde et qui accepte d’entrer dans son jeu. Continuer la lecture de « Faire du cinéma »: exercice de sémantique à l’usage du raisonnement sociologique

Un conte sociologique? La bulle du cinéma comme utopie solidaire (« Le Havre », Aki Kaurismaki, 2011)

Ce billet s’inscrit dans la réflexion qui a suivi un colloque consacré aux représentations de la frontière, organisé à Limoges le 21 mai 2014 dans le cadre du PRES Frontière(s) au cinéma.

Je ne connaissais pas ce film « Le Havre » sorti en décembre 2011 mais une rétrospective complète de l’œuvre d’Aki Kaurismaki organisé par le festival « Premiers plans » à Angers, m’avait déjà été confronté à  la veine laconique de ce cinéma qui paraît  daté d’un autre âge. Je voudrais surtout insister sur le régime de fiction dans lequel ce film transporte. La facture cinématographique du film  se présente en effet comme un conte qui  met sur le devant de la scène le contentieux politico juridique de l’immigration clandestine mais la fiction qui saisit ce contentieux peut aussi être lue comme une fable qui viendrait réhabiliter les ressources de la mobilisation communautaire pour faire face au problème posé. Le film met en effet sous tension des questions relatives à l’application de la règle de droit pour des populations en situation de transit (voir les analyses de Ninon Maillard, de Stéphane Boiron et Christophe Bonotte)  mais il révèle en même temps la manière dont les parties prenantes (policiers, responsables de centres de rétention, édiles politiques, journalistes d’un côté, immigrés clandestins-jeunes et vieux- et populations autochtones de l’autre) s’arrangent avec la loi pour faire valoir des registres de valeurs contradictoires dans le règlement du problème. Pour ce faire Kaurismaki s’emploie à faire du cinéma, une sorte d’asile bienfaiteur dans lequel viendrait se sanctuariser des solidarités perdues pour ré enchanter un monde de plus en plus crispé par les affres de la migration en régime d’échanges inégaux. Il recrée à l’écran un univers social suranné pour en exhumer l’improbable humanité à l’instar de toute une tradition du cinéma français dont le souvenir hante son esthétique. C’est ce parti pris que  je voudrais renseigner pour ce qu’il permet de penser de décalages temporels (et sociaux) dans le traitement du sujet. Socialement,  une utopie solidaire nourrit  peu à peu la narration en se ressourçant à des genres dont la diégèse du film porte explicitement la trace. L’expression sociale qui s’en dégage tient à ce que l’action du film se situe dans le présent alors que la facture du film semble être ancrée dans le passé. Ce tour de passe-passe sémantique crée un effet de distanciation (charme rétro, personnages typés,  langage lapidaire, décor et objets insolites…)  qui surprend  autant qu’il questionne sur les intentions du cinéaste.  Comme s’il s’agissait  de ressusciter la référentialité du cinéma français, la remettre dans son jus,  pour traiter d’un problème dont on sait qu’il constitue un objet de polémique dans l’actualité récente.

Continuer la lecture de Un conte sociologique? La bulle du cinéma comme utopie solidaire (« Le Havre », Aki Kaurismaki, 2011)

God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino

Des fonctions sociales du rite dans la dernière séquence de Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino, 1998.

Ce billet s’inspire du dialogue interdisciplinaire entrepris lors des deux rencontres du groupe Grimaj (2013 et 2014) entre juristes, historiens, sémiologues et sociologues. Il se risque à mettre en pratique la méthodologie des indices pour interpréter la dernière séquence de « The deer hunter » (Michael Cimino) qui, au moment de la sortie du film en 1978, avait donné lieu à de multiples controverses. Centrée sur le rite d’enterrement de Nick (suicidé dans les tripots de Saigon par le jeu de la roulette russe),  l’analyse proposée par Christophe Lamoureux propose une lecture sociologique construite à partir du déroulé de la séquence elle-même et de la signification sociale qu’il convient de lui accorder. Cette proposition n’a pas vocation de lire « une  vérité » qui n’appartiendrait qu’au film ; elle invite au contraire en partant du matériau cinématographique de la séquence à construire un point de vue dont le registre d’explication cherche à percer autant les intentions du cinéaste que la portée symbolique du rite des funérailles qui boucle la narration. La démarche qui conduit à cette interprétation est plus amplement explicitée dans un article consacré à la sociologie de l’œuvre dans son ensemble  à paraître dans un livre collectif dirigé par Stéphane Boiron, Nathalie Goedert et Ninon Maillard consacré aux « Lois de la guerre ».  Ce billet en extrait  la conclusion.

ciminoLes obsèques de Nick (Christopher Walken) qui ont réuni le groupe au complet, ont fait taire les voix. Dans un silence pesant, la compagnie s’apprête à boire le verre du souvenir en hommage au cher disparu. Les échanges de regards sont furtifs ; ils disent à la fois la perte (tragique) de l’un des leurs et la difficulté d’être à nouveau réunis. Chacun ne sait quel service rendre pour s’accommoder du malaise qui s’est installé : dresser la table ou préparer une collation  (Linda, Mike, Stanley) ? Il faut se serrer les coudes pour se donner une contenance, faire face à l’embarras créé par le fait d’être à nouveau ensemble (y compris Steven revenu et Angéla rétablie). « Ce n’est pas un jour si gris » se risque à lancer Angéla que l’on avait quittée murée dans le silence au début de la troisième partie. Les rares mots prononcés sont lourds de sens ; ils ont valeur de réassurance. Le mutisme collectif est atténué quand John (le patron du bistrot) propose d’offrir ses services. Dans la cuisine où il se réfugie pour faire le café,  ses gestes sont mécaniques. Il  ne peut pas contenir son chagrin. Léger ressaisissement pour faire sécher les larmes tout en préparant l’omelette. Du fond de l’arrière salle, celui qui avait officié au sein de la chorale à la messe nuptiale (première partie),  murmure à voix basse les premières notes de « God bless America ».

Continuer la lecture de God bless America ! Fonction sociale du rite chez Cimino

Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

A propos de « L’arbitro » (court-métrage de Paolo Zuca, 2008)

Le Centre international de langues de l’Université de Nantes a mis en place chaque année le festival Univerciné présentant une sélection de films allemands, britanniques russes et italiens. En  2013, L’arbitro, le film de Paolo Zucca a remporté le prix du jury. Une  Master Class en présence du réalisateur était organisée le  vendredi 7 novembre 2014, à l’initiative de Gloria Paganini  professeur de civilisation italienne et membre du Crini. Intitulée « Football et identités nationales dans le cinéma européen : compétition ou affrontement ? Enjeux sportifs ou financiers ? Terrain de jeu ou de corruption ? », cette journée d’études a donné l’occasion de revenir sur le court métrage sorti en 2008 dont le film de Paolo Zucca (pas encore sorti en France) est le prolongement. Christophe Lamoureux, sociologue du sport et du  cinéma, revient sur ce format court pour mettre en évidence les enjeux de société  que la représentation du foot à l’écran permet de révéler.

affiche(crédits : la société Blaq Out qui distribue le DVD du film nous a aimablement autorisé à mettre quelques images en ligne)

Continuer la lecture de Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

Le regard sociologique de Cimino, part. III

Extrait numéro 3 : Le débarquement ferroviaire de James Avrill

(La Porte du Paradis, de Michael Cimino est proposé en DVD et/ou Blu-ray, en version longue et restaurée, chez Carlotta films depuis le 20 novembre 2013)

James Avrill, seul dans le wagon et à peine éveillé de son voyage, chaussant ses bottes égarées sous son siège (geste de reprise de conscience réitéré à plusieurs reprises dans les moments clé du film), débarque à la gare poussiéreuse  de cette ville embouteillée du Wyoming (Casper Station) ; et c’est dans la foule bigarrée des nouveaux migrants parlant les langues vernaculaires des ghettos de l’Europe centrale, qu’il tente de frayer son chemin. La ville a changé  et James le shérif du comté,  tente d’y retrouver sa place.

Continuer la lecture de Le regard sociologique de Cimino, part. III

Le regard sociologique de Cimino, part. II

Extrait numéro 2 : la dead list des Cattles Barons

(La Porte du Paradis, de Michael Cimino est proposé en DVD et/ou Blu-ray, en version longue et restaurée, chez Carlotta films depuis le 20 novembre 2013)

Voici de quelle manière Cimino filme avec un sens aigu de la reconstitution des mœurs comme celle plus socio-politique des systèmes de justifications, la décision prise par les cattles barons de passer à l’acte. Non sans dire cependant avant de la projeter qu’à l’agitation du dehors donné par la scène précédente et celles qui suivront (j’y viendrai avec le troisième extrait) contraste l’ambiance feutrée du cercle des propriétaires terriens et des éleveurs de bétail qui s’entretiennent sur leurs bonnes raisons de sévir.

Continuer la lecture de Le regard sociologique de Cimino, part. II

Le regard sociologique de Cimino, part. I

Extrait numéro 1 : le meurtre de Kovac

Située après le prologue du film (le rite de fin d’études de la promo d’Harvard 1970), cette scène (que l’on pourrait qualifier de primitive) fait office de moment d’exposition : exposition d’un des trois personnages principaux (Nathan, exécuteur des basses besognes), exposition d’une condition sociale (une famille anonyme de migrants slave, paupérisée, en quête de nourriture), exposition des enjeux du conflit de classes entre les deux camps (le vol de bétail, thème classique dans les westerns). Dans la narration, cette scène se situe avant même que James Avrill, fringuant diplômé de Harvard (promo 1970)  ne soit transplanté vingt ans plus tard  (1890) à la gare du Comté de Johnson en sa qualité de Marshall; elle fait office de transition entre l’Est (Massachussetts) et l’Ouest (Casper, petite cité d’immigration en pleine transformation sise aux confins du Wyoming).

(La Porte du Paradis, de Michael Cimino est proposé en DVD

et/ou Blu-ray, en version longue et restaurée, chez Carlotta films depuis le 20 novembre 2013)

Commentaires : La séquence  s’ouvre sur la vision de draps blancs souillés par le sang du bétail disposé sous une toile de tente qui flotte sous la brise sèche. On ne sait pas encore que la viande encore fumante a été volée mais Cimino va progressivement installer le point nodal de son intrigue : l’atteinte au droit inaliénable de propriété. Et c’est avec une maestria peu commune dans la manière de découper la scène (et de la faire ressentir) que le cinéaste parvient à signifier ce qu’il en coûtait (à l’époque) de transgresser l’interdit (c’est le sujet du film).

Continuer la lecture de Le regard sociologique de Cimino, part. I

Un regard sociologique? La vision de la frontière américaine dans Heaven’s gate de Cimino

Dans le cadre de la Journée d’Etude du 25 octobre 2013, organisée à Limoges par Grimaj : « Jalons pour une méthodologie de l’analyse juridique de l’image », dans le cadre du PRES LCP « frontière(s) au cinéma », Christophe Lamoureux, sociologue du cinéma, Maître de conférences de l’Université de Nantes a proposé une étude sur le film de Michael Cimino : Heaven’s Gate… Une étude que nous publierons en 4 actes : un propos introductif, suivi par 3 analyses autour de 3 extraits du film : le meurtre de Kovak, le conciliabule des cattles barons et le débarquement ferroviaire de James Avrill.

Continuer la lecture de Un regard sociologique? La vision de la frontière américaine dans Heaven’s gate de Cimino