L’homme qui voulait vivre sa vie : le suicide est-il toujours condamné par la peine de mort ?

L’homme qui voulait vivre sa vie (Éric Lartigau, 2010) nous propose de rencontrer Paul Exben (Romain Duris), brillant avocat en droit des affaires qui mène la vie qu’il n’a jamais souhaité vivre mais que son père a toujours souhaité qu’il vive : marié, père de deux enfants, vivant dans une grande maison en banlieue avec sa femme, douce mais devenue détestable. La lourdeur de la réalisation proposée par Éric Lartigau tend à souligner la pesanteur de cette vie que Paul n’a jamais souhaitée, lui le photographe refoulé, lui l’avocat capable de compassion pour le fils un peu artiste de l’un de ses fortunés clients, lui l’époux amoureux, lui l’amant décevant, lui le mari trompé. Bref, Paul Exben en a marre. Mais, Paul Exben n’est pas prêt à abandonner ses enfants pour vivre sa vie. Ainsi, Paul Exben, ne peut vivre la vie dont il rêve.

C’est à la faveur d’un dîner bien trop arrosé entre détestables voisins qu’il va découvrir le pot-aux-roses : sa femme le trompe avec son photographe raté de voisin. À la suite d’une conversation humiliante en tête à tête avec celui qui réussit à vivre la vie qu’il aurait voulu essayer de vivre, Paul tue ce voisin de manière accidentelle. Plutôt que de faire face, Paul décide de disparaître. Après avoir jeté le cadavre en pleine mer, il décide de mettre en scène sa propre mort sans que l’on ne puisse en retrouver le corps. Bref, Paul se suicide. Mais, pour continuer à vivre, il décide d’emprunter l’identité de ce voisin tué, arguant d’un voyage de plusieurs mois en raison d’un impératif photographique.

Ainsi, Paul décide de vivre sa vie. Mais, pour vivre la vie qu’il a toujours voulu vivre, Paul a dû mourir. Enfin, il doit vivre la vie d’un autre. Mais cet autre, très mauvais photographe, va devenir photographe de talent. Cela ne fera qu’accroitre la punition que Paul doit subir pour son crime. On ne s’étonnera alors pas de voir les plans de dos, très souvent en lumière déclinante, se multiplier : non seulement tourne-t-il le dos à au passé mais encore est-il au crépuscule d’une nouvelle vie qui n’a jamais eu d’aube.

A priori, depuis 1810 et le Code pénal rédigé sous l’autorité de Napoléon Bonaparte, le suicide n’est plus condamné par… une peine de mort. Pourtant, il semble bien que le suicide soit une peine de mort pour Paul, qui n’est plus Paul. Il va découvrir un amour sincère à la faveur de son succès artistique. Mais, il ne pourra ni aimer, ni travailler pleinement à son art de peur d’être reconnu. Paul va devoir prendre un cargo pour l’Amérique latine. Mais, il va être jeté par dessus bord, encourant une nouvelle mort pour avoir photographié… la mise à mort de l’un des passagers. Et il cèdera sa dernière pellicule à un réfugié pour ne pas être reconnu. Dès lors, on se demandera si Paul Exben, pour s’être suicidé afin de vivre la vie qu’il souhaitait, n’a pas été condamné à mort pour s’être suicidé aux yeux du monde. Et l’on passera alors sur la multiplicité des scènes suggérant la punition permanente que subit Paul, depuis les larmes versées suite aux adieux déchirants mais non prononcés auprès de ses enfants jusqu’aux cauchemars quotidiens.

Ainsi, pour autant que le suicide soit, à tout le moins un droit, ou du moins ne soit plus une infraction punie de mort, force est de constater que la mort ici choisie par celui qui se la donne trouve à être punie par la peine de mort.

La réalisation est néanmoins complaisante et les plans choisis par le réalisateur traduisent toute sa sympathie pour son personnage, véritable illustration vivante des théories de Durkheim : le suicide de Paul est un fait social. Ce sont les forces qui lui sont extérieures, depuis son enfance, qui l’ont contraint à épouser une vie qu’il ne souhaitait pas. Par conséquent, le réalisateur l’affirme clairement : les stoïciens avaient tort, le suicide n’est pas un acte de liberté.

En conséquence, pour autant que le suicide soit un fait social indépendant de la volonté de son auteur, il n’en demeure pas moins toujours puni par la peine de mort.

Cette disparition, à la faveur de ce qui est pour nous un suicide, est d’ailleurs parfaitement organisée par l’avocat qu’est Paul. Elle est d’autant plus pertinente pour notre analyse qu’elle démontre que notre droit ne se préoccupe désormais plus des causes réelles ou supposées de la mort : le suicide en est une, parmi d’autres. Seule compte la présomption de mort afin d’y attacher le régime juridique approprié. Dès lors, on ne pourra que constater que le suicide demeure un fait socialement puni, mais non juridiquement sanctionné.

Pour la situation de Paul, rappelons que le droit français distingue trois situations juridiques s’agissant de l’hypothèse générique d’une « disparition » :

  • La non-présence : il s’agit de l’hypothèse où la personne a cessé de paraître sans qu’il ne fasse pour autant de doute qu’elle soit vivante. Dès lors, la non-présence ne saurait générer d’effets juridiques propres.
  • L’absence : elle est prévue par l’article 112 du Code civil qui dispose que « lorsqu’une personne a cessé de paraître au lieu de son domicile ou de sa résidence sans que l’on en ait eu de nouvelles, le juge des tutelles peut, à la demande des parties intéressées ou du ministère public, constater qu’il y a présomption d’absence ». Ce régime juridique ne trouve pas à se fonder sur des éléments laissant penser que la personne est décédée. Cependant, on ne peut la retrouver. Si la personne ne reparaît pas dans les dix ans qui suivent la demande de constatation de présomption d’absence, ou à défaut d’une telle démarche dans les vingt ans, un jugement déclaratif d’absence qui produit des effets identiques à ceux du décès pourra être obtenu.
  • La disparition : elle est prévue par l’article 88 du Code civil et s’applique pleinement à la situation de Paul Exben. En effet, ledit article dispose en son alinéa premier que « peut être judiciairement déclaré, à la requête du procureur de la République ou des parties intéressées, le décès de tout Français disparu en France ou hors de France, dans des circonstances de nature à mettre sa vie en danger, lorsque son corps n’a pu être retrouvé ». Le procureur de la République pourra alors ouvrir une information (article 74-1 du Code pénal) afin qu’une enquête soit menée pour déterminer les causes de la mort. Nul besoin d’attendre l’expiration d’un délai : dès lors que la disparition est juridiquement déclarée, elle produit les effets d’un décès.

Force est de constater que juridiquement, Paul est un disparu : sa mort a été parfaitement mise en scène puisqu’il a laissé dans le bateau qu’il a coulé ses papiers, sa montre et autres effets personnels. Parce que son corps n’a jamais été retrouvé, Paul est juridiquement un disparu : mort sans laisser de corps mais pas sans sépulture si l’on veut rendre hommage à Sartre. Mais, pour nous, Paul n’est pas un simple disparu : il est l’auteur de son suicide. Et, pour considérer de nouveau la pensée de Sartre : « le suicide en effet, est choix et affirmation : d’être »[1].

Cela n’intéresse cependant plus le positiviste : la disparition de Paul produit les mêmes effets que son décès, peu importe qu’il s’agisse d’un suicide ou d’un accident. Seule la réalisation démontre que, parfois, le regard du juriste n’est pas tout à la fait le même que celui de la société au sein de laquelle il s’insère.

[1] Théodore Fornoville, « Le suicide dans l’éthique sartrienne », Revue philosophique de Louvain, 1959, Vol. 57, n° 53.

Pour citer ce billet : Franck Carpentier, « L’homme qui voulait vivre sa vie : le suicide est-il toujours condamné par la peine de mort ? », billet publié le , sur imaj-carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage, http://imaj.hypotheses.org/927

crédits : image « à la une », Gustave Deghilage, Le Ponton, (CC BY-NC-ND 2.0)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *