Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale.

A propos de « L’arbitro » (court-métrage de Paolo Zuca, 2008)

Le Centre international de langues de l’Université de Nantes a mis en place chaque année le festival Univerciné présentant une sélection de films allemands, britanniques russes et italiens. En  2013, L’arbitro, le film de Paolo Zucca a remporté le prix du jury. Une  Master Class en présence du réalisateur était organisée le  vendredi 7 novembre 2014, à l’initiative de Gloria Paganini  professeur de civilisation italienne et membre du Crini. Intitulée « Football et identités nationales dans le cinéma européen : compétition ou affrontement ? Enjeux sportifs ou financiers ? Terrain de jeu ou de corruption ? », cette journée d’études a donné l’occasion de revenir sur le court métrage sorti en 2008 dont le film de Paolo Zucca (pas encore sorti en France) est le prolongement. Christophe Lamoureux, sociologue du sport et du  cinéma, revient sur ce format court pour mettre en évidence les enjeux de société  que la représentation du foot à l’écran permet de révéler.

affiche(crédits : la société Blaq Out qui distribue le DVD du film nous a aimablement autorisé à mettre quelques images en ligne)

Je voudrais saluer Paolo Zucca dont je ne connaissais pas le court métrage que j’ai  découvert avec un grand intérêt. A regarder le film dont le titre « L’arbitro » place le foot sur le terrain de l’application des règles du jeu, trois aspects retiennent mon attention de sociologue : le ressort scénaristique du film, la proposition esthétique de son traitement et (mais je ne l’y réduis pas) cette thématique du foot comme parabole sociale. Ce sont ces trois niveaux d’analyse que je voudrais relever pour commenter le film. Non sans rappeler préalablement que ce qui est stimulant dans les premiers plans des réalisateurs, c’est le statut que l’on peut accorder à leurs productions. Quelque chose naît que l’on ne connait pas. L’on est donc à l’affut de découvrir ce que l’esquisse porte de promesses d’une œuvre en devenir. Et c’est tout un processus auquel nous participons aujourd’hui de conférer à un premier exercice de la valeur artistique et de l’intérêt sociologique. Avec Paolo Zucca, la tâche qui est la mienne dans le commentaire que je me risque à proposer, est facilitée puisque ce court métrage sorti en 2008 est devenu un long-métrage cinq ans plus tard. Comme je n’ai pas encore vu la version longue, je me contenterai donc de parler du court pour ce qu’il permet de penser sociologiquement sur le football quand il s’agit de le cinématographier dans une fiction.

 1 Le match de foot comme ressort scénaristique

Une première remarque tient précisément à ce que cette proposition de 15 minutes doive composer avec le cahier des charges. Le format du court métrage exige d’aller vite au fond des choses et de trouver un angle d’attaque scénaristique qui soit efficace tout en révélant un style qui tranche avec ce que l’on a l’habitude de voir. S’agissant du football, l’exercice cinématographique est périlleux parce que  notre regard sur ce sport est formaté par la télévision qui dans sa manière de procéder sépare radicalement acteurs et spectateurs pour restituer la scénographie du match. Au cinéma, on n’est plus dans la lucarne de la télévision et son dispositif de retransmission  (longues focales en légère plongée centrées sur le ballon et entrecoupées de plans de coupe sur les actions et les joueurs). Il faut donc trouver une autre manière de faire  fictionner  le foot à l’écran : montrer sa dramaturgie spécifique tout en inventant sur le terrain du jeu, une scénographie qui prenne en compte le foot à la fois comme pratique et comme spectacle. C’est sous cette double condition de fabrication, que le foot au cinéma peut révéler ses dimensions sociales en montrant à partir du jeu lui-même, le registre des contentieux dont il est l’objet dans la société et qui font que des milliers de gens s’y intéressent. Comme le disait mon collègue ethnologue Christian Bromberger dans un livre très stimulant publié en 1998, le foot à quelque niveau qu’il se regarde, est probablement « la bagatelle la plus sérieuse du monde » ! C’est pour cela qu’il est un objet retors à cinématographier et que beaucoup de cinéastes ont renoncé à le filmer!

2 34

Or je trouve que le scénario de L’arbitro comme la manière de faire de Paolo dans le traitement du sujet est particulièrement intéressante car l’un comme l’autre enchâssent dans le récit une triple dimension : la logique du jeu avec les règles qui sont les siennes et dont l’arbitre est le garant, la logique du spectacle où se joue une suprématie symbolique entre deux communautés, la logique du contentieux personnel que le foot va régler entre deux membres d’une même équipe. En effet, dans la construction très astucieuse du scénario, il s’agit bien de mettre en parallèle dans le déroulé du match, un problème de rachat pour payer sa dette : la réhabilitation d’un arbitre sanctionné de n’avoir pas su faire respecter les règles (il siffle à mauvais escient lui reproche le président de la ligue nationale), la vengeance d’un joueur spolié de son bien par un de ses coéquipiers qui a sacrifié pour la bonne cause, un des moutons de son troupeau. Dans les deux cas, deux conceptions du sacré s’enchevêtrent de manière ironique : d’un côté, le sacré des règles du jeu avec lesquelles l’arbitre ne veut plus transiger pour être réhabilité (le pénalty objet de tous les litiges, l’exclusion du champion de l’équipe pour mauvaise conduite) et de l’autre l’offrande  de « cet agneau sacrificiel »  brandi dans la tribune comme signe bienfaiteur de salut qui va générer la mort du larron qui l’a dérobé. Le moteur de la narration,  c’est bien  cette histoire de revanche sur le sort fait à l’un et à l’autre que le match va dévoiler. Car dans le règlement des comptes, les choses vont tournées au vinaigre mais (c’est le point fort du scénario) à cause des aléas et des litiges  que le match va créer. Alors que de sa surface de réparation (la bien nommée !), un dégagement inopiné du capitaine de l’équipe visiteuse avait ouvert le score (le lob -humiliation suprême- est particulièrement édifiant du silence consterné qui s’en suit dans les tribunes), un geste maladroit conduit l’arbitre à marquer le but de l’égalisation de l’équipe qui reçoit. D’abord vilipendé pour avoir fait respecter sa décision, l’arbitre deviendra le héros de la communauté qui le portera en triomphe pour avoir pris parti contre son gré. Le hasard du jeu fait bien les choses pourrait-on dire et il aura permis le rachat. Dès lors tout va se dérégler sur et en dehors du terrain à commencer par la temporalité de la fin du récit qui retient le présent pour anticiper le dénouement par des images saisissantes : cet âne qui passe devant le but vide, la corde du pendu filmée dans les airs, cet étranglement fratricide qui a lieu sur la ligne de touche. Un climat anomique anticipe donc le dénouement et fait défiler sur le terrain un imaginaire anthropologique qui n’appartient sans doute qu’à la Sardaigne dont le cinéaste distille à sa façon, l’ancrage dans l’enclave de l’île et ses mœurs de vendetta. Le vol doit être puni et ce sont  bien les circonstances du match qui auront donné au capitaine offensé, le prétexte de se faire justice lui-même, à tel point que l’on peut se demander si ce but marqué de sa propre surface dite de  réparation ne lui octroie pas le droit de se venger de son voleur sans que cela ne semble, dans le montage de la séquence, perçu comme répréhensible.

Au moment fatidique du corner, une allégorie prend forme et c’est tout le substrat social du foot qui est alors mis en branle dans une sorte de parabole fantastique où se jouent des conflits de valeurs : l’application de la règle et la contingence du jeu, le sens du sacrifice et le délit profane du vol qui l’a fondé, le thème de la rédemption et de la damnation dont la citation finale d’Augustin rappelle la destinée morale. Pour le spectateur qui regarde, le film s’achève ainsi comme une fable dont il peut méditer la leçon. Mais pour qu’il en soit ainsi,  l’attention aura été portée sur les mécanismes sociaux dont le match constitue le réceptacle et qui peuvent aussi être lus comme des révélateurs de ce que le foot est  devenu dans la société du spectacle : un fait social total comme l’expliquait Marcel Mauss où tout ou presque vient s’échoir pour le pire comme pour le meilleur des  contentieux de la société.

 2 Le match de foot comme proposition esthétique

5 6Mais ce récit édifiant ne serait pas ce qu’il est sans la facture esthétique qui nourrit ce court métrage dont je ne m’étonne guère qu’il ait été couronné dans plusieurs festivals dont la vertu, on le sait, consiste à repérer les talents et  lancer les carrières. Il me semble en effet que l’inspiration de Paolo en matière de style, procède de ce que Nathalie Heinich appellerait « une montée en singularité » particulièrement propice à satisfaire côté réception, un horizon d’attentes favorable. Retient l’attention, mais je peux me tromper, une sorte de syncrétisme esthétique dans la manière dont Paolo choisit de filmer le match de foot dont il connaît bien les ressorts figuratifs et narratifs : la concentration gesticulée des joueurs avant le coup d’envoi, l’arrogance de la vedette de l’équipe flanquée de son numéro 10, les tics de l’entraîneur cravaté sur le banc de touche, l’ambiance enjouée des tribunes de supporters d’où fusent insultes et contentements, la chorégraphie ritualisée de l’arbitre filmé comme un danseur de tango argentin dans l’arène d’une corrida, les postures de défis entre adversaires montrés comme les duels des  westerns spaghetti… Mais il faudrait aussi évoquer la veine néo-réaliste des gros plans sur les visages des gens du cru ou la facture vernaculaire de la comédie italienne : les palabres des aficionados façon « Affreux,  sales et méchants », la figure de « la Mama » qui ne s’en laisse pas compter en pénétrant sur le terrain pour corriger l’arbitre, la mascarade quasi carnavalesque de ce champion de pacotille  revenu sur le terrain coiffé d’une perruque pour cacher une identité dont personne n’est dupe.

Ce recyclage folklorique accentué par le choix du noir et blanc et une bande son particulièrement ciselée donne à « L’arbitro » une facture surannée qui étire quelques idéaux types d’une double tradition culturelle : celle du grand cinéma italien dont se ressource l’esprit du film, celle du style du football latin dont parlait si bien Christian Bromberger dans son ethnographie vivante des  supporters de la Juve ou du Napoli. Ainsi une figuration populaire rurale d’une « Italianité du sud »  aurait dit Roland Barthes se met en place à la manière d’une pastorale débridée que l’univers du football serait venu révéler pour en extraire le substrat culturel. Ces référents esthétiques créent  un effet subreptice de remémoration qui donne au court métrage un effet tragi-comique volontairement décalé qui plait au public tant il renouvèle, dans sa façon de faire,  la manière que l’on a de regarder le foot, de le discuter, d’alimenter la charge symbolique dont il est l’objet  dans la conscience collective.

image 7

3 Le match de foot comme parabole  sociale

 Ces remarques m’amènent  à un troisième  point du commentaire qui à mes yeux de sociologue est le plus décisif. Le scénario de l’Arbitro a pour cadre d’intelligibilité  le foot de bas niveau, celui dont on ne parle guère dans les travaux de sociologie du sport et encore moins dans  les compte rendus journalistiques. En la circonstance, le monde ici mis en fiction c’est  « le foot au village sarde » dont on peut supposer qu’il se déploie dans des enjeux identitaires qui lui sont spécifiques. Je ne suis pas spécialiste mais pour avoir longtemps travaillé sur le sport populaire à l’échelle locale des patronages, le sujet du film ne peut que m’interpeller dans sa tentative de considérer le foot comme analyseur social sur lequel viennent se cristalliser toutes sortes de mécanismes de vie en communauté : ancrage dans les traditions religieuses d’un espace social insulaire situé loin de la capitale, affrontement entre équipes rivales pour une suprématie de clocher, phénomène de micro célébrité qui mime celle des vedettes du petit écran, contentieux au sein de la communauté locale entre les aînés et les cadets, règlements de compte sur le terrain pour des problèmes qui sont liés à des rivalités claniques, l’atteinte au droit de propriété, à des questions d’honneur ou de respectabilité. Ce que je trouve réussi c’est cette transplantation sociale de l’arbitre dans un univers relégué aux confins des championnats de petite série. Elle est filmée comme une sorte de purgatoire par lequel l’arbitre doit passer pour se racheter et revenir au paradis de la première ligue. Ce qui me semble décisif dans les ressorts convoqués par le film, c’est la question du litige suscité par ses décisions parce qu’elle est au cœur du foot comme dramaturgie sociale. Je voudrais pour finir développer cet aspect du foot comme jeu avec la règle comme l’avait si bien montré l’anthropologue Robert Da Matta à propos de l’esprit frondeur du Futebal  brésilien. Cette dimension du jeu donne une labilité à partir de laquelle de multiples formes d’expression symbolique du social viennent se manifester.

8 9De quoi nous parle le football ? Comme les autres sports, expliquait Christian Bromberger à qui j’emprunte ici l’éclairante analyse , le foot « exalte le mérite, la performance, la compétition entre égaux ; il donne à voir et à penser, de façon brutale et réaliste, l’incertitude et la mobilité des statuts individuels et collectifs que symbolisent les figures emblématiques des joueurs sur le banc de touche, les ascensions et les déchéances des vedettes, les promotions et relégations des équipes, les rigoureuses procédures de classement, cette règle d’or des sociétés contemporaines fondées sur l’évaluation des compétences ». Comme l’avait  montré Alain Ehrenberg,  la popularité des sports réside dans leur capacité à incarner l’idéal des sociétés démocratiques en nous montrant, par le truchement de leurs héros, que « n’importe qui peut devenir quelqu’un », que les statuts ne s’acquièrent pas dès la naissance mais se conquièrent au cours de l’existence. Tout autant que la performance individuelle, le foot valorise aussi le travail d’équipe, la solidarité, la division des tâches, la planification collective, à l’image du monde industriel dont il est historiquement le produit.

Doit-on, pour autant, réduire l’imaginaire social  du football à la simple exaltation du mérite où le succès serait rigoureusement proportionnel aux qualités de chacun ? Ce  serait manquer un de ses attraits spécifiques, cette disposition qu’a ce jeu de donner de  l’existence  en société, une vision plus complexe et contradictoire et d’inscrire le destin social dans des issus plus hasardeuses. Car si le match de football est aussi captivant à regarder, c’est que l’aléatoire, la chance y tiennent une place singulière, en raison, précisait Bromberger  « de la complexité technique du jeu fondé sur l’utilisation anormale du pied, de la tête et du torse, de la diversité des paramètres à maîtriser pour mener une action victorieuse ». Sur ce plan, le rôle de l’arbitre est déterminant puisqu’il doit sanctionner immédiatement des infractions souvent difficiles à percevoir. Si la figure noire du médiateur impose la rigueur de la loi, son jugement est toujours faillible et c’est ce qui crée du contentieux et engendre de la fiction. Car comme la plupart des sanctions punissent des fautes intentionnelles (dont l’intentionnalité est précisément délicate à établir : la main était-elle volontaire ou involontaire, le tacle régulier ou irrégulier ?), le match se prête à un débat dramatisé sur l’arbitraire d’une justice imparfaite. C’est pourquoi, la figure du hasard — d’où émerge le sens du destin — plane sur les rencontres sportives, surtout au plus bas niveau où les compétences des joueurs sont limitées, rappelant avec brutalité, que le mérite ne suffit pas toujours pour devancer les autres. Des impondérables peuvent, à rebours de toute prévision statistique, modifier la trajectoire d’une balle comme ailleurs celle d’une vie. C’est la raison pour laquelle, comme dans le film,  joueurs et supporters tentent de se prémunir du hasard, par une profusion de micro-rituels qui visent à amadouer le sort.

 Conclusion : heurs et malheurs du destin par le foot

En définitive,  c’est bien de ce registre d’incertitude  dont nous parle  le concentré de fiction mis en tension dans « l’Arbitro », ce court métrage si bien nommé.  Le match peut s’y lire comme une  variation sur la fortune ici-bas. Pour parvenir à la réhabilitation comme au succès, la dramaturgie du film  met bien en scène le rôle de la chance qui est à sa façon, la dérision insolente du mérite. La forme qu’y revêt le destin, y est saisie par le recours d’une incertitude essentielle par laquelle le malheur des uns serait la condition de bonheur des autres. En somme, et ce sera mon dernier mot, « L’arbitro » donne à penser  cette idée féconde et très juste, qu’une compétition de football illustre aussi une autre loi de la vie sociale, celle de l’’interdépendance complexe des destinées sur le chemin du salut !

Pour citer ce billet : Christophe Lamoureux,  » Règles, litiges et contentieux : le football comme dramaturgie sociale. A propos de « L’arbitro » (court métrage, Paolo Zuca, 2008) », billet mis en ligne le 25 novembre 2014 sur imaj-carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage, hébergé sur hypotheses.org

crédits photographiques : Blaq Out pour l’affiche et les images du court-métrage L’arbitro de Paolo Zuca

Stefano Stabile, CC BY-SA 3.0 pour l’image à la une : Milano-zona San Siro-Italia-arbitro Pierluigi Collina

Bibliographie indicative :

Archetti Edwardo, « Tango et football dans l’imagerie argentine », Sociétés et représentations, « Football et sociétés », numéro 7, pp. 117-128.

Augé M., 1982. « Football. De l’histoire sociale à l’anthropologie religieuse », Le Débat, 19, pp. 59-67.

Bouet M., 1968. « Signification du sport », Paris, Editions universitaires.

Brohm J.-M., 1993. « Les meutes sportives. Critique de la domination » Paris, L’Harmattan.

Bromberger Christian, « Sur les gradins, on rit… aussi parfois. Facétie et moquerie dans les stades de football », Le Monde alpin et rhodanien, 3-4, pp. 137-156, 1988

Bromberger Christian, « Le football met à nu les antagonismes majeurs de nos sociétés » (titre original : « Le football comme vision du monde »), Le Monde Diplomatique,  juin 1992 (pp. 10-11)

Bromberger Christian, « De quoi parlent les sports? », Terrain, 25, sept. 1995 (pp. 5-12).

Bromberger Christian « Foreign footballers, cultural dreams and community identity in some north-western Mediterranean cities », in The Global sports arena. Athletic talent migration in an interdependent world (J. Bale et J. Maguire, éd.), Londres, Franck Cass, pp. 171-182. 1995

Bromberger Christian, « Football, drame, société », Sport, 150, pp. 12-19, 1996

Bromberger Christian (Avec la collaboration de A. Hayot et J.-M. Mariottini), 1995. Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’Homme (coll. Ethnologie de la France-Regards sur l’Europe, 16). 1997.

 Bromberger Christian « Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde », Paris, Bayard (coll. Société »), 1998.

Caillois R., 1985 (rééd.). « Les jeux et les hommes », Paris, Gallimard.

Canetti E., 1986 (rééd.). « Masse et puissance », Paris, Gallimard.

Chartier R., 1994. « Avant-propos » in N. Elias et E. Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, pp. 7-24.

Da Matta Roberto, « Notes sur le futebol brésilien », Le Débat no 19, février 1982.

Defrance J., 1995. « Sociologie du sport », Paris, La Découverte.

Dumontier F. et H. Valdelièvre, 1989. Les pratiques de loisir vingt ans après. 1967/1987-1988, Paris, INSEE (« Résultats, consommation – modes de vie, n° 3).

Eco U., 1987. « Jeu de massacre et de voyeurs », Emois, nov. pp. 34-35.

Ehrenberg A., 1991. « Le culte de la performance », Paris, Calmann-Lévy.

Elias N. et E. Dunning, 1994. « Sport et civilisation. La violence maîtrisée, » Paris, Fayard.

Geertz C., 1983. « Jeu d’enfer. Notes sur le combat de coqs balinais » in C. Geertz, Bali. Interprétation d’une culture, Paris, Gallimard, pp. 165-215.

Heinich N., “Ce que l’art fait à la sociologie », Minuit, 1998

Huizinga J., 1988 (rééd.). « Homo ludens : sur la fonction sociale du jeu », Paris, Gallimard.

.

Lamoureux C., « La grande parade du catch », Toulouse, Presses Universitaires du Mirail. Toulouse, 1993. 

Lamoureux C . , « Le match de foot à la télévision, vision du jeu et mise en paroles », Sociétés er représentations, « Football et sociétés », numéro 7, décembre 1998, pp. 333-338.

Le Bon G., 1963 (rééd.). « La psychologie des foules » », Paris, P.U.F.

Lévi-Strauss C., 1962. « La pensée sauvage », Paris, Plon.

Mauss M  « Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1971 (rééd.)

Moscovici S., 1985 (rééd.). « L’âge des foules », Paris, Editions Complexe.

Pivato S., 1994. «  Les enjeux du sport. XXe siècle », Paris et Florence, Casterman et Giunti.

Ramonet Ignacio, « Le football c’est la guerre », Le Monde diplomatique, juillet 1990.

Riccardo Grozio Riccardo et Pellicani (sous la direction de), « Catenaccio e contropiede. Materiali e immaginari del football italiano », Rome, 1990.

Veyne P., 1987. « Olympie dans l’Antiquité », Esprit (« Le nouvel âge du sport »), 4, pp. 53-62.

Vigarello G., 1988. « Une histoire culturelle du sport. Techniques d’hier et d’aujourd’hui », Paris, R. Laffont – Revue EPS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *