Les frontières du Havre

J’avoue avoir éprouvé une certaine perplexité visionnant ce film et devant traiter du thème de la frontière. Il m’est, en effet, apparu que Le Havre est essentiellement une fable, sans prétention documentaire, qui ne se mêle d’aucun discours juridique. On n’y trouvera nulle réflexion explicite sur le statut des migrants. D’un côté, nous est présenté le discours politique de l’État-nation et, de l’autre, le discours moral des habitants du Havre.

Nous pouvons cependant tenter de dépasser cette opposition entre la froideur des uns et la solidarité des autres, pour y déceler des éléments propres à nourrir une réflexion juridique sur la frontière.

À cet égard, je retiendrai une scène du générique qui nous offre une situation prototypique de frontière. Nous y voyons Marcel Marx,  un cireur de chaussures – dont nous apprendrons qu’après une vie de bohême, il a fini par échouer chez Arletty, une étrangère devenue sa femme –, ayant installé son petit commerce, sur le trottoir,  devant un magasin de chaussures. Au moment d’être expulsé par le patron dudit magasin, le cireur avait pourtant fait valoir : « On est dans la même branche. » À quoi, il s’était entendu répondre : « Dégagez d’ici, dégagez d’ici, terroriste ! », tandis que le passant, à l’allure bourgeoise, qui n’avait pas craint de  lui confier ses chaussures, avait été gratifié d’un « Donnez-vous la peine d’entrer. Désolé du dérangement. » À l’image de l’État souverain en droit de définir qui peut ou non entrer sur son territoire, le patron du magasin de chaussures avait alors fermé la porte au nez du pauvre Marcel Marx, dans une scène qui souligne, de surcroît, l’instabilité de la situation du sédentaire qui peut brusquement se retrouver dans la condition de migrant.

vlcsnap-2014-10-14-19h04m29s185vlcsnap-2014-10-14-19h07m22s226vlcsnap-2014-10-14-19h05m41s185

L’incident s’est déroulé dans les quartiers reconstruits du Havre dont la centralité, la modernité est à l’image du centre du pouvoir, toujours présenté comme lointain.  Les CRS envoyés pour traquer les clandestins ne se déclarent-ils pas envoyés « selon les directives du ministère de l’Intérieur » ? On ne découvrira d’ailleurs jamais le visage du préfet, toujours filmé hors-champ.

On reverra plus loin cette porte qui s’est fermée sur Marcel Marx, désormais contrôlée, gardée par le patron du magasin de chaussures, sorte de garde-frontière derrière sa vitrine…

vlcsnap-2014-10-14-21h19m59s141

Face à un centre du pouvoir abstrait, réfugié derrière des frontières nationales, tout aussi abstraites, il y aurait une périphérie représentée dans le film par le faubourg ancien et populaire qui cache un jeune réfugié venu d’Afrique noire, Idrissa. Là, les portes sont souvent ouvertes, s’y tissent des discussions qui permettent d’entendre les voix des migrants.

Nous pourrions y voir une invitation à imaginer de nouvelles zones de frontières, non plus conçues comme étanches, mais comme poreuses, et où pourraient se rencontrer les arguments et les revendications des uns et des autres.

Pour citer ce billet : Stéphane Boiron, « Les frontières du Havre », billet du 15 novembre 2014, Imaj — Carnets de Recherches en Analyse Juridique de l’IMage, hébergé sur hypotheses.org.

Ce billet résume l’intervention de Stéphane Boiron lors de la Journée d’Etudes du Grimaj qui s’est tenue à Limoges le 21 mai 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *