Travailler sur l’image : retour sur la rencontre du Grimaj autour du film Le Havre de Kaurismaki

L’exercice pratique proposé au Grimaj le mercredi 21 mai lors d’un colloque consacré aux migrations dans le cadre du PRES LCP « frontière(s) au cinéma » relevait (rétrospectivement) de la gageure : chaque membre de l’équipe devait sélectionner une ou plusieurs séquences du film Le Havre de Aki Kaurismaki (en lien avec le thème de la frontière) et en proposer l’analyse avec les outils propres à sa discipline. Par la suite, il était prévu de confronter lesdites analyses, de remarquer la spécificité de chacune avant d’examiner la complémentarité des unes et des autres.

Le résultat est à la fois excitant et frustrant. Excitant, parce que l’exercice a été performant : les analyses se sont révélées très diverses et de ce simple fait complémentaires. Alors même que la discipline juridique était représentée par trois intervenants, on n’a relevé aucun propos redondant : les deux historiens du droit (Stéphane Boiron et Ninon Maillard) et le juriste positiviste (Christophe Bonnotte) n’ont pas toujours choisi les mêmes séquences et même lorsque cela a été le cas (séquence du centre de rétention administrative sélectionnée par Ninon Maillard et Christophe Bonnotte) les analyses se sont révélées très différentes, sans que cela ne se limite à une différence de points de vue.

imagesHAHNJY3Y

Excitant, parce que l’exercice a généré des questions de méthode intéressantes autour du choix des séquences, de la pertinence d’une analyse de séquence, de la pertinence même du choix d’un film dans une œuvre. Frustrant, parce qu’inachevé : une fois de plus, le temps de débat prévu à l’issue des analyses individuelles s’est trouvé écourté et au final, la réflexion commune n’a pas eu lieu. Elle n’est que reportée mais il est certain que les conclusions auraient gagné à être tirées à la suite de l’exercice. On parviendra sans aucun doute à reprendre l’essentiel lors de la prochaine rencontre mais le détail ? la spontanéité ?

L’hypothèse est néanmoins vérifiée : le travail commun a une valeur ajoutée. Reste à le valoriser, ce qui suppose de le mettre en forme. Pour l’instant, les rencontres sont quasi-confidentielles et aucune publication n’est envisagée à ce stade de nos réflexions. Il n’empêche que nous ne pouvons multiplier les rencontres sans mener parallèlement une réflexion sur le devenir de nos avancées, voire de nos conclusions même partielles, sous peine de voir chaque membre du groupe repartir avec son apport et rien de plus. Or, la valorisation de nos travaux est complexe car elle ne coïncide pas exactement avec la publication ou la mise en ligne de nos contributions respectives. Cette publication et/ou mise en ligne doit être suivie, ou précédée, d’une synthèse des échanges… qui reste à faire. Il faut donc à la fois préparer la prochaine réunion sur le thème plus précis de la conquête qui aura lieu à l’automne tout en retravaillant ce qui a été produit en mai. Car il ne s’agit plus de travailler sous forme de séquences hermétiques comme autant de colloques successifs mais en terme d’étapes comme autant de paliers dans l’élévation de notre construction commune.

Ninon Maillard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *