La relativité de la frontière image fixe/image animée : de Phidias à Eisenstein

Mot d’accueil de Xavier Perrot, historien du droit, co-directeur de l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques) pour l’ouverture de la journée d’étude du 25 octobre 2013 « Analyse de l’image : jalons pour une méthodologie », dans le cadre du programme de recherche PRES LCP « Frontière(s) au cinéma ».

« Mes plus vifs remerciements vont aux organisateurs de cette journée (Nathalie Goedert, Ninon Maillard, Christophe Bonnotte, Stéphane Boiron) qui offrent l’occasion à l’équipe des historiens du droit de l’IAJ (Institut d’Anthropologie Juridique) au sein de l’OMIJ, de matérialiser un rêve déjà vieux, celui de développer à Limoges des recherches en iconologie juridique. Cela ne devait pas initialement passer par le cinéma, donc l’image animée, mais plutôt par l’image fixe ; l’effort épistémologique et méthodologique mené par le récent GRIMAJ (Groupe de recherche en analyse juridique de l’image) devrait montrer que la césure n’est pas antithétique et que cette « frontière » fixe/animée est à relativiser.

Je vais m’arrêter quelques instants sur ce problème, qui n’est peut être pas hors sujet, car il me donne l’occasion de saluer la mémoire de celui qui est à l’origine de ce rêve iconologique – avec Pascal Texier – visant à inscrire l’iconologie juridique dans les thématiques de recherche de l’IAJ : il s’agit de Jacques Phytilis, juriste de grand talent, passionné d’art (de peinture notamment), et dont l’immense culture (les Lettres, la musique, l’Histoire), lui avait fourni l’outillage intellectuel pour traiter des questions juridiques par l’image, à l’exemple d’un Panofsky dont il admirait les travaux. Cette passion donna de beaux textes qu’il qualifiait lui-même « d’iconographie historique de l’État » : citons en priorité, « De l’objet esthétique comme dérivé de l’exécution : la damnatio memoriae » ; « Portraits de Princes : quelques détails hors normes » ; ou encore « Couple, Images et Droit : regards iconoclastes ». Jacques Phytilis me fit travailler en son temps sur le problème de la nature juridique des objets d’art en exil ; il était en effet mentalement et physiquement travaillé pourrait-on dire par le démantèlement et le déplacement des frises du Parthénon et leur présentation au British Museum de Londres. Ses origines paternelles grecques certainement ! Je voudrais donc utiliser cet objet d’amour esthétique comme source d’inspiration pour dire quelques mots fragiles sur le thème du jour : « Analyse de l’image : jalons pour une méthodologie » dans le cadre du programme de recherche « Frontière(s) au cinéma ».

La frontière dont il sera question est celle, évoquée plus haut, du possible verrou méthodologique entre image fixe et image animée. Autant il peut sembler envisageable et pourquoi pas naturel pour le juriste d’interpréter l’image immobile – c’est le cas par exemple des miniatures médiévales et de la peinture classique – autant le champ d’interprétation juridique de l’image animée est, lui, largement boudé. Une courte rêverie sur l’objet « frise du Parthénon » me parait néanmoins offrir l’occasion de franchir cette frontière méthodologique.

La fixité des images de marbre sculptées par Phidias à première vue saute aux yeux ! Mais tout le monde conviendra qu’en matière d’image, la première chose à faire, c’est regarder… Dans le cas contraire, comme le propose Daniel Arasse à propos du détail dans l’art, « On n’y voit rien ! » Et en effet, à bien y regarder, les frises du Parthénon n’ont rien de fixe. Elles semblent au contraire prêtes à s’ébranler, comme si la vie s’en était saisie sous les coups de ciseaux du sculpteur pour ne plus les quitter depuis. Vivantes, vibrantes, elles forment dans la perspective heideggerienne articulant l’être et la chose (« das ding dingt »), ce que l’on pourrait appeler en droit anglo-saxon une juristic entity dotée de son vouloir propre (the will). Mais c’est un autre sujet.

Licence CC-NC-SA par Valérie Hukalo
Licence CC-NC-SA par Valérie Hukalo

Mises bout à bout – comme Phidias d’ailleurs l’avait souhaité –, elles forment une série, série véritablement narrative du reste pour les historiens qui y ont depuis longtemps reconnu la représentation des panathénées. Si l’on observe donc avec attention, on ne peut qu’être frappé par la dimension sérielle de la frise, qui n’est pas sans évoquer la pellicule cinématographique. La frontière commence alors d’être franchie… et nous approchons de l’animé. Il ne manquerait alors qu’un Charon, le nocher qui rendrait possible le franchissement. Et ce passeur existe bel et bien qui nous permet ici de faire le pont avec le cinéma. Il s’agit de Sergueï Eisenstein qui le premier a vu tout le profit cinématographique à tirer de l’effet sériel propre à la frise du Parthénon. On sait en effet qu’il a composé certaines scènes de son Alexandre Nevski, en s’inspirant du dispositif parthénonien. La plupart des plans du film ont été ainsi découpés en vignettes qui progressaient au même rythme que la musique de Prokoviev. Cela lui a donné l’occasion de mettre magistralement en scène la célèbre séquence dite « des chevaux » où l’on voit certains cadrages reprendre symétriquement ceux réalisés par Phidias, environ 2385 ans plus tôt !

On sait par ailleurs qu’Eisenstein s’est aussi inspiré, pour ses scènes de combats, de la célèbre toile peinte d’Ucello « La bataille de san romano », une narration et une série dynamique à elle seule.

Uccello Battle of San Romano Uffizi.jpg
« Uccello Battle of San Romano Uffizi » par Paolo UccelloTravail personnel, VivaItalia1974, 2012-09-29 09:40:33. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Bien conscient qu’avec la frise du Parthénon on a à faire à une œuvre d’art totale, Bernard Tschumi, l’architecte du nouveau musée archéologique d’Athènes, n’a pas hésité à reprendre à son compte cette intention narrative d’origine dans son projet architectural. C’est pourquoi il parle d’ailleurs de façon très évocatrice dans son travail de « filmscripts », à propos des frises. C’est sur le fondement de cet héritage qu’il a conçu le bâtiment permettant de rétablir la frise – celle factice pour l’heure ! – dans sa configuration originelle (voir ici).

Je conclurai sur le fait qu’une autre frontière est en jeu dans cette histoire – sans contradiction à mon sens d’ailleurs avec ce qui a été dit plus haut –, celle, juridique et territoriale, du retour des marbres à Athènes. Le droit n’était donc pas si loin dans cette divagation esthético-juridique sur le thème de la frontière au cinéma. »

Xavier Perrot

Bibliographie sélective

Daniel ARASSE, On n’y voit rien. Descriptions, Paris, Folio essais, 2000.

Joan B. CONNELLY, « Parthenon and Parthenoi: A Mythological Interpretation of the Parthenon Frieze », American Journal of Archaeology, vol. 100, no 1,‎ janvier 1996, p. 53-80.

S.M. EISENSTEIN, Mémoires, préface, traduction et notes de Jacques Aumont, 3 vol., Paris, Union générale d’édition, 1978-1985.

Démétrios PANTERMALÈS, Bernard TSCHUMI, The New Acropolis Museum, New York, Skira Rizzoli International Publications, 2009.

Jacques PHYTILIS, « De l’objet esthétique comme dérivé de l’exécution : la damnatio memoriae », dans Procéder. Pas d’action, pas de droit ou pas de droit pas d’action ?, Limoges, Pulim, 2006, p. 327-348.

Jacques PHYTILIS, « Portraits de Princes : quelques détails hors normes », dans Le prince et la norme. Ce que légiférer veut dire, Limoges, Pulim, 2007, p. 437-456.

Jacques PHYTILIS, « Couple, Images et Droit : regards iconoclastes », dans Vertiges du droit. Mélanges franco-helléniques à la mémoire de Jacques Phytilis, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 413-456.

Bernard Tschumi : architecture : concept [and] notation, ouvrage publié à l’occasion de l’exposition présentée au Centre Pompidou, Galerie sud, du 30 avril au 28 juillet2014, Frederic MIGAYROU (dir.), Paris, Centre Georges Pompidou, 2014.

Pour citer ce billet : Xavier PERROT, « La relativité de la frontière image fixe/image animée : de Phidias à Eisenstein », billet du 31 mai 2014, sur imaj – Carnets de recherches en Analyse Juridique de l’IMage sur hypotheses.org.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *