Un regard sociologique? La vision de la frontière américaine dans Heaven’s gate de Cimino

Dans le cadre de la Journée d’Etude du 25 octobre 2013, organisée à Limoges par Grimaj : « Jalons pour une méthodologie de l’analyse juridique de l’image », dans le cadre du PRES LCP « frontière(s) au cinéma », Christophe Lamoureux, sociologue du cinéma, Maître de conférences de l’Université de Nantes a proposé une étude sur le film de Michael Cimino : Heaven’s Gate… Une étude que nous publierons en 4 actes : un propos introductif, suivi par 3 analyses autour de 3 extraits du film : le meurtre de Kovak, le conciliabule des cattles barons et le débarquement ferroviaire de James Avrill.

« Il aura fallu attendre 25 ans pour que Heaven’s gate sorte du purgatoire des majors américaines en 2006 et que le public puisse voir enfin sur grand écran, la version originale (restaurée) de cette œuvre maudite du cinéma américain contemporain, telle que l’avait souhaité Michael Cimino et qui est ressortie en format remasterisé au mois de février dernier en présence du cinéaste prodige âgé aujourd’hui de 73 ans. La question de la violence des rapports de classes dans la construction de la civilisation américaine est au cœur du sujet traité par Heaven’s gate ; elle fait figure de contentieux dont il faut ré-instruire les enjeux tant le traitement renouvelé de la mythologie de la Frontière américaine constitue le centre de gravité de ce western aussi bien dans sa construction esthétique que dans la lecture sociale et politique qui a pu en être faite.

En 1990, le ciné club de Patrick Brion avait ressuscité cette version longue sur le petit écran. Pour l’avoir découverte (et enregistrée) à la télévision, la fréquentation de ce film m’a longtemps habité pour son intensité sociale (réflexe de sociologue) et son ampleur cinématographique (réflexe de cinéphile). Si encore aujourd’hui, dois je l’avouer, je place très haut cette Porte du paradis (et plus largement l’œuvre de Michael Cimino) dans mon panthéon sociologique personnel, c’est probablement parce qu’elle fait résonner en moi, un double intérêt de recherche: celui que je porte à l’ethnographie des mondes populaires, celui que je voue à une certaine grandeur du cinéma américain (classique ou néo classique) dans sa capacité à mettre en scène dans ses fictions, une vision directe des rapports sociaux.

Ce sont de ces deux aspects dont ce western apocryphe parle et qui en font tout le prix. Prix si j’ose dire dans tous les sens du terme : financier et artistique assurément (le coût exorbitant du film a entrainé la banqueroute de la United Artist) mais surtout historique et sociologique. Depuis quelques années en effet, je m’interroge sur le statut de la fiction cinématographique dont Arlette Farge, dans un texte très stimulant publié en 1995 (à l’occasion du centenaire du cinéma), prétendait qu’elle avait parfois ce privilège de réaliser un rêve d’historien voire de sociologue, pour la propension qu’elle avait à débusquer le social par mégarde et mettre en scène la manière d’être dans le monde social à un moment donné. Au-delà du témoignage sociétal ou historique situé que constitue tout film (ou filmographie) qu’il (ou elle) soit ou non inspiré(e) de la réalité, il me semble heuristique pour le raisonnement sociologique de saisir la fiction comme une grille de lecture possible d’une construction sociale du réel (Becker, 2010) et donc de faire l’effort de considérer la fiction à la fois comme un dispositif esthétique de reconstitution d’expériences sociales et comme analyseur sociologique des mécanismes de réception. Mon hypothèse est de prendre au sérieux la médiation esthétique du cinéma que je préfère avec Erwin Panofsky (1946) définir comme un médium de sorte d’envisager cette médiation comme matériau social signifiant voire de regarder le matériau fictionnel comme une donnée ethnographique à décrire, analyser et interpréter.

J’en viens donc à Heaven’s gate pour illustrer la démarche (que l’on pourrait qualifier de socio ou d’ethno sémique) tout en précisant que plus que d’autres, le cinéma de Cimino (en particulier ce triptyque ambitieux réalisé au début de sa carrière), témoigne d’une volonté d’intégrer dans le champ de ses fictions, une matière prélevée sur la réalité sociale et historique. Mais pas tant pour verser dans l’illusion vériste ou réaliste que pour mettre l’accent sur le substrat social qui alimente sa fiction. Puisque c’est de méthode de lecture des films dont il s’agit aujourd’hui, je souhaite vous montrer comment à l’image et dans le découpage de certaines séquences, Cimino déconstruit le western tout en s’inscrivant dans sa filiation. »

Christophe Lamoureux

Pour citer cet article : Christophe Lamoureux, « Un regard sociologique? La vision de la frontière américaine dans Heaven’s gate de Michael Cimino », billet du 18 avril 2014, sur imaj– carnets d’Analyse Juridique de l’IMage, sur hypotheses.org

La suite de l’analyse du film dans trois billets : le meurtre de Kovac, le conciliabule des Cattles Barons et le débarquement ferroviaire de James Avrill.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *