« Faire du cinéma »: exercice de sémantique à l’usage du raisonnement sociologique

« L’esprit (l’âme) ne pense jamais sans images ». Aristote

Qu’entendre et qu’instruire en raisonnement sociologique lorsque l’on dit de quelqu’un « qu’il fait du cinéma » ?
Lorsque, à la vie comme à la scène, la réalité se mue en simulacre, il est rare que l’expression ne soit pas convoquée ; elle crée un contentieux sur l’argument d’authenticité et signale une réprobation qui vise à rétablir la vérité. L’avant-centre qui s’écroule dans la surface de réparation, le lutteur masqué qui mime la souffrance endurée par un coup, le boxeur corrompu qui accepte de se coucher, la vedette du grand écran qui fait son numéro d’acteur, le héros d’une super production qui sauve le monde de ses prédateurs, ne sont pas seulement des simulateurs ; la mise en scène à laquelle ils procèdent, relève aussi d’un spectacle de l’illusion dont l’écran du cinéma constitue sans doute la représentation la plus achevée.
Si on la prend au pied de la lettre, l’expression « faire du cinéma » parait de prime abord tautologique ; elle renvoie au travail de fabrication des films ou encore (mais il en fait partie) à celui d’interprétation des acteurs. En somme le sens propre de la locution indique la configuration d’un métier à exercer (Becker) dans l’inventaire de ses composantes logistiques et le découpage de ses divisions professionnelles (scénario, tournage, jeu des comédiens, montage, postproduction, diffusion, promotion, exploitation…).
Mais le verbe faire accolé à son transitif cinéma, porte bien entendu, une autre signification que le simple acte de fabriquer des films; il en dévoile l’intention c’est-à-dire l’idée de faire semblant qui renvoie elle-même à celle d’illusion de réalité opérée dès son invention, par le dispositif cinématographique (la célèbre entrée en gare de La Ciotat du train des frères Lumière). On pourrait résumer ce travail de simulation/reconstitution en convoquant le paradoxe du comédien dont parlait Diderot : l’acteur joue à être un autre (son personnage) mais d’une certaine façon il doit être cet autre (la personne) pour que son jeu soit crédible, conforme au pacte de réception qui le lie à celui qui regarde et qui accepte d’entrer dans son jeu.
Car au cinéma, la convention du spectacle enjoint le spectateur à s’abandonner aux fantômes de l’illusion, faire fi de l’image de la réalité qu’il a sous les yeux pour la considérer comme réelle, au moins le temps de la projection. « Pour savoir ce que c’est un spectateur », affirmait le cinéaste portugais Joa Mario Grilo, « il faut emmener un enfant à sa première séance de cinéma. Il ne faut pas regarder le film mais le visage de l’enfant. Vous verrez alors ce que c’est la naissance de ce fantôme qui réapparaîtra, malgré le pop-corn, à chaque fois que cet enfant reviendra au cinéma ».

L'Odéon (photographie personnelle, A. Chassignon, CC BY SA 2.0)
L’Odéon (photographie d’ A. Chassignon, CC BY SA 2.0)

C’est pourquoi, arrimée à cette dialectique de l’illusio (Bourdieu), l’expression « faire du cinéma » est souvent affectée d’un statut de réprobation chez celui qui la profère. En effet, à qui le reproche est adressé, il est dit de lui dans la langue commune, qu’il joue à être ce qu’il n’est pas (substitution ?), qu’il exagère sur ce qu’il laisse paraître de lui (extrapolation ?), qu’il force le trait soit pour faire bonne figure (emphase ?) soit pour s’accorder la faveur des autres (empathie ?). L’aphorisme faire du cinéma emmène donc aussitôt sur les rives de la galéjade ou de l’extrapolation, de la rodomontade ou du dépit amusé ; et il n’est pas indifférent que le cinéma soit aussi cela : un mot pour dire d’un air légèrement détaché, que ce n’est pas la réalité ou plus exactement que le réel n’y est pas et que l’on ne s’y laisse pas duper.
Prolongeons alors la réflexion en pointant le doigt vers l’écran pour faire état d’un autre truisme que profère cette fois l’amateur de film (à grand spectacle?) pour exprimer son enthousiasme : « ça, c’est du cinéma ! » S’exclame-t-il. L’énoncé s’entend comme un performatif d’autant plus efficace que l’exemple invoqué délivre de la charge de la preuve. Il procède du simple constat que le film est bien un film et que chacun peut se réjouir qu’il en soit ainsi ; en somme, l’exclamation élit le bon objet, s’autorise de manière tautologique à décréter sans coup férir la facture foncièrement cinématographique du film aimé. A l’évidence il s’agit d’un discours amoureux parce que la conviction absolue de celui qui assène un tel énoncé est confondante et qu’elle relève d’une force d’exclusion latente tout aussi intéressante que l’acte d’élection. L’on pourrait à l’envi multiplier ces moments d’extases cinéphiliques en parcourant l’historiographie du discours critique qui convoque souvent cette exclamation quand le cinéma est en crise ou quand ses formes d’expression sont en mutation. Non point pour attester une évidence, que le cinéma est bien le cinéma, mais justement pour insinuer que certains films remplissent leur contrat de cinéma pendant que d’autres, volontairement ou pas, ne le respectent pas. La plupart du temps, l’objection faite aux pourfendeurs porte sur la perte ou le déclin de ce pouvoir d’émerveillement prodigué par les films populaires. La magie de « l’usine à rêves » n’opère plus (ou moins) parce que le spectacle s’est déplacé vers d’autres horizons où les essences du cinéma seraient moins pures, trop mêlées à celle du théâtre ou de la littérature par exemple (lors du passage du muet au parlant ou de la migration des films sur le petit écran, le DVD puis de l’ordinateur). Auquel cas, l’aphorisme : ça, c’est du cinéma ! Résonne comme un rappel à l’ordre (par exemple : le manifeste des jeunes turcs de la nouvelle vague fustigeant le cinéma de qualité française) ; il ne s’agit plus d’une simple exclamation adressée à tous les fossoyeurs mais d’une quête de légitimité ou de paradis perdu. L’expression se mue en slogan (la rhétorique lapidaire des films et des propos de Godard par exemple) auquel se rallient tous ceux qui, de près ou de loin, entendent revendiquer la spécificité du médium et sa force de représentation (Panofsky).

image libre de droits (CC BY-SA 2.5) https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Rue_du_Cin%C3%A9ma.jpg
« Rue du cinéma » (Molenbeek-Saint-Jean, 2006), image libre de droits (CC BY-SA 2.5)

On sait que cette disposition à la rhétorique était chère aux sophistes grecs et à l’artifice social qu’ils se plaisaient à composer. Mais elle n’est pas non plus sans incidences sur la manière d’interroger toute forme de mise en spectacle à commencer par la mise en scène de soi dont parlait Goffman, cet avatar de la civilité en régime de modernité (la politesse chez Tönnies ou la retenue chez Elias), que Platon et ses disciples auraient sans doute commenté. Car après tout, comme le pensait le maître athénien, si le monde sensible n’est une ombre mouvante dessiné sur les parois de la caverne (le monde des apparences trompeuses de l’ ici bas) , il n’y a de nos jours que le cinématographe qui, en captant cette ombre, et non en l’imitant, permet de remonter jusqu’à la réalité du monde intelligible des Idées pures et immuables qui pour Platon, constituent le seul monde réel (le monde de vérité de l’au delà d’où vient l’âme et où elle retourne). Ce n’est pourtant là que métaphore voire simulation théorique sur le quel le raisonnement sociologique risque d’achopper même si l’analogie est féconde. Au moins dans la doxa cinématographique mais il faut justement s’en détacher, la théorie du cinéma a toujours fait la part belle à l’allégorie de la caverne pour penser le cinéma et plus récemment le dispositif télévisuel du direct : « les images que les prisonniers voient projetées sur le mur de leur prison », écrit Jean-Paul Fargier en évoquant la caverne, « montrent une réalité en train de se dérouler au même instant, à la porte du lieu où ils sont détenus, enchaînés, ne pouvant se retourner vers l’entrée. Ces spectateurs ne voient pas que les objets et les êtres qui s’agitent devant eux, sont des ombres fabriquées par le soleil en frappant des ses rayons, les choses, les animaux, les hommes, qui existent en dehors de la caverne. Ce qui se passe là, n’est pas seulement du cinéma… c’est la première émission de télévision jamais décrite. Le soleil ne projette pas un film déjà réalisé, il crée instantanément un spectacle avec les éléments du réel dont il s’empare, ce que le cinéma est incapable de faire mais que la télévision accomplit tous les jours

Si la description est suggestive, le contexte historique, social et technologique de la projection n’est pas le même ; l’on s’aviserait donc mal à interpréter l’illusion provoquée par le cinéma et la télévision, à partir de ce simple rapprochement. Mais qu’importe que l’image (déformée,) du mur de la caverne (devenu petit ou grand écran) soit projetée en direct live, puisque de soi et des autres, le spectacle des films offre une dimension autrement plus impliquant dans les effets sociaux qu’ils produisent : représentation certes mais aussi transfiguration, sidération, adulation, mythologies en tous genres (Morin)… ; ce qui assurément permet d’expliquer qu’aujourd’hui, le mot cinéma soit entré dans la langue courante pour signifier tout ce qui, dans le comportement, relève du leurre, du faire semblant voire de la duperie.
Le dirait-on d’ailleurs du roman (et non du générique littérature) comme dans l’expression « tu te fais tout un roman…» ? Certes oui mais plus pour désigner un récit d’imagination, d’affabulation ou encore une invite à la rêverie. Mais on ne dirait pas (ou plus) du théâtre, et encore moins de la peinture ou de la musique qu’il ou qu’elles fabulent ; sans doute (mais il faudrait nuancer) parce que les arts vivants ou ceux que l’on dit graphiques, qu’ils soient ou non figuratifs, sont des formes d’expression physiquement représentées (sur les planches, le podium du concert ou la toile) dans des espaces/temps radicalement séparés de la réalité ordinaire, des repères morphologiques qui les organisent dans la société (Durheim, Mauss) et que le mouvement au cinéma (Panofsky, Deleuze) a le pouvoir de reconstituer. La manière dont ceux qui fréquentent ces autres formes d’art, entendent s’y projeter, procède plus de la contemplation que du transport au sens où l’expression artistique (scénique, musicale, picturale) s’y donne explicitement à voir ou à entendre comme représentation effective ; contrairement au cinéma, elle ne relève pas d’un théâtre d’ombres ou d’une simple surface d’images en mouvement.

photographie des mosaïques, art romain, Musée du capitole (Rome), CC PD-Art
photographie des mosaïques conservées au Musée du capitole (Rome), art romain, CC PD-Art

Sur ce point, l’on pourrait rappeler, après beaucoup d’autres analystes, que d’une certaine façon le cinéma fait figure d’art impur si on le compare aux formes de création qui l’ont précédé. «La fabrication des films a posé de façon totalement inédite dans l’histoire des arts le rapport entre la créature imaginaire (celle que le créateur, pour aller vite, a dans la tête), la créature réelle (ce que les peintres et les photographes appellent le modèle) et la créature inscrite dans l’œuvre (la figure, le personnage incarné dans le film » écrit Alain Bergala dans un article très stimulant.

C’est dire que dans son moment d’inscription, la fabrication d’un film ne peut s’effectuer qu’en présence physique durable d’une créature réelle (un objet ou une personne) qui est d’une certaine façon sur l’écran, constitutive de la représentation (Panofsky); mais qu’à l’inverse du théâtre voire de la peinture, cette incontournable présence des objets et des corps, n’est qu’un défilement de pellicule projeté sur un écran à vingt quatre images par seconde.
Réalité enregistrée donc dont la seule vérité appartient au tournage, à ce que la caméra a pu (ou voulu) capter de l’instant présent et que le montage réarrangera selon la volonté du chef d’orchestre. Autrement dit, le temps du cinéma est toujours le présent : celui des fragments du monde saisis par l’enregistrement mais aussi celui du spectateur qui regarde le film. En un certain sens, la présence réelle (mot clé du cinéma) qui habite la représentation cinématographique, ouvre au spectateur la porte du présent réel. Il en va de même de la représentation théâtrale, à ceci près que le présent joué pour ainsi dire en direct, doit, à chaque fois se recréer, et à partir de rien (ou presque) comme pour tout élément de théâtre. Eugène Green, à qui l’on demandait de penser le cinéma, s’avisait de répondre : « le passé y est un présent qui s’est perdu, le futur y est un présent qui doit naître, et qui doit donc mourir. Seul le présent réel est éternel… »

Mais cette analytique du temps ne nous dit rien des registres de réalité que le cinéma présente et qui nous ramènent au cœur de l’interrogation posée. Car celui dont on dit qu’il fait du cinéma, c’est aussi parce qu’il sait raconter des histoires au sens de raconter des blagues ou des bobards, et que tout ce qu’il dit ne saurait donc qu’être factice, peu crédible mais suffisamment distrayant pour que justement l’on ne puisse pas croire à ces blagues mais que cela vaille cependant la peine de les inventer pour égayer l’existence. Exprimé en ces termes, l’adage faire du cinéma est plus ambigu ; il édicte autant ce dont les films parlent (d’histoires de toutes sortes) que ce que les films sont (des histoires inventées de toutes pièces) ; cette duplicité de sens nous ramène au cinéma comme contrat de fiction évoqué plus haut que l’on pourrait assimiler à un gentleman agreement. Mais pour que la non réalité advienne, il faut aussi que l’histoire ait une consistance réaliste (Panofsky). Pour que l’histoire ne soit pas directement celle du spectateur, qu’elle ne le regarde pas mais que ce soit lui qui la regarde, il faut qu’il y ait invention de personnages fictifs bien identifiés qui ont des noms, des vies personnelles assez singulières pour faire en quelque sorte leur métier de fiction. En somme il faut faire semblant, comme il est parfois inscrit au générique, que toute ressemblance avec celui qui regarde ne serait que pure coïncidence.

Or l’on sait que justement il n’en est rien. Si le film suscite l’intérêt, c’est précisément parce que tout à chacun peut se représenter en lui sous les traits déguisés des personnages. Cela est d’autant plus aisé que ce processus fugitif de déréalisation de soi ne prête pas à conséquences : tapis dans l’obscurité matricielle de la salle et caché derrière le masque de celui qui convient de se sentir concerné, le spectateur ne prend à vrai dire que peu de risques ; il vit ses émotions comme par parallaxe. Mais l’on peut aussi supposer que l’histoire intime déployée par la fiction, tel un secret jalousement gardé, fasse écho à sa propre histoire sociale singulière, unique, la plus précieuse de lui-même ; tout en sachant que les autres spectateurs éprouvent peut-être les mêmes sensations, qu’ils réagissent de la même façon aux sollicitations de l’écran. La salle de cinéma a ceci de particulier qu’elle fixe un rendez- vous (Ethis) et que l’on y vit (revit ?) peu ou prou les mêmes choses, ce qui d’une certaine manière accrédite l’idée que la réalité individuelle y est peu présente, que finalement elle n’y a guère droit d’expression. Le rituel de la coprésence dans l’obscurité n’est pas étranger à cet interdit tout comme ce pacte de silence que le collectif regardant est plus ou moins tenu de respecter. Il n’est qu’à évoquer les « chut » de la réprobation adressée aux bavards ou aux mangeurs de pop-corn pour se convaincre des codes en vigueur (Ethis) comme si toute manifestation personnelle était proscrite et que devait être préservé ce rapport d’intimité collectivement partagé, avec le film.

Venons en alors au public dont, au mieux, une conscience complice vient en quelque sorte élire la fiction ; s’il elle ne se réalise pas, les spectateurs s’agacent, gesticulent, trépignent (comme les enfants), sifflent et finissent au pire, par quitter la salle. C’est donc bien que le temps de la projection (au sens scénique et psycho-social de ce mot), le public se plait à vivre dans une fiction permanente de lui-même, s’imagine à être autrement ce qu’il est ou ce qu’il voudrait être, accepte de s’en remettre autant à ce qu’il voit qu’à ce qu’il croit (Barthes). L’expression « se faire une toile » ne dit pas autre chose que cette velléité d’abandon, cette demande de distraction qui détourne de ce qui occupe et divertit en recréant (Pascal). Mais avec le cinéma, les mécanismes de la projection ne sont pas aussi simples parce qu’ils procèdent d’un déni dont le principe de fonctionnement est particulièrement schizophrénique. En effet, le déni de réalité y a ceci de complexe que dans une certaine mesure, il s’apparente à quelque chose d’inconscient qui n’ignore pas l’être. En fait, le déni fonctionne avec les films à la manière d’un principe mafieux suggérait  Catherine Breillat : « c’est un secret que tout le monde serait tenu de garder pour soi lorsque nul n’ignore que l’autre détient le même. Cette part de réalité déniée, il n’est pas interdit face à l’écran, d’en jouir sous couvert, mais à condition de ne pas en dire mot, aux autres et surtout à soi-même ».

Photo Courtesy Orange County. Photogramme du film de Mack Sennett. Le personnage du film a du mal à faire la différence entre la fiction et la réalité...
Photogramme du film « Mabel fait du cinéma » de Mack Sennett (1913). Le personnage mis en scène a du mal à faire la différence entre la fiction et la réalité, suscitant la colère des autres spectateurs… (Photo Courtesy Orange County)

Ces remarques amènent au lieu commun, ce carburant de toutes les fictions, curieusement condamné par la critique intellectuelle, au sens où il dévaloriserait le cinéma comme art. Bien au contraire, le lieu commun (les mœurs en particulier) constitue l’espace d’expression privilégiée du cinéma parce qu’il est précisément la chose la mieux partagée telle une langue maternelle faite d’images et de sons (Farge), à laquelle, à des degrés divers, tout à chacun aurait été initié (Montebello). Ce n’est assurément pas ou moins le cas des autres scènes de représentation (la peinture, la littérature, le théâtre mais moins la musique) dont les accès sont plus limités, les formes de langage et de culture moins socialisées, la consommation moins massifiée. Cette emprise du lieu commun dans la représentation cinématographique qui définit d’une autre façon, le cinéma comme un art impur, ne va pas sans risques ; c’est même pour le cinéaste un exercice d’apprenti sorcier. Car montrer ce que tout le monde prétend connaître, à commencer par la plus triviale des banalités, équivaut à tendre un miroir et il n’est pas certain que la plupart des gens aillent au cinéma pour retrouver la vraie vie. C’est pourquoi, le spectacle du cinéma s’attache souvent à figurer l’impossible (thème récurrent des films américains, cf. Badiou) et plus sûrement encore à montrer ce qui ne l’a pas été ou encore ce qui pourrait se produire, en inventant, découvrant, déposant son regard là où il n’est point habituel de le transporter. Quant au fond, si l’illusion avait l’air trop vrai, une faille viendrait fissurer l’appel à la fiction ; il serait possible que l’on n’assiste plus à une vraie fausse histoire. Il faudrait alors que le spectateur se protège d’un surcroît de représentation intime trop proche de la réalité, de cet effet de loupe provoqué par le film, des blessures psychiques et sociales qu’il viendrait réveiller.

C’est sans doute en creusant ce subtil interstice dans lequel vient se glisser le pacte tacite de croyance que l’on peut mieux interpréter l’opposition classique faite dans le milieu indigène, entre le cinéma d’auteur et le cinéma commercial. Que le cinéma soit un aigle à deux têtes importe peu finalement ; l’industrie comme l’art lui sont nécessaires pour avoir un seul corps et le clivage est aujourd’hui de moins en moins ténu chez les nouvelles générations de spectateurs (Jullier et Levaretto). Comment classer par exemple, le cinéma d’auteur Hollywoodien ou les films de genre qui souvent se situent dans un entre deux qu’il n’est pas simple de définir ? Reste que le plus puissant (économiquement) prend le soin de montrer patte blanche au plus faible, en s’autoproclamant Entertainment. Sous ce préliminaire qui consiste à tenir le spectateur suffisamment à distance, l’industrie des films se propose de distraire le public de tous ses maux (déplacement ?) quand l’autre cinéma se rend coupable de l’en accabler (culpabilisation ?). Quand l’un cherche à faire diversion avec la réalité (Bourdieu), l’autre propose d’en découdre avec elle (Delsaut). Entre la caverne des illusions (le rêve hollywoodien) et le retour à la réalité (le documentaire informé), les régimes de fiction déployés par le cinéma (Rancière) ne sont pas avares d’interférences (le biopic par exemple ou le docu-fiction) pour construire du vraisemblable (« estrangement » dit Jablonka) à destination d’un spectateur imaginé (Ethis) lui-même sensible à l’argument.
A ce titre, l’on est en droit de se demander si l’idéologie du commerce (en régime d’échanges culturels inégaux) ne s’emploie pas à réinstaurer symboliquement le principe de la scène, qui, comme au théâtre, fait que ce qui est montré, se donne explicitement à voir comme un spectacle ou une représentation (le blockbuster américain) ; alors que l’autre cinéma (plus européen ?), soucieux d’être à l’écoute des battements du monde réel, accepte de franchir la barrière, ne plus être seulement le spectacle du spectacle mais celui de l’intimité sociale, de l’expérience collective ou de la conscience politique. Or, il y a toujours quelque forfait à vouloir passer de l’autre côté du miroir (c’est le sujet de la plupart des films d’Orson Welles) ; cerner et concerner trop directement le spectateur, ce peut être lui faire violence, ne pas assez se couler sur ses attentes d’évasion, fussent-elles formatées à l’avance par le marketing culturel. C’est pourquoi, à l’instar du récit mythique, le cinéma dit grand public procède souvent par paraboles, allégories et autres métaphores plus ou moins maniéristes : il enrôle ses futurs clients en leur racontant des histoires. L’enjeu pour la fiction comme pour la censure qui statue sur les règles de sa visibilité, est le suivant : il faut que le regard (forcément) voyeuriste du cinéaste ne constitue pas les faits mais qu’au contraire, il les remette en scène ailleurs et avec d’autres, de sorte que le film ne soit pas trop engageant.
A l’opposé, mais l’échelle de graduation est plus subtile, un cinéma plus intimiste (pas seulement psychologique) vient contrarier convention et interdiction parce qu’il implique le spectateur dans une transgression de la distance qui fait voler en éclats le mythe pudique de la fiction. Paradoxalement, cette forme de cinéma pur (la stylistique sobre ou minimaliste est là pour le rappeler) pourrait s’apparenter à un cinéma qui n’en fait pas ; en somme et pour parler vite : un déni du déni de réalité comme dans le cinéma de Maurice Pialat ou de John Cassavetes. Cette intention signale dans le pacte de réception, un passage de l’inconscient (psychologique, social et culturel) au conscient. Appel à la lucidité donc (subvertir le statut déréalisant de la représentation), à la réflexivité aussi (accéder à une certaine profondeur de la représentation) à l’indécence parfois (filmer le non montré voire le non montrable) d’où ourdit toute une rhétorique du désenchantement du monde, de sa plate réalité, son obscénité aussi. Que penser par exemple de ce flagrant délit de transgression institué par le cinéma pornographique qui est aussi vieux que le cinéma tout court ? Car, expliquait Catherine Breillat, « la pornographie est toujours celle du visage nu ou plutôt démasqué dont la vision coupe le souffle. Et ce qui lui donne à l’écran, cette violence impérative encore plus violente que la vie, c’est le grossissement excessif, le morcellement organique du corps, la ritualité de ses mouvements qui ne laissent plus aucun doute que c’est bien cela que le spectateur (en secret) est sommé de regarder : l’indécence d’un être mise à nu qui ne cache plus rien de ses pensées et de ses désirs. »

Face à l’impudeur (mais le marché du sexe a apprivoisé la pornographie pour la faire accepter comme libertinage), le champ et le hors champ du cinéma sont deux gros plans aussi violents l’un que l’autre parce qu’ils expriment de la pensée, de l’émotion brute, parfois brutale, sans gentleman agreement.

En conséquence, il existe donc bien un langage de cinéma convenu. Pour tout dire et non sans paradoxe (Diderot), il faudrait à la limite que l’acteur ou l’actrice de cinéma s’avise de ne pas trop bien jouer sa partition, qu’il ou qu’elle ne devienne pas trop la personne interprétée par son personnage. Il y a une mesure à garder et (là encore) une autre convention (sociale celle là) qui suppose le respect du public, de la fiction et du comédien. Ces trois oppositions morales très fortes s’arc-boutent pour interdire une émotion jugée socialement subversive, enjoignant le spectateur à trop s’impliquer. S’il est vrai que le matériau émotionnel du film est son ingrédient le plus pimenté, celui qui fait que sa fiction ravit ou agace, la charge socio- affective qu’il dispense, reste cependant toujours tenue en disgrâce au profit du raison gardée. Ce principe de bonne conscience est certes édicté par les règles de la société dont on peut penser qu’elles sont mouvantes mais il est aussi régi par la convention du spectacle par lequel une échappée (belle ?) hors du monde, devient possible mais à condition de ne pas enrayer la machinerie de la croyance, la part d’illusions qu’elle permet de fabriquer voire l’effet cathartique qu’elle est susceptible de créer (Aristote, Girard, Elias). Il revient alors à ceux qui veulent aller plus loin, de passer les bornes ou de traverser la frontière pour redéfinir d’autres conventions dont on sait que si elles éloignent momentanément le grand public, elles contribuent aussi à apprivoiser son regard ainsi qu’à donner des titres de noblesse esthétique aux artisans de ce passage qu’ils soient cinéastes, critiques, passeurs ou médiateurs culturels.

Bibliographie référencée :

Ethis Emmanuel (sous la direction de), « Aux marches du palais, le Festival de Cannes sous le regard des sciences sociales », La Documentation Française, Paris, 2001.

Ethis Emanuel, « La caisse de cinéma : quand il faut décider », in Communication et langages, n° 125, septembre 2000.

Ethis Emmanuel, Pour une poïétique du spectateur en sociologie de la culture, le spectateur imaginé, L’harmattan, collection « Logiques Sociales », Paris, 2004.

Ethis Emmanuel, Sociologie du cinéma et de ses publics, Armand Colin, Collection 128, Paris, 2005.

Ethis Emmanuel, Les spectateurs du temps. Pour une sociologie de la réception du cinéma. Suivi d’autres textes sur la réception des œuvres filmiques, L’harmattan, collection « Logiques Sociales », Paris, 2005.

Guy Jean-Michel, La culture cinématographique des français, La documentation française, Paris 2000.

Montebello François, Le cinéma en France, Armand Colin Cinéma, Paris 2005.

Morin Edgar, Le cinéma ou l’homme imaginaire, Essai d’anthropologie sociologique, Editions de minuit, Paris 1956.

Morin Edgar, Les stars, Seuil, paris 1972.

Sorlin Pierre, Sociologie du cinéma, Aubier, Paris, 1977.

Sorlin Pierre, « Un objet à construire : les publics du cinéma », in Le temps des médias, revue d’histoire, n° 3, automne 2004.

Moine R., Les genres de cinéma, Nathan, Paris, 2002 et Armand Colin, Paris, 2005.

Jullier Laurent, Qu’est ce qu’un bon film ?, La Dispute, Paris, 2002.

Kracauer L., De Cagliari à Hitler. Une histoire du cinéma allemand 1919-1933, Flammarion, Paris, 1973.

Ferro Marc, Film et Histoire, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1974.

Ferro Marc, Cinéma et histoire, Nouvelle édition, Folio Gallimard, Paris, 1993.

Ferro Marc, Cinéma, une vision de l’histoire, Editions du Chêne, Paris, 2004.

Darré Yann, Histoire sociale du cinéma français, Paris, La découverte, 2000.

De Baecque Antoine, La cinéphilie. Invention d’un regard, histoire d’une culture, Fayard, Paris, 2003.

De Baecque Antoine et Delage Christian (sous les directions de), De l’histoire au cinéma, Histoire du temps présent, Editions Complexe, Paris, 1998.

Bazin André, Qu’est ce que le cinéma ?, Le Cerf, Paris, 1985.

Bonnel René, « L’hégémonie Hollywoodienne », in Cinémaction, Hors série, 2002.

Casetti F., Les théories du cinéma depuis 1945, Paris, Nathan ; 1999 et Armand Colin Cinéma, 2005.

Allard L., « Cinéphiles à vos claviers ! Réception, public et cinéma », in Réseaux, n° 99, volume 18, 2000.

Donnat Olivier, Les pratiques culturelles des Français, Enquête 2008, La documentation Française, Paris, 1998.

Esquenazi Jean-Pierre, Hitchcock et l’aventure de Vertigo. L’invention à Hollywood, CNRS Editions, Paris, 2001.

Esquenazi Jean-Pierre, Godard et la société française des années soixante, Paris, Armand Colin, 2004.

Esquenazi Jean-Pierre, Sociologie des publics, La découverte, Paris 2003.

Majastre Jean-Olivier et Pessin Alain (sous les directions de), Vers une sociologie des œuvres, tomes 1 et 2, L’Harmattan, collection « Logiques Sociales », Paris, 2001.

Heinich Nathalie, Ce que l’art fait à la sociologie, Minuit, Paris, 1998.

Heinich Nathalie, Le triple jeu de l’art contemporain, Minuit, Paris, 1999.

Becker Howard, Les mondes de l’art, Flammarion, Paris 1988.

Becker Howard, Propos sur l’art, L’Harmattan, Paris, 1999.

Becker Howard, Comment parler de la société ?, La Découverte, Paris, 2009.

Panofsky Erwin, « Style et matière du septième art », in Trois essais sur le style, Le promeneur, Paris 1996.

Bourget Jean-Louis, Hollywood, la norme et la marge, Nathan, Paris, 1999 et Armand Colin Cinéma, Paris 2005.

Duclos Denis, Le complexe du loup-garou, la fascination de la violence dans la culture américaine, La découverte, Paris, 1994.

Zinn Howard, Le XXe siècle américain, une histoire populaire de 1890 à nos jours, Agôn, Paris, 2004.

Revue Vertigo, (coordination Christian Delage), «Le cinéma face à l’histoire », N° 16, Edition Jean-Michel Place, centre Georges Pompidou, Paris, 1997.

Gras Pierre, L’économie du cinéma, Editions Cahiers du cinéma, collection « Les petits cahiers » (scéren-cndp), Paris, 2005.

Breillat Catherine, « De l’importance d’être haï », in Revue Trafic, « Qu’est ce que le cinéma ? », Editions P.O.L., N° 50, Paris, été 2004, pp. 109-116.

Grio Joao Mario, « Petit abécédaire à l’usage du cinéma (un point de vue portugais », in revue Trafic, « Qu’est ce que le cinéma ? », Editions P.O.L., N° 50, Paris, été 2004, pp 43- 54.

Bergala Alain, « De l’impureté ontologique des créatures de cinéma », in revue Trafic, « Qu’est ce que le cinéma ? », Editions P.O.L., N° 50, Paris, été 2004, pp. 23-36.

Green Eugène, « Penser le cinéma », in revue Trafic, « Qu’est ce que le cinéma ? », Editions P.O.L., N° 50, Paris, été 2004, pp. 14-22.

Fargier Jean-Paul, « La télévision pure », in revue Trafic, « Qu’est ce que le cinéma ? », Editions P.O.L., N° 50, Paris, été 2004, pp.429-438.

Simsi Simon, Ciné-Passions : premier guide chiffré du cinéma en France, septième art de 1945 à 2000, Editions Dixit, Paris, 2000.

Aumont J., Bergala A., Marie M., Vernet M., L’esthétique du film, Nathan université, Paris 1988.

Ishaghpour Youssef, Le cinéma, Flammarion, collection Dominos, Paris, 1996.

Ishaghpour Youssef, Historicité du cinéma, Editions Farrago, Paris 2004.

CinémAction (revue), Histoire des théories du cinéma, N° 60, Edition Corlet- télérama, Paris, Juillet 1991.

CinéAction (revue), Le cinéma du sam’di soir, dirigé par Gérard Dessere et Nicolas Schmid, N° 95, Paris, 2e trimestre 2000.

Garcin Jérôme et Garcia Daniel, Le masque et la Plume, Editions Les Arènes, Paris 2005.

Badiou A., Benatouil T., During E., Manigler P., Rabouin D., Zarader J.P., Matrix: machine philosophique, Editions Ellipses, Paris 2003.

Brecht Bertolt, Ecrits sur la littérature et l’art 1 : Sur le cinéma, Editions de L’Arche, Travaux 7, Paris 1976.

Piault Marc-Henri, Anthropologie et cinéma, Nathan Cinéma, Paris, 2000.

Beylie Claude et Carcassonne Philippe (sous les directions de), Le cinéma, Encyclopédie Bordas, Editions Bordas- Spectacles, Paris 1983.

Revue Vingtième Siècle, Temps de l’histoire/temps du cinéma, N° 46, avril-juin 1995, Presses de sciences Po., Paris 1995.

Goldmann Annie, Cinéma et Société moderne, Anthropos, Paris, 1971.

Bourget jean- Loup, Le cinéma américain (1895-1980), PUF, Paris, 1983.

Bourget Jean-Loup, L’histoire au cinéma, le passé retrouvé, Paris, 1992.

Douin Jean-Luc, Les films à scandale, Editions du Chêne, Paris, 2001.

Lagny Michèle, De l’histoire au cinéma, Armand Colin, Paris, 1992.

Etcheverry Michel (sous la direction de), Cent ans d’aller au cinéma, Presses universitaires de Rennes, Rennes 1995.

Cadé Michel, L’écran bleu : la représentation des ouvriers dans le cinéma français, Perpignan, 2000.

Bartholeyns G., « Représentation du passé au cinéma, entre historicité et authenticité », in la revue Diogène, N° 189, pp. 41 à 61, Paris, 2000.

Zimmer Christian, Cinéma et politique, Seghers, Paris, 1974.

Coursodon Alain. et Tavernier Bertrand., Cinquante ans de cinéma américain, Nathan, Paris, 1996.

Daney Serge, La Maison cinéma et le monde, 1. Le Temps des Cahiers (1962-1981), 2. Les Années Libé (1981-1981), P.O.L Editions, collection Trafic, Paris, 2004.

Platon, La République, livre VII, Nathan, 2006.

Aristote, La politique, Vrin, 1995, (VIII, 7, 1342a 10).

Pascal Blaise, Pensées, Folio Poche, 1977

Diderot Denis, Paradoxe sur le comédien. Entretien sur le fil naturel, Flammarion Poche, Paris, 1993.

Deleuze Gilles, Cinéma 1 et 2 (L’image-mouvement et L’image-temps), Editions de Minuit, Paris 1983 et 1985.

Bourdieu Pierre, Sur la télévision, Liber-Raisons d’agir, Paris, 1996.

Bourdieu Pierre, Le sens pratique, Paris, Editions de Minuit, 1980.

Delsaut Yvette, Reprises ; cinéma et sociologie, Raisons d’agir, 2010.

Levaretto Jean-Marc et Jullier Laurent, Cinéphiles et cinéphilie, Histoire et devenir de la culture cinématographique, Armand Colin, Paris, 2010.

Lamoureux Christophe, « The show must go on! Le prix du sang et des larmes dans “The Wrestler” (Darren Aronofsky, 2009), in Revue de Recherche en Civilisation Américaine, « Le catch et … » (En ligne), 4/2013, pp.1-47.

Lamoureux Christophe, « Le match à la télévision, vision du jeu et mise en paroles », revue Sociétés et Représentations, « Football et Sociétés », numéro 7, décembre1998, pp. 310-333.

Lamoureux Christophe, « Nous avons gagné ce soir : le peuple et ses champions dans le cinéma de boxe » in Pessin Alain et Deniot Joelle (Directions), Les peuples de l’art, tome 2, Paris, Editions l’Harmattan, 2006.

Goffman Erwin, La mise en scène de la vie quotidienne, Editions de Minuit, Paris.

Tönnies Ferdinand, Communauté et société (1922), catégories fondamentales de la sociologie pure, PUF (réédition) Paris, 2010.

Farge Arlette, « Ecriture historique, écriture cinématographique », in A. De Baecque et Delage C. (direction), De l’histoire au cinéma, Editions Cahiers du cinéma, Paris, 2008.

Rancière Jacques, La fable cinématographique, Seuil, Paris, 2004.

Rancière Jacques, Le spectateur émancipé, La Fabrique, 2008.

Rancière Jacques, Les Ecarts du cinéma, La Fabrique, 2011.

Girard René, La violence et le sacré, Grasset, Paris, 1972.

Jablonka Yvan, L’histoire est une littérature contemporaine, manifeste pour les sciences sociales, Seuil, Paris, 2014.

Badiou Alain, Cinéma, Nova Editions, Paris 2010.

Elias Norbert et Dunning Eric, Sport et civilisation, la violence maîtrisée, Fayard, 1994.

Pour citer cet article : Christophe Lamoureux,  » « Faire du cinéma ». Exercice de sémantique à l’usage du raisonnement sociologique », billet mis en ligne le 15 juillet 2015 sur imaj-carnets de recherches en Analyses Juridique et l’IMage, url: http://www.imaj.hypotheses.org/


Une réflexion sur « « Faire du cinéma »: exercice de sémantique à l’usage du raisonnement sociologique »

  1. Un très beau texte qui éclaire, à la lumière des sociologues spécialistes de l objet et des précurseurs et maîtres de la discipline sociologique, les différents usages et acceptions, ordinaires et savantes, des expressions construites autour du « cinéma ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *